AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 130170539X
Éditeur : Éditions les Chemins Obscurs (26/11/2013)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Pas de répit pour la pauvre Stella! Elle n'a pas encore reçu son uniforme qu'un soldat lui fait une proposition assez directe. Et quand elle arrive enfin à se mettre quelque chose sur le dos, elle est tout de suite mise à l'épreuve. La terrible sergente Aki Rhys lui présente Orion, un géant couvert de plaques de métal et à l'énergie sexuelle presque infinie.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
fnitter
  16 mai 2016
Ça vire grand guignol.
Côté science-fiction, c'est toujours le vide intersidéral qui ne mérite même pas une réflexion.
Côté sexe : On le voyait venir le monstre aux multiples appendices. Ben ça y est, il est là, dans toute sa splendeur. Stella en prend pour son grade et prend au premier degré son statut d'Aspirante, avalant à grande gorgée le liquide roboratif qui s'échappe par toutes les extrémités excitées du monstre vert.
On voulait du ridicule, on est en plein dedans. le seul passage intéressant reste son « aventure » humaine.
Seconde et dernière tentative pour la littérature érotique des Bios super élite.
Le seul truc à sauver de ce nanar intersidéral (qui n'a d'étoile (Orion) que le nom, car il ne nous fait même pas voyager), c'est la couverture que je trouve très esthétique (tout comme la première).
Commenter  J’apprécie          606
biijou21
  29 avril 2014
Nous sommes toujours dans le camp où Stella, une jeune femme, décide de s'inscrire dans l'espoir de devenir pilote. Après les humiliations de l'examen médical et de la tonte, la jeune femme n'est pas au bout de ses peines, elle doit désormais faire une démonstration avec un converti nommé Orion. Cependant, la démonstration tourne mal (plus pour l'académie que pour Stella qui y a pris du plaisir) et elle finit à l'infirmerie où elle a un petit entretien avec le colonel qui se confond en excuses pour ce qu'elle subit. Puis de retour dans les dortoirs, en pleine nuit elle rejoint Martin, le magasinier avec qui elle prend un peu de bon temps.
Dans ce second épisode des aventures de Stella, on découvre un peu plus l'académie. le moment où les nouvelles recrues sont choisies semble être un événement très important et à ne pas manquer. Et oui, toutes les personnes qui travaillent à l'académie ont les yeux rivés sur notre petit groupe de demoiselles. Evidemment le côté humiliant des scènes est flagrant, se balader complètement nue pour aller récupéré son uniforme, il y a de quoi. Je trouve que l'auteure a vraiment su mettre la honte et l'excitation de Stella de même que sa curiosité en avant. Même si l'histoire est à la troisième personne, je me sentais comme étant Stella, je ressentais ses émotions, son excitation, son désir, ses peurs, sa honte, tout.
Nous connaissons aussi dans ce volume, le nom du magasinier : le tondeur du premier tome, il s'appelle Martin, et je pense qu'il est possible qu'on voit émerger une petite histoire d'amour entre lui et Stella, car il le dit lui-même, il a tout de suite été attiré par elle, et trouve qu'elle est la plus attirante et la plus belle du groupe.
Il y a aussi le convertis Orion, j'ai trouvé la démonstration à la fois comique est excitante. Je m'explique, si j'ai trouvé drôle cette scène, c'est parce que j'avais l'impression d'être devant le stéréotype du hentaï : les tentacules, le pistil, la fille qui a droit à de multiples orgasmes, et j'en passe. Malgré ce trait commun, j'ai aussi beaucoup aimé, je sentais l'excitation monter petit à petit jusqu'à en avoir réellement envie, au point que mon cher et tendre le ressentait, c'était une sensation quasiment palpable.
Annie May continue donc de me séduire avec sa plume et son style érotique particulier. Un genre mélangeant l'excitation du lecteur avec celui des personnages et la science-fiction. Je peux vous assurer que j'ai hâte de lire la suite de cette série qui ne me laisse pas de marbre, bien loin de là.
C'est donc de même que pour le premier volume : un coup de coeur. Je souhaite très bonne continuation à l'auteure et croise les doigts pour que la suite des histoires de Stella soit tout aussi envoûtante !

Lien : http://psycho-boook.eklablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bouvy
  15 décembre 2014
Deuxième volet de cette surprenante saga, toujours entre science fiction et érotisme. La belle et pauvre Stella, suite à son examen médical, se voit dans l'obligation, devant ses camarades de promotion et sous les ordres de son intraitable sergent, de prendre la place dans le cockpit d'un converti. Orion, pour ne pas le nommer, retraité suite à ses glorieux états de service mais dévoué maintenant à l'entrainement des aspirantes pilotes. Devant la chaire fraiche de la jeune aspirante, tous ses sens en éveil, il n'épargne pas la pauvre Stella d'aucun de ses orifices ni de ses zones érogènes. Stella en perd le contrôle d'elle-même mais aussi celui d'Orion. C'est par miracle qu'elle s'en sort groggy, pleine d'ecchymoses mais indemne et qu'elle épargne par sa maladresse et son inexpérience ses camarade de promotion. L'armée se sent coupable de l'abus d'autorité du sergent (ou plutôt de la sergente), principale cause de l'accident qui aurait pu tourner au drame. Stella, quant à elle, va tenter, en abusant de ses charmes, d'avoir accès à son dossier médical par le biais d'un magasinier pervers en lui faisant miroiter une récompense sensuelle.
Pour ce deuxième tome, je suis resté sous le charme de la plume d'Annie May et de son érotisme sans concession. L'histoire est toujours aussi séduisante, tant par son originalité, son audace et son style simple mais efficace. C'est de nouveau dans l'impatience que j'attends le troisième volet de cette suave saga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tomppa_28
  01 mars 2014
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fnitterfnitter   16 mai 2016
Je suis une salope qui suce pour un rasoir. Je suis comme une chienne en chaleur. Je prends une queue dans ma bouche pour un rasoir.
Et plus elle s'insultait, plus la honte croissait, et plus le plaisir grandissait.
Quand elle eu joui, il ne lui resta plus que la honte.
Commenter  J’apprécie          272
philippe-royphilippe-roy   09 mai 2016
Même vêtues de leurs uniformes, les aspirantes avaient froid. La climatisation fonctionnait à fond, gardant à l’extérieur l’insupportable chaleur du Nevada. Stella en comprit la raison en visitant les lieux, où des hommes vêtus d’épaisses combinaisons de travail soudaient à l’arc des pièces d’armure quatre fois plus grosses qu’eux, ou testaient des armes qui diffusaient une chaleur brûlante — lasers énormes ou lance-flammes. Malgré la fraîcheur ambiante, la sueur dégoulinait de leur peau cuite. Ils étaient la partie cachée de l’escadron, ses racines. Ceux qui forgeaient les armes démesurées qu’elle rêvait de manier depuis son enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : roman érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2521 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre