AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781444957358
208 pages
‎Hodder Children's Books (21/01/2021)
4.12/5   102 notes
Résumé :
Vous êtes-vous déjà senti·e seul·e ou anxieux·euse ? Comme si vous n'aviez votre place nulle part et que vous étiez... invisible ? Trouvez votre famille d'âme avec le Sad Ghost Club !
C'est l'histoire d'un de ces jours - un jour si mauvais que vous ne pouvez pas sortir de votre lit et, si vous y arrivez, vous le regrettez instantanément. Mais même les pires journées peuvent vous surprendre.

Lorsqu'un fantôme triste, seul, aperçoit un autre fa... >Voir plus
Que lire après Le Sad Ghost Club, tome 1 : Trouve ta famille d'âmesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 102 notes
5
17 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Voici une histoire dans laquelle beaucoup d'entre nous pourrait se retrouver. Comment parler d'anxiété sociale, de dépression, sans forcément réduire ça à des cas particuliers ? Comment parler de l'invisibilisation des marginaux, à savoir ceux qui ne correspondent pas exactement aux standards de notre société, sans faire du misérabilisme ? C'est tout le joli travail graphique et narratif de Lize Meddings, initialement sur sa page instagram, ensuite dans ce roman graphique.

Un jour gris, un fantôme anxieux et triste a du mal à sortir de son lit. Ses parents l'ont laissé ce week-end pour aller voir de la famille. Ce fantôme, c'est Sam ou SG de son petit surnom. Sad Ghost, vous l'aurez compris. SG doit travailler son devoir mais son esprit est bouleversé par mille réflexions : que va-t-il arriver de sa vie s'il échoue à ce devoir ? Finira-t-il chez ses parents, sans travail, sans argent, moqué par ses pairs ? Doit-il aller à cette soirée où on l'a invité ? Va-t-on lui parler ? Peux t-il danser sans paraître ridicule ? Est-ce qu'il ne devrait pas se concentrer plutôt sur ses études, puisqu'il n'a pas le temps pour se faire des amis ?

Et ses pensées autodestructrices tournent en boucle dans son esprit, parasitant ses efforts pour évoluer dans le monde et paralysant son travail sur lui-même pour aller mieux. de temps en temps, il se rend sur une colline, claire d'hommes, d'arbres, de mauvaises pensées et y retrouve Fred, sa grenouille. SG s'auto-dévalue un peu mais il se bat. le fantôme dépasse ses craintes et ses doutes, il se dépasse.

Il finit par se rendre à cette fête, à laquelle il va rencontrer un autre fantôme. Se liant d'amitié avec Socks, c'est son nom, SG se rendra compte qu'il n'est pas seul, qu'ils ne sont pas seuls, dans ce monde. Ainsi démarre le Sad Ghost Club, un endroit, une idée, où ceux qui sont seuls, ceux qui sont tristes peuvent se retrouver, car ils ne sont pas seuls. Jamais seuls.

Son dessin est simple, quoique parfois très poétique (les scènes de la colline sont sensibles et assurément les plus belles) et souvent touchant et véhicule une abondance de doux sentiments. Il est beau par la générosité et la bonté de ses messages.

Voici une courte lecture que j'ai beaucoup appréciée. Elle m'a fait du bien. Alors, je la recommande à celles et ceux à qui ça pourrait aussi faire du bien et à tous les autres également. Allez, essayons d'être un peu heureux.
Commenter  J’apprécie          160
C'est l'histoire d'un petit fantôme anxieux qui, après une grosse journée de réflexion, décide de se rendre à une fête. Là-bas, il va devoir y affronter ses craintes. Mais, il va aussi y rencontrer un autre fantôme nommé Socks et tout aussi invisible que lui.

Le Sad Ghost Club, c'est une histoire sur fond d'aquarelle destinée à celles et ceux qui se sentent totalement oubliés du reste du monde. Ce n'est pas une histoire triste, mais elle parle de personnes au coeur lourd et aux âmes perdues. Non seulement j'ai été touché par le coup de pinceau de l'autrice, mais aussi par l'univers et les échanges entre nos deux fantômes, SG et Socks.
Dans cette histoire, on y trouve un peu de nous-mêmes, mais aussi un peu des autres. Comme l'autrice le voulait, on s'y sent comme à sa place et nous n'avons pas vraiment envie d'en bouger. C'est un livre doudou dont j'avais besoin maintenant et qui m'est apparu au bon moment.

J'insiste sur les dessins qui sont absolument magnifiques, bien qu'en noir et blanc. J'ai adoré avoir des informations à la fin du livre sur diverses associations en France qui sont là pour aider toutes personnes en difficultés. C'est important de pouvoir partager et rappeler ce genre de numéros et de sites internet. Il existe des gens qui sont là pour vous aider.

Que vous ayez besoin de rejoindre le Sad Ghost Club ou non, je vous recommande ce roman graphique pour un bon moment de lecture. J'ai été conquis et j'attends la suite avec impatience !
Commenter  J’apprécie          60
The sad ghost club, c'est un peu l'histoire que j'aurais pu écrire s'il m'avait fallu faire une autobiographie. Dans ce roman graphique, Lize Meddings raconte ce que l'on ressent lorsqu'on ne veut pas ou que l'on ne peut pas sortir de chez soi, mais que l'on se force à le faire parce qu'on se dit que les autres vont nous haïr si on ne fait pas assez d'efforts. Il montre la contradiction d'un esprit qui pense trop, qui se laisse dévorer par l'anxiété, pour qui aucune réaction ne peut être bonne et qui imagine mille et une histoires qui pourraient le mettre dans l'embarras. Pourquoi sortir de son lit, si on estime ne pas en être capable ? Mais en même temps, si on ne sort pas, comment faire pour conserver nos amitiés ? Pour tenter d'avoir des amis, pour se faire aimer ? Et surtout, peut-on véritablement se faire aimer et agir comme ceux que l'on observe de l'extérieur ?
The Sad ghost club c'est surtout l'histoire d'une personne qui se sent à part, solitaire, à l'écart du monde et qui se persuade qu'elle sera toujours différente et pas assez intéressante pour avoir des amis. C'est aussi la rencontre avec un autre fantôme, tout aussi seul, tout aussi terrifié. C'est ce sentiment réconfortant qui éclot en nous quand on trouve la personne qui fait cesser la solitude de notre coeur.
Est-ce que The sad ghost club est un roman graphique triste ? Etrangement, je dirais non. Car si les sujets évoqués sont graves, sont touchants et peuvent vous pousser à vous y retrouver, il est surtout rempli d'espoir. L'espoir de trouver la ou les personnes qui sauront vous soutenir et pour qui vous aurez toujours de l'importance, qu'importe si vous n'avez pas la force de faire face au monde extérieur.
Commenter  J’apprécie          30
Je ne suis pas attirée par les ouvrages graphiques en règle générale et je n'en lis que très rarement mais j'ai été très agréablement surprise par cette BD que j'ai énormément appréciée.
Dans un premier temps par les thèmes abordés ici qui sont très actuels et dans lesquels je me suis reconnue concernant l'anxiété sociale. Ils sont traités avec douceur et une grande justesse.
Dans un second temps j'ai adoré les illustrations; les personnages principaux étant des fantômes drapés trop mignons je ne pouvais qu'adhérer.
Il y a de grandes chances pour que je me penche sur les prochains tomes.
Commenter  J’apprécie          80
C'est une petite histoire doudou qui fait du bien!

C'est rare que j'arrive à complètement me sentir proche du personnage, m'identifier à lui, mais cette histoire est faite pour ça, j'ai à peine terminé le tome 1 que je veux déjà lire le tome 2.

En plus d'avoir une couverture adorable, l'histoire est touchante et très réaliste qui fait passer de beau et fort message. Cette histoire est faite pour les gens qui se sentent parfois invisibles, parfois en décaler, triste, patraque, etc.

C'est une histoire qui nous conforte, nous montre que même si notre journée commence mal, mais si on se lève du mauvais pied, il nous suffit d'une chose, d'une personne pour aller mieux et sourire.

Cette histoire envoie de beau message, comme la difficulté d'ouvrir son coeur et de parler à quelqu'un : ses parents, un psychologue, chose qui ne peut que nous être bénéfique, comme le dit Socks.

Autre point positif, le fait que les personnages soient des fantômes, cela nous permet vraiment de nous mettre à la place du personnage, c'est aussi un moyen de montrer "l'invisibilité" que ressentent nos personnages, ça change des représentations qu'on a habituellement et je trouve ça adorable pour ma part. Mais à part les fantômes, les personnages n'ont pas de sexe, que se soit physiquement ou bien dans les textes, le traducteur nous dit quand dans la VO l'autrice n'a pas genre ses personnages, ce qui permet encore plus l'identification aux fantômes du livre.

J'ai parfois trouvé que certains passage manqué de dialogue, (dixit celle qui répond souvent comme Socks par des "hm" à tout bout de champ XD), mais en vérité c'est ce qui rend les dialogues encore plus réaliste.

Cette lecture est une petite lecture doudou dans prise de tête, qui fait du bien, Quoique les thèmes abordés ne soient pas des plus joyeux.

Je recommande ce roman graphique, si vous voulez une lecture sans prise de tete, et qui vous donne sentiment d'être compris.
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : ésotérismeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (224) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
433 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *}