AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266231081
Éditeur : Pocket (12/09/2013)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 141 notes)
Résumé :

Paris, hiver 1190. Débarqués au coeur de la plus grande ville du Monde connu, le jeune Roland,Mathilde, Ruppert et Salim poursuivent un double but: retrouver William le Ténébreux, l'amidisparu, et découvrir les secrets de Vlad, le maître vampire. Ce démon est-il réellement mort dans les forêts anglaises, ou attend-il son heure pour frapper encore ? Pire encore, un traître se cache-t-il parmi les quatre ave... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
Pantasiya
  06 novembre 2017
Le premier tome des Hauts-Conteurs donnait l'impression d'être entré dans un nouveau restaurant et d'y découvrir un dessert tout simplement emballant! Pour celui-ci, après avoir gouté si favorablement au premier tome, on a la surprise de découvrir bien des changements:
1) Quantité très importante de titres, noms et surnoms des personnages, particulièrement en ce qui a trait aux personnages secondaires, figurants ou évoqués. D'autant plus que la façon de désigner chacun d'eux est variable : le titre, la fonction, le nom complet, mais souvent partiel (désigné tantôt par le prénom, tantôt par le nom de famille) en plus de tous les pronoms et synonymes utilisés. Au total, on compte plus d'une cinquantaine de noms propres uniquement pour des individus différents. Bref, dans ces conditions, on se voit obligé d'arrêter la lecture pour réfléchir : « c'est qui, ça, déjà? »… (voir dans les commentaires un petit index pour s'y retrouver).

2) Pour quiconque n'étant pas familier avec la ville de Paris, le même phénomène se produit quant aux lieux. Malgré le plan sommairement esquissé en début d'histoire, il est vite facile de se perdre dans le dédale de la narration des endroits cités (voir dans les commentaires un aperçu des lieux mentionnés).

3) Sachant que c'est Olivier Peru qui a composé les deux premiers chapitres, au même titre qu'il est l'auteur du premier tome, on est en droit de se demander pourquoi il a cru bon de présenter l'annonciation de la présence d'un traître dans le rang des Haut-Conteurs comme étant une primeur, étant donné que cela était clairement énoncé, déjà, dans le livre précédent. de façon incohérente, on assiste donc, au début de ce tome-ci, à cette révélation confiée au jeune Roland qui s'en voit étonné, choqué et bouleversé (démesurément, étant donné le peu de fraîcheur de l'information).

4) le personnage de Roland changera de comportement dans ce tome-ci. du haut de ses treize ans, le plus jeune porteur de la cape pourpre remet constamment en question les décisions et les actions de Mathilde. Citons sa répugnance à entrer illégalement dans une maison pour enquêter alors qu'il est question de vie ou de mort… au lieu de suivre le mouvement et de plonger dans l'action comme il le faisait dans le précédent tome, il questionne, rouspète, doute et tarde… À croire que ces quelques nuits d'aventures dans le tome un en ont fait un égal à son maître, Mathilde. Donc là où certains autres lecteurs ont loué la nouvelle « sagesse » et « maturité » du personnage, moi je n'y vois que l'inverse.

5) Un des personnages créé par Patrick Mc Spare, l'auteur du troisième au dernier chapitre de ce tome, a une double identité que seule Mathilde réussit à découvrir vers la fin de l'histoire. Et là se situe justement le problème : même le lecteur est pratiquement tenu à l'écart! Car les indices donnés sont très faibles : un homme masqué (indice très implicite), une blessure au bras… dans un contexte où l'action se passe à la Fête des Fous (alors que la population est costumée) et où une grande partie de la cinquantaine des personnages cités ont été blessés, voire occis, difficile de se rappeler qui donc, précédemment, affichait une telle balafre. L'information, bien que non essentielle à l'intrigue principale, aurait donc gagné à être beaucoup plus explicite.

6) Dans le premier tome, on découvre que des pointes de plume d'acier dissimulées dans la ceinture des Haut-Conteurs leur sert de projectiles lancés à main nue. L'efficacité du procédé était très questionnable, mais Mathilde avait assuré à son élève que lui aussi finirait par préférer ces « armes » à celles conventionnelles. C'était donc une promesse d'explication à venir. Celle-ci n'est pas fournie dans ce tome-ci. On assiste donc, sans éclaircissement, au lancer de la plume d'acier qui perce « profondément » un oeil, tuant ainsi l'adversaire (plutôt que de l'aveugler) et qui arrive même à traverser les vêtements pour se ficher fatalement dans le coeur d'un autre… Sans être versé dans l'artillerie, adhérer à l'idée qu'un morceau d'au plus 4 cm de long, avec un seul côté pointu puisse être lancé à main nu avec suffisamment d'adresse et de pression pour tuer autre chose qu'un souriceau relève de l'invraisemblable. Il faut savoir que même les fameuses « étoiles de ninja », ou « shuriken » sont considérés comme « relativement peu efficaces » (wikipédia)… Alors en ce qui a trait aux pointes de plume, l'idée aurait dû être associée, au minimum, à l'utilisation d'une sarbacane!

En conclusion, l'univers des Hauts-Conteurs, tel qu'il nous a été présenté dans le premier tome, a une toute nouvelle saveur ici. Si le premier volet présentait une lecture fluide tout à fait adapté à la littérature jeunesse dans un contexte similaire à celui de L'Apprenti Épouvanteur, cette fois un temps d'adaptation est nécessaire pour bien s'immerger dans ce nouveau contexte trempé d'intrigues politiques parisiennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Luna26275
  29 mars 2015
Roland, Mathilde et Ruppert vont poursuivre la quête des pages du Livre des Peurs à Paris, où Roland va faire la connaissance de Salim, un haut-Conteur muet. Là-bas ils doivent retrouver William le Ténébreux mais, malgré de nombreux indices, aucun signe de l'homme.
Maitre Corwyn, quant à lui, a prévenu Roland qu'il y avait un traitre parmi les Hauts-Conteurs. le jeune homme ne peut que suspecter Mathilde, son Mentor, en sentant que celle-ci se comporte étrangement c'est dernier temps. Il semblerait que Vlad, le vampire qui rodait dans leur région, se soit remis de ces blessures, avec l'aide de Madleen, une villageoise transformée depuis peu en suceur de sang.
Lui et Lothar Mots-Dorés vont s'allier pour rechercher les pages du Livre avant que les Conteurs y arrivent les premiers.

Une suite passionnante, j'adore cette série, il y a du suspense et des retournements de situation qui mont vraiment plut. J'ai hâte de lire le troisième tome !
Commenter  J’apprécie          150
Ewylyn
  02 décembre 2013
Il s'est écoulé plusieurs mois depuis ma découverte du premier tome, mais je reste convaincue qu'il s'agit d'une série intéressante et sympathique. Et ce, en dépit de quelques couacs. J'ai retrouvé aisément mes marques, les personnages et l'univers du premier tome sans être perdue, c'est déjà un très bon point.

L'intrigue est très haletante, nous suivons de nombreux retournements et l'enquête se fait pas à pas aux côtés de nos capes pourpres. Il y a de très bonnes surprises en matière de rebondissements, même si je reconnais que l'histoire a mis plusieurs chapitres avant de me captiver entièrement. J'étais certainement plus attentive au premier tome. Néanmoins, l'histoire est mieux maîtrisée, les indices nous dispersent et pourtant le résultat est cohérent. le final est soigné et bien pensé. Je pense que je vais faire une pause avant d'attaquer le troisième opus.

L'immersion est totale. le vocabulaire est typique de celui employé au moyen-âge, les tournures de phrases le sont également. Nous sommes devant un vrai travail abouti en ce qui concerne la création d'une atmosphère médiévale. Les personnages, leurs vêtements, les lieux, tout est soigneusement évoqué avec précision, ce qui rend la lecture très immersive. D'autant plus que les notes de bas de page et le glossaire en fin de tome sont plus que très appréciables. Ils témoignent d'un vrai souci du réalisme.

La plume est travaillée, les descriptions donnent immédiatement des images, les créatures sont effrayantes, le pouvoir des mots alloué aux Conteurs est formidable... le style est fluide et sympathique, on se laisse facilement transporter. du moins, dès que l'on entre dans l'histoire. Comme je l'ai indiqué précédemment, j'ai mis du temps à suivre l'intrigue, j'évitais de sauter des paragraphes à cause de quelques lenteurs et du manque d'action au départ. Passé cette petite baisse de régime, on apprécie le style et les péripéties de nos héros.

Les illustrations de couvertures sont très belles, les motifs évoquent très clairement le moyen-âge. L'image en couverture nous présente Paris, les tons ocre et bruns sont bien choisis et donne une atmosphère particulière à l'ouvrage en tant qu'objet. On a des gargouilles, des bâtiments et très certainement Roland en premier plan sur un toit. C'est une idée très intéressante de nous faire quitter l'Angleterre pour la France, le voyage se révèle positif. Les illustrations en noir et blanc trouvées dans le récit sont particulières dans leurs styles, elles me font penser à des vitraux avec cette compartimentation à l'aide de traits noirs. Je leur trouve un certain charme et elles nous donnent des idées sur les personnages rencontrés.

Nous retrouvons quelques personnages du premier tome et nous en découvrons d'autres. Roland poursuit son apprentissage, il reste un protagoniste courageux et volontaire, prêt à tout pour résoudre cette affaire. J'ai aimé son évolution au fil du roman et le fait qu'il adopte un esprit plus critique envers Mathilde. Bien qu'elle soit sa mentore, elle reste très mystérieuse. J'aime son côté « mystère », j'admire sa ténacité, mais je n'accroche toujours pas avec sa personnalité, elle fait trop cachottière, trop « chef ». Il y a quelque chose en elle qui me la rend énervante. L'Insondable est un Conteur muet, il a eu des déboires et pour honorer son courage, il peut conserver son titre même s'il ne peut plus parler. Toutefois, il est avisé et perspicace, c'est un personnage que je serais ravie de voir par la suite. Ruppert demeure plus secret, il y a une raison à son comportement différent, mais j'apprécie toujours ses interventions. En somme, chacun des personnages rencontrés est travaillé et apporte quelque chose au récit, quel que soit le côté qu'ils choisissent.

Pour terminer cette chronique, je dirais que j'ai été moins emballée par cet opus que par son prédécesseur. Néanmoins, une fois prise dans le récit, on s'accroche à l'intrigue complexe et palpitante dans un cadre médiéval maîtrise et soigneusement retranscrit. Les rebondissements sont importants, l'action et l'humour, l'amitié et la magie sont des termes forts et récurrents. Les protagonistes évoluent, on retrouve avec plaisir ceux du premier tome et nous en découvrons des nouveaux. C'est un deuxième tome mitigé, mais j'en ressors assez de positif pour me persuader de poursuivre la série.
Lien : http://la-citadelle-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tatooa
  04 juillet 2014
J'ai plus apprécié que le premier !
Au début du livre j'ai encore eu un peu de mal, car la trame semblait exactement du même bois que dans le premier tome, ce qui m'a un peu agacée. du coup j'avoue, j'ai lu le début en diagonale (ce qui a largement contribué au fait que j'ai beaucoup avancé hier après-midi).
En fait, je n'ai commencé à vraiment accrocher que quand on croise Clairmont pour la première fois. J'ai trouvé ce personnage vraiment bon, bien brossé et finement amené, dans tous les endroits où il se trouve (ceux qui ont lu comprendront, les autres, et bien, lisez-leeeee !  :sourire1: ). C'est bien écrit et ça se lit très facilement. Et en plus, ô surprise délectable, finalement, la trame dévie et on se retrouve avec une intensité un peu plus dramatique que dans le premier tome...
J'ai beaucoup aimé l'ambiance "complot à la cour", même si ça demeure assez simple, c'est bien ficelé  !
Les notes de bas de pages, j'ai passé outre assez vite, j'avoue, d'ailleurs je n'ai même plus fait attention aux chiffres y amenant dans le texte, cet après-midi, arf !
Les quelques-unes que j'ai lues m'ont parues assez peu justifiées, mais bon, on est dans un bouquin jeunesse, alors peut-être que c'est nécessaire, je ne sais ni ! Celle qui sont justifiées par contre sont celles qui resituent les personnages et circonstances historiques. Après on aurait pu, dans un bouquin jeunesse, se passer des termes trop précis nécessitant ce genre de note (genre "denier parisi", lol), mais bon, ça devait être un kif des auteurs, arf !
Bref, maintenant que je suis habituée au fait qu'il y ait un Vlad dans l'histoire, ça va mieux ! C'est quand même d'un excellent niveau, et en plus comme Roland prend de la bouteille à la vitesse grand V, je dois dire qu'à la fin j'avais zappé qu'il n'avait que 14 ans, le bougre... D'ailleurs, ça reste assez peu vraisemblable, qu'il ait 14 ans, justement... M'enfin bon, c'est pas graaaaave !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ClaireDoc
  09 mars 2013
Le tome 2 des Haut-Conteurs est génial ! Je le recommande chaudement.
La première chose qui m'a frappée est la très belle écriture de ce tome. le travail de la langue est poussée dans les moindres détails en ce qui concerne l'univers médiéval, des notes précisant en bas de page au besoin les mots pouvant arrêter un jeune lecteur. On sent une assurance dans le déploiement de l'univers de Haut-Conteurs. le scénario, intéressant et plein de rebondissements (vraiment inattendus !) vient clore l'affrontement avec Vlad commencé dans le tome 1. Cette histoire est plus noire, notamment parce qu'en dehors des monstres, on trouve nombre d'hommes capables des pires cruautés. Plusieurs scènes ont particulièrement retenues mon attention. On sent un souci de réalisme dans les combats, notamment dans la très brillante scène du pont avec la charrette enflammée. La scène la plus glaçante est celle dans la maison abandonnée (chapitre "le jardin des enfers") avec l'attaque des rats et des araignées...brr....La messe noire laisse le lecteur abasourdi à cause de la violence des faits et des retournements de situation.
De nouveaux personnages sont à noter : Salim le Haut-Conteur muet dont on attend beaucoup, Lothar Mot-Doré l'ennemi juré, retors et manipulateur. J'ai apprécié le personnage de Clairmont et sa double nature. Un compagnon que l'on aimerait revoir. Enfin la ville de Paris est ici presque un personnage à part entière, tant elle est mise en valeur. On en explore les bas-fonds, et l'idée de faire arriver nos héros pendant la fête des fous est super. Comme Roland, le lecteur ne boude pas son plaisir à voir les délires de la foule et le sacre des plus fous.
Pour finir la couverture avec les gargouilles au premier plan est magnifique, et l'on retrouve avec plaisir les détails des illustrations intérieurs. On y découvre Lothar et Vlad, mais aussi Mathilde et Roland sur un toît (de loin pour laisser le lecteur s'imaginer ses propres héros ?)
En conclusion ce tome est à lire absolument pour tous ceux qui ont lu le tome 1 et l'ont apprécié, pour avoir la fin de cette histoire autour de Vlad. Ceux qui avaient des réserves sur le tome 1 devraient aussi lire ce tome 2 car le cadre de la ville et le ton plus noir peuvent les séduire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
FolfaerieFolfaerie   23 février 2011
Le monde est vaste, féerique et périlleux. L’homme du commun ignore bien des choses , dont certaines sont redoutables et parfois démoniaques. Il est de notre privilège, à nous autres initiés, de cheminer entre l’ombre et la lumière. De payer d’un prix de danger l’accession aux merveilles inconnues de la plupart des gens. Ceux avec lesquels nous partageons, après coup, l’émoi de nos découvertes, par les histoires que nous leur racontons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
NyukaNyuka   23 avril 2015
_ Pardonnez-moi... Quelle est la nature de cette activité obligatoirement nocturne ?
Le milicien s'esclaffa bruyamment.
_ Commerce de chair, jeune Sire ! Prohibé par la loi de l'Eglise et du roi, et pourtant si apprécié, tant que les hommes seront hommes.
_ Messire de Clairmont t'explique que son informatrice est une fille publique.
_ Oui, oui, merci, j'avais bien compris, Mathilde ! Mentit le garçon, [...]

(Haaa Ce brave Roland et sa naïveté qui me font doucement sourire !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Luna26275Luna26275   28 mars 2015
En se préparant au coucher, le jeune homme repensa aux trois jours de furie qu'ils venaient de vivre. Il songea à Paris, la plus grande ville du monde qu'il connaissait désormais, et s'attarda longuement au souvenir d'Elena. L'évocation lui pinçait le cœur. S'en aller impliquerait de ne pas revoir la belle Italienne. Et Roland adressa une prière silencieuse pour que leurs chemins se croisent à nouveau. Dans cet avenir terrifiant qu'on lui promettait, il espérait avoir sa part de belles choses;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   03 juillet 2014
- Mathilde... Tant que nous pouvons parler un peu plus haut, je voulais te dire... Je t'ai suivi par solidarité, et parce que je suis très inquiet du sort de Maître William. Cela étant, je n'approuve pas notre action. Pourquoi ne pas venir questionner Pontargis en plein jour?
- Je suis, moi, plus encore que très inquiète, Roland. A l'époque où il accomplissait maintes missions pour l'Ordre, le Ténébreux est toujours parvenu à nous contacter.
- Je veux bien te croire...
- Depuis notre arrivée, j'ai la désagréable certitude qu'on nous mène par le bout du nez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
34473447   17 août 2013
-Fort bien, fort bien, Ruppert... Si je croise un ivrogne me prenant pour un goret, je lui lancerai un "groin-groin" jovial, et nous demeurerons bons camarades, lui et moi !

Mathilde s'abandonna quelques instants à un rire clair, agréablement surprise de voir son protégé s'essayer à l'humour.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Patrick McSpare (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick McSpare
Conférence Fées et autres créatures violentes ou séduisantes ? enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Patrick McSpare, Sara Doke, Estelle Vagne et Fabien Cerutti
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1101 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre