AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Nathalie Mège (Traducteur)
EAN : 9782354080815
252 pages
Éditeur : Mnémos (01/05/2010)
3.89/5   14 notes
Résumé :

Dans un monde où l'art de raconter a presque remplacé celui de la magie, un Conteur monte à bord d'un bateau et, comme il est de coutume, doit payer son voyage par son art. Il s'y applique donc, cependant que des monstres rôdent dans la mer... et va narrer à l'équipage deux tragiques histoires, qui peut-être n'en forment qu'une. Celle d'un jeune souverain nommé Simon, tombé dans la mélancolie après &#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
5Arabella
  12 septembre 2018
Un Conteur embarque à bord d'un navire. Et il commence une étrange histoire, un récit entremêlé de deux garçons, un jeune homme devenu roi et sourd, et un enfant fils d'ébéniste. Qui auront à combattre un mage, qui a fait revenir de parmi les morts un pouvoir ancien sous forme d'oiseau. Voyages, rencontres, amitiés, combats, magie...rien ne manque au conte.
Le livre est très prenant, les aventures et rebondissements ne manquent pas, s'enchaînent parfaitement. Les personnages sont bien caractérisés, et il y a beaucoup de choses étranges, pas forcément expliquées jusqu'au bout, qui attirent l'attention. C'est plutôt bien écrit, et la construction, qui croise deux récits, bien maîtrisée pour retenir l'intérêt. Je dirais que c'est lorsque, comme c'est malgré tout un peu prévisible, les deux se rejoignent, que l'intérêt baisse un peu, et que les choses deviennent plus routinières.
Patrick O'Leary essaie de complexifier son récit, qui malgré tout à un côté « classique » (deux jeunes héros partis combattre le mal qui s'est insinué sur la pays), en introduisant des ambiguïtés magie-science, passé et présent, la transmutation par la magie et par la parole du conte. C'est ambitieux, pas inintéressant, mais pas complètement convaincant. Pas complètement tenu, comme chez Gene Wolfe, que Patrick O'Leary semble beaucoup admirer et prendre pour modèle, si on s'en tient aux remerciements au début du livre.
Mais c'est incontestablement un bon livre, qui tient le lecteur presque jusqu'au bout, et qui a une certaine originalité par rapport à la production fantasy, plus dans l'écriture et dans la façon de narrer, dans les détails, que dans la trame principal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Philemont
  20 décembre 2012
Comme il est de tradition, un Conteur paye sa traversée en exerçant son métier pour les membres de l'équipage du navire sur lequel il a pris place. Alors que les marins viennent de repêcher le cadavre d'une jeune fille il leur narre deux histoires tragiques, celle du jeune roi Simon dont la soudaine surdité le plonge dans une profonde mélancolie, et celle de Tim, le fils de l'ébéniste, et dont les parents disparaissent tout aussi soudainement. Aussi différents soient-ils, les destins de Simon et de Tim convergent vers l'Huissier de la Nuit, un sorcier à l'origine de bien des maux…
Avec le don, sous-titré L'ultime héritage, Patrick O'LEARY revient aux sources de la Fantasy en rendant hommage aux contes populaires de la tradition orale. Ce faisant il nous propose deux quêtes initiatiques, qui n'en font finalement qu'une, et qui peuvent rappeler à bien des égards le cycle de Terremer d'Ursula le GUIN ; c'est l'univers en grande partie maritime d'une part ; c'est la perspective intimiste du propos d'autre part. Mais le roman est bien plus que cela puisque l'auteur utilise les quêtes de ses deux héros comme un moyen de remonter aux sources de l'univers et d'en comprendre in fine la cosmogonie ; à ce niveau on quitte la Fantasy relativement simple de LE GUIN, pour entrer dans celle plus subtile de Gene WOLFE, envers qui Patrick O'LEARY ne cache d'ailleurs pas son admiration.
C'est ainsi qu'à partir d'une histoire relativement simple, O'LEARY développe son intrigue autour de faux-semblants permanents, Simon et Tim, et le lecteur avec eux, devant sans cesse analyser ce à quoi ils sont confrontés pour comprendre le monde dans lequel ils vivent. Avec une prose extrêmement poétique, et non dénuée d'humour, l'auteur ne se répand toutefois pas en explications mais préfère multiplier les allusions et autres allégories, et imbriquer de multiples petits contes dans sa grande histoire. Si ce choix narratif est du plus bel effet stylistique, il est aussi un moyen particulièrement élégant de mener une vraie réflexion sur l'art du conte et son intimité avec la réalité. A ce niveau, le final du roman est une vraie réussite.
Le don est finalement une oeuvre d'une richesse incroyable. Sur un thème on ne peut plus éculé, Patrick O'LEARY parvient à bâtir un roman original et exigeant qui pourra contenter un large lectorat. Les lecteurs les plus jeunes y trouveront le souffle de la quête initiatique, les lecteurs plus âgés une réflexion sur la vie dont la profondeur pourrait bien nécessiter de multiples lectures. Ce sont indéniablement les caractéristiques d'une oeuvre marquante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MagEv
  14 juin 2017
Un Conteur à bord d'un navire paie sa traversée en racontant une histoire, voilà comment j'ai découvert peu à peu celle du roi Simon et du jeune Tim.
Un récit fantastique où se mêlent des sorciers volants aux pouvoirs magiques, des créatures improbables, des dragons et bien d'autres personnages. Même si aujourd'hui les sorciers ont tous disparu et la magie avec eux, au fil des pages cette dernière va reprendre vie grâce à Simon et Tim. Armés de leurs nouveaux pouvoirs, ils vont tenter d'anéantir l'Huissier de la nuit et l'oiseau noir nommé Tomen responsables entre autres de la pollution des eaux. Une quête commence donc pour ces deux jeunes gens pour les retrouver et ce jusqu'au fin fond des Terres du Sud et ses dangers.
L'histoire en elle-même est intéressante et captivante, dans un monde bien différent du nôtre les deux jeunes héros côtoient des personnages hors du commun souvent créés grâce à la magie des sorciers disparus ou bien luttent contre des sorts jetés par l'Huissier. Je dois l'avouer chaque chapitre lu me donnait envie de découvrir la suite de leurs péripéties. Bref j'ai beaucoup aimé l'univers proposé par l'auteur.
Par moment par contre, la lecture n'a pas toujours été facile. Surtout au début où je n'arrivais pas toujours à me fondre dans les légendes racontées et à me familiariser avec le vocabulaire propre à cet univers, une relecture était donc parfois nécessaire.
Pourtant l'intrigue est simple mais aussi de découvrir d'autres contes dans le conte lui-même et bien j'ai été perdue pour comprendre l'ensemble de l'histoire. Et quand la « légende principale » si je puis dire est relatée plusieurs fois en cours du roman mais avec des variantes pour le coup on se demande où est la vérité et on se trouve davantage perdue ! Ceci étant, cela reste pour moi une oeuvre bien atypique et agréable à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Brienne77
  13 février 2016
Assez difficile de parler de ce livre … mais je vais essayer. Il a autant sa place en fantasy qu'en conte. C'est un peu un livre à quitte ou double. Je ne pense pas qu'on puisse le détester, par contre, je crois qu'on accroche ou pas ; moi, j'ai été totalement embarquée.
Très atypique, il faut se laisser aller... et se laisser emporter... Chaque mot est pesé, voulu. Il y a des mises en abyme (des contes dans les contes), des personnages parfois surprenants, toujours touchants, beaucoup de questions que l'on se pose… L'intrigue est là, complexe, se mettant en place petit à petit, mais aussi l'atmosphère, la poésie, l'humanité... quelque part entre tourner les pages très vite pour connaître la suite, et le besoin de laisser les mots et les impressions faire leur chemin. Je relirai ce livre, c'est certain, je crois qu'il fait partie de ces écrits qui demandent une seconde lecture, pas parce qu'il est dur à suivre, mais pour l'envie de s'y replonger, et voir tout ce qu'on n'a pas vu à la première lecture. Un livre qui, pour peu qu'on y adhère, laisse des traces, entre sourire, rêve et nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Imkal
  02 avril 2013
Je dois dire que j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans et même un fois entré, de ne pas en sortir! L'abord est difficile avec un énorme besoin d'abstraction pour trouver derrière l'histoire le fil conducteur, l'âme cachée du récit. Un livre ardu qui réclame certainement une deuxième lecture ...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   11 septembre 2018
Nous, nous nous racontons des histoires pour enseigner une leçon, pour faire rire ou faire partager un frisson. Mais quelque forme qu'elles prennent, elles possèdent une constante spécifique. Elles se résolvent toujours. Parce qu'elles ont été conçues pour rassurer - pour contenir le noyau réconfortant d'une réponse. N'importe quelle réponse, pourvu qu'il en ait une.
Commenter  J’apprécie          60
5Arabella5Arabella   10 septembre 2018
Un mot à propos des dragons. Tout le monde a entendu parler de leur avidité pour l'or, mais nul ne semble en connaître l'origine. Certains les disent cupides. Ce ne sont là qu'humains qui fuient leurs fautes en les accolant à d'autres créatures - pour invraisemblables que ce soit, étant donné la droiture de celles-là.
Commenter  J’apprécie          20
BrochmaelBrochmael   14 février 2018
Voici l'histoire de l'énorme oiseau noir qui tenta d'avaler la lune. Sauf que la lune restait coincée dans son bec et refusait de descendre. L'oiseau était trop têtu pour le recracher, et elle trop grosse pour qu'on l'avale. A mesure que la faim de l'oiseau noir grandissait, il enflait lui aussi, tant et si bien qu'il finit par emplir le ciel et par devenir la nuit, en recouvrant le monde de ses plumes noires. Quand les étoiles scintillaient, c'était que l'oiseau et la lune luttaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BrochmaelBrochmael   14 février 2018
Je suis oiseau, ne le suis pas.
Je suis feu et feu ne suis.
La mort me connait. Elle me craint.
Je ne crains rien. La peur me comble.
Aucun corps ne m'échappe, nul esprit ne me sait.
Aucune pierre ne me leste, aucun vent ne m'ébranle.
Pas un eau ne m'avale, pas une flamme ne me touche.
Jamais nuit ne m'emplit, lumière ne me déniche,
temps ne me dénombre, miroir ne me contient.
Je suis victoire. Je suis pouvoir.
Je suis la faim. Je suis parfait.
Je m'appelle Tomen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
5Arabella5Arabella   09 septembre 2018
Ceci est une histoire de monstres.
Les vrais. Pas ceux des contes pour enfants.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Patrick H. O'Leary (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quand les femmes mènent l'enquête ...

Dans "Poulets grillés" de Sophie Henaff, le premier tome d'une série française, la commissaire dirige une équipe de bras cassés. Son prénom est associé à "de Bretagne".

Anne Capestan
Carole Evans
Stephanie Plum
Hannah Swensen

12 questions
104 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , femmesCréer un quiz sur ce livre