AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B01JXPVZJ2
Éditeur : Mohr Siebeck (30/11/-1)
4.5/5   1 notes
Résumé :
Voici la première étude exhaustive des prières babyloniennes adressées à Marduk, dieu de Babylone, depuis l'essai de J. Hehn "Hymnen und Gebete an Marduk" (1905). Marduk était le dieu de la ville de Babylone et la divinité la plus importante depuis l'époque de Hammurabi (XVIII°s av. J.C.) Dans ce livre, Takayoshi Oshima présente un catalogue mis à jour de toutes les prières babyloniennes à Marduk datant de différentes époques historiques et fait l'édition critique d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  17 décembre 2018
Ce fort volume est le résultat d'une enquête longue et minutieuse et d'une quête attentive. L'auteur y retrace la façon dont un dieu prend naissance, se développe et revêt ses attributs les plus explicites, à travers de nombreux textes de prières et d'hymnes qui en formulent les caractéristiques, au cours d'un millénaire. Après une première partie synthétique mais très détaillée, qui relate les étapes de la transformation du dieu Mardouk de Babylone, de divinité secondaire en dieu dominant, l'auteur donne à lire le texte original et la traduction des prières adressées à lui, au débouché d'une enquête philologique impressionnante. L'amateur de langue akkadienne sera vite noyé dans cette poésie mystique bien plus complexe que les textes prévus et sélectionnés dans les manuels de langue pour les débutants ou même pour les étudiants un peu plus confirmés. Le simple curieux aura recours à des travaux encore plus synthétiques et abrégés, car l'auteur entre dans tous les détails possibles et manifestement, ne s'adresse pas à lui. Voilà donc un beau livre écrit par un savant exemplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   18 novembre 2018
Il semble que les anciens Babyloniens ne croyaient pas au Ciel et à l'Enfer, ni au Jugement Dernier... Ils pensaient que ce qui leur arrivait était la réaction immédiate des dieux à leurs actes. Ils n'appliquaient pas cette idée à des spéculations sur l'avenir lointain, mais plutôt à l'interprétation des situations actuelles où ils se trouvaient. S'ils étaient prospères et bien portants, c'était que les dieux étaient satisfaits d'eux. Sinon, s'ils avaient quelque malheur, c'était le résultat de la colère divine et ils voyaient dans l'adversité une punition divine immédiate. De plus, les anciens Babyloniens avaient une conception du "péché" bien plus vague que la nôtre, qui se fonde sur le respect dans nos actes de principes moraux ; pour eux, "le péché", c'était tout ce qui offensait les dieux. (...)

On a de bonnes raisons de croire que les anciens définissaient les offenses aux divinités non comme des actions immorales (le vol, le meurtre, l'adultère), mais comme des négligences des devoirs rituels et le manque de respect envers les êtres divins. Quand le suppliant d'une prière /dingir-sha3-dib-ba/ détaille ses péchés involontaires, il n'évoque que le manque de piété envers son dieu, la négligence des devoirs cultuels, le sacrilège, et "le mal" sans autre détail. Le narrateur du poème Ludlul Bêl Nêmeqi (II, 22-23) insiste sur son passé d'homme juste. Par là, il ne parle que des activités rituelles, non de crimes qu'il aurait commis.

pp. 16-17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   24 novembre 2018
Pour les anciens Babyloniens, la justice et l'éthique absolues n'étaient pas pour les hommes, mais n'appartenaient qu'aux dieux. Le suppliant de la Prière à Mardouk affirme qu'aucun homme ne peut être parfait au point d'éviter les fautes, et seul un être divin, Mardouk en l'occurrence, sait ce qu'est le Bien et le Mal. Aucun humain n'en est capable :

"Parmi les fils de la Matrice et tous les vivants,
Qui s'est suffisamment gardé pour ne pas fauter ?
Qui a fait assez attention pour ne porter aucun péché ?
Où est-il, celui qui a évité de faire le mal ?
(...) Un dieu révèle ce qui est bien et ce qui est mal.
Celui qui a son dieu, ses péchés sont éloignés,
Mais celui qui n'en a pas, ses crimes sont nombreux.
Quand toi, son dieu, tu es à ses côtés,
Ses paroles sont bien choisies, son verbe est honnête."

Ces vers montrent bien que l'homme par nature, est condamné à pécher et que seuls les dieux peuvent lui enseigner l'éthique pour l'en empêcher. En d'autres termes, s'il perd son dieu, malgré ses bonnes intentions, il devient inévitablement un criminel. Ainsi ... les anciens recherchaient la miséricorde et la protection de plusieurs divinités, et surtout de Mardouk, dans l'espoir que son pardon soit constant et inconditionnel, comme celui d'un père pour son fils.

pp. 52-53
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : babyloneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Takayoshi Oshima (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
937 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre