AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Gunnm tome 9 sur 10

Vincent Zouzoulkovsky (Traducteur)
EAN : 9782723424301
240 pages
Glénat (22/04/1998)
4.38/5   126 notes
Résumé :
Aussi hybride que les cyborgs qu'il met en scène, Gunnm vaut le titre (souvent entendu pour Akira) d'oeuvre somme. En neuf volumes, cette réédition (complétée d'inédits) narre les pérégrinations de Gally, mélange d'essence de femme et de technologie absolue au milieu du monde désaxé d'une décharge futuriste géante.La série commence avec la découverte de ses restes par Daisuke, "médecin-r... >Voir plus
Que lire après Gunnm., tome 9Voir plus
Biomega, tome 1 par Nihei

Biomega

Tsutomu Nihei

3.73★ (258)

6 tomes

Blame, tome 1 par Nihei

Blame

Tsutomu Nihei

4.24★ (973)

10 tomes

Fly, tome 1 : Le précepteur du héros par Inada

Fly

Koji Inada

4.45★ (1583)

37 tomes

Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,38

sur 126 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Chronique basée sur la réédition dite "édition originale".

Eh bien, nous y arrivons… La fin de Gunnm ! Ou du moins de la série originelle, car il y a eu depuis des prolongements, d'abord Gunnm Last Order, à la réputation pas top semble-t-il, ensuite Gunnm Mars Chronicle, dont je ne sais absolument rien, si ce n'est que la publication française en avait été entreprise parallèlement à cette reprise de Gunnm-tout-court en « édition originale » (et dont la traduction, notamment, me laisse parfois sceptique, ç'a été vrai tout du long). Mais Gunnm-tout-court s'arrête donc là – et il y a une vraie fin, même si avec suffisamment de portes ouvertes pour broder séquelles et préquelles.



À vrai dire, c'est un peu la ruée, dans ce neuvième tome très dense, qui doit rassembler pas mal de ficelles pour aboutir à une conclusion. Et, du coup, cela peut être un tantinet indigeste, je suppose… En fait, j'avais lu cet ultime tome il y a quelque chose comme deux semaines de cela, sans avoir le temps de le chroniquer dans la foulée ou disons dans les jours qui suivaient – pour faire mariner un peu. Mon ressenti… était un peu perplexe, disons. Mais, histoire d'en livrer une chronique pas trop totalement à l'ouest (dans l'idée, mais je suppose qu'elle le sera quand même), j'ai préféré relire ce neuvième tome avant de vous en causer – et bien m'en a pris, je crois, parce que c'est beaucoup mieux passé ; il y a des choses qui ne fonctionnent pas très bien à mes yeux, toujours, mais globalement ça se tient, et, oui, c'est une vraie fin, et probablement une bonne fin ; ce qui n'était vraiment pas gagné.



Nous avions laissé Gally seule contre tous ou presque, et quasiment en morceaux, atteindre enfin sa némésis Desty Nova, avec l'assistance du fiston chelou dudit savant dingue et flanophile, Kaos. Gally, qui s'est endurcie avec toutes ces années passées dans les Badlands, n'a pas exactement envie de faire dans la demi-mesure, et compte bien massacrer Desty Nova sans faire de manières, et tant pis pour ses connards d'employeurs sur Zalem. Mais une chose la ronge : quel est donc le secret des Zalémiens, justement ? Ce qui a rendu fou Ido, au point où il s'est réfugié dans une autre vie bienheureusement amnésique ? Je mets la balise SPOILER au cas où, mais cette « révélation » apparaît à la page 14, hein… Adonc, ni une, ni deux, Desty Nova découpe son crâne et exhibe la micropuce qui a remplacé son cerveau – car tel est le sort de tous les citoyens de Zalem quand ils atteignent l'âge de 19 ans, et c'est la condition de leur citoyenneté…



Bon. La découverte de ce secret, systématiquement, rend tous les Zalémiens dingues, et je suppose que, dans leur position, cela peut se comprendre, aussi les scènes illustrant leur folie, qu'elle tienne de la catatonie ou de l'automutilation précédant le geste authentiquement suicidaire, fonctionnent ma foi plutôt bien. le rapport de Lou à cette révélation s'avère d'ailleurs plus subtil et convaincant que ce à a quoi nous avait habitué le personnage, et c'est tant mieux – elle y gagne enfin de la chair et de l'âme, même stockée dans une micropuce. Reste que, de mon point de vue de lecteur bien éloigné de tout ça, ce terrible secret est de suite beaucoup moins terrifiant et scandaleux… On avance d'ailleurs (Desty Nova sauf erreur) que, cerveau cybernétique et corps organique, ou l'inverse comme pour Gally, ça n'est jamais qu'une question d'assemblage… C'est l'approche du savant fou, elle n'est donc probablement pas canonique, mais, après tout, la perspective transhumaniste de la série depuis ses tout premiers épisodes constituait à mes yeux un de ses atouts majeurs, et je tends donc à lui donner raison. Mais bon. D'une certaine manière, je conçois bien que ce « secret » soit constitutif d'une fin correcte pour la série, qui tient ses promesses ; c'est vraiment à titre très personnel que cet aspect de l'histoire me laisse passablement froid – de même à vrai dire pour les autres institutions de Zalem ici décrites, quand on y met enfin les pieds, et qui orientent absolument sans surprise la techno-utopie vers quelque chose qui tient bien davantage de la dystopie (chambres de suicide et expérience grandeur nature sur un mode typique de la thématique des arches stellaires) ; sans parler de la « justification » du nom même de la cité des nuages…



Cela fonctionne donc, sans être forcément très enthousiasmant en ce qui me concerne. Mais, à mon sens, ce tome de conclusion contient suffisamment de bons moments ailleurs pour que l'ensemble en bénéficie, dont ces moments en rapport avec Zalem et ses secrets – notamment dans la manière de l'affrontement entre Gally et Desty Nova. Notez, il n'est pas dénué de trucs un peu lourds, le retour d'Eli au premier chef, dont on se serait très bien passé – tandis que le grand finale de Den vaut essentiellement pour le rôle ambigu de la petite Koyomi dans tout ça ; les errances plus ou moins psychiques de Kaos y sont forcément liées, et parlent plus ou moins. Non, ce qui est vraiment bon, et en même temps pas vraiment surprenant dans l'absolu, c'est que le combat se déroule dans le crâne même de Gally – que Desty Nova soumet à des rêves et cauchemars, tour à tour poignants et terribles, teintés de regrets aussi ; une ou des vies alternatives, parfois heureuses – insupportablement heureuses ; moyen de questionner la prédestination martiale de Gally. Dans ces scènes tantôt horribles, tantôt plus calmes et sereines que d'usage, le dessin toujours très bon de Kishiro Yukito brille tout particulièrement, sur un mode parfois sensible qui renvoie aux premiers tomes de la BD – les époques d'Ido et de Yugo… Un autre aspect intéressant de ces passages réside dans l'amorce d'une réévaluation du personnage de Desty Nova – dingue et dangereux sans doute, mais bien plus que cela en même temps ; s'il a commis suffisamment d'horreurs pour que l'on souhaite y mettre un terme, et si ce trifouillage de la mémoire et des sensations de Gally/Alita en fait d'ailleurs partie, il est quelques moments pourtant où, dans le rôle du tonton excentrique, il se révèle étrangement humain – et pas si éloigné d'un Ido, jusque dans leur désir partagé et un peu perturbant de « jouer à la poupée » avec Gally/Alita ; peut-être était-ce aussi le désir secret de Kishiro Yukito – voire, horreur glauque, des lecteurs de Gunnm ? Gally parviendra certes à fuir ce rêve – mais pour réaliser qu'elle n'en a absolument aucun, ce qui est plutôt douloureux…



Mais je disais donc que cet ultime tome était très dense – et il reste encore deux aspects à mentionner, plus rapidement, mais liés. le plus intéressant à mon sens est ce flashback dans lequel Gally découvre enfin la Yôko qu'elle était – une militaire martienne impitoyable, à l'époque d'un conflit entre Mars et la Terre, pardon, Röte et Blau ; Gally est horrifié par ce dont elle se souvient enfin, mais l'épisode a aussi pour fonction de justifier… eh bien, le point de départ même de la BD : comment ce cerveau organique dans un corps hétéroclite en lambeaux a pu finir dans la Décharge, où Ido le trouvera, toujours en état de marche, quelques siècles plus tard… Noter que la BD prend soin de ménager un grand flou sur une durée de 200 ans au moins, laissant de la marge pour des épisodes ultérieurs – en tant que tel, le procédé, bien employé, n'est pas frustrant, mais vraiment intrigant.



Enfin, les destins de Gally et de Zalem doivent s'unir. Les fantasmes de Den et de la Décharge s'associent également aux illusions aveugles des Zalémiens – tandis que Desty Nova s'engage plus avant, même follement, sur la voie d'un semblant de rédemption. Sans vraie surprise, Gally nous offre donc un finale christique, non sans une certaine grâce cela dit – une manière de boucler la boucle, ou, plus exactement, de relier les mondes. La forme même de ce sacrifice donne tout d'abord une vague impression d'improvisation (notamment les rôles de Desty Nova et aussi de Lou dans tout ça, avec des équivalents gadgétoïdes de deus ex machina), mais, là encore, en définitive, cela fonctionne ; et, comme de juste, un épilogue ouvre à nouveau quelques portes pour raconter d'autres histoires…



Arrivé au terme de cette BD, quel est mon ressenti global ? Positif – largement, je crois. En commençant par une évidence : le dessin de Kishiro Yukito est vraiment très bon, et progresse même de tome en tome. le personnage de Gally est très réussi. Quelques autres personnages de même – Ido dès le départ, plus tard Kaos même s'il a ses moments pénibles, et finalement Desty Nova ; d'autres noms pourraient sans doute être avancés. Il y a eu des hauts et des bas, sans doute ; comme je l'ai dit dans tous mes comptes rendus depuis le troisième volume, le principal bas de la série est clairement, en ce qui me concerne, le pénible arc du motorball. le tournant madmaxien à partir du tome 6 m'a bien plu, par contre. Il y a des choses qui fonctionnent très bien du début à la fin, cela dit – et notamment cette veine plus ou moins transhumaniste, sur un socle cyberpunk, qui autorise une sorte de gore très improbable mais d'autant plus enthousiasmant. Et des choses qui fonctionnent beaucoup moins bien dès les premières occurrences, pour compenser – le catalogue de coups spéciaux et d'armes de destruction massive, avec des notes de bas de case régulièrement crétines à la manière d'un Shirow Masamune dans The Beurk in the Shell… Mais les qualités l'emportent clairement sur les défauts : Gunnm est un bon manga de SF, et un bon manga d'action ; peut-être pas tout à fait à la hauteur de son culte, même si j'y ai participé non sans une certaine nostalgie adolescente – néanmoins bien au-dessus du lot, pas l'ombre d'un doute à ce sujet.



Ce que confirme en définitive cet ultime tome, très dense : tout ne se montre pas totalement convaincant, mais les bons moments rachètent sans peine les moins bons, et c'est une conclusion appréciable à une série de qualité.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
Commenter  J’apprécie          00
Il est difficile d'aborder Gunnm sans prendre en compte l'histoire du manga avec la France. le titre n'étant pas construit selon les codes spécifiques japonais pour l'époque (même encore aujourd'hui, il existe des cases bien spécifiques et des codes à respecter pour certains magazines de prépublications), le titre est sorti en France avec un engouement plus important suite à la sortie de Akira dans l'hexagone.

Alors que le titre a plus de 30 ans aujourd'hui, il s'en dégage malgré tout une étincelle que je ne retrouve que rarement dans mes lectures actuelles.
On ne fait pas que suivre Gally, on suit un robot à la recherche d'une identité, à la recherche d'une humanité qui va constamment se dérober à elle et dont chaque coup qu'elle va se prendre va lui rappeler sa condition de cyborg.
Malgré tout, Gunnm représente un ode à la vie et à la recherche de soi pour exister dans un monde qui peut étouffer.

Le scénario est en dent de scie et alterne entre séquences qui ne semblent pas rattachées les unes aux autres (on passe notamment de Makaku au motorball), mais le réel fil conducteur est la quête de Gally à exister et à ressentir ce qu'un humain peut vivre.
C'est pourquoi les faiblesses scénaristiques que je peux trouver dans le titre ne me dérange pas tant que cela, lorsque je lis Gunnm je lis un personnage, une personnalité à laquelle je m'attache et les péripéties ne sont pas ma priorité pour ce titre.
Commenter  J’apprécie          20
C'est déjà la fin de la série, l'heure de l'affrontement entre Desty Nova et Gally ! Qui dit dernier tome dit normalement révélation(s)... Nous apprenons enfin ce qu'est le secret des Zalémiens, celui qui aurait tant causé de détresse à Ido, au point qu'il efface ses souvenirs ! Et nous en découvrons plus sur le lien existant entre Den et Kaos. Mais certaines questions restent en suspens, peut-être faut-il lire les autres séries pour assouvir sa curiosité...

J'ai bien sûr lu ce neuvième tome avec avidité et un plaisir non dissimulé. Par contre, je pensais vraiment obtenir plus de révélations et d'explications. J'étais déçue aussi de ne pas revoir l'un des personnages principaux La fin est une véritable surprise, je ne réalise toujours pas que l'histoire s'achève réellement ainsi. D'ailleurs, on nous propose une fin alternative juste après, très différente de la fin originale...

Je suis ravie d'avoir découvert "Gunnm", ce manga de SF n'a pas pris une ride et aborde des sujets qui fascinent toujours autant l'être humain.
Commenter  J’apprécie          20
Le temps des révélations
Gally parvient à s'affranchir de Zalem, elle retourne sa colère sur Nova, ce dernier lui propose de lui révéler le secret des citoyens de Zalem en échange de sa survie. Je ne dirais rien de plus sur ce dernier et génial épisode, afin que le plaisir de la découverte reste entier. C'est tout simplement un sommet du manga SF. Je crois bien que c'est le tout premier manga que j'ai lu, même avant Akira. le dessin de Yukito Kishiro est très précis, on le voit dans la représentation de tout ce qui est mécanique, sa ligne se fait très pure quand il représente certains personnages humains, le visage de Gally est emblématique, la dureté du cyborg combattant laisse transparaître une sensibilité, une humanité vraiment touchante. A lire absolument, l'avantage c'est que la première série n'est qu'en 9 épisodes. La version qu'on trouve actuellement en librairie est dans le sens original, il existe aussi une version grand format, ou plutôt, qui correspond au format de publication original, avec une fin légèrement différente. Dernière note pour les puristes : mes 9 critiques sont donc purement nostalgiques et représentatives de la première découverte de ce manga
fabuleux, elles sont donc potentiellement à reprendre entièrement dans un avenir... lointain ?
Commenter  J’apprécie          10
Pourquoi a-t-il fallu attendre les deux derniers tomes pour que le scénario devienne aussi intéressant ?
Bien entendu il reprend tous les éléments semés par ci, par-là au fur et à mesure des tomes. Je crois que j'aurais préféré une dispersion plus harmonieuse de ces éléments.
Donc là, en vrac, il y a l'aboutissement de l'histoire, la découverte du passé de Gally, les origines de Zalem et le passé du Pr. Nova. Tout ça dans un tome. Certes, c'est bien qu'il y ait des réponses aux questions posées mais il était temps ! Neuf tomes pour en arriver là.
Certes, de bonnes questions sont soulevées comme vivre les inégalités sociales mais bon, il y avait un peu trop de violence pour mon compte. Je ne suis pas certaine de lire la suite.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Même les nano-machines de Nova n'ont pas su arranger la laideur de ton âme !
Hein, tas de bidoche ?!
Commenter  J’apprécie          40
"Nous sommes tous dotés d'ailes. Nous ne les voyons simplement pas. S'il n'y a qu'une chose que je désirerais pour ce monde, c'est que tous les hommes volent de leurs propres ailes !" # Gally
Commenter  J’apprécie          00
_ Aux anges, le combat. Aux guerriers, le repos.
_ T'as fini ton homélie ?
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Yukito Kishiro (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yukito Kishiro
À l'occasion du Festival International de la Bande Dessinée 2020, Marius Chapuis, Commissaire d'exposition, journaliste à Libération, vous présente l'exposition « Yukito Kishiro : Gunnm, L'ange mécanique » à l'Espace Franquin.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/recherche?requete=Yukito%20Kishiro
Notes de Musique : Youtube Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : cyborgsVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (373) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4856 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}