AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
4,04

sur 37 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
5Arabella
  09 novembre 2018
Oeuvre d'une vie, le Roland furieux aurait été écrit et modifié pendant une trentaine d'années par l'Arioste, au début du XVIe siècle, la première version publiée date de 1516, mais d'autres suivront : des épisodes seront rajoutés, la langue même aura changée (du dialecte de Ferrare, l'Arioste passe au toscan littéraire). L'oeuvre est dédiée au cardinal Hyppolite d'Este (la famille d'Este est la famille qui dirige Ferrare à cette époque) et de nombreux passages glorifient sa famille, censée descendre de Roger, l'un des personnages principaux du poème, et plus loin d'Hector, le héros troyen. Il s'agit donc d'un poème, composé en strophes de huit vers, comportant 46 chants, ce qui dans l'édition dans laquelle je l'ai lue, fait environ mille pages. Autant être prévenu, on s'engage dans une lecture au long cours. le poème de l'Arioste fait suite à un autre ouvrage célèbre dans son temps, mais éclipsé par celui de sont continuateur, le Roland amoureux de Matteo Maria Boiardo . L'ouvrage de l'Arioste débute exactement à l'endroit où le Roland amoureux s'interrompait (Boiardo n'a pas pu le finir).

Nous sommes à l'époque de Charlemagne, qui est un personnage du poème. le roi sarrasin Agramant a décidé de faire la guerre aux Chrétiens, au début du poème, il fait le siège de Paris, où s'est réfugié Charlemagne. C'est que ses meilleurs chevaliers ne sont pas disponibles pour la défense du royaume, une certaine Angélique, au charme, irrésistible, est venue jeter le trouble, et les chevaliers, à sa poursuite, pensent plus à l'amour qu'à défendre leur suzerain. Angélique, fuit, et qui peut la poursuit. Elle fuira jusqu'à rencontrer l'amour en la personne de Médor, un obscur soldat sarrasin. Lorsqu'il apprend le mariage d'Angélique, Roland, le chevalier le plus puissant de tous, devient fou, et parcourt nu et irrésistible, la terre, provoquant des ravages auxquels personne ne peut mettre fin. Par ailleurs, de nombreux personnages vivent leurs histoires, de guerre d'amour, de sorcellerie. Roger et Bradamante, Alcine l'enchanteresse, Atlant et son château où les chevaliers sont pris au piège, Bradimart et Fleurdelys, Astolphe qui ira jusqu'à la lune à la recherche de la raison de Roland, et tant et tant d'autres traversent plus ou moins longuement les pages du poème.

L'oeuvre est un étrange mélange, à la confluence de diverses époques et genres. Les personnages et le contexte guerrier des batailles contre les Sarrasins évoque les chansons de geste. La magie, les fées et sorciers, les objets enchantés, les palais merveilleux qui se révèlent des prisons redoutables, les romans du moyen-âge, ceux qui relèvent de la matière de Bretagne,. Mais la renaissance est déjà là, et l'antiquité, ses épopées et sa mythologie, ont déjà fait un retour en force. Des récits enchâssés, les histoires de tromperies entre maris et femmes par exemple, font penser au Décaméron. C'est donc une sorte de somme, de mélange, entre l'ancien et le nouveau. C'est surtout un formidable réservoir d'histoires, de récits, de contes, qui sera une source d'inspiration quasi inépuisable, qui seront repris, réarrangés, dans des livres, des pièces de théâtre, des opéras, des peintures et dessins, puis des films tellement nombreux qu'il est impossible d'en faire le catalogue.

Les vers de l'Arioste sont beaux et élégants, une certaine ironie apporte une touche de légèreté, c'est très inventif également. C'est évidemment très long, il faut avoir le temps de plonger dans l'histoire, en essayant de ne pas se perdre dans tous les dédales et tous les personnages. Les passages nombreux glorifiant les d'Este sont par moments un peu lourds aussi. Restent les belles histoires, dont certaines sont devenues très connues, des personnages mythiques, loin d'une profondeur ou vraisemblance psychologiques, l'époque n'envisageait pas les choses sous cet angle, mais plutôt sous celui d'images somptueuses, d'archétypes. Un voyage dans le temps, l'espace, et le rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Tibere
  08 juillet 2012
Difficile de poser un avis sur cette oeuvre extraordinaire. Derrière ce grand récit presque féérique du moyen-âge carolingien se cache une finesse psychologique un peu ironique et une modernité impressionnante. le Roland Furieux est moderne a plus d'un titre, moderne devant sa liberté prise devant la religion catholique qui semble se transformer en une immense mythologie où, comme les Dieux de l'Olympe grecs d'antan, elle agit sur la fortune et l'infortune des héros de cette histoire, qui eux-mêmes ne respectent que rarement les dogmes chrétiens.

Moderne aussi par sa position novatrice envers les femmes de cette époque. On est loin du récit de chevalerie où une jeune femme est enfermée dans un château et attends qu'un gentil chevalier vienne la sauver. Ici, c'est souvent le contraire ! La stupéfiante Bradamante, qui sauve sans cesse son Roger des griffes des magiciennes et de mortels ennemis. Sans oublier Marphise, cette guerrière sarazzine qui n'hésite pas à se battre contre des hommes paladins. Et la vertueuse Isabelle, qui réussit à conserver sa chasteté par un moyen terrible mais redoutable : la mort.

Et puis, il y a aussi Angélique. Mais elle, je pourrai en écrire tout un roman, tant ce personnage est devenu un symbole dans toute la culture occidentale. le Roland Furieux parle aussi, justement, de ce Roland, qui aime Angélique, mais qui découvrant que celle-ci s'est donnée à un autre que lui, Médor, devient fou et abandonne tout ses devoirs de chevalier. Cette folie, c'est l'incarnation même de la désillusion. Roland croyait être aimé d'une femme qu'il n'a que rarement vue. Rêveur, il retrouve la réalité et après s'être senti aimé, décide de se faire détester, haïr jusqu'au plus profond de lui-même. Il ne parle plus, il hurle comme un animal. Il détruit le lieu où Angélique et Médor se sont aimés. On peut se demander d'ailleurs si cette sorte d'Eden en proie à la destruction n'est pas un reflet de la chute d'Adam et Eve, et qu'au fond, ce Roland furieux n'est ni plus ni moins un Dieu vengeur mais incapable d'assumer la chose la plus naturelle : l'attraction charnelle, réprouvée par l'Eglise de son temps. Mais ce serait peut être allé un peu loin dans cette analyse !

Le mouvement aussi est très important dans cette oeuvre. On voyage sans cesse, on ne s'arrête que très peu. Les récits s'enchainent rapidement. On passe d'un héro à un autre en quelques lignes. La liberté est partout. C'est d'ailleurs ce qui commence à naitre dans cette Renaissance, le désir de liberté. On (re)découvre un nouveau continent, la science se détache du carcan théologique, la Réforme va bientôt détruire l'unité catholique, bref, la folie de la nouveauté est en train de se répandre en Europe. L'Arioste (mais aussi Don Quichotte puis Le Tasse avec sa Jérusalem Délivrée) a compris ce changement et son chef d'oeuvre n'en est que le reflet. Bref, c'est un monument et je désespère de ne pas avoir appris l'italien pour mieux goûter cette prose !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Jesperah
  10 janvier 2020
Je ne vais pas faire une critique complète, car c'est une lecture très ancienne, mais je tenais à écrire une chose, qui DOIT ETRE DITE :
Angélique est l'un des plus extraordinaires personnages féminins jamais créés. Elle est sublime et intensément désirable certes, désirée par la majorité des hommes de l'intrigue, mais surtout elle est fougueuse, intelligente, fourbe, déterminée à défendre sa vertu contre tous ceux - et ils sont nombreux - qui voudraient la lui ravir, et il lui arrive un nombre incalculable d'aventures très étranges et dangereuses, dont elle sort parfaitement indemne, entre autres :

Un vieillard la drogue pour abuser d'elle (apparemment les agresseurs au Ghb existaient déjà), elle s'endort, le vieux veut mettre à éxécution ses mauvais desseins, que chacun imaginera sans peine, mais...


Attention, comment va-t-elle se sortir de ce mauvais pas ? Je rappelle qu'elle est inconsciente, et lorsque j'ai lu cela, à vingt ans, naïve que j'étais, je pensais que la situation était désespérée, que c'en était fait de la vertu d'Angélique, que tant et tant on nous vantait depuis le début du récit....


Et là....



Le vieillard....



Ne parvient pas à... violenter la jeune personne, du fait de son grand âge, il perd tous ses moyens, enfin le peu de moyens qu'il avait.
Et la voilà miraculeusement sauvée ! Si ce n'est pas extraordinaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
AmandineMM
  12 août 2011
Passionnant! Moi qui étais assez sceptique face à cette "reprise" de Calvino, j'ai été très agréablement surprise et suis sous le charme. Calvino est un excellent conteur et a admirablement repris ce poème de l'Arioste. Sa narration est entrecoupée d'extraits du poème même: il s'agit davantage d'une co-écriture que d'une reprise totale. Cela donne malheureusement parfois lieu à des répétitions que je jugeais assez inutiles, mais dans l'ensemble, c'est une vraie réussite!

Dans ce poème qui porte le nom de Roland, celui n'est pourtant pas le personnage principal: se succèdent, se croisent, se battent, s'aiment, se séparent et se retrouvent une multitude de personnages sans que l'un n'ait un rôle plus important qu'un(e) autre. Tous ces personnages ont un destin et un caractère bien à eux qui font que ce poème est tour à tour épique, merveilleux, tragique ou cornélien. Calvino et Ariosto font tous deux preuve d'un humour particulier (différent en partie par leurs époques respectives: le 20e et le 16e siècle) qui détend la lecture et m'a bien amusée.

Bref une lecture que je vous recommande et que je compte bien renouveler, mais en italien cette fois!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chartel
  08 novembre 2008
La Renaissance italienne est une période marquée par un retour aux sources païennes de l'Antiquité classique. Mais elle ne peut effacer ce qu'elle chercha à renier : l'art médiéval. Si une oeuvre apparaît bien à la charnière de ces deux univers, il s'agit sans aucun doute du "Roland Furieux" de L'Arioste. L'érudit de Ferrare se nourrit en effet des récits populaires du cycle carolingien narrant les exploits et les prouesses des chevaliers de l'Empereur Charlemagne - les paladins - face aux cruels infidèles mahométans. Même si la traduction dénature inévitablement la poésie de la langue toscane, transparaît malgré tout l'exubérance d'un récit épique, la vitalité d'une oeuvre rédigée pour le divertissement des grands princes des cités italiennes et l'universalité d'une oeuvre documentaire qui témoigne des goûts artistiques de toute une époque.
L'édition poche GF Flammarion ne présente pas l'oeuvre dans sa totalité, mais des fragments choisis par Italo Calvino. L'introduction qu'il nous propose permet de contextualiser le "Roland Furieux". Ensuite, parallèlement au récit original, il comble les intervalles, laissés par les choix du découpage, d'un commentaire souvent ironique et subtil des différentes aventures et mésaventures des protagonistes, mais il en vient parfois à raconter ce que nous allons lire, ce qui diminue quelque peu le plaisir de la lecture.
Pour les amoureux de la chevalerie, "Roland Furieux" doit figurer sur la liste des références. Tous les ingrédients du genre y figurent à merveille : princesses éplorées, duels fratricides, giclées sanguinolentes, têtes fendues, assauts dantesques et longs périples à travers forêts, montagnes, déserts et pays lointains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ManonRL
  15 janvier 2018
J'ai étudié cette oeuvre conséquente en fac ( et même traduit des passages pendant mes cours de littérature ancienne) pour réaliser que ce livre est vraiment complet dans tous les sens du terme. Ecrit par L Arioste, le Roland Furieux relate un entrelacement d'aventures épiques avec pour arrière-plan la lutte entre Charlemagne et l'ennemi Sarrasin. Plusieurs récits s'intercalent et l'on assiste principalement à la folie de Roland engendrée par une princesse païenne en fuite, Angélique que l'on retrouve dans les bras d'un guerrier ennemi blessé. On retrouve d'autres épisodes significatifs comme Astolphe, un ami de Roland qui va sur la lune récupérer sa raison ( autrement dit, Roland ne la retrouvera jamais...) avant de plonger dans d'autres histoires comme celles de Renaud, ou encore l'intrigue amoureuse entre Roger et la guerrière Bradamante, un de mes épisodes favoris d'ailleurs ;) le Roland Furieux fait écho à la période de la Renaissance et reste nostalgique de la chevalerie!
Commenter  J’apprécie          40
Tipee
  29 août 2016
A l'heure où les débats sur les héros dans la littérature sont très présents, il est bon de faire un retour vers l'épopée médiévale.
Qu'a-t-on ici ?
Nous n'avons pas un grand héros mais plusieurs guerriers intrépides avec leurs forces et leurs faiblesses, qu'elles soient physiques ou mentales. Souvent d'ailleurs, certains des plus grands héros de cette histoire deviennent fous en ne pouvant contenter leur amour chevaleresque pour la femme promise.
Et quand je parle de héros, je pense aussi aux héroïnes. Loin des clichés sur pattes que l'on voit actuellement, nous avons ici des femmes de divers caractères, certaines montrant de la dévotion, d'autres de l'amour, certaines du courage dans la bataille, et quelques cas uniques rassemblent toutes ces exigences.
Ce poème en vers dans la version originale, en prose en version française est un manifeste de l'épopée, tout comme le sont les Romans de Chrétien de Troyes. le fil conducteur reste la guerre entre la France gouverner par Charlemagne (Bien qu'il est souvent noté Charles, je me pose donc la question de la véracité du nom de Charlemagne, ou alors de son grand-père Charles Martel) contre les musulmans du Nord de l'Afrique et d'Espagne. A cela s'ajoute des batailles entre les deux clans, mais aussi l'esprit chevaleresque qui se fait affronter plusieurs chevaliers d'un même camp. Il y a aussi des batailles pour des femmes, des chevaux ou des pièces d'armures, quand ce ne sont pas les femmes qui prennent elles-mêmes les armes pour ce faire vengeance. Il est donc tout naturel d'aimer chaque héros de cette histoire, que ce soit l'invulnérable Roland, l'indomptable Roger, le noble Renaud, l'effronté Rodomont, la guerrière Marphise ou l'une des instigatrices des plus grands maux : Bradamante.
Ce livre est long, très long, mais l'on ne s'ennuie jamais, par le courage que montrent ces chevaliers, les traîtrises de certains royaumes, les gestes déplacés de certaines personnes (Oui déshabiller toutes les femmes qui passent dans son royaume c'est quand même tordu), mais aussi l'intervention des mages et des fées. Notre cher Merlin fait également sa petite apparition.
Bref j'ai adoré ce livre, je pourrais en parler pendant des heures, mais vous ne liriez jamais cette critique. Sur ce, foncer le télécharger, il est gratuit sur liseuse, ou presque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
671 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre