AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221192146
176 pages
Robert Laffont (12/01/2016)
4.08/5   13 notes
Résumé :
Dans le premier livre signé de sa main, le Pape François dialogue de façon simple, intime et personnelle avec chaque femme et chaque homme de la planète.
À travers son expérience personnelle de prêtre, il aborde la question de la Miséricorde, thème central de son enseignement et de son témoignage.
Il explique pourquoi l'Année sainte extraordinaire qui lui tient tant à coeur devrait parler à toutes les âmes - à l'intérieur de l'Église mais aussi au-deho... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

- par Carine

Pourquoi ce livre?

Mes relations avec la religion fluctuent selon ce qui se passe dans ma vie, dans celle de mon entourage ou selon les actualités. Par conséquent, mes opinions alternent entre "Dieu nous aide", "Dieu est indifférent", "Dieu est fatigué de nos péchés et nous a laissés tomber" et "Dieu n'existe pas". C'est pourquoi j'étais curieuse de lire les messages du nouveau Pape François et je remercie les éditions Bayard de m'avoir offert l'occasion de confronter mes incertitudes avec ses croyances.

De quoi parle t-il?

Ce livre est un recueil des plus importants discours prononcés par Le Pape François, depuis le début de son Pontificat.

Le message principal donné par Le Pape François c'est que Dieu est amour : il n'a pas l'intention de nous punir de nos péchés, il nous attend, prêt à nous accueillir, pour peu que nous le voulions.

Je trouve ce message important dans le sens où, face à la douleur, la maladie, la violence et la méchanceté, nous avons tendance à mettre tout cela sur le compte d'un Dieu vengeur, car à ce moment-là nous nous rappelons les textes de la Bible parlant de Sa colère: Adam et Eve, les 7 plaies de l'Egypte… en oubliant des textes sacrés plus positifs (le fils prodigue, le Samaritain…).

Le Pape François rajoute que Dieu étant miséricordieux, nous devons suivre le même chemin et pardonner aux autres les souffrances qu'ils nous font subir.

Et là, ma première réaction à la lecture de ce passage a été de considérer Le Pape François comme étant loin de la réalité quotidienne car nous sommes dans une société qui est plus encline à profiter des faiblesses des personnes qu'à exprimer de la solidarité. Comment, à ce moment-là, pouvons-nous pardonner à des personnes qui nous font souffrir ? Et si nous pardonnons, celles-ci ne pourraient-elles pas recommencer ?

Cependant, j'ai constaté, durant ma lecture, que le Pape s'appuyait sur des évènements actuels (les guerres, la drogue, la mondialisation..) pour nous donner envie de retrouver des valeurs comme le respect, la bonté, la gentillesse. Or, celles-ci sont certes des préceptes de l'Eglise, mais fondamentalement et avant tout des valeurs humaines.

De plus, devant la démission des parents de plus en plus démunis, de l'école et de la société, qui peut encore faire en sorte que les jeunes gardent ces valeurs ? Vers qui pouvons-nous nous tourner ?

En conclusion?

Le Pape François s'adresse plus aux athées, aux indécis, aux malheureux et aux exclus qu'aux croyants : il nous dit que lui aussi a eu des doutes, que c'est normal, qu'il entend nos souffrances, qu'il nous comprend et il nous montre un chemin à suivre. Il ne discourt pas comme quelqu'un qui fait la morale, il n'utilise pas les mots « vous devez…il faut… » ; au contraire, il utilise principalement le pronom « nous ». Il se met sur le même plan que nous. Grâce à sa personnalité, je pense que certains pourraient se rapprocher d'une Eglise souvent jugée trop conservatrice.


Lien : http://www.larecreationcultu..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation

Le pape est un homme qui a besoin de la miséricorde de Dieu. Je l'ai dit sincèrement, y compris devant les détenus de Palmasola, en Bolivie, devant ces hommes et ces femmes qui m'ont accueilli avec chaleur. Je leur ai rappelé que saint Pierre et saint Paul aussi avaient été des prisonniers. J'ai une relation spéciale avec ceux qui vivent en prison, privés de leur liberté. J'ai toujours été très attaché à eux, justement à cause de la conscience que j'ai d'être un pécheur. Chaque fois que je franchis le seuil d'une prison, pour une célébration ou pour une visite, je me demande toujours : pourquoi eux et pas moi? Je devrais être ici, je mériterais d'y être. Leurs chutes auraient pu être les miennes, je ne me sens pas meilleur que ceux qui sont en face de moi. Et je me retrouve donc en train de répéter et de crier : pourquoi lui et pas moi? Cela peut scandaliser, mais je me console avec Pierre : il avait renié Jésus, et il a quand même été choisi. »

Commenter  J’apprécie          20

Dieu ne nous demande rien qu’il ne nous ait donné auparavant : « Nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier » (1 Jn 4,19). Il n’est pas indifférent à nous. Il porte chacun de nous dans son cœur, il nous connaît par notre nom, il prend soin de nous et il nous cherche quand nous l’abandonnons. Chacun de nous l’intéresse ; son amour l’empêche d’être indifférent à ce qui nous arrive. Mais il se peut que, quand nous allons bien et prenons nos aises, nous oubliions de penser aux autres (ce que Dieu le Père ne fait jamais), nous ne nous intéressions plus à leurs problèmes, à leurs souffrances et aux injustices qu’ils subissent. Notre cœur tombe dans l’indifférence : alors que je vais relativement bien et que tout me réussit, j’oublie ceux qui ne vont pas bien. Cette attitude égoïste a pris aujourd’hui une dimension mondiale, au point que nous pouvons parler d’une mondialisation de l’indifférence. Il s’agit d’un malaise que, comme chrétiens, nous devons affronter.

Commenter  J’apprécie          00

Et si quelqu’un est un ministre de Dieu, il finit par se croire différent du peuple, propriétaire de la doctrine, détenteur d’un pouvoir, fermé aux surprises de Dieu. La « dégradation de l’étonnement » est une expression qui me parle particulièrement. Parfois, je me suis surpris à penser qu’une bonne glissade ferait du bien à certains personnages si rigides, car ainsi, en se reconnaissant pécheurs, ils rencontreraient Jésus.

Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Pape François (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Pape François
https://www.laprocure.com/product/1245153/pape-francois-tout-est-a-l-amour-totum-amoris-est-lettre-apostolique-sur-saint-francois-de-sales
Tout est à l'amour - Totum amoris est Lettre apostolique sur saint François de Sales Pape François Éditions du Cerf
autres livres classés : papeVoir plus





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1652 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre