AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 291860769X
Éditeur : éditions du Poutan (09/02/2015)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Pierre était maintenant un grand garçon. Savait-il que, selon le règlement, il devait quitter leur chère maison à seize ans ? Que l’administration de l’Assistance publique envisageait de le placer chez de braves paysans qui le feraient dormir dans une grange, près de la fosse à purin ou chez des artisans qui mettraient généreusement un cagibi à sa disposition, partageant son gîte avec un corniaud, puant et plein de puces, seul être à lui porter une certaine affect... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
1967fleurs
  17 octobre 2016
Sur son lit de mort, Pierre Trouvé entrecroise les moments de lucidité et d'affabulations sur les circonstances et le lourd secret qui entourent sa naissance : le samedi 10 février 1894 à Lyon, que s'est-il passé pour qu'on lui cache la vérité ?
La version la moins douloureuse : Pierre a été déposé sur un tas d'ordures…Une petite fleur sur un tas de fumier, pondu et trouvé sous un porche…..par une fille mère ?
Alors pour survivre, pour que cela soit moins noir, il s'invente un monde meilleur, enfant, adolescent, adulte, il échafaudera notamment différents scénarios : être le fruit d'un instant de félicité entre une impératrice et un empereur, fils caché du Dr Mouveyre qui fréquentait assidûment les lieux de plaisirs… plutôt que la probable réalité : issu d'une copulation entre une femme de mauvaise vie, avec un homme de passage vérolé…fils putatif de qui ?
Il est aux yeux de l'administration un enfant perdu, un scélérat, une graine de bagne à la charge de la Nation. On ne parle pas d'éducation mais d'élevage. On ne fait pas dans la dentelle à l'époque, ce n'est pas un enfant mais un numéro….
Pierre est un enfant robuste, intelligent mais rebelle à l'autorité, placé, déplacé sans arrêt.
Il comprend vite lors de son arrivée à l'Orphelinat agricole de Voiron qu'il sera toujours seul, « que l'ami d'aujourd'hui, sera le traitre de demain ».
Il s'endurcit pour faire sa place, pour survivre face à ses pairs, mais aussi face à l'injustice à la domination des adultes qui profitent de leur pouvoir pour soigner leur réputation et servir leurs propres intérêts.
Son statut d'enfant de l'Assistance Publique lui collera à la peau toute son existence mais pour lui la souffrance ne s'arrêtera pourtant pas là. Pierre ne cessera de se battre que se soit à Casablanca ou pendant la Grande Guerre, que pour défendre et améliorer sa vie et celle des siens. Un homme combattant, besogneux, attachant, qui se distinguera aussi dans ses amitiés, ses amours….
Rolland Saussac emprunte un ton acerbe, vrai pour nous raconter Pierre Trouvé mais aussi les nombreuses personnes qui ont croisé sa route.
Il nous décrit leurs modes de vie, leurs métiers, les ragots, les moeurs légères de l'époque, leurs relations avec Pierre. Ce n'est pas un roman linéaire. Il est détaillé, descriptif, avec des allers et retours dans le temps, ce qui m'a parfois dérouté.
C'est une écriture dense, crue, parfois drôle, dure, empreinte de gravité et de tendresse. J'ai eu l'impression que l'auteur ne pouvait écrire autrement pour nous faire rentrer dans l'histoire de Pierre et l'Histoire de l'époque, qui donne de la crédibilité et du relief à cette lecture.
Mon premier roman historique, 500 pages, où j'ai parfois eu peur de perdre Pierre, mais je l'ai trouvé….un homme courageux qui n'en démord pas.
Merci à Babélio et aux Editions du Poutan pour l'envoi de ce beau livre accompagné d'une belle carte et d'un petit mot manuscrit fort sympathique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3714
dcombier
  16 octobre 2016
Merci à Masse critique et aux Éditions du Poutan de m'avoir fait découvrir ce livre.
La vie de Pierre Trouvé dans la seconde moitié du XIXè siècle et les 70 premières années du XXè, avec une part plus importante consacrée à son enfance et jusqu'à ses trente ans, voilà l'épine dorsale de ce roman.
Enfant trouvé, bringuebalé de nourrice en nourrice, d'institution en institution, méprisé, utilisé voire exploité par des personnes qui sous couvert de l'aider s'étaient gargarisées de leurs bonnes actions envers un orphelin, plutôt un jouet dont elles s'étaient vite lassées, rarement aimé, tel a été le quotidien de cet enfant, adolescent puis jeune homme.
Obligé de se réfugier dans le mutisme, de se protéger par la violence et la ruse, il traînera toute sa vie une réputation de brute sournoise qui l'exclura de toutes les récompenses, les reconnaissances, qu'il aurait méritées et que tout autre à sa place auraient eues.
Cette vie de lutte et de misère a été celle de quantité d'orphelins, tenu pour responsables de leur malheureux sort. Celle-ci est très bien décrite, avec de nombreuses incidentes pour raconter le parcours de quelques personnes qu'il côtoie lors des cent et quelques années de sa mal heureuse vie.
Hélas, trois fois hélas ce livre souffre, à mon avis, de deux défauts majeurs : sa longueur et sa présentation. Pavé de 509 pages, lourd, dont le texte hyper dense avec ses paragraphes à peine marqués n'est pas agréable à lire (alors que l'histoire l'est), il ferait sans doute avec une mise en page plus lisible 800 voire 1 000 pages. Il aurait gagné à être plus court, mais la vraie difficulté de l'écrivain n'est-elle pas la concision ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
JLDragon
  27 octobre 2016
Sacré morceau que ce roman historique. J'avoue avoir mis du temps à m'habituer au rythme et au style du conteur, mais je me suis accroché et en définitif, je ne regrette pas ma lecture.
Loin de là !
Pavé de plus de 500 pages, il aurait largement pu en faire 1000 avec une mise en page aérée. Celle-ci ne m'a cependant pas posé problème et je comprend largement le souci de l'éditeur de devoir compacter au mieux pour minimiser, d'une part les frais d'envois exorbitants du grand postier, mais aussi d'autre part, de ne pas effrayer un lecteur qui, de nos jours, se laisse facilement terrorisé par la largeur de la tranche.
En somme présenter un pavé dit historique de plus de 1000 pages peut s'avérer problématique.
C'est d'autant plus dommageable lorsque le roman mérite d'être lu.
Ici ça décoiffe. Au niveau du rythme et du style surtout.
Roland Saussac ne se contente pas seulement de raconter la vie de A à Z de Pierre Trouvé, mais également de tous ceux qui ont compter dans la vie de ce dernier.
Il y a donc beaucoup de personnages, beaucoup de flashbacks (ça s'en va et ça revient !) et c'est vrai, c'est parfois assez déconcertant. Il faut rester bien concentré dans sa lecture !
Après un certain temps, on finit par s'habituer. le risque pour le lecteur, c'est qu'il ne s'habitue pas à temps et finit par abandonner.
Le style est tranchant, parfois acerbe et nous berce dans une douce ironie. Roland Saussac ne la joue pas pour autant moralisateur.
Il ne fait que conter et constater.
Grâce à l'auteur, la vie de Pierre Trouvé est fortement enrichie sans être exagéré. On ne peut que féliciter l'écrivain pour les détails retranscrits ici.
Si je devais tatillonner, je ne mettrai que trois étoiles et demi en raison de certains passages assez nébuleux qui nous font perdre parfois le fil, mais je ne tatillonnerai pas car je trouve les quatre étoiles méritées.
Une jolie pierre à l'édifice des romans historiques !
Lien : http://jldragon.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
1967fleurs1967fleurs   16 octobre 2016
Oui , l'Orphelinat de agricole de Voiron était la meilleure école de la vie, qui lui apprenait chaque jour qu'il serait toujours seul et qu'il ne pourrait compter que sur lui-même. Jamais, il n'aurait le droit de s'apitoyer sur son sort. C'était la plus grande réussite de son éducation...Dans ta vie, reprit Auguste Bonnabin, tu croiras avoir des amis. Douce illusion. L'oubli des peines partagées, les cigarettes offertes... la survie avant tout dans cette existence de merde que l'on t'a offerte généreusement depuis ta naissance. Pierre Trouvé, ne soit jamais mon ami, je serai le premier à te cracher dessus si ça servait mes intérêts. En attendant, je veux bien croire que tu m'es sympathique et ce soir nous partagerons une cigarette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
1967fleurs1967fleurs   16 octobre 2016
Elle avait pris son service la veille, engagée à l'essai pour un mois, malgré les réserves de madame, Monsieur avait ordonné. Cette petite. Jeanne, son amour. Dès leur première rencontre lors de ce fameux petit déjeuner où Madame avait renversé sa tasse de cacao et gourmandé cette fille bayant aux corneilles, il l'avait aimée.
Commenter  J’apprécie          90
1967fleurs1967fleurs   16 octobre 2016
Quoiqu'il en soit, elle avait une grande affection pour lui Pierre, qu'elle considérait comme son fils qu'elle n'avait jamais eu. Il ne devait pas la décevoir et se faire engager comme jardinier, futur fils adoptif qui hériterait de sa fortune. Si elle avait eu quelques faiblesses avec lui, qu'il ne le regrette pas. La guerre changeait tous les codes moraux. La différence d'âge ? S'en portait-il plus mal ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dcombierdcombier   08 octobre 2016
Il avait des perspectives d'avenir, une promesse de poste de conseiller général, un rêve d'un siège confortable de sénateur dans un palais de la République d'où il aurait pu sermonner ses sujets, après un repas de qualité et une longue sieste réparatrice, leur reprochant de na pas assez travailler.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : valenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1500 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre