AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266277303
384 pages
Éditeur : Pocket Jeunesse (15/06/2017)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Becca Hanson n'a jamais pu donner un sens au monde réel. Quand sa meilleure amie Charlotte est morte, elle a abandonné complètement. Heureusement, Becca peut compter sur ses livres pour s'échapper - d'autres fois, d'autres endroits, d'autres personnes ...
Jusqu'à ce qu'elle rencontre Max Herrera. Il a subi une perte aussi, et ses yeux somptueux et somptueux voient Becca de la même façon que personne d'autre à l'école.
Comme il s'avère, les baisers es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
BOOKSANDRAP
  14 juillet 2017
> https://booksandrap.wordpress.com/2017/07/14/max-becca-shannon-lee-alexander/

Si vous me suivez depuis quelques temps vous devez savoir que j'attendais ce bouquin depuis des mois ! J'avais eu un énorme coup de coeur pour « Charlie + Charlotte » et je n'avais qu'une hâte, découvrir l'histoire de Becca, la petite soeur de Charlie… Je ressors de cette histoire comblée, complètement ravie avec néanmoins un tout petit moins d'enthousiasme que pour le tome précédent. Peut-être dût à l'histoire en général, où aux thèmes abordés qui m'ont moins captivée. Même si j'ai profondément adoré ces nouveaux personnages, je ne me suis pas autant reconnue en eux que dans la romance de Charlotte et de Charlie.
Encore une fois, cette histoire confirme mon amour pour les livres de Shannon Lee Alexander.
Je vous conseille d'avoir lu « Charlie + Charlotte » avant de vous plonger dans celui-ci car même si on suit des personnages différents, avec une romance totalement différente, ce n'est pas un tome compagnon. Je vois ce livre comme une suite directe vu tout ce qui se passe dès le début. Vous risqueriez d'être spoiler et de vous gâcher complètement le plaisir de découvrir ce que renferme le premier tome. Toute l'intrigue et le suspense du premier livre est dévoilé dans « Max + Becca ».

La première chose qui m'a tout de suite sauter aux yeux est la structure toute particulière de ce roman.
Le bouquin se découpe en plusieurs actes composé de différentes scènes. J'ai adoré ce petit rappel et ce joli clin d'oeil au théâtre. C'était hyper intéressant de construire l'histoire autour de cela, avec des indications sur l'espace temporel comme si nous étions réellement en train de lire une pièce de théâtre. J'ai trouvé l'idée et le principe très sympa, j'ai pris beaucoup de plaisir à évoluer dans cet univers, bien que ce ne soit pas du tout le mien, j'ai appris pleins de choses, et j'ai aimé découvrir l'envers du décor, avec la pression et les répétitions que subissent nos personnages. C'était très immersif, très entrainant.

Encore une fois, j'ai passé un super moment. Pour la romance, douce, fragile, tendre, pour le côté plus dur et dramatique aussi. J'ai aimé la simplicité de la plume de l'auteure, sa facilité à faire ressentir tout un tas d'émotions au lecteur.
Alors c'est certain, il ne se passe pas mille et une chose, on ne découvre pas un roman bourré d'action, avec tout un tas d'aventure mais qu'est-ce que c'était bon quand même !
C'est typiquement le genre d'histoire qui se dévore et dans lequel on se sent bien. On prends énormément de plaisir à suivre le quotidien de Becca, de retrouver des personnages qu'on a adoré dans le tome précédent et d'en découvrir de nouveaux qui nous émeut et nous font rire. J'ai passé un excellent moment, c'est un vrai bon young adult avec une romance toute douce et attendrissante qui se développe gentiment et qui n'est ni vulgaire ni forcée.
Et même si par moments c'est déchirant, c'était encore une fois bourré d'humour. Ça équilibrait à la perfection le récit. Shannon Lee Alexander à le don de créer des histoires à la fois sombre et lumineuse. Même si certains passages sont difficiles, si les situations sont complexes à surmonter, il y a toujours un personnage aux répliques amusantes et légères qui fait redescendre la pression et rend l'histoire moins tragique.

Et puis il y a toute cette dimension de confiance en soi et de deuil.
Je trouve ça génial de pouvoir trouver dans un livre adolescent des sujets aussi bien traités. « Max + Becca » est une sorte de roman d'apprentissage. On suit Becca dévastée, repliée sur elle-même, complètement isolée qui refuse de se rapprocher des gens et de nouer de nouveaux contacts de peur de les perdre et petit à petit, avec l'aide de Max elle s'ouvre et devient une jeune femme plus épanouie et heureuse. On la voit prendre confiance en soi, ce qui est très important à cet âge là, le lycée étant un terrain hostile où il est parfois difficile de savoir qui on est vraiment. On s'attache à ces deux personnages, on s'attache à ce qu'ils sont, ce qu'ils deviennent. Encore une fois le livre ne se résume pas à une amourette de lycéens. C'est bien plus ça. On les voit grandir, sortir de leur coquilles, affronter ce qui les blesse, ce qui les empêche de s'épanouir.

J'ai trouvé ce roman magnifique. Brillant. Absolument addictif. La romance est merveilleuse et sera parfaite pour vous accompagner cet été en vacances. le petit plus tout à fait sympa est pour les fans d'Harry Potter… L'auteur y mets de très nombreuses références, parfois tordantes, parfois plus sérieuses. J'ai trouvé ce petit clin d'oeil génial et ça m'a fait sourire de nombreuses fois.
Si vous ne connaissez pas encore cette auteure et ses livres en général, qu'attendez-vous ? J'ai un réel coup de coeur pour ce qu'elle écrit et attends avec impatience sa prochaine histoire. Je recommande vivement ! À découvrir !

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Aryia
  29 janvier 2020
Ne vous êtes-vous jamais demandé ce qu'il arrivait aux personnages de romans une fois la dernière page tournée ? N'avez-vous jamais voulu savoir ce qu'ils deviennent une fois la lecture achevée ? Personnellement, c'est une question que je me pose très régulièrement, après avoir rangé le livre sur son étagère : à quoi ressemble l'Après ? Quand j'ai quitté Charlie et Becca, à la fin de charlie+charlotte, je me suis demandé comment ils allaient parvenir à surmonter cette terrible épreuve, comment Charlie allait faire le deuil de son premier amour, et Becca de sa première amitié. S'en remettront-ils un jour ? Cela me brisait le coeur de les quitter dans un tel désarroi, mais je n'avais pas le choix : l'histoire s'arrêtait là, l'autrice toute-puissante avait choisi de cesser là son récit. Charlie et Becca semblaient condamnés à vivre éternellement avec cette douleur … jusqu'au jour où sortit max+becca. Je n'osais pas en croire mes yeux : était-ce bien ce que je pensais, ce que j'espérais ? L'autrice avait-elle réellement écrit cet Après qui me tourmentait tant ? La réponse est oui. Et je ne l'en remercierai jamais assez …
Charlotte est morte. Charlotte est morte et une partie de Becca est morte en même temps. Incapable de faire face à ce vide immense qui enfle en elle, la jeune fille se réfugie plus que jamais dans les livres, plus solitaire qu'elle ne l'a jamais été tandis que le souvenir de la seule et meilleure amie la hante nuit et jour … Jusqu'au jour où Max, le seul à ne pas la fuir comme si être « l'amie de la fille morte » était une maladie contagieuse, se fraye un chemin à travers le brouillard de tristesse qui l'entoure. Sans qu'elle ne comprenne bien comment, il la convainc de faire partie de l'équipe technique du groupe de théâtre du lycée … Mais voilà que Becca se retrouve propulsée sur le devant de la scène, elle qui n'avait jamais fait de théâtre auparavant … Mais est-ce bien raisonnable, de devenir Juliette, quand on n'est pas sûre d'avoir le courage de s'éprendre d'un Roméo ?
Si le premier opus nous invitait à suivre le très cartésien Charlie, pour qui l'amour était une réalité bien trop abstraite, ce second tome nous invite à faire plus profondément connaissance de sa petite soeur, la très sensible Becca. Becca la solitaire qui vient de perdre celle qui fut sa première et dernière amie, et qui n'a pour seul refuge et réconfort que les livres qu'elle dévore avidement, compulsivement. « Dans les livres, quand un personnage meurt, c'est triste, mais je m'en remets parce que je n'ai qu'à revenir quelques pages en arrière et ils sont à nouveau en vie. le monde est moins dangereux dans les romans. » Vous n'imaginez même pas à quel point je me suis sentie proche de Becca, à quel point j'ai eu l'impression de me regarder dans un miroir. Bien sûr, je n'ai pas perdue d'amie à cause d'un cancer – encore faudrait-il avoir eu une amie à perdre. Mais Becca et moi avons des milliards de points communs, et je n'ai eu aucune difficulté à la comprendre. Parce que je suis comme elle. Comme elle, je préfère m'enfermer dans mes mondes imaginaires que d'affronter le monde et ses dangers. Parce que « les gens, les vrais, c'est compliqué, bien plus que dans les histoires. Il est impossible de les connaître entièrement. ».
Mais voilà que Max surgit sur sa route, aussi soudainement que l'avait fait Charlotte avant lui. Sans qu'elle ne dise rien, il comprend son désarroi, il comprend ses peurs, il comprend sa douleur. Et sans qu'elle ne lui ait rien demandé, voire même bien malgré elle, il va lui offrir son soutien inconditionné, son amitié et peut-être même plus encore, si seulement elle accepte de prendre le risque de s'attacher à lui. Car voilà bien tout le problème de Becca : elle est terrorisée à l'idée de perdre quelqu'un à nouveau, alors elle s'interdit de s'attacher à qui que ce soit. de plus, elle a le sentiment de trahir Charlotte en laissant Max entrer dans son coeur, dans sa vie … Cette histoire, ce n'est pas seulement – voire pas réellement – une histoire d'amour, c'est bien plus l'histoire d'une reconstruction : Becca réapprend à marcher sans Charlotte à ses côtés, elle réapprend à respirer sans Charlotte à ses côtés … elle réapprend à vivre sans Charlotte à ses côtés. Elle découvre qu'avancer, ce n'est pas oublier. Qu'elle a le droit d'aller de l'avant, qu'elle a le droit de tenter de nouvelles expériences, qu'elle a le droit à l'échec, aussi …
Et voilà le deuxième élément qui accentue encore la ressemblance entre Becca et moi : le théâtre. Au départ, Becca est plus que réticente à l'idée de s'engager dans cette activité : elle qui est la timidité et la discrétion incarnées, comment voulez-vous qu'elle monte sur scène ? Elle qui a pour seule ambition de se faire plus petite encore qu'une sourire pour ne pas qu'on la remarque, comment voulez-vous qu'elle se montre en spectacle ? Mais Becca va progressivement découvrir LE secret : quand on est sur scène, ce n'est pas nous que les spectateurs voient. Mais uniquement le personnage qu'on veut bien leur montrer. le comédien est parfaitement, rigoureusement, absolument invisible : il porte un masque qui le protège du regard des autres. Tout cela, Becca va le comprendre grâce à Darby, la « petite peste du club théâtre », qui s'avère en réalité bien plus profonde, sensible et gentille qu'on ne peut le penser. Car Darby est en représentation permanente : elle joue continuellement le rôle de la Reine, arrogante et sûre d'elle, pour mieux se protéger. Pour elle « le monde est un théâtre » … Mais Becca va rapidement comprendre à quel point c'est épuisant de ne jamais être soi-même, quand bien même cela nous permet d'être préservés du regard d'autrui. J'aimerai avoir le même courage de Becca et mettre fin à la pièce dans laquelle je me suis enfermée … mais il semblerait que Becca soit bien plus forte que moi.
En bref, vous l'aurez bien compris, avec ce second opus, Shannon Lee Alexander fait aussi bien qu'avec le premier, et peut-être même encore mieux ! Une fois encore, elle nous conte une histoire aussi belle que terrible, une histoire pleine de douceur et de douleur entremêlée. On rit, on pleure, parfois même les deux à la fois. Quelle joie de retrouver Charlie (même s'il n'est plus aussi présent que dans le premier opus) et Becca ! Quelle joie également de les voir, petit à petit, avancer vers la guérison ! max+becca, c'est un livre qui fait mal aux zygomatiques mais qui fait du bien au coeur et à l'âme. Alors si vous aussi vous avez eu le coeur brisé par la terrible histoire de charlie+charlotte, si vous aussi vous avez envie de faire encore un bout de chemin en compagnie de Becca et de son frère, n'hésitez vraiment pas à vous plonger dans ce nouvel opus incroyablement émouvant ! Et si vous n'avez pas encore lu le premier tome … et bien je vous invite à le faire très vite pour pouvoir ensuite lire ce dernier (pour vous réconforter après le précédent) !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marlene_lmedml
  26 juin 2017
Attention, la chronique peut contenir des spoilers sur l'opus précédent, [Charlie + Charlotte].
J'avais eu un gros coup de coeur pour [Charlie + Charlotte], l'auteure avait réussi à m'émouvoir jusqu'aux larmes. Ici, si [Max + Becca] n'est pas un coup de coeur, il n'en reste pas moins une lecture très intense et pleine d'émotions.
On se concentre sur le personnage de Becca, souvenez-vous, elle était la meilleure amie de Charlotte, la petite amie de son frère Charlie. Depuis la disparition de son âme soeur Charlotte, notre héroïne ne trouve plus sa place dans le monde qui l'entoure, elle se réfugie alors dans ses livres, elle vit à travers les histoires qu'elle dévore. Jusqu'au jour où elle va faire la connaissance de Max Herrera, il est le seul qui perçoit sa souffrance, car il sait ce que c'est, il a lui aussi perdu un être cher. Il l'incite à faire du théâtre, et à la surprise générale, elle décroche le premier rôle dans la pièce Roméo et Juliette. Mais arrivera-t-elle à sortir de sa bulle sous les yeux ébahit de Max ?
J'avais hâte de découvrir cet opus, il faut dire que Shannon Lee Alexander est douée pour transmettre des émotions. Ici rien n'est facile, Becca doit apprendre à vivre avec cette douleur sourde qui s'empare d'elle au quotidien, la perte de son amie Charlotte a semé le chaos dans sa vie. Elle n'a plus de repère et même si Charlie et ses parents sont très prévenants, elle a bien du mal à reprendre sa vie en main.
Sa rencontre avec Max va bouleverser son univers, elle trouve en lui un ami sincère, mais quand l'attirance s'en mêle, Becca est plus que troublée. Ses doutes et ses angoisses l'assaillent, l'empêchant de faire des choix pour elle-même, pour vivre sa vie et aller de l'avant sans pour autant oublier son amie Charlotte.
Ce livre m'a énormément plu pour plusieurs raisons. D'une part, grâce aux personnages de l'auteure, elle nous pousse à aimer ses protagonistes pour tout ce qu'ils représentent, Becca est une jeune femme timide, bloquée depuis la disparition de son amie, elle se renferme sur elle-même, et dans l'histoire on la voit éclore, sortir de son cocon où elle s'était enfermée. Becca n'est pas une fille lambda, elle a une sensibilité à fleur de peau, elle est douce et attachante, j'ai vraiment adoré son personnage car ses doutes et ses peurs sont fondées sur la perte de son amie, qui avait réussi à la révéler à elle-même, Shannon Lee Alexander nous fait ressentir la moindre de ses souffrances, et cela en devient presque troublant, car après la mort de mon père j'ai ressenti des émotions similaires, l'auteure a réussi à mettre en scène son héroïne de façon vraie et authentique, sans fioriture.
Max, notre héros est adorable. Lui aussi est différent des personnages masculins que l'on peut rencontre dans les romans, son côté artistique est très plaisant à découvrir, je l'ai trouvé trop mignon dans ses approches maladroites avec Becca. Max c'est le genre de jeune homme qui peut être tout à la fois, l'ami, le confident, et le petit ami. Il a toutes les qualités pour plaire aux jeunes femmes. Sa part de timidité le rend vulnérable et aussi très attirant.
J'ai adoré le contexte de l'histoire, le récit est divisé en plusieurs actes, à la façon d'une pièce de théâtre, le lecteur se laisse séduire par l'évolution de l'intrigue, découvrant au fil des pages une ribambelle de personnages qui ne manqueront pas de vous faire réagir. Je dois dire que j'ai adoré Victor, le meilleur ami de Max, qui nous permet de bien rire avec ses réparties pleines d'humour. Les autres personnages secondaires m'ont bien plu également, et je dois dire que j'ai eu une belle surprise avec Darby, l'une des protagonistes. Darby pourrait être la peste que tout le monde déteste, j'avoue que dans le début de l'histoire, je ne l'ai pas forcément appréciée, et puis elle aussi va se révéler et avoir une place importante dans le dénouement de l'histoire. Charlie est présent à certains moments, et cela m'a fait un petit pincement au coeur de repenser à son histoire avec Charlotte. La nostalgie m'a assaillie, et quelque part j'ai aussi fait mon deuil pour cette héroïne que j'avais tant aimé.
Shannon Lee Alexander s'attaque à des thèmes lourds et difficiles à traiter. le deuil c'est quelque chose que l'on vit tous différemment, on a tous notre façon de surmonter la perte et l'absence d'un être cher. Ici, j'ai trouvé qu'elle a usé de beaucoup de tact pour nous exposer la façon dont Becca sombre après le décès de Charlotte. Elle démontre que nos émotions gouvernent notre quotidien, et que lorsque l'on arrive pas à trouver la paix et bien c'est difficile d'appréhender l'avenir sereinement. La romance est aussi très bien abordée, j'ai adoré le cheminement de l'histoire de Max et Becca. le parallèle entre le réel et l'illusion est très bien mené, étant donné que dans l'histoire il y a une pièce de théâtre qui se joue, et pas n'importe laquelle, Roméo et Juliette.
En bref, l'émotion était encore au rendez avec [Max + Becca]. Shannon Lee Alexander a réussi à me séduire avec ses personnages et le contexte très original de l'histoire. J'ai adoré l'ambiance et le fond très émouvant de l'histoire. Je me suis projetée dans cette histoire, me mettant à la place de Becca pour ressentir la moindre de ses émotions. La plume de l'auteure est toujours aussi agréable, elle insère des sujets très sérieux dans une intrigue des plus divertissantes. le plus troublant c'est la crédibilité de cette histoire, je n'ai eu aucun mal à me dire que tout pourrait être véridique. J'ai refermé ce livre avec le coeur rempli d'amour ayant une pensée pour toutes les personnes que j'ai perdues.

Lien : https://lmedml.com/2017/06/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Luxnbooks
  19 juin 2017
L’affreux syndrome de la page blanche fait des siennes, les lectures les plus éprouvantes sont toujours celle qui me mettent les idées en vrac et nécessite un temps de réflexion avant de me démarrer cette chronique. J’étais loin d’imaginer que dès les premières lignes du prologue, mon cœur serait déjà violemment touché. Il faut dire que la douleur du tome précédent ne s’est jamais vraiment effacé, alors retrouver la souffrance de Becca et par son intermédiaire celle de Charlie m’a fait replonger dans ce qu’ils ont vécu.
Becca est un personnage absolument adorable, elle a cette capacité à être d’une simplicité désarmante qui rend son histoire crédible et par moments j’ai eu l’impression de me retrouver dans ses réactions. Dans le premier opus, à travers les yeux de Charlie j’avais immédiatement été touchée par cette douce jeune fille, qui jusqu’à sa rencontre avec Charlotte n’avait jamais eu la chance d’avoir une amie sur qui se reposer. Cette amitié a été le temps de plusieurs mois, sa bouée de sauvetage et grâce à son amie, elle a eu l’impression de ne plus avoir été invisible. L’histoire reprend lorsque Becca sent qu’il est temps de retourner en cours, mais affronter le deuil d’une amie va être terriblement difficile et même si elle est consciente de fuir la réalité en se plongeant dans la littérature, elle a simplement besoin de s’évader pour oublier à quel point le deuil lui pèse et à quel point l’absence de Charlotte est douloureuse pour Becca.
Une simple maladresse va la conduire à s’écrouler sur les genoux de Max… D’abord troubler par ce garçon qui semble vraiment la voir, elle va progressivement réaliser qu’il la comprend mieux que personne. Afin de la sortir de sa bulle, il lui propose de rejoindre la troupe de théâtre pour lui donner un coup de main sur les décors, d’abord réticente elle va se laisser convaincre pourtant contre toute attente, elle décroche le rôle de Juliette et même si le malaise est toujours présent, sa volonté de rendre fière Charlotte va la pousser à s’investir dans ce rôle qui lui rappelle de bons souvenirs. Sans compter que Max le technicos va s’avérer être un soutien infaillible, son amitié va la conduire à se questionner sur son avenir et il va lui offrir un épanouissement dont elle n’aurait jamais cru possible auprès d’un groupe d’amis soudé.
Malgré la simplicité du récit, j’ai immédiatement été séduite par les références littéraires et même si Becca a tendance à s’enfermer dans sa bulle avec ses livres, je me suis retrouvée en elle et dans certaine de ses réactions. Les souffrances engendrées par la perte de son amie, vont lui montrer la vie sous un autre jour et cette peur de l’attachement me parle beaucoup également. C’est une sensation particulière que de ressentir la connexion avec un personnage de fiction, Becca va fléchir de temps en temps, mais j’ai été tellement fière de la voir vivre. Elle va également pouvoir compter sur son frère Charlie, qui malgré sa propre souffrance va s’avérer être de très bon conseil. A commencer par la pièce à laquelle va participer Becca et qui va être le point de départ d’une nouvelle vie pleine de changements et de remise en question.
De nombreuses lectrices auront la chance de se retrouver dans le personnage de Becca et c’est la magie de la littérature. On constate sans mal que la magie des mots peut avoir un impact important dans le cœur d’un lecteur. Cet opus est différent du précédent et pourtant la brutalité des émotions est toujours aussi présente. Charlotte a laissé une trace indélébile dans la vie de Charlie et Becca, la route sera longue avant de pouvoir continuer à avancer, car ils ont tous les deux changés après son passage dans leurs vies. On savoure sans mal la simplicité du récit, sans réel rebondissement qui ne sont pas nécessaires à la reconstruction de notre héroïne. L’auteure a réussi à raconter avec douceur, la suite d’une terrible histoire qui ne sera jamais complètement oublier et sans jamais tomber dans le dramatique.
Agréablement surprise par la mise en page des chapitres, notamment car ils sont sous la forme d’une pièce de théâtre et alors que le tome précédent s’intéressait aux mathématiques, on ressent un vrai changement puisque qu’ici c’est la littérature qui est au centre de l’intrigue. Nos héros vont être réunis par une passion commune et même si leur passion n’évolue pas dans un même contexte, il est évident qu’ils ont de nombreux points communs et qu’il y a une connexion être eux. J’ai été particulièrement touché par la manière dont Max semble comprendre la sensibilité de Becca et il va lui offrir une amitié belle et sincère. L’histoire aurait pu être un coup de cœur les émotions s’y prêtent, mais une part de prévisibilité plane au-dessus de nos héros et malgré tout j’ai été terriblement émue par le combat de Becca.
Lien : http://wp.me/p4u7Dl-3r2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gaoulette
  15 septembre 2017
Un tome bien meilleur que le précédent mais il faut passer par Charlie + Charlotte pour comprendre max+becca.
Avec des mots simples et doux Shannon Lee Alexander nous parle avec brio du deuil chez les adolescents.
Becca dans le tome je voulais la découvrir. Jeune fille associable, qui a peur des gens et surtout ne vit qu'à travers ses romans. Jusqu'au jour où débarque la tornade Charlotte et va éclater sa petite bulle bien solide. Charlotte va bouleverser les convictions de cette fraternité et la consolider à sa manière.
J'ai trouvé donc le tome beaucoup plus personnel. Plus touchant. Il faut dire que le coté trop cartésien de Charlie était compliqué à suivre. Becca est la littéraire de la famille, la romantique et cela s'en ressent dans chaque ligne de ce roman. Et en plus si on rajoute la pièce de théâtre de Shakespeare Roméo et Juliette, mon coeur fond comme de la glace au soleil.....
Ce roman reste quand même adapté à un jeune public et pour les adultes qui garde une âme d'enfant comme moi.
Je ne peux pas en dire beaucoup sur le roman pour ne pas spoiler.
A vous de le découvrir par vous même. Faites la connaissance du trio émouvant Charlotte, Becca et Charlie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
GaouletteGaoulette   12 septembre 2017
C'est officiel, c'est la conversation la plus nulle de l'histoire, et c'est ma faute. Il dit que mon sourire lui donne l'impression que tout ira bien et moi je le complimente sur ses cheveux? Comme Si c'était le premier prix d'une exposition canine?
Commenter  J’apprécie          40
BOOKSANDRAPBOOKSANDRAP   14 juillet 2017
J'ai décrété que mon placard est une perte de place inutile. Dedans, il n'y a ni vêtements cool, ni passage vers Narnia.
- Becca ? appelle ma mère.
- J'arrive !
Je claque la porte du placard. Je devrais tout jeter et mettre une bibliothèque à la place.
Commenter  J’apprécie          30
GaouletteGaoulette   13 septembre 2017
Je ne peux pas échapper à mes sentiments. Je ne peux plus me cacher dans les livres, dans la vie des autres pour éviter de vivre la mienne, je ne peux plus me perdre dans les mots, car les seuls que je veuille entendre sont ceux que Max prononce.
Commenter  J’apprécie          30
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   26 juin 2017
Acte 1 – Scène 1 – [Une salle de classe]

J’ignore depuis combien de temps je suis de retour en cours. Je ne compte plus vraiment les jours. Seulement les pages. J’ai lu 3718 pages depuis que j’ai repris. Depuis que Charlotte est morte, il y en a eu 108023. J’en ai tourné 150 depuis que je suis descendue du bus ce matin. Dix depuis la dernière fois où j’ai pensé à Charlotte.

Elle ne reviendra pas et je ne sais pas quoi faire d’autre, alors je continue à tourner des pages.

Quel que soit le temps qui s’est écoulé depuis mon retour à Sandstone, notre professeur de littérature renforcée, Mme Jonah, m’a annoncé hier que je n’ai plus le droit de « rester posée comme un sac à lire » pendant son cours. Je trouve ça bizarre, mais après tout, je ne comprends jamais le monde réel. J’ai renoncé à lui donner un sens. Alors, aujourd’hui je suis assise comme un sac, à regarder par la fenêtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GaouletteGaoulette   12 septembre 2017
Les gens, les vrais, c'est compliqué, bien plus que dans les histoires. Il est impossible de les connaître entièrement. Et c'est ce qu'ils y a tout au fond des gens, les cancers qui grandissent en secret, qui blesse si on ne fait pas attention.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Shannon Lee Alexander (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shannon Lee Alexander
Interview with author Shannon Lee Alexander.
autres livres classés : reconstructionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Shannon Lee Alexander (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
660 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre