AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dan Tran Phuong (Traducteur)
EAN : 9782848050539
380 pages
Éditeur : Sabine Wespieser (10/05/2007)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 247 notes)
Résumé :
Paru en 1985 au Vietnam, alors que la publication des livres de Duong Thu Huong y était encore autorisée, ce roman de formation remporta un énorme succès. Il est pour la première fois traduit en français.

Duong Thu Huong y évoque les tribulations d'une gamine espiègle et entreprenante à la fin des années cinquante. Bê a douze ans, sa vie dans le bourg de Rêu s'organise entre sa mère, ses amis, ses voisins et ses professeurs. Son père, soldat, est en g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  01 mai 2020
Cette fois, j'ai choisi un livre d'une écrivaine née au Viêtnam, Duong Thu Huong, surnommée « La rebelle » : « Itinéraire d'enfance ». («Hành trình ngày thơ ấu »,) (dans la collection Livre de poche).
J'avais d'abord bien aimé la simple couverture représentant de dos, deux fillettes 🎎 avec leurs chapeaux en forme de cônes, des chapeaux habituels dans leur pays. Ces fillettes sont Vu Thi Bê (la narratrice, qui a le rôle le plus important) et Loan Graine-de-jacquier - deux jeunes fillettes, amies inséparables, au Viêtnam.
L'ouvrage débute ainsi : « J'ai douze ans. Nous habitons le petit bourg de Rêu, ma mère et moi. » (p.10) (…) « Nous sommes au début du printemps. Finis les gâteaux du Têt, mais dans chaque cuisine, des petites tourtes de la mi-lune attendent, sagement rangées dans des paniers. » (p.13),
Bê, fille unique, excellente élève à l'école, n'a pas revu son père depuis trois ans car il a été envoyé en mission, pour combattre des rebelles, à la frontière sino - viêtnamienne.
Pour Bê, tout se passe bien à l'école (avec le Père Thê), mais quand arrive le nouveau professeur de gymnastique Gia, grand et gros), elle en devient le souffre-douleur. Alors Bê et Loan décident de fuir afin de tenter de retrouver le père de Bê, dans le nord du Viêtnam.

Cette décision va engendrer un très long voyage, en traversant des plaines et des montagnes, ce qui donne l'occasion de jolies descriptions 🍀 mais n'enlève pas le danger de leur situation. D'ailleurs, elles connaissent quelques mésaventures dues à leur innocence à cause de leur jeune âge. Mais au milieu des événements dramatiques, se trouvent également des moments heureux, des soutiens, des aides avec des rencontres qui tombent à pic – par exemple avec un ébéniste, Moc, qui les héberge pendant plusieurs mois – le vieux Rô…
Pendant leur long périple, les fillettes font preuve de courage (surtout de la part de Bê, optimiste, car Loan est souvent effrayée) mais elles poursuivent leur route et parviennent toujours à s'en sortir. Elles voyagent à pied, en train, à cheval, bref, par tous les moyens possibles et proposés : «Vivre, c'est surmonter les malheurs, la souffrance et l'injustice pour atteindre l'objectif qu'on s'est fixé. » (p.343)
Elles font ainsi l'apprentissage de la vie avec toutes leurs rencontres heureuses ou malheureuses – sans le sou (on leur à tout volé), mais : « Là où règne l'ignorance, règne aussi la misère. »
Le style de Duong Thu Huong, est agréable – elle reconnaît « avoir donné beaucoup d'elle-même à son héroïne ». « Itinéraire d'enfance » est non seulement un roman initiatique mais aussi d'apprentissage (et un peu d'autobiographie ?), où l'on trouve ce voyage fait par les deux fillettes. Il y a également de l'humour et …. on y parle beaucoup de nourriture (souvent bizarres pour nous Orientaux : du riz gluant, à la base de presque tout, que ce soit salé ou sucré – de la soupe d'escargots : heu … des gâteaux de riz ou des gâteaux au miel - de l'infusion de jambosier – du thé à profusion – des beignets croquants et parfumés – des bonbons à l'intérieur desquels se trouve une couche de caramel – des papayes – du tofu – de la salaison de crevettes – des galettes soufflées au sésame avec une marmelade de haricots et de pois – de la perche grillée, marinée dans du nuoc-mam- de la soupe de crabes au taro et au neptunia, etc J'arrête ici car cela risque de vous donner faim ! 😉). le dépaysement est garanti avec les paysages décrits joliment.
C'est tout simplement écrit – on y voit bien l'innocence enfantine avec sa fraîcheur – on éprouve souvent quelques émotions – c'est tout simple et ça se lit d'une traite.
Je termine avec ces phrases relevées en fin de livre : « Oui. Je veux tout revoir. le sentier, la digue, le tertre et cette rivière sacrée…
Je veux un moment de paix pour fermer les yeux et me souvenir des aventures de ma jeunesse, avant de m'engager sur une nouvelle route. La route de l'avenir. »
👍
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
diablotin0
  03 juin 2020
"itinéraire d'enfance", vous emmène sur le chemin de Bê, petite vietnamienne au caractère bien trempé.
Je n'ai eu aucun mal à m'identifier à Bê qui ne supporte pas l'injustice. J'ai ressenti au plus profond de moi, sa rage, son désespoir, son sentiment de révolte.
Suite à cette injustice subie à l'école, elle va entreprendre un voyage avec son amie Loan pour rejoindre son père. Ce voyage sera l'occasion de belles rencontres, des rencontres qui font chaud au coeur.
Ce roman est aussi une invitation au voyage. Tout au long, j'ai eu envie de faire mes valises et de partir au Vietnam pour humer les odeurs, déguster les plats, admirer les paysages et rencontrer des gens adorables, à l'hospitalité sans failles. Je laisse en revanche, les reptiles là où ils sont, ils pourront s'abstenir de venir sur mon chemin...
Merci à ma soeur chérie pour ce prêt. Il ne nous reste plus qu'à préparer un voyage au Vietnam, voyage qui nous promet des rencontres et souvenirs inoubliables.
Commenter  J’apprécie          492
Levant
  15 avril 2020
A la fin des années cinquante au Viet Nam, le pays vient de se libérer de l'emprise du colon français. Bê, une jeune fille de douze ans, se confronte au monde des adultes. Incompréhension, injustice la poussent à quitter son village pour aller retrouver son père militaire en poste sur la frontière avec la Chine. Elle part avec une amie de son âge.
Voyage semé d'embuches pour les deux jeunes filles au travers d'un pays pour lequel la colonisation n'a pas réussi à faire le distinguo entre tradition et archaïsme. On craint le pire dans pareil contexte. Fort heureusement pour elles, les rencontres faites au cours de leur périple ne seront pas que malsaines. Certaines seront porteuses d'enseignements et de sentiments sincères propres à faire de ce voyage vers un père idéalisé par l'absence un véritable parcours initiatique.
Il est beaucoup question de nourriture dans ces pages. C'est un aspect qui pourrait rendre l'ouvrage indigeste à qui n'a pas le goût des traditions culinaires si la portée philosophique de la sagesse asiatique ne venait lui faire contrepoids. La jeune Bê en acquiert une maturité très précoce pour son âge.
Itinéraire d'enfance n'en reste pas moins une belle fresque de ce pays qui vit, en la période choisie par Duong Thu Huong, un trop court intervalle d'apaisement, avant de sombrer à nouveau dans les affres de la guerre civile, avec l'entrée en lice des USA et le cortège d'horreur que l'on connaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Mimeko
  30 décembre 2018
A treize ans, la petite Bê est une petite fille intelligente et espiègle, elle est parmi les premiers de sa classe et a obtenu le premier prix de comédie de l'école. Fille unique, elle n'a pas revu son père, capitaine en mission à la frontière sino-vietnamienne pour combattre les rebelles depuis trois ans, date de sa dernière permission. Sa vie est faite de jeux, d'études et d'échappées avec son amie Loan. L'arrivée de Gia, le nouveau professeur de gymnastique va faire basculer sa vie, harceleur, il prend la petite fille en grippe et cette dernière va lui faire un coup pendable aux conséquences graves...Avec Loan, elle décide de rejoindre son père dans le nord du Vietnam, un voyage aux travers des plaines et des montagnes pour le retrouver et qui lui permettra de découvrir la vie de tous les personnages qu'elles va croiser qui lui permettront de se connaître et de grandir.
Itinéraire d'enfance est un roman d'apprentissage dans lequel Duong Thu Huong nous fait partager la vie de cette petite fille (peut-être s'agit-il de l'enfance de l'auteure), une petite fille éveillée qui, en dénonçant une injustice, va décider de retrouver son père, un homme qu'elle connaît peu, sa dernière permission datant de trois ans...
Duong Thu Huong décrit très bien tous les états d'âme de la petite, sa décision un peu folle de s'enfuir et des dangers et surtout les rencontres qui vont la transformer. Au gré des aventures c'est le Vietnam du nord, post-colonialiste que l'on découvre entre plaines et montagnes, forêts et traversées à cheval, à la rencontre des habitants qui hébergent les deux petites, comme Moc, l'ébéniste chez qui les vont rester plusieurs mois et où elles vont apprécier une vie simple et se forger des amitiés sincères.
Un roman d'apprentissage tout en douceur et instructif qui permet de faire connaissance avec le Vietnam du nord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
gonewiththegreen
  18 janvier 2019
Bé et Loan sont deux amies dans une petite ville de la pleine au nord d'Hanoï.
Elles sont très scolaires et vivent avec leur maman. Cependant, leur destin va basculer avec l'arrivée du nouveau professeur de gymnastique .
Oh, le joli petit roman ! L'auteur s'est efforcée, dans un style très simple, de traduire tout le monde de son enfance , celui du Viet Nam post colonisation.
Au travers de son livre , elle nous inonde de saveurs, visuelles, olfactives et surtout gustatives. Elle nous fait ressentir l'attachement d'un peuple à ses traditions , son histoire, sa cuisine et tire dès qu'elle le peut sur le colonisateur français.
Il y a beaucoup d'honneur , de respect mais aussi un très beau chapitre sur l'art de relativiser les choses, de savoir se contenter de son sort mais toujours de se battre pour la liberté. Les personnages sont bons ou mauvais , peu d'ambivalence mais qu'importe.
On part avec Bé , tout d'abord dans l'exploration de son quotidien, puis sur les routes du Nord Viet Nam. On mange , on sent, on détourne les yeux devant certaines habitudes locales ,on croise des êtres dont la bonté de l'âme n'a d'égale que la beauté des paysages.
Roman très facile à lire , qui nous transporte dans un autre monde avec une histoire prenante tout en nous apportant des éléments d'histoire et quelques recettes vietnamiennes . Que demander de plus ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
zenzibarzenzibar   27 juin 2015
Un dernier rayon de soleil s'accroche encore aux pointes des plus hautes branches de bambous et des mangousiers qui s'agitent à la moindre brise.

De vieux crapauds, dissimulés dans les coins des murs, entonnent leurs croassements grinçants. Des sauterelles, arrivant des champs, se cognent contre ma tête, me chatouillent l'oreille. Je redoute qu'une grenouille ou un kaloula me saute dans le bol de soja ou de plat de poisson.

Par bonheur rien de tout cela n'arrive. Mes hôtes, habitués à manger dans la nature, ne semblent pas se poser de telles questions.

Plus tard, je trouverai que manger dehors est un vrai bonheur. L'air vivifiant du soir donne plus d'appétit, sans compter que le paysage ne fait qu'augmenter le plaisir d'un repas frugal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bilodohbilodoh   10 août 2015
C’est un petit village niché au creux de la vallée, entouré de versants montagneux. La vie y est paisible et agréable. Ceux qui n’y sont jamais venus en rêvent et ceux qui y sont souhaiteraient y rester pour toujours.

(France Loisirs, p.209)
Commenter  J’apprécie          160
MimekoMimeko   30 décembre 2018
Le son de la cithare s'élève en même temps que sa voix grave, se mêlant au bruissement de la source et au ruissellement de l'eau dans la gouttière en bambou. La mélodie, accompagnée par le martèlement sourd et régulier des pignons des roues à eau, est inoubliable. Le temps semble s'étirer en ce lieu, une année ici équivaut à un siècle dans la plaine.
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchkanadiouchka   18 février 2020
L’homme doit lutter et gagner. Cette pensée résonne dans ma tête comme le bruit d’un cheval au galop dans le creux d’une vallée, au printemps. L’homme doit triompher de son malheur, de son infortune et de sa propre désespérance. P.338
Commenter  J’apprécie          130
LevantLevant   14 avril 2020
Le dévouement des infirmières me remplit d'étonnement... Ces femmes possèdent indubitablement la douceur et la bienveillance des fées ou des mères. (page 330)
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Duong Thu Huong (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Duong Thu Huong
Duong Thu Huong, Les collines d'eucalyptus .Lorsque Duong Thu Huong, romancière vietnamienne, parle de son livre Les collines d'eucalyptus ( éditions Sabine Wespieser) et du destin d'un adolescent fugueur, c'est tout le Viet nam qu'elle évoque. Et l'ancienne combattante anti-colonialiste, aujourd'hui dissidente et exilée, ne mâche pas ses mots. Entretien Dominique Conil, video de Nicolas Serve.
autres livres classés : littérature vietnamienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
446 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

.. ..