AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bruno Martin (Traducteur)
ISBN : 2277234354
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Toutes les Cités de Gor craignent les Peuples des Chariots.
farouches guerriers, nomades intrépides, ils méprisent les villes et leurs castes. L'honneur est leur guide, le combat leur passion, le pillage leur mode de vie. C'est à ces rudes nomades que les Prêtres-Rois ont jadis confié en secret leur dernier veuf, l'espoir de tout un monde. Tarl Cabot, que ces êtres millénaires ont choisi pour agent, est à présent chargé de s'infiltrer dans les rangs des nomad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JunoR
  22 décembre 2017
Au crédit de l'auteur, il faut dire que son niveau littéraire s'améliore un peu à chaque tome. Les choses sont mieux amenées, mieux expliquées et l'expression en "je" qui m'avait tant rebutée depuis le début, passe presque inaperçue dans ce tome, c'est dire!
La structure de l'histoire s'est améliorée aussi, la complexité des personnages et les cas de conscience qui se posent au héro sont enfin un peu plus pertinents pour le lecteur. Bon, ça reste de la fantasy-science-fiction et je ne cesse de déplorer le niveau médiocre dont se contente trop souvent les égéries du genre, exemple joyeusement suivi par tous les autres.
Mais, par ailleurs, on sent bien que l'auteur a envie de s'installer dans sa philosophie, la faire connaître, l'expliquer voire même, peut-être, convaincre le lecteur par le biais de nombreuses situations où tout concorde à prouver sa pertinence, mais également par des moments entiers où les protagonistes approuvent ou démontrent plus ou moins directement ces paradigmes.
Ces théories ultra-genrées manifestement alimentées par des fantasmes de type domination/soumission sonnent comme des archaïsmes incongrus à mes oreilles. Je ne les trouve pourtant pas moins recevables qu'une ferveur ultra-religieuse ou une théorie "des races humaines" qui, replacées dans un contexte géo-temporel, historique, culturel et même propre à l'auteur, me semblent tout à fait audibles. Néanmoins, ces croyances prennent de plus en plus de place dans les romans de J. Norman, au point d'en éclipser le reste et c'est précisément l'usage de cette propagande presque caricaturée au détriment de l'histoire que je trouve assez pénible et même grotesque.
C'est selon tous ces critères que j'ai cités que je maintiens une moyenne de seulement deux étoiles. Néanmoins, je trouve le courage d'encore aborder un nouveau tome de la série car, sans être adepte de ces théories de domination/soumission prônées par l'auteur, je dois bien admettre l'existence de ma tendance auto-sadique, en tout cas du point de vue littéraire. ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34
mauriceandre
  30 octobre 2019
Salut les Babelionautes
Avec ce tome quatre du Cycle de Gor, John Norman continu dans la même veine, mais je ne comprend pas pourquoi a ma première lecture javais adoré cette Saga, peut être par ce que à l'époque ( il y a plus de quarante cinq ans) ma libido me travaillait.
Quand je compare a ce que j'ai lu de mieux depuis, cela reste faible comme fantasy, même si j'ai adoré le concept d'une planète caché par le Soleil.
de plus dans ce tome, Tarl Cabot est a la recherche d'un mystérieux oeuf, et même si je n'avais aucun souvenir, j'ai compris de suite ou il était caché.
Sinon cela reste plaisant a lire, si on fait abstraction de la condition des Femmes.
Cette fois encore c'est Bruno Martin qui a traduit ce tome, merci.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
JunoRJunoR   17 décembre 2017
Il m'avait regardé, étonné des réactions assez inhabituelles de la jeune femme. Il ne se rendait bien sûr pas compte de la difficulté pour elle d'accepter soudain de se trouver réduite en esclavage, et surtout dans cette peuplade de nomades.

Toutefois, il trouvait ce comportement répréhensible, et une fois il s'était relevé pour lui décocher un coup de pied en lui disant de cesser de pleurnicher. Elle comprenait pas encore le goréen, mais le ton et le geste avaient suffi. Elle avait cessé de geindre, tout en continuant de trembler et de laisser de temps à autre échapper un sanglot. J'avais vu Kamchak décrocher un fouet de la paroi et s'approcher d'elle, mais il l'avait remis en place sans la frapper. J'en étais étonné. Et satisfait qu'il ne l'ait pas touchée, car je serais intervenu. Je m'efforçai d'expliquer à Kamchak que le vieux monde de la fille ne l'avait nullement préparée à son état présent, car l'esclavage sur la Terre se pratique de façon subtile, invisible, de sorte même que certaines personnes pensent qu'il n'existe pas. Kamchak n'avait rien dit, mais il s'était levé pour prendre un gobelet dans un coffre et l'avait empli d'un liquide ambré dans lequel il avait versé une poudre bleu foncé. Il avait alors soulevé la tête d'Elisabeth, du bras gauche, et l'avait fait boire de la main droite. La peur se lisait dans ses yeux, mais elle avait bu. Une ou deux fois dans la nuit, elle avait crié en tirant sur sa chaîne, mais nous avions constaté qu'elle ne s'était pas réveillée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AymAym   15 février 2014
Selon les Goréens, c’est une sorte de guerre dans laquelle la femme ne peut respecter que l’homme qui a su la conduire à la défaite la plus absolue.
Commenter  J’apprécie          32
AymAym   15 février 2014
Et, avant que j’aie saisi son intention, il avait soumis Miss Cardwell à ce que les esclavagistes appellent la Caresse du Fouet. Dans l’idéal, cela doit se faire, comme Kamchak l’avait fait, à l’improviste, pour surprendre la fille. Cette fois, Elisabeth laissa échapper un cri et détourna les yeux. Stupéfait, j’observai la réaction involontaire et subite au contact. La Caresse du Fouet sert couramment pour forcer une fille à se trahir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AymAym   15 février 2014
- Ne t’étonnes-tu pas, Petite Aphris, poursuivit-il, et ne te demandes-tu pas pourquoi la barbare – bien qu’esclave – n’est pas vêtue Kajir, et n’a ni anneau, ni marque, ni collier ?….
– Pour qu’il y en ait une plus haut placé que toi dans le chariot, déclara Kamchak….
– Parce que, reprit-il, entre autres tâches, tu t’acquitteras envers elles, la barbare, des devoirs d’une esclave. ….
– Esclave au service d’une barbare !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AymAym   15 février 2014
- Demain, Petite Aphris, je te donnerai de quoi te vêtir. Elle lui adressa un regard reconnaissant.
– Des clochettes et un collier, poursuivit-il. Les larmes vinrent aux yeux d’Aphris.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de John Norman (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Norman
"Gor", film réalisé par Fritz Kiersch en 1987 avec Oliver Reed, extrait
autres livres classés : machismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2910 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre