AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danièle Darneau (Traducteur)
ISBN : 225807990X
Éditeur : Les Presses De La Cite (06/05/2010)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 62 notes)
Résumé :
10 janvier 2003. Pour la première fois, Elaine Dawson quitte son village du Somerset afin de répondre à l'invitation de Rosanna, une amie de la famille qui se marie à Gibraltar. Mais tous les vols au départ de Heathrow sont annulés à cause du brouillard.
Alors que la jeune provinciale s'apprête à passer la nuit dans une salle d'embarquement, un aimable Londonien propose de l'héberger. Elaine accepte. On ne la reverra plus.
Cinq ans plus tard, Rosanna d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  23 novembre 2015
Ce qui m'a intéressée dans ce roman, c'est le portrait très élaboré que dresse Charlotte Link de deux femmes, Elaine et Rosanna, à des moments charnières de leur vie. Des moments où l'une et l'autre ont ressenti pour des raisons différentes, le besoin de tourner une page, de faire table rase du passé, pour écrire un nouveau chapitre de leur existence.

Elles se connaissent depuis l'enfance, originaires du même village, puis se sont perdues de vue. Elaine est celle à qui la chance ne sourit jamais. Physique banal, études moyennes, elle doit de surcroît, depuis la mort de ses parents, prendre soin de son frère Geoffrey, gravement handicapé à la suite d'un accident. Rosanna a connu une trajectoire bien différente. Journaliste à Londres, brillante, elle est tombée amoureuse de Dennis, qui l'a entraînée dans son sillage à Gibraltar, où il est agent immobilier et père d'un jeune ado, Rob, né d'une précédente union et abandonné par sa mère à sa naissance.

Aussi, quand Rosanna invite Elaine à venir assister à son mariage à Gibraltar, c'est pour cette dernière l'occasion tant attendue de réaliser son rêve d'évasion. Il s'est enfin présenté à elle, ce modeste projet qui va lui permettre de quitter pour un temps sa vie monotone et inintéressante. Symboliquement, son voyage à Gibraltar est important, c'est la déclaration officielle de son indépendance, un tremplin vers un nouvel avenir. C'est compter sans le brouillard qui noie Heathrow le jour de son départ. Tous les vols sont annulés, les hôtels pris d'assaut, elle accepte donc d'être hébergée pour la nuit par Mark, qu'elle a croisé à l'aéroport. Personne ne la reverra jamais, pas plus que son cadavre, Mark sera disculpé des soupçons qui ont pesé sur lui.

Elaine n'a manqué à personne, et c'est bien ce qui est autant surprenant que cruellement vraisemblable dans ce roman. Son frère Geoffrey a été placé dans une institution pour handicapés, et faute d'impulsion de la part d'irréductibles proches, l'enquête a rapidement été abandonnée. Elaine est entrée dans les statistiques, à la rubrique des personnes volatilisées sans explication, ni mortes ni vivantes.

Il faudra 5 ans à Rosanna pour penser à nouveau à son amie. 5 années au cours desquelles elle a eu tout le temps de faire le tour de Gibraltar et de la vie qu'elle y mène. Peu à peu, son pays, sa famille mais surtout son travail de journaliste lui manquent. Son couple traverse une crise sévère. Elle saisit donc une opportunité, faire un travail d'investigation sur des personnes disparues sans aucune traçabilité, à la demande de son ex rédacteur en chef. Pour se donner bonne conscience, c'est sur la disparition de son amie qu'elle commencera à enquêter.

La dernière trace est un roman de 648 pages qui ne se lâche pas facilement. Les personnages sont nombreux et Charlotte Link ne ménage pas sa peine pour les faire exister, au travers de leur vie complexe et de leur psychologie torturée : Mark, l'avocat, le dernier à avoir vu Elaine, Cedric, le frère de Rosanna, Dennis, son mari, Rob, son fils en détresse parce qu'il ne connaît pas sa mère biologique, bien d'autres encore comme Geoffrey, pétri de haine. Le talent de Charlotte Link est de nous donner l'impression au bout de 400 pages que l'énigme est résolue, mais voilà, il reste encore 248 pages, c'est donc qu'il y a un détail qui coince. Avec talent, elle invente des rebondissements crédibles, et ce, jusqu'à la fin de l'histoire, qui à aucun moment ne s'essouffle.

Un roman bien ficelé, bien écrit, plaisant à lire. Que demander de plus pour des lecteurs qui ne cherchent pas la complication prisedetêtologique ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
rugi
  17 avril 2016
Un bon livre qui fait passer un agréable moment. L'intrigue est bien construite et les personnages sont haut en couleur. Bref, un bon policier que je conseille de lire.
Commenter  J’apprécie          60
Stoufnie
  09 août 2013
Elaine, une jeune femme on ne peut plus ordinaire disparaît à l'aéroport de Londres.Elle était en partance pour Gibraltar afin d'assister au mariage de Rosanna.
5 ans plus tard, Rosanna, journaliste de métier, va enquêter sur cette disparation et soulever d'ennui qu'autre chose.
En pleine remise en question sur son couple, sa vie en Espagne et son manque d'activité. elle va se jeter corps et âmes, au point de perdre certaines de ses valeurs et faire battre son coeur.
Une intrigue qui se lit avec facilité. Très bien écrit. on passe une bon moment lecture !
Commenter  J’apprécie          20
mando
  01 avril 2014
j'ai toujours beaucoup de plaisir à lire du Charlotte Link. Elle sait nous tenir en haleine, mettre du rythme dans son écriture: rebondissement, après le calme.Une fois le livre commencé, il est difficile de le lâcher et de s'arrêter.
Cependant, c'est le 1er livre de Charlotte pour lequel je découvre l'assassin avant la fin (mais pas le mobile car j'avais pensé à un autre scénario, une autre piste). La fin du livre m'a laissé un certain goût de déception car j'avais imaginé une autre fin. Il est vrai qu'elle nous a habitué à autre chose avec " l'invité de la dernière heure", " le sceau du secret", "les roses de Guernesey", la maison des soeurs"
Néanmoins, cela reste à un bon livre, avec lequel on passe d'excellents moments.
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31
  18 novembre 2017
Meurtre ou disparition volontaire ? Elaine Dawson savait-elle ce qui l attendait lorsqu'elle est partie a Gibraltar pour le mariage de son amie Rosanna ?
C' est ce que va tenter de découvrir cette dernière en revenant a Londres quelques années plus tard.
Un polar qui m a emporté dès la première et jusqu'à la dernière page. de beaux portraits de femmes, bien aboutis, et une intrigue qui tient en haleine. J'ai adoré !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   12 novembre 2015
Mais c'est bien comme ça qu'arrivent les catastrophes, non ? En l'espace de quelques secondes. Causées par de petites erreurs, des fautes minuscules. Des banalités, des étourderies.

Page 612 - J'ai lu
Commenter  J’apprécie          280
rkhettaouirkhettaoui   16 mars 2015
Les bébés sont extrêmement exigeants. Ils crient. Nuit et jour ! Sans arrêt, ils ont besoin de manger et de boire. Sans arrêt, il faut les changer. On se promène des nuits entières en les berçant dans ses bras, et on se demande pourquoi ils ne s’endorment pas.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 mars 2015
L’ivresse était impuissante à lui enlever de la tête les pensées et les images qui la torturaient. Seule l’aide des médicaments lui permettait quelque repos.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   16 mars 2015
Dans la plupart des familles, les disputes dégénéraient généralement en pugilats, et bien souvent la police était alertée par un coup de fil anonyme. Les jeunes, eux aussi, étaient régulièrement impliqués dans un délit quelconque. Le taux de chômage était élevé, et la consommation d’alcool encore plus. Toutes les familles avaient leur délinquant. Il n’était donc pas question de faire appel aux flics : la police, c’était l’ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 mars 2015
Le monde était étrange. Les médias évoquaient à qui mieux mieux la nouvelle société en train de s’installer, composée, à les en croire, de femmes et d’hommes seuls entre trente et cinquante ans, mais quand on mettait le nez dehors par une belle journée de fin d’hiver, on ne croisait que des familles de trois enfants au minimum.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre