AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266130691
2144 pages
Pocket (07/04/2005)
4.47/5   192 notes
Résumé :
Traduction collective des textes hébreu et grec
sous la direction des frères dominicains à
L'École biblique et archéologique française de Jérusalem
qui lui a donné son nom. Elle a connu de nombreuses éditions
depuis sa première parution en 1 volume en 1955
jusqu'à la dernière révision importante de 1998.
Réalisée par les meilleurs spécialistes des études bibliques,
elle est actuellement la plus répandue en France>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,47

sur 192 notes
5
7 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Cette critique peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.
Hugo
  25 février 2016
Euh LOL…
L'autre jour j'étais à l'enterrement de mon beau père, paix à son âme d'enculé, quand arriva le moment d'ennui absolu ou le cureton se met à parler de la personne décédée, tout jus-te après que je me dise que je me ferai bien sucer le soir venu… mon petit côté Patrick Sébastien certainement :
« Putain c'est génial… Et si on allait se faire sucer tiens »
Donc bon le cureton se met à blablater avec la voix de la tristesse qui raisonne dans nos coeurs :
« Mes frères, mes soeurs, nous sommes réunis ici aujourd'hui dans la tristesse devant la perte d'un être cher à notre âme, cet homme si bon et généreux… bla bla bala… et bien Jésus veille à présent sur lui et se joint à votre grande tristesse… bla bla bala… mais tout cela est provisoire, car nous serons bientôt tous réunis au paradis à ces côtés blabla bla…
(Je précise que jésus ne connaissait pas mon beau père, en tout cas je ne les ai jamais vu trainer le bout de gras ensemble...)
Euh excusez moi mais c'était quand même un putain de fils de pute le gars qui est mort hein, genre moi je suis le dieu de l'univers, je le fais pas rentrer ce mec, avec son CV qui tient sur une ligne :
« Parcours de la vie : J'ai servi à rien… »
De plus et pas des moindres, si je clamse, je préfèrerai cracher sur de la bonnasse moi plutôt que revoir les branlos d'antan…
Donc je me suis relu quelques extraits de la bible pour essayer de piger l'engouement mondial pour un gars qui se branle les couilles dans les nuages du libre arbitre avec papa, un peu tangui sur les cieux le barbu si vous voulez mon avis…
Sans déconner, les mecs ils ont été élus créateurs de l'univers, rien que ça, grosse pression, je sais pas, mais je n'ai pas le sentiment qu'ils prennent très au sérieux la situation de merde dans la quelle se trouve l'Afrique par exemple, continent à forte concentration de putains de grosses galères bien dégueulasses…
et j'en passe sur les petits enfants malades, la pédophilie, les viols, la torture, la barbarie…et pour les siècles des siècles…
Le livre le plus vendu du monde qui fait l'éloge de l'inceste, qui condamne un peu près tous les plaisirs de la vie, qui se concentre essentiellement sur quelques trouducs en soutane pas trop portés sur la joie de vivre… pas une fois il n'est fait mention d'une petite gâterie bien dégoulinante qui te foutre-ait de sacré bonne humeur pour aller p(r)écho la bonne chaudasse sur le coin de la table…
Bah non queue dalle, on ne s'encule pas chez les chrétiens, on prie le seigneur de punir les méchants et de donner à manger aux affamés… Mais là comme ça en regardant un peu la misère qui se profane autour de moi, je n'ai pas l'impression que ça marche fort de croiser ses doigts à genoux en fermant les yeux en chuchotant des trucs chiants à crever… par contre si vous voulez mon avis, si tu les sors de ton cul, les doigts (ou autre), alors il se pourrait queue tu éprouves un certain plaisir de tenter concrètement de raisonner les nombreux trous de balle qui peuplent notre belle planète bleue…
Alors j'ai été élevé dans la foi, avec prière du soir, que mémé casse burnes me culpabilisait la jeunesse, que je croyais dur comme ma teub un matin comme les autres que j'irai pas au paradis si je ne faisais pas bien mes devoirs… non mais sans déconner quoi, t'es sérieuse mémé… et c'est quand j'ai commencé la branlette que m'est venu l'idée saugrenu que jésus pouvait aller se faire enculé avec ses conneries sur la masturbation, sans déconner, la première fois ça t'électrise les jambes , t'es là à faire des va et vient comme un damné, que t'as le bout en forme de boudin, que tu respires presque plus, et enfin la jouissance de cette petite goute d'infamie qui vient se poser sur ton doigt de péchoueur de petits chattes bien moulées sur papier glacé, oh putain le délire de ouf…
comment que je m'en souviens bien de celle là, je l'attendais comme le messie un soir de famine dans les ruines de Syrie…
Après, bien après d'ailleurs, tu passes aux choses sérieuses… et là bon hein, c'est quand même bien la baise, faut pas se mentir, levrette, fellation, sodomie, je veux dire queue même si tu transpires, un truc bien sauvage ou ça bave de partout, ça a plus de gueule que de s'enfermer tout habillé dans un endroit sombre et froid, pour chanter tes louanges à un gars que t'as jamais vu de ta vie, qui n'aime pas les pédés, les femmes, les enfants, l'avortement, la branlette, et qui trainait en sandales la barbe au vent, pour finir cloué sur une planche en croix à 33 piges sa mère…
Au nom du père du fil et du sein esprit…
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5136
Polomarco
  02 janvier 2022
Un an. Il m'aura fallu un an pour lire l'intégralité de l'Ancien Testament, c'est-à-dire sa quarantaine de livres, à raison de quelques passages chaque soir. Je me suis référé, à cet effet, à un plan de lecture trouvé sur Internet, qui s'efforce de présenter avec un ordre chronologique cette histoire dite sainte. "Histoire sainte", non pas parce que ses personnages sont saints, mais parce que Dieu a écrit l'histoire.
Cet ouvrage universel, un best-seller, qui relate l'histoire du peuple élu jusqu'à la naissance de Jésus -le Nouveau Testament prenant le relais au-delà- n'est pourtant pas d'une lecture facile. Certes, il inclut une dimension historique, mais il comporte aussi des livres relatifs au domaine de la loi, à celui de la poésie et aux prophéties.
Relèvent de la partie historique, les livres de Josué, des Juges, de Ruth, de Samuel, des Rois, des Chroniques, d'Esdras, de Néhémie et d'Esther. Ils relatent l'histoire du peuple d'Israël : l'occupation de la terre promise, sa scission en deux royaumes à la mort du roi Salomon, leur chute, la déportation à Babylone pendant 50 ans et le retour d'exil ; le tout avec des précisions sur les dates, les lieux et les personnages, notamment leur filiation.
Relèvent du domaine de la loi les cinq livres que les chrétiens appellent "Pentateuque" et que les juifs appellent "Torah" : ceux de la Genèse, de l'Exode, du Lévitique, des Nombres et du Deutéronome.
Relèvent du domaine de la poésie les livres de Job, des Proverbes, de l'Ecclésiaste, de Siracide, de la Sagesse, du Cantique des Cantiques, ainsi que les psaumes, ces 150 prières que le peuple d'Israël adressait à Dieu sur tous les tons, de l'action de grâce (Ps 137) à la supplication (Ps 85), en passant par la colère (Ps 12).
Relèvent, enfin, des prophéties, celles des prophètes "majeurs" (Isaïe, Jérémie, Lamentations, Ezéchiel, Daniel), et celles des prophètes "mineurs", dont les textes sont plus courts, mais pas moins importants.
Il y aurait tant à dire sur une telle oeuvre. Je me limiterais à trois points.
1. Les annonces multiples de ce qui va advenir : les prophéties. Tant les psaumes que d'autres livres, surtout Isaïe et Ezéchiel annoncent ce qui va se passer ultérieurement. Soit plus tard dans l'Ancien Testament (exemple du chapitre 20 du livre de Jérémie prophétisant la déportation d'Israël à Babylone, de même que le chapitre 6 - verset 7 du livre d'Amos, qui annonce, en plus, le retour d'exil ch.9 ; v.14) ; soit dans le Nouveau Testament (exemple en Isaïe ch.7 ; v.14 : prophétie de la Vierge enceinte qui enfantera L Emmanuel ; autre exemple au psaume 33 - v.21 : "Il veille sur chacun de ses os : pas un ne sera brisé"). Il existe beaucoup d'autres passerelles entre les deux testaments.
2. L'infidélité du peuple élu, qui s'oppose à la fidélité de Dieu. Ainsi, le deuxième livre des Rois est une énumération de méfaits, ponctués du constat "Il fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur". Et pourtant, tout au long du long récit qu'est l'Ancien Testament, Dieu fait régulièrement se lever un chef qui remet le peuple dans le droit chemin. On pense bien sûr aux figures majeures que sont Abraham, Moïse et Noé, mais aussi aux rois Saül, David et Salomon et à tant d'autres moins connus. En dépit du comportement de son peuple qui se détourne de lui, Dieu honore ses promesses.
3. Des expressions et des personnages passés dans le langage courant. L'Ancien Testament regorge en effet d'expressions dont on ignore aujourd'hui qu'elles y trouvent leur origine. Par exemple : le "bouc émissaire" (Lévitique, chapitre 16, versets 16 à 22) ; "Bien mal acquis ne profite jamais" (Proverbes 10 ; 2) ; " Il ment comme il respire" (Pr. 13 ; 5) ; "Rien de nouveau sous le soleil" ( Ecclésiaste 1 ; 9) ; "Ravitaillé par les corbeaux" (1 Rois 17 ; 4).
La Bible tire son nom du mot grec Biblos, qui signifie Livre : la Bible est ainsi le livre par excellence. Ce qui est vrai de l'Ancien Testament est vrai aussi pour le Nouveau. Mais cela dépasse le cadre de la présente critique. Et les quatre évangiles valent bien une critique dédiée.
En revanche, une fois n'est pas coutume, je n'attribue pas d'étoile, la Bible étant hors catégorie selon moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
litolff
  13 janvier 2011
Que l'on soit croyant ou pas, la Bible est un livre hors du commun (LE livre le plus vendu dans le monde) et l'Ancien comme le Nouveau Testaments sont des sources culturelles indispensables et inépuisables pour bien comprendre toutes les références artistiques et culturelles de notre société judéo-chrétienne.
Commenter  J’apprécie          180
amarauggg
  12 septembre 2021
Je n'écrirai pas de véritable critique sur le Nouveau Testament (non plus sur l'Ancien, parce que celui ci je ne l'ai pas encore lu), qui est un texte trop particulier, trop unique, trop sacré.
En revanche, j'aimerai partager la raison qui m'a poussé à le lire ; et ce n'est ni la croyance, ni une quelconque forme de spiritualité. J'ai lu le Nouveau Testament pour deux raisons : je voulais connaître la philosophie de Jésus et a fortiori la philosophie chrétienne ; je souhaitais comprendre les enjeux historiques de ce texte dans le développement de la civilisation occidentale.
L'expérience fut surprenante. Tout d'abord, le texte est bien plus facile à lire que ce que je pensais. Je suis conscient de l'existence de multiples niveaux de lectures, et je pense n'avoir aborder que les premières couches, mais ce fut sans trop de peine, et je dirais même avec enthousiasme. Cela est peut être dû à l'écriture des apôtres, à l'intelligibilité de l'ouvrage dans son ensemble ou aux multiples références que je redécouvrais au fil des pages.
Je parlerai à présent de Jésus et de ses discours.
Je n'aurais jamais imaginé Jésus aussi radical dans ses messages d'amour, de passivité face à la violence, et de rejet de la richesse. Ainsi, le Christ est celui qui enseigne de tendre l'autre joue, de céder sa tunique, d'aimer et de prier pour nos ennemis, mais qui affirme aussi qu'il est « plus facile à un chameau de passer par un trou d'aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume des Cieux » … Jésus peut se montrer très doux (épisodes de la Samaritaine, de la femme au parfum, de la femme adultère, des guérisons…) et à d'autres occasions carrément violents (Jésus fouette les marchands du Temple de Jérusalem, « Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive » ; parabole du Roi : « Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi. »).
L'autre personnage majeur du Nouveau Testament est bien sûr Saint Paul, presque aussi passionnant que le Christ. On remarque d'ailleurs une certaine dérive du message du Nouveau Testament entre les discours messianiques et les épîtres De Saint Paul (mais aussi des autres apôtres). Ainsi, c'est ce dernier, contre le Christ, qui déclare la femme inférieure et soumise à son mari, qui condamne l'homosexualité, qui promeut le célibat à vie, qui discrédite la philosophie et la « sagesse des hommes », qui affirme que « tout pouvoir vient de Dieu », qui pose la croyance dans le Messie comme condition sine qua non pour le salut, indépendamment des actes… Cette différence est cruciale et doit être relevée, considérant le rôle fondateur de Paul dans la religion chrétienne.
J'ai donc étonnement beaucoup apprécié ce texte sacré, qui délivre non seulement une philosophie révolutionnaire dans l'histoire des idées et très pertinente, mais qui présente aussi les fondements idéologiques de notre civilisation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
mcd30
  25 juillet 2017
J'ai lu le Coran, beaucoup de livres bouddhistes et un jour, j'ai réalisé que je n'avais toujours pas lu la bible. C'est un ouvrage qui m'interpelle sans arrêt, beaucoup de questions.Quand on dit qu'il y a plusieurs niveaux de lecture c'est vrai car à chaque fois que je la relis, j'y vois d'autres détails . C'est un peu comme le Petit Prince que je viens de relire mais à la puissance 10.
Commenter  J’apprécie          152

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   16 octobre 2015
Or, si l'on prêche que le Christ est ressuscité des morts, comment certains parmi vous peuvent-ils dire qu'il n'y a pas de résurrection des morts ? S'il n'y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Mais si le Christ n'est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi votre foi. Il se trouve même que nous sommes de faux témoins de Dieu, puisque nous avons attesté contre Dieu qu'il a ressuscité le Christ, alors qu'il ne l'a pas ressuscité, s'il est vrai que les morts ne ressuscitent pas. Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si le Christ n'est pas ressuscité, vaine est notre foi ; vous êtes encore dans vos péchés. Alors aussi ceux qui se sont endormis dans le Christ ont péri. Si nous qui sommes dans le Christ n'avons d'espoir que cette vie, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.

PREMIÈRE ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS : III, 15, 12-19.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          437
finitysendfinitysend   22 mars 2012
Mon bien-aimé parle et me dit:
Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens !
Car voici, l'hiver est passé;
La pluie a cessé, elle s'en est allée.
Les fleurs paraissent sur la terre,
Le temps de chanter est arrivé,
Et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.
Le figuier embaume ses fruits,
Et les vignes en fleur exhalent leur parfum.
Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!
Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher,
Qui te caches dans les parois escarpées,
Fais-moi voir ta figure,
Fais-moi entendre ta voix;
Car ta voix est douce, et ta figure est agréable.
Prenez-nous les renards,
Les petits renards qui ravagent les vignes;
Car nos vignes sont en fleur.
Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui;
Il fait paître son troupeau parmi les lis.
Avant que le jour se rafraîchisse,
Et que les ombres fuient,
Reviens ... sois semblable, mon bien-aimé,
A la gazelle ou au faon des biches,
Sur les montagnes qui nous séparent.

Premier testament.
CANTIQUE DES QUANTIQUES : 2.10 à 2.17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Nastasia-BNastasia-B   15 octobre 2015
Qui touche à la poix s'englue,
qui fréquente l'orgueilleux en vient à lui ressembler.
Ne te charge pas d'un fardeau trop lourd,
ne te lie pas à plus fort et plus riche que toi.
Pourquoi mettre le pot de terre avec le pot de fer ?
S'il le heurte il se brisera.
Le riche commet une injustice, il prend de grands airs ;
le pauvre est lésé, il se fait suppliant.
Si tu lui es utile il se sert de toi,
si tu fais défaut, il s'écartera de toi.

L'ECCLÉSIASTIQUE : 13, 1-4.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
litolfflitolff   13 janvier 2011
Heureux les pauvres en esprit,
car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux les doux,
car ils recevront la terre en héritage.
Heureux les affligés,
car ils seront consolés.
Heureux les affamés et assoiffés de la justice,
car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs,
car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux les persécutés pour la justice,
car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.
Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gavarneurgavarneur   06 janvier 2017
Il arriva aussi que sept frères ayant été arrêtés avec leur mère, le roi voulut les contraindre, en leur infligeant les fouets et les nerfs de bœuf, à toucher à la viande de porc (interdite par la Loi). L'un d'eux se faisant leur porte-parole : « Que vas-tu, dit-il, demander et apprendre de nous ? Nous sommes prêts à mourir plutôt que d'enfreindre les lois de nos pères. » Le roi, hors de lui, fit mettre sur le feu des poêles et des chaudrons. Sitôt qu'ils furent brûlants, il ordonna de couper la langue à celui qui avait été leur porte-parole, de lui enlever la peau de la tête et de lui trancher les extrémités, sous les yeux de ses autres frères et de sa mère. Lorsqu'il fut complètement impotent, il commanda de l'approcher du feu, respirant encore, et de le faire passer à la poêle. Tandis que la vapeur de la poêle se répandait au loin, les autres s'exhortaient mutuellement avec leur mère à mourir avec vaillance : « Le seigneur voit, disaient-ils, et il a en vérité compassion de nous selon que Moïse l'a annoncé par le cantique qui proteste ouvertement en ces termes : « Et il aura pitié de ses serviteurs. »
2e livre des Maccabées, ch7
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82

Videos de Ecole biblique et archéologique française (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ecole biblique et archéologique française
Le frère Olivier-Thomas Venard OP, directeur du programme de recherche Bible en ses Traditions (BEST), présente l'École biblique et archéologique française de Jérusalem.
>Bible>Géographie, Histoire, Chronologie, Personnes des pays et des zépoques>Versions et traductions modernes (36)
autres livres classés : religionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1552 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre