AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marianne Bertrand (Traducteur)
EAN : 9782253123569
397 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (06/05/2009)
3.29/5   14 notes
Résumé :


Veronica Swan vit une enfance paisible dans un hameau isolé de l'Utah, au sein d'une communauté de mormons. Cette harmonie vole en éclats quand ses deux petites sœurs sont assassinées.

Ses parents trouvent la force de pardonner au meurtrier. Veronica, elle, ne peut pas. Des années plus tard, elle change d'identité et entreprend de venger la mort de ses sœurs.

Mais, alors qu'elle resserre son étau autour de l'assassin, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BooksnPics
  21 juillet 2014
En quelques secondes la vie de Veronica Swan (alias Ronnie), 12 ans, vacille. Alors qu'elle surveillait ses deux petites soeurs en l'absence de leurs parents, celles-ci sont assassinées par Scott Early.
"C'est alors que j'ai vu mes soeurs gisant comme des petites poupées blanches dans de grandes mares de couleur sombre. J'ai vu Scott Early, un jeune homme aux cheveux blonds et courts, assis à la table de pique-nique, vêtu d'un simple short et d'un tee-shirt sale, sanglotant comme s'il s'agissait de ses propres petites soeurs, comme si un monstre terrible était venu faire ça. Ce qui correspondait plus ou moins à ce qu'il pensait, même si je n'en savais rien encore". (p.11)
Obligée de prendre sur elle, de s'occuper de son petit frère nouveau-né, alors que ses parents, la maman plus que tout autre, se referment sur eux-mêmes, Ronnie survit malgré l'immense sentiment de culpabilité qui s'empare d'elle.
Alors que ses parents auront la force de pardonner au meurtrier, Veronica n'aura de cesse de venger la mort de ses soeurs....
A travers ce roman, Jacquelyn Mitchard nous présente la vie d'une famille mormone blessée au plus profond de son être. Très bien documentée, et à travers une écriture simple mais profonde, l'auteur nous en apprend les us et coutumes sans tomber dans les stéréotypes communément répandus.
Pas question ici de verser dans le sang,le sensationnalisme, Jacquelyn Mitchard nous plonge au plus profond des sentiments exprimés et ressentis par cette famille et leur entourage.

Déchirée entre cette culpabilité, ce besoin de se venger mais aussi de se reconstruire et de continuer à vivre sa propre vie, Ronnie est un personnage très attachant.
"Même une fois la panique estompée, comme le pire de l'infinie douleur, la culpabilité a toujours été là. On ne pouvait jamais la chasser. Elle était semblable à une loupe dont on userait pour projeter un rayon de soleil, concentrant toute la chaleur, transformant quelque chose de doux et lumineux en instrument blessant. Même l'amour n'a pu l'atténuer. C'est la culpabilité qui a fait de ma colère une brûlure que personne n'a jamais passée sous l'eau froide; aussi a-t-elle continué de brûler, brûler jusqu'à l'os. Alors que celle des autres allait s'atténuant, la mienne n'a pu faire de même, malgré le temps. Elle n'a fait que cuire plus encore, au point de devenir une part de moi-même, et a mis bien du temps à guérir. Je pense que les cicatrices doivent encore être là aujourd'hui. (p.14)
J'avoue m'être laissée emportée par le rythme de ce roman. A travers une écriture simple, sans fioritures, l'auteur nous fait vivre cette histoire de l'intérieur, nous plongeant dans nos propres sentiments.
Réédité en version numérique en mai 2014, je remercie les Editions des Deux Terres, ainsi que MyBoox, de m'avoir permis de découvrir ce très beau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zazette97
  06 septembre 2014
Publié aux USA en 1996 et disponible en ebook depuis le mois de mai, "Comme des étoiles filantes" est un roman de l'écrivaine américaine Jacquelyn Mitchard, particulièrement connue pour son premier roman "Aussi profond que l'océan" (adapté au cinéma en 1999 avec Michelle Pfeiffer et Whoopi Goldberg) dont je vous parlerai bientôt.
Durant une partie de cache-cache, Veronika Swan, alors âgée de 12 ans, assiste à la mort de ses deux petites soeurs, égorgées par un homme dérangé.
Scott Early, diagnostiqué schizophrène, signe des aveux écrits et est placé en institution pour une durée maximum de 7 ans.
Pour Veronika, traumatisée depuis ce fameux jour, le verdict n'est pas suffisant.
Contrairement à ses parents qui, fidèles à la doctrine mormone, finissent par accorder leur pardon, la jeune femme ne parvient pas à tourner la page.
A l'annonce de la libération de Scott Early et de la grossesse de sa femme, Veronika part pour San Diego...
Les Swan m'ont fait l'effet d'une famille parfaite du type "Sept à la maison", entre scolarité à domicile, lectures choisies et multiples visites à l'Eglise. Rien qui dépasse.
Mais le meurtre de Becky et Ruthie va bouleverser les vies de Veronika et de ses parents.
La mère de Veronika, artiste, passe désormais la plupart de son temps à dormir.
Enceinte au moment du drame, elle accouche seulement deux semaines après d'un petit garçon auquel elle fournit les soins élémentaires mais sans parvenir à lui donner son amour.
C'est donc essentiellement Veronika qui s'occupe de son petit frère alors que son père est constamment absent, errant dans la forêt pour tenter d'apaiser son chagrin et trouver la force de continuer.
La jeune fille se retrouve livrée à elle-même. D'abord en proie à un profond sentiment de culpabilité qui lui fait imaginer en rêve d'autres fins plus heureuses, elle est prise d'une envie de vengeance.
Une faille au sein de ce système éducatif bien rôdé et qui laisse ses parents désarmés.
Le roman est centré sur l'évolution morale de Veronika à laquelle se greffe la question du pardon : est-il sans limites ?
La délivrance passe-t-elle par le pardon ou la vengeance ?
Heureusement que le personnage principal de Veronika m'intéressait car les autres m'ont semblé faire pâle figure, trop lisses et pas assez creusés.
L'auteure, sans être mormone, consacre une large part de son récit à la démystification du mormonisme et aux préjugés qui lui sont liés, comme la polygamie qui n'est plus de mise depuis la fin du 19ème siècle sauf chez les fondamentalistes.
Ou sur les raisons pouvant expliquer que les mormons aient beaucoup d'enfants.
" On trouve différentes théories expliquant pourquoi les mormons ont autant d'enfants. Personnellement, je crois qu'au début, quand Joseph Smith a lancé la religion, c'était probablement parce qu'ils avaient besoin de monde, afin qu'au moins l'un d'entre nous survive aux terribles persécutions à venir.
de nombreux mormons pensent encore que plus il y aura de mormons, mieux cela vaudra pour propager la bonne parole, raison d'être des missions.
L'Eglise enseigne que nous vivons tous au ciel avant de naître, et qu'il faut que nous ayons beaucoup d'enfants pour offrir des corps terrestres à ces âmes, tout comme ont été créés les corps physiques de Dieu et de Jésus, de façon qu'elles puissent descendre sur terre pour y être mises à l'épreuve.
Les êtres sont mis à l'épreuve afin de pouvoir tendre vers l'image de Dieu, et ça continue ainsi - chacun s'efforce de devenir meilleur et de faire le bien - même après, une fois mort." p.21

Pour ma part, j'ai su en lisant ce passage que je ne deviendrais jamais mormone :))
" Quand Clare et moi avons bu le thé Earl Grey que nous avions chipé dans l'une des boîtes de Madame Sissinelli, nous l'avons avoué et ne nous sommes presque pas fait gronder. Mon père a dit : " Tout le monde dépasse un peu les bornes de temps en temps". Nous avons du présenter des excuses à Madame Sissinelli et faire une rédaction sur la dépendance à la caféine." p.26

Bien que l'aspect religieux m'ait intéressée, je l'ai trouvé trop présent, étouffant, comme si le reste était un prétexte. Ca frôle l'apologie, au point que j'étais persuadée que l'auteure était mormone.
L'éducation que Veronica a reçue a, il est vrai, son importance dans sa décision finale mais j'ai trouvé que celle-ci aurait du peser davantage dans ce débat pardon/vengeance.
Je n'ai pas ressenti cette violence intérieure qu'on imagine dans ce genre de situation.
Globalement concernant le fond, et cela vaut aussi pour la forme, ça manquait malheureusement de tripes.

J'espère que "Aussi profond que l'océan" me plaira davantage. Mon souvenir du film est très flou, j'essaierai d'enchaîner les deux.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JaneEyre
  25 novembre 2013
Bien que lu il y a déjà un bout de temps, j'ai gardé une assez bonne impression de ce livre. Il raconte la vie d'une jeune mormone qui assiste au meurtre de ses soeurs par un schizophrène. Alors que les médias se saisissent de l'affaire, la jeune fille se voit privée de son "drame personnel". L'homme est déclaré irresponsable pénalement et se retrouve en hôpital psychiatrique.
Après des études de médecine, toujours hantée par la vision du meurtre, elle apprend que le tueur à été remis en liberté... Elle décide alors de se présenter pour devenir la babysitteur du petit bébé qu'il vient d'avoir...
Un roman tout à fait intéressant sur la religion, les mormons (qui ici sont loin d'etre sectaires) et surtout sur le pardon.
Le style n'est pas révolutionnaire, mais le livre est agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : pardonVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2217 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre