AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Un arbre, un jour... (42)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Ladybirdy
  23 décembre 2018
Voilà cent trois ans que le platane d'un village de Provence veille sur ses habitants, leur offrant un peu d'ombre par chaudes journées ou encore une petite tanière pour les amoureux. Il fait le bonheur des habitants dont certains d'entre eux sont encore plus attachés à cet arbre centenaire.
Raphaël n'a pas eu une enfance joyeuse, il a dû très vite choisir entre son père ou sa mère, choix qui le torture encore à l'âge adulte et pour lequel il suit une psychanalyse. Mais le seul soutien qu'il retient de ses séances est le platane qu'il observe devant le psy et qui le rassure.
Fanny est en couple avec Aurélien. Habituée aux défis que celui-ci lui lance à tout-va, la panique vient à elle quand Aurélien lui lance que si le platane survit, s'en suivra une demande de mariage auquel cas il la quittera...
Clément est un jeune écolier de 10 ans attaché à la cause écologique et qui ne comprend pas qu'on puisse tuer un être vivant tel qu'un arbre.

D'autres citoyens vont rejoindre ce petit monde amoureux du platane et se liguer pour le sauver car le maire a décidé de l'abattre.

Ce joli monde se raconte à nous à côté des pensées du platane qui a lui aussi des choses à partager. C'est bien connu que les arbres ressentent et partagent leur énergie avec nous tous.

Je n'irai pas jusqu'à penser que ce roman « cache une forêt d'émotions » mais qu'il est rempli de gentillesse bon enfant, un chouïa simplet, il a malgré tout le don de nous faire passer un bon moment et nous rappeler par sa couleur verte nos beaux sapins de noël qui dans leurs branches nourrissent de beaux messages de paix, solidarité, amour et espoir.

À vous tous, chers amis, je vous adresse tous ces messages afin de vous souhaiter un joyeux noël et de merveilleuses fêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6811
Jeanfrancoislemoine
  22 juillet 2019
Période toujours un peu difficile pour la lecture et moi en juillet , cette année comme les autres , et pourtant , impossible de lâcher complètement, alors les choix ......sont plus délicats .Ce petit livre à la belle couverture m'a " tendu les bras " , sans doute sensible à mon besoin de me ressourcer en cette période où tout autour de nous nous incite à " nous abandonner " à la beauté des paysages , à la douceur des eaux lacustres , au clapotis des vagues sur le sable doré et chaud , à la douceur et à la longueur des soirées bénies , à l'inquiétude aussi , liée à ces canicules et cette sécheresse dont on ne peut plus désormais ignorer le danger . Ce livre , il me l'a sussuré comme une confidence , " on a tous un banc , un arbre et une rue " ou encore " auprès de mon arbre , je vivais heureux , j'n'aurais jamais dû m'éloigner d'mon arbre...." Oui , mes amis , le héros de cette touchante histoire , c'est un platane centenaire qui trône sur la place , au centre du village . Et il en a vu des choses , ce témoin de la vie , il en a connu du monde , il pourrait parler , mais...on l'a condamné à disparaître : en mauvais état et donc dangereux , dit - on. Et pourtant , quand on lui donne la parole , il semble plutôt sensé , plutôt bienveillant à l'égard de tous ces gens qui s'agitent à ses pieds , sans toujours bien le remarquer , toujours protecteur de " la mémoire" , comme du monde contemporain . Son "ennemi ", c'est François , l'employé communal qui exécute les ordres du maire .( enfin , François, ennemi , ennemi , un bien grand mot) . Son premier défenseur , c'est Clément , dix ans , petit bonhomme au charisme touchant , un bonhomme déterminé à fédérer autour de lui toutes les générations pour sauver celui qu'il considère comme un ami , une bouffée d'oxygène , un membre à part entière de la communauté villageoise ....Mais comment un gamin de dix ans pourrait - il venir à bout de la bêtise ou de l'indifférence des hommes ?
Un petit livre sympa , sans prétention, quoi que ... , bien écrit, poétique avec lequel vous passerez forcément un bon moment , une sorte de fable contemporaine pour nous rappeler , une fois de plus , combien le relation des hommes avec la nature est indispensable , pour des " tonnes " de raison....Et le pire , le pire , c'est que ce beau message a encore bien du mal à franchir toutes les barrières de la conscience ( des intérêts égoïstes ) des hommes......Un livre pour méditer sur un avenir de plus en plus incertain , et pourtant....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          623
viou1108
  01 mai 2018
Ahlala, les amis, faut que je vous raconte : moi et mon côté fleur bleue on est tombés sous le charme d'un bel arbre. Pas un chêne multi-centenaire massif et solide, pas non plus un grand peuplier dégingandé la tête dans les nuages, ni même un saule rieur le long d'un ruisseau, non non, rien qu'un joli platane sur une place de village provençal. 32 mètres de haut, 103 ans, en bonne santé, les racines bien accrochées et la couronne bien posée sur les épaules, il fait partie du décor et de la vie des habitants, donne de l'ombre quand le soleil tape dur, laisse les enfants grimper à ses branches, se laisse graver le tronc par les amoureux ou caresser l'écorce en cas de coup de blues. Bref, l'arbre parfait, dont les feuilles ne bouchent même pas les corniches et dont les racines ne descellent même pas les pavés. du genre qui vous donne envie de voler à son secours toutes affaires cessantes quand, un vilain jour, il fait l'objet d'un arrêté municipal d'abattage. C'est Clément, même pas dix ans, qui lance la rébellion et entraîne avec lui Suzanne, la tenancière du bar PMU, Fanny, l'amoureuse pas heureuse, les soeurs Bonnafay, alertes nonagénaires, Raphaël le dentiste indécis et Manu le bourlingueur qui refuse les amarres et les attachements. Pendant que le compte à rebours s'égrène vers la date fatidique du 21 mars (abattre un arbre le jour du printemps, en voilà une hérésie), le comité de soutien s'active autour du platane. Et tout le monde s'exprime dans cette jolie fable, même Mr le Maire, le bourreau, et même l'arbre, sa victime. Celui-ci, au début, ne comprend pas les raisons de cette effervescence, et observe avec curiosité l'agitation autour de lui. Quand il réalise que sa fin est proche, ses racines se crispent, il est terrifié, se sent bien trop jeune pour mourir, pensez donc, 103 ans, il n'est qu'un gamin à l'échelle platanesque, mais surtout il est totalement impuissant et ne peut compter que sur les humains pour le sauver...

Ce roman adorable est une petite douceur, une gourmandise qui se lit très vite, dans laquelle on s'attache à cette galerie intergénérationnelle de personnages bigarrés, avec leurs plaies, leurs bosses et leurs sourires. Leurs points de vue se succèdent à tour de paragraphes, au fil des 21 jours avant l'échéance, pendant que le platane les regarde en essayant de les comprendre et se souvient de sa jeunesse. Cette histoire d'arbre a un charme fou, disais-je, pleine de poésie et d'humanité. Aujourd'hui 1er mai on offre du muguet, permettez-moi de faire l'originale et de vous proposer un brin de platane.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          588
La_Bibliotheque_de_Juju
  16 juillet 2019
J'aime beaucoup le genre du roman choral et pourtant je n'aime pas beaucoup les chorales … Comme quoi …

Ici, il est question d'un arbre. Et des gens qui le croisent sans le voir. Des êtres qui nous ressemblent. Qui gravitent autour de lui. Il les a vu grandir, ils vont le voir périr. Sauf s'ils se battent …

Les personnages de cette fable moderne sont des héros que l'on croise au quotidien dans nos petites vies. Il y a François, employé communal appliqué et travailleur qui respecte les ordres. Clément, ce petit garçon facétieux et idéaliste qui ne comprend pas ces adultes un peu bizarres. Adeline et Violette, deux vieilles dames, binôme ancestral qui semblent ne faire qu'une. Fanny, aérienne et touchante à la fois et, amoureuse de l'amour. Et tous, qui de près ou de loin, gravitent autour de cet arbre planté là, sur la place du village.

Un joli roman. Qui se lit comme on se promène. Comme on se rencontre un peu. Comme on s'intéresse pour une fois à son voisin.

Un livre tendre, poétique où un arbre peut devenir le héros d'une histoire qui le dépasse. Ou ces personnages, différents et pourtant si semblables, vont finir par tous se battre aux côtés de la nature.

C'est l'histoire d'un compte à rebours, la chronique d'une mort annoncée. Portrait provincial de gens ordinaires qui peuvent devenir extraordinaires par la force des choses.

Une lecture efficace où l'on passe d'un personnage à l'autre en quelques lignes, où vous pourrez entendre penser le fameux arbre. Une lecture idéale si vous avez besoin de souffler un coup, de respirer un petit peu mieux.

Karine Lambert, d'une plume sans prétention, offre un tableau vivant, une carte postale d'humanité, pleine de sourires et de petites douleurs. Un livre qui fera sourire et qui rend un peu plus léger son lecteur.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          543
sylvaine
  14 juin 2018
Un arbre , un jour. Karine Lambert . Editions Calmann-Lévy O2/05/2018.

Il était une fois un village dans le Sud , il était une fois la place du village, il était une fois un arbre au coeur de cette place , il était une fois un arrêté municipal affiché sur son tronc... 103 ans que le platane trône au milieu de ce village provençal , du haut de ses 32 mètres il jette un regard bienveillant sur ces humains qui vont qui viennent autour de lui . Il les a vu naitre, grandir, aimer, pleurer, partir et revenir ou partir et ne pas revenir . Alors lorsqu'ils apprennent que leur arbre va être abattu , c'est la consternation . Comment faire pour empêcher cela ? comment convaincre le maire ? comment , comment ? Ils ne sont pas bien nombreux à essayer de faire quelque chose , mais ils se serrent les coudes .... et si , et si ...
Un bien joli roman , une bien jolie écriture . Karine Lambert m'a embarquée avec elle dans un tourbillon de sensations et d'émotions et je me suis laissée faire avec le plus grand plaisir . Des personnages attachants, plus vrais que vrais, une mise en page originale -jolie idée cette feuille de platane qui introduit les propos de l'arbre,- une couverture réussie . Un roman qui fait chaud au coeur . Merci aux Editions Calmann-Lévy via NetGalley pour ce moment tout doux
#UnArbre,unJour #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
frconstant
  16 mai 2018
Avec une mention spéciale décernée à Constance CLAVEL, l'illustratrice qui a conçu et réalisé la très jolie couverture, "Un jour, un arbre", signé Karine Lambert, est une Madeleine pour tout qui a connu un village ou un quartier qui lui était cher au coeur avec sa place et son platane, ce solitaire qui cache une forêt de sentiments à partager.
On y retrouve l'arbre, bien sûr. Monument capable d'écoute, d'accueil mais aussi bourré d'interrogations longtemps bien plus centrées sur ces hommes et femmes qui l'entourent que sur son propre devenir. Et pourtant, cet arbre, un jour ...
Puis on découvre une palette de personnages attachants, un gamin de dix ans plus citoyen que beaucoup d'autres et son amie (ne dites pas encore son amoureuse) du même âge. Un cantonnier fidèle à la consigne, comme l'allumeur de réverbère, mais qui, un jour se mettra à réfléchir. Un vendeur d'artichauts, opportuniste mais prêt à se laisser prendre par l'aventure. Une patronne de bar, en bord de rupture. Un voyageur, qui deviendrait encore bien sédentaire. Deux charmantes petites vieilles aussi fidèles à leurs fiancés morts en héros qu'à l'aide qu'elles se portent mutuellement et aux différences qu'elles cultivent ... Et ce n'est là qu'un échantillon de tout ce petit monde, cosmos d'un village, image d'une société.
Tous, ils ont des sentiments qui ne demandent qu'à être partagés, confrontés, unis autour d'une cause fédératrice, l'arbre ! Tous ils ont des idées, parfois farfelues dont certaines se révéleront efficaces. Tous se découvrent et se remettent à vivre d'avoir vécu cette expérience solidaire autour de l'arbre.
Et c'est bien là le message que je retiens de ce petit livre qui, au-delà de faire rêver, pousse à agir ensemble !
L'auteure, Karine LAMBERT maîtrise son écriture pour nous rendre les clichés de vie qui font la trame de son récit. Sa profession de photographe n'est sans doute pas étrangère à sa manière de capter la vie et de nous en rendre des images écrites criantes de vérité.
Et puis, bien sûr, une énorme envie de découvrir « Eh bien dansons maintenant » et "L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes", autres écrits de cette Karine LAMBERT, belge de surcroît. Hé oui, je suis un peu chauvin !
Un arbre, un jour ... un très bon moment de lecture que je dois à la maison d'édition Calmann-Lévy et au Challenge NetGalley, France. A eux, un merci à hauteur d'arbre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
saphoo
  08 mai 2018
Un arbre, un jour … j'ajoute un village, un maire, deux soeurs, un gamin déterminé, un Fanny attendrie, une Suzanne courageuse, un Manu libre comme le vent, un François enfin libéré, un employé de mairie obéissant, la vie d'un village qui soudain se mobilise pour sauver l'être le plus ancien des habitants, celui qui écoute les confidences sans jamais les répéter, celui qui a été témoin de bien des drames mais aussi des joies, qui abrite avec bonheur tant d'enfants sur ses branches, qui offre le temps d'une saison sa frondaison à moult volatiles, qui vit et grandit majestueux au centre de la place, partageant sa magnificence en baignant la terrasse du PMU d'une ombre salvatrice. Bref, plus qu'un arbre, un être, le coeur du village. Mais voilà que le maire en a décidé autrement ! Ce n'est pas sans compter sur Clément qui entraine dans son sillage une partie des habitants du village et même plus pour combattre cette décision non fondée.
Il faut bien peu pour que tout d'un coup, le vent tourne, il faut bien peu pour qu'une histoire vous chamboule, quelques personnages, un arbre, un brin de poésie, un bouquet d'émotions, arrosé de chaleur humain, quelques graines de solidarité et d'amitié et le tour est joué.
Vous avez là, une belle lecture tendre, émouvante, charmante, qui vous propulse illico presto sur la terrasse du PMU à siroter une citronnade pour ma part en compagnie de Fanny, Violette ou encore Adeline, puis ensuite repartir avec un cageot d'artichauts que Manu la tête dans les nuages vous aura fourgué, histoire de lui faire plaisir. Et sans oublier d'épingler fièrement le badge de Clément : Touche pas à mon platane !
Si vous avez besoin d'un peu d'oxygène, d'un peu de compagnie sympathique, d'un brin de causettes sans prise de tête, rendez-vous sous le platane place du village, j'en connais pas le nom mais, il y a de la lavande pas très loin donc je suppose en Provence.
Faites comme chez vous, installez vous et ouvrez ce livre, vous passerez un bon moment en compagnie de tous ces personnages touchants et d'un arbre tellement attendrissant que vous aussi vous feriez tout pour lui laissez la vie sauvage.
Un grand merci pour ces quelques pages de pur bonheur, aux éditions Calmann-Levy et à Netgalley , un peu court à mon goût je serais bien restée encore un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
llamy89
  16 septembre 2018
Imaginez-vous dans un salon de jardin, à l'ombre d'un arbre fruitier, une boisson fraîche, le Kss Kss des cigales, vous y êtes !

Karine Lambert nous offre une madeleine de Proust. À coup sûr, vous retournerez mentalement dans une ballade au creux de votre enfance.
Tout y est... la bienveillance, la mesquinerie, le partage, l'envie que rien ne change.

"Auprès de mon arbre, je vivais heureux J'aurais jamais dû le quitter des yeux" disait le poète. du haut de ses 10 ans, Clément ne veut pas admettre qu'on puisse vouloir du mal au platane centenaire de la place du village.

L'arbre, heureux de contempler la vie paisible de sa place. Déposer là, il y a cent ans, il a vu le départ à la guerre des amoureux des soeurs Bonnafay, ne les a pas vu revenir... Il voit la belle et naïve Fanny ouvrir sa porte à des garçons pas faits pour elle. Il voit Suzanne s'user à briquer son comptoir en attendant le retour de son Joe. Manu le bourlingueur baba cool, fort d'une vie sans conformisme parce qu'on ne lui imposera pas la vie de commis d'assurances.

Karine Lambert, nous offre une évasion solaire en Provence. On entend les branches du vénérable mais très en forme platane frémir à l'approche des hirondelles, se réjouir de l'arrivée du printemps. On entend les kss kss des cigales entre les disputes d'Adeline et Violette, les deux vieilles soeurs qui se chamaillent, les pensées de Clément perché dans l'arbre au-dessus de sa boîte à livres. Clément a beau avoir juste 10 ans, il a le sens du juste.

Il n'est pas question qu'on abatte son platane ! les personnages de cette tendre histoire sont Pagnolesques et touchants. du 1er mars au 21 mars, la mobilisation du village qui va se solidariser autour de la survie de son platane se vit avec intensité et suspense.

Une jolie histoire pour se rappeler qu'il faut sauver cette part de nous qu'est notre enfance, notre environnement d'alors. Qu'est devenue votre école primaire ? Y avait-il le marronnier qui faisait pester le confrère de François Lebrun, lorsqu'il fallait en balayer les feuilles ?

Karine Lambert propose cette plongée dans des sensations olfactives, visuelles, émotionnelles fortes qui embarque totalement. le platane se raconte, nous raconte sa sensibilité, sa joie d'être là parmi tous ces personnages attachants.

Un vrai bonheur de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
nathavh
  06 mai 2018
Quel bonheur de retrouver la plume toute en émotion de Karine Lambert.

Direction dans un petit village du sud de la France, cela fait plus d'un siècle que le platane trône au milieu de la place. du haut de ses trente-deux mètres, il est témoin de la vie du bourg. Nous sommes le 1er mars, le printemps approche.

François Lebrun l'ouvrier communal plante deux clous dans son écorce, il ne fait qu'exécuter les ordres : un avis qui signale que le 21 mars, jour du printemps, le platane sera abattu !

Ce message ne reste pas longtemps en place. Clément Pujot, un gamin du village l'arrache dépité.
Ce n'est pas possible ! Pas l'arbre ! Il va du haut de ses dix ans se démener pour sauver l'arbre.

Petit à petit un comité de soutien se constitue, c'est l'occasion de découvrir la petite communauté villageoise et de créer des liens, une vraie solidarité !

Sur la place, il y a Suzanne qui vient de reprendre le bar PMU de sa tante, et qui au delà de ses problèmes personnels (l'accident de Joe et son absence) et se problèmes financiers va organiser le comité de défense de l'arbre.

Il y a les soeurs Bonnefay, nonagénaires , cabossées par la vie, qui vont aussi se livrer au combat, quitter leur isolement pour participer à la vie de la communauté.

Raphaël l'indécis, incapable de faire des choix, quittera-t-il son psychiatre pour enfin avancer ?

Fanny est styliste culinaire, ses amours sont compliquées.

François le vendeur d'artichauts qui fument des joints pour oublier sa solitude sera t-il spectateur ou acteur ?

Il y a aussi le voyageur de retour au village...


L'arbre sera le centre des préoccupations de chacun. On chanterait bien "Auprès de mon arbre, je vivais heureux...

L'originalité de ce récit réside dans le fait que l'arbre est un personnage comme les autres, lui aussi parfois empreint de solitude et il parle, il s'exprime tout au long du récit. J'ai un peu pensé à Didier van Cauwelaert "Le journal intime d'un arbre" à la lecture mais de très loin car là aussi l'arbre mort s'exprimait.

On apprend des tas de choses sur les arbres et leurs vies, leurs amours, leurs nuits.

La solitude est au centre du récit, l'arbre rapprochera certains, ils deviendront solidaires.

Quelle jolie plume, bienveillante, sensible. L'écriture est poétique, très belle. La construction est chronologique, très vivante, elle nous livre les points de vue des habitants du bourg. C'est aéré, la cohésion est parfaite.

J'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture, rapide, fluide. Lisez-le c'est un remède contre la morosité, ce récit est original et procure de belles émotions.

Ma note : ♥
Lien : https://nathavh49.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
coquinnette1974
  17 juin 2018
Un arbre, un jour de Karine Lambert m'a été envoyé par net galley et Calmann-Lévy, que je remercie. Cela m'a fait hyper plaisir qu'ils acceptent ma demande car j'ai beaucoup aimé les deux premiers romans de cette auteure et je me réjouissais de découvrir Un jour, un arbre.
"Du haut de mes trente-deux mètres, je les regarde vivre sur la place du village. Depuis cent trois ans, je partage leurs nuits et leurs jours, j'effeuille leurs amours et parfois j'envie leurs cris de joie."
Lui, c'est un platane, qui est le coeur de ce village. Il vit sur la place, il observe ses habitants, leurs joies, leurs peines...
Mais un jour, un avis est placardé sur son tronc par le cantonnier... Notre pauvre platane est soi disant malade, il va devoir être abattu...
Mais Monsieur le Maire a oublié qu'il avait des administrés, peu contents de cette décision...
Notre platane va t'il être abattu ? Ou être sauvé ??
J'ai adoré ce roman, très touchant. Avec un dénouement qui m'a beaucoup plu. Je ne m'attendait pas au fin mot de l'histoire... Sacré Monsieur le Maire !
L'auteure fait parfois parler le platane, mais pas uniquement car on découvre aussi les habitants du village. Notamment Fanny que le platane observe par la fenêtre ou le cantonnier, qui ne fait que son travail. Sans oublier Clément, un petit garçon très attachant et bien décidé à sauver l'arbre.
L'histoire est très bien ficelée et je me suis rapidement attachée à tout ce petit monde, à commencer bien sur par le platane, qui ne veut pas mourir.
Un arbre, un jour est joliment écrit, c'est plein de poésie, et j'ai pris plaisir à le lire d'une traite.
J'ai eu un coup de coeur, et je mets avec plaisir cinq étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Eh bien dansons maintenant! de Karine Lambert

Quel est le surnom de Marguerite?

Maddie
Pépette
Maguy
Maggie

20 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Eh bien dansons maintenant ! de Karine LambertCréer un quiz sur ce livre