AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809429275
356 pages
Éditeur : Panini France (13/02/2013)
3.59/5   16 notes
Résumé :
La plus grande histoire de Marvel ! A la suite d’une catastrophe sans précédent, le gouvernement américain décide de faire voter une loi forçant les super-héros et les mutants à se faire recenser. Devant cette attaque contre les libertés individuelles, Captain America décide de former les Secret Avengers et de s’opposer à Tony Stark, alias Iron Man, qui soutient la loi de recensement. S’engage alors un terrible combat fratricide entre les super-héros de l’univers Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
BazaR
  24 août 2016
Troisième volume du coffret Marvel Events : Avengers : Et il ne s'agit ni plus ni moins que de l'un des titres Marvel les plus célèbres : Civil War.
Publié en 2006, ce titre a un contenu tragique égal à celui de monuments comme « House of M » ou « Avengers : la séparation ». Mais les auteurs ont ajouté une dimension supplémentaire : un conflit autour d'une question de société hautement d'actualité : « Doit-on privilégier la sécurité de tous par rapport à la liberté individuelle » ?
Le point de départ se situe dans les dégâts collatéraux d'un combat entre de jeunes super-héros drivés par une émission de téléréalité (ça c'est une idée géniale) et des vilains qui, eux, ne rigolent pas. Dès lors, le gouvernement américain va légiférer pour contrôler les actes des héros, et dans un premier temps leur imposer de dévoiler leur identité secrète.
A partir de là, deux camps de héros se forment :
Autour d'Iron Man ceux qui acceptent le contrôle et estiment que l'on ne peut plus bousiller des immeubles à tire larigot même pour éliminer un dangereux individu qui de toute façon refera surface tois mois plus tard.
Autour de Captain America, ceux qui pensent que la liberté individuelle est sacrifiée et que la loi entraîne une grave menace que l'entourage des héros. Ce pôle attire largement les héros des rues sombres comme Daredevil, Luke Cage, la Cape et l'Épée ou Moon Knight.
Entre les deux groupes, le conflit est inévitable bien que chacun cherche à l'éviter sans sacrifier ses idéaux. D'où le titre. On assiste à des combats terribles, des changements de camps, des propagandes pour attirer le héros dans son camp.
Tout n'est pas noir dans cette série. Il y a des moments d'humour rafraichissants, comme la réaction de Jonah Jameson quand Spider-Man dévoile son identité secrète devant les caméras. Mais dans l'ensemble on ressent cette gêne de voir des amis de toujours se déchirer.
Evidemment, comme dans tout crossover certains personnages tirent toute la couverture à eux. Parmi eux l'inévitable Captain America qui porte ici haut le drapeau de la liberté individuelle (je rappelle que le personnage est parfois utilisé à l'opposé comme chef de guerre à l'autorité incontestable) et est incapable de considérer l'avis de l'opinion publique qui pense avant tout à sa propre sécurité. Iron Man est aussi mis en avant, en chantre du contrôle gouvernemental (après avoir fait partie du groupe secret des Illuminati qui prenait des décisions drastiques – comme exiler Hulk de la Terre - en dehors de tout contrôle de qui que ce soit, il y a de quoi rire). Spider-Man et ses hésitations aussi sont bien mis en scène ; je l'ai moins apprécié car je ne connaissais pas ce costume bizarre qu'il porte. le plus dur pour moi a été de découvrir un Red Richards transformé en une espèce de robot sans émotions, incapable de communiquer avec sa femme et ses meilleurs amis, ne parlant qu'en terme mathématiques. le Richards de Kirby était, malgré son génie, d'une considérable humanité. Je n'aime pas beaucoup cette évolution.
Ce conflit aura des conséquences importantes dans le monde Marvel. Enfin, les récits à conséquences sont devenus si communs que j'ai un peu de mal à m'attacher à leur côté dramatique. Ce qui est modifié aujourd'hui sera remodelé demain. Au final, ne l'oublions pas, seule importe la vente des illustrés.
Je vous quitte sur cette note cynique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Kenehan
  04 mars 2021
Avec « Civil War », Stuart Moore tente de romancer l'un des comics les plus cultes et les plus appréciés de l'univers Marvel. Publié la première fois en France en 2013, il fut réédité en 2016. Mais pourquoi le roman et pas directement le comics ? Tout simplement parce qu'il est présent dans ma PAL depuis des années (peut-être même depuis sa sortie en 2013…)
En mettant la main dessus il y a peu, j'ai eu envie de voir ce que ça pouvait donner. Et je dois dire que bien m'en a pris de patienter ! La première chose qui frappe, c'est le nombre de super-héros et de super-villains présents dans le récit. Et sans l'image, c'est pas des plus pratiques pour les différencier. Heureusement, ces dernières années ont été pour moi l'occasion de découvrir un très grand nombre de séries, d'animés et de films estampillés Marvel. de sorte que je connaissais finalement la plupart des protagonistes.
L'intrigue est relativement simple : le centre ville de Stamford est détruit lors d'un affrontement entre de jeunes super-héros et un groupe de super-vilains bien trop puissants pour eux. La bataille dégénère et c'est l'hécatombe. Depuis, les humains vivent dans la peur et la colère. Fini l'adulation des super-héros, place au recensement. Iron Man soutient le projet, il en est même le cerveau. A l'opposé, Captain America y perçoit trop un relent de facisme, lui qui a combattu contre le nazisme. La scission est violente, l'âge des héros devient sombre…
Le récit est fort, très politisé mais rend assez mal dans cette adaptation. Son plus grand atout, c'est l'envie qu'elle donne de se plonger dans les comics originaux. Et c'est, je pense, ce que je vais faire très prochainement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ShooterFly
  19 juin 2015
Civil War opère un changement majeur dans l'univers Marvel. Précurseur des New-Avengers ou de Siège, cet arc très sombre remet en cause la place des super-héros dans la société.
L'intrigue démarre sur un incident qui rase une zone pavillonnaire et provoque une méfiance envers nos amis costumés.
On observe la formation de deux camps : celui d'Iron Man bien décidé à recenser les super-héros et s'allie avec le SHIELD, et celui de Captain America, qui prône la liberté et le respect humain malgré les supers pouvoirs.
De ce postulat, Civil War nous plonge dans une guérilla entre ces deux camps. La force de Civil War est de ne jamais prendre a partit le lecteur. La phrase "Choisir Son Camp" prend tout son sens. A travers l'ensemble des tomes, on se crée notre propre opinion sur la question et certains évènements bouleverse notre vision des super-héros.
L'univers devient très sombre, beaucoup de personnages, notamment Spider-Man, sortiront profondément changés de ces évènements.
Un tome à lire absolument, captivant et avec une qualité de dessin exceptionnel. Civil War est également une bonne porte d'entrée pour ce plonger dans l'univers Marvel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RawhideKid
  01 décembre 2020
Une bonne idée qui s'effondre très rapidement.
Le début est vraiment très bon. On a une catastrophe, une proposition pour que ça n'arrive plus et deux camps qui s'affrontent philosophiquement sur cette proposition. Aucun camp n'a raison, aucun camp n'a tort.
Puis un des camps fait absolument n'importe quoi, commet des exactions contre d'anciens amis et est clairement totalitaire. Terminé l'ambiguïté, terminé l'intérêt de la série. D'anciens héros comme Reed Richards ou Tony Stark font des choses qui m'ont fait tout de suite penser à des Skrulls infiltrés car ils sont tellement éloignés de ce qu'ils furent jusqu'ici, que ça n'a pas de sens autrement.
Le dessin est plutôt joli à regarder, ce qui élève artificiellement la qualité du scénario.
Commenter  J’apprécie          10
SebastienCreo
  15 octobre 2014
Dans ce livre deux héros des Vengeurs; Capitaine America et Iron Man ce font face. le premier Cap décide de prendre l'avenue de la résistance depuis l'arriver de cette loi. Quant à Iron Man, lui il croit qu'on devrait les encadrer à la fois sur le côté des pouvoirs et de l'autre lors des combats. le SHIELD lui aimerais les gardés à l'oeil, depuis la mort de Nick Fury et de Thor des héros connu ce joignent Daredevil avec Cap et Spiderman avec Iron Man. Même des supervilains s'inquiètent de cette loi et espère bien choisir leur camps. Malgré un rythme fort et des questions sur la liberté d'expression l'oeuvre de Stuart Moore pose un regard moderne sur cette question au combien de fois répéter par les écrivains. Pour les fans de BD américaine et les autres qui voudrait comprendre cette univers.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
KenehanKenehan   04 mars 2021
- Pas question que je choisisse un camp. A mes yeux, Cap est tout aussi coupable que Tony Stark.
Jane fronça les sourcils.
- Qu’est-ce que tu dis ?
- Je dis que la Loi de Recensement est injuste, et j’peux pas défendre une loi en laquelle je crois pas.
- C’est bien ce que je…
- Mais je reste un patriote, Jane. J’aime mon pays. Je ne me battrai pas contre le gouvernement, mais je le laisserai pas non plus me traiter comme un criminel. Donc, ça me laisse qu’une option. Je m’expatrie.
Jane s’arrêta, recula d’un pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Stuart Moore (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stuart Moore
NY Comic Con 2010: Interview de Stuart Moore (en anglais)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3742 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre