AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369560088
Éditeur : Editions Intervalles (19/09/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
"Le lit était familier mais leurs corps éprouvaient des sensations extrêmement nouvelles, étranges. Au-début de leur mariage, le coeur de Tiêp ne vibrait pas, Tuyên n'était pas l'homme de sa vie. Il n'était que la conséquence de la guerre, des bombes, des combats, des inondations, des fonds d'embarcation et des bois où se cacher. Il y eut la douleur de la déchirure de l'hymen, une souffrance physique mêlée à celle d'avoir perdu quelque chose, sans savoir quoi sauf q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
fanfan50
  23 juillet 2016
C'est un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir surtout quand on a déjà vécu dans cet attachant pays.
J'ai suivi les différentes péripéties de la vie d'une jeune vietnamienne, Tiêp et le fil du récit se déroule très agréablement. On l'imagine très bien toute mince et encombrée de ses deux enfants et de ses paquets, au milieu de la foule, en train de faire la queue pour prendre un billet de car ou de bateau. Beaucoup de sa vie quotidienne nous est raconté.
Tiêp vient d'une famille très traditionnelle et elle est profondément anti-conformiste et n'arrête pas de se heurter à ses tantes... surtout après qu'elle ait annoncé à son mari qu'elle souhaite le quitter et emmener avec elle ses deux jeunes enfants car elle en aime un autre et veut que tout soit clair entre eux deux : elle ne l'aime plus .
Une belle et triste histoire d'amour contrariée en terre indochinoise.
En fin de roman, une postface de la traductrice, Charlotte Dang, nous explique que c'est le premier roman traduit en français de cet écrivaine sud-vietnaùmienne issue d'une famille de tradition résistante avec l'exemple d'un père emprisonné au bagne de Côn Dào - Poulo Condore du temps de l'occupation française. Dès l'âge de 14 ans, en 1966, l'auteure rejoint la guérilla contre les Américains et combat jusqu'à la victoire en avril 1975.
Ce qui fait que ce roman sans être une autobiographie, est largement inspiré par le vécu de son auteur et a été très favorablement reçu au Viêt Nam. "Les enjeux de la traduction de ce roman ont résidé dans la manière dont ont été pris en compte et traités les proverbes, l'oralité du texte, les implicites et les mots supposés intraduisibles." je cite ici la postface de la traductrice qui a pris beaucoup de plaisir à le traduire en français et moi, à le lire, je l'avoue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   23 juillet 2016
Tiêp aimait beaucoup la manière dont Hoai se coiffait. Elle commençait toujours par peigner ses cheveux postiches, les mouillait d'huile de noix de coco et les plaçait sur le côté. Puis elle coiffait ses propres cheveux très clairsemés et enfonçait une épingle en forme de feuille, dessinant une longue raie bien visible au-dessus des oreilles. Au moment de rassembler ses cheveux en chignon, ses deux bras souples, solennels, s'activaient adroitement comme dans un rite matinal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   23 juillet 2016
Il était vrai que Hai Khâm trouvait toujours un journal de la province pour le publier et ses poèmes étaient souvent édités dans de luxueux volumes, montés en maquette par le chef des poètes lui-même. C'étaient des harangues du genre : ô toi qui m'écoutes, ne construit pas de tinettes / Sur la rivière qui coule, c'est une chose à ne pas faire..."
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   23 juillet 2016
Cette charge était celle stigmatisée par tante Rang, de manquement à l'honneur de la famille, la faute qui faisait que sa famille la rejetait, car sans famille, aucun Vietnamien ne peut être en paix avec sa conscience.
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   23 juillet 2016
Ils venaient faire la queue, probablement pour récupérer des paquets de marchandises envoyés de pays qualifiés par les gens que Tiêp fréquentait de "pays d'opulence et du chacun pour soi".
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   23 juillet 2016
- Tout à fait. Autrefois, quand il lisait un poème ou faisait un discours, les fourmis elles-mêmes se déplaçaient pour s'enrôler dans l'armée et se ranger en ordre de bataille.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature vietnamienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Le Père Goriot

Dans quelle partie de la Comédie humaine s'inscrit ce roman ?

Scènes de la vie privée
Scènes de la vie de province

10 questions
487 lecteurs ont répondu
Thème : Le Père Goriot de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre