AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Benoît Domis (Traducteur)
EAN : 9782352940838
331 pages
Éditeur : Bragelonne (22/08/2007)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Un thriller cauchemardesque entre Ça et Angel Heart...

Dans l'Amérique des années Reagan, sept étudiants idéalistes deviennent les meilleurs amis du monde. Leur petite bande de joyeux contestataires a pour nom « Underground ». Ils savent qu'à la fin de leurs études chacun suivra sa propre voie. Alors, à l'approche de la remise des diplômes, ils s'offrent une ultime fiesta... à Custis Manor : la sinistre plantation leur tend les bras pour une dernière ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Biiip
  14 juillet 2012
Un groupe de jeunes (sept étudiants) ayant vécu une expérience surnaturel et malheureusement dramatique pour deux d'entre eux, se retrouvent quelques années plus tard (après avoir fait leur vie chacun de leur côté) suite à la disparition/mort d'un autre membre de leur ancien groupe... Ça vous dit quelque chose? Une sensation de déjà lu? Moi aussi! On dirait le résumé de "Ça" de Stephen King! Un livre qui a marqué mon adolescence et celle de beaucoup d'autres jeunes (et moins jeunes) lecteurs. J'ai tellement adoré ce livre que je n'ai pas hésité bien longtemps lorsque j'ai fait ce rapprochement entre ces deux récits. Je voulais de nouveau connaître cette sensation de peur au moment de me coucher après ma lecture.
Alors je préfère vous rassurer (ou vous décevoir), la comparaison s'arrête là. Il n'y a pas de clown et le récit ne tourne pas autour des peurs de notre enfance. Craig Spector a choisi un sujet tout aussi fort (et sensible), l'esclavagisme (et tout ce que cela entraîne). Imaginez un vieux manoir sudiste, dans lequel se trouve un miroir (une sorte de faille temporelle) menant à un monde parallèle (au notre) ou le temps s'est figé il y a environ 200 ans. Rajoutez-y des démons/spectres négriers en guise de maîtres des lieux, et vous obtenez Underground. Alléchant n'est ce pas?!
Pourtant, (et je ne vais pas aller par quatre chemin) j'ai été déçu par ce livre. Oh, pas une grosse déception au point de ne pas finir ma lecture., non, non. Juste que j'attendais plus. Craig Spector tenait là une très bonne idée et ne l'a pas exploité à fond.
Premièrement, le manoir, lieu de tout les problèmes, devrait être selon moi (en quelque sorte) le personnage principale de ce récit. Moi quand on me dit, esclaves, monde parallèle et démons/spectres négriers, j'imagine des choses qui pourraient donner des sueurs à Stephen King et Poppy Z. Brite. Bon bien sur, c'est sombre, glauque...etc, mais pas assez. En tout cas, pas assez pour un livre classé dans la section horreur. Quand j'ouvre ce genre de livre, je veux avoir peur, je veux être bousculé et surtout dérangé par le sujet traité. Je ne parle pas de violence gratuite, mais on devine tous ce qu'était l'esclavagisme, alors quand en plus tout cela est géré par des êtres démoniaques...
Deuxièmement, les personnages sont beaucoup trop survolés. J'ai eu comme la mauvaise impression d'avoir affaire à des archétypes de livres/films d'horreur. Il y a la petite frappe, le grand costaud au grand coeur, les anciens amants, la fille hystérique...etc. Alors oui, nous avons quand même droit à un résumé de leur vie (heureusement), mais beaucoup trop bref et (encore une fois) prévisible pour pouvoir s'attacher aux personnages.
Je pense que tout cela aurait pu être évité/corrigé avec quelques pages de plus. C'est que, autant de personnages, ça demande (normalement) du temps à développer et c'est dommage de bâcler ce qui est (peut-être) le plus important dans un récit.
Alors ce Underground, est ce un mauvais livre pour autant? Non, mais je pense qu'il souffre trop (dans mon cas) de la comparaison avec "Ça" de Stephen King. Maintenant, je ne pense pas non plus qu'il ai pour vocation de marquer les gens pour des années mais plutôt de divertir. C'est court (332 pages écrient en gros) et ça se lit vite, très vite. On a donc pas vraiment le temps de s'ennuyer, et puis, L'idée (l'histoire) est là, elle est prenante, et on veux savoir comment tout cela va finir. Dommage, car il y avait matière à faire un grand livre (classique?) d'horreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Vepug
  14 septembre 2011
La remise des diplômes approchant, sept étudiants s'offrent une dernière fête à « Custis Manor », ancienne plantation de sinistre renommée. Mais, malencontreusement, ils ouvrent une « porte » et se retrouvent confrontés à une force néfaste ni vivante, ni morte qui tueras l'un d'entre eux et en fera disparaître un autre.
Vingt ans plus tard, les survivants, marqués à vie par cet événement se retrouvent à « Custis Manor » car l'un d'entre eux est passé de l'autre côté…
Craig Spector se révèle être un nouveau maître de l'horreur.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BiiipBiiip   14 juillet 2012
Derrière lui, les gardiens repartirent à l'assaut de la porte. Cette fois, elle céda. Justin se retourna et vit leurs visages briller dans l'étrange lumière émise par le miroir. Il lut de l’inquiétude et de l'horreur dans leur expression, mais aucune surprise.
Ils savent! comprit-il, tout en se pressant à travers le portail scintillant, tremblant dans le froid qui l'enveloppait et le saisissait depuis l'autre côté. Il prit une dernière inspiration et ferma les yeux, s'immergeant totalement. Pendant un moment, il eut l'impression de dériver, de flotter dans un vide tourbillonnant; les sons devinrent étouffés et indistincts. Justin expira et inspira désespérément: l'air qui remplit ses poumons était glacial et additionné d'une odeur étrange et âcre. Son corps se déplaçait langoureusement, comme sous l'eau. Il se retourna et ouvrit les yeux, vit à travers le portail que constituaient le miroir de la salle de bains et la lumière du jour, flamboyante et onirique. Il fit passer sa jambe gauche, puis son bras gauche à l'intérieur...
...et soudain d'autres mains s'emparèrent de lui - des mains chaudes et vivantes, qui lui saisirent le poignet, le tirant brutalement en arrière. Les gardiens s'efforçaient de le faire ressortir; dans l'étrange lumière de l'autre côté, leurs visages charnus avaient pris une apparence monstrueuse, grotesque, leurs bouches réduites à l'état de balafres irrégulières, leurs yeux tels des puits noirs et inhumains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
644 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre