AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Aline Azoulay-Pacvon (Traducteur)
EAN : 9782266340182
432 pages
Pocket (18/04/2024)
3.97/5   18 notes
Résumé :
En 1882, Daiyu a 12 ans et vit heureuse dans une petite ville de pêcheurs en Chine, jusqu'à ce que ses parents disparaissent. Sa grand-mère la somme alors de partir chercher du travail. Elle trouve un emploi auprès de Maître Wang qui enseigne la calligraphie.
Un jour, alors qu'elle erre sur le marché, elle se fait kidnapper. Elle est séquestrée à bord d'un bateau à destination de San Francisco, où elle devient prostituée dans une maison close dirigée par Mme... >Voir plus
Que lire après Les quatre trésors du cielVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Voici un roman que je n'aurais pas remarqué si je ne l'avais vu sur le blog de Collectif Polar. Nous sommes à la fin du XIXe siècle, en Chine. La jeune Daiyu, 12 ans, vit heureuse jusqu'au moment où un drame survient : ses parents disparaissent. Elle est recueillie par sa grand-mère qui lui interdit formellement de parler de ses géniteurs à qui que ce soit. Ne voulant pas d'une bouche de plus à nourrir, elle lui ordonne de trouver un travail. C'est ainsi que l'enfant va aller chez Maître Wang, qui enseigne la calligraphie. Mais elle est kidnappée et séquestrée à bord d'un bateau voyageant vers les Etats-Unis. Ses ravisseurs la destinent à Mme Lee, une tenancière de maison close…

Quelle claque que ce roman ! Inspiré de faits réels, il permet au lecteur de se rendre compte de la vie des chinois exilés à ce moment-là. Exilés et exclus. La course aux mines d'or a épuisé les filons. Bon nombre de chinois avaient vu là de quoi avoir une meilleure vie en travaillant dans le commerce ou l'industrie pour des tarifs dérisoires. Mais la pénurie exacerbe les tensions entre eux et les américains qui, voyant là une concurrence déloyale, ont tout mis en oeuvre pour que le gouvernement vote une loi d'exclusion.

À lire absolument !
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          474
Chronique de Serial Lecteur : Les recommandation de Jean Luc pour Collectif PolarLes quatre trésors du ciel de Jenny Tinghui Zhang
ou le destin d'une jeune chinoise..
Pour une fois ce n'est pas un polar que je vais commenté mais un roman de littérature blanche. « Les quatre trésors du ciel » est une petite pépite, même si le titre et la première de couverture peuvent sembler racoleurs..
Et donc je me suis laissé tenter par ce roman qui évoquait le destin d'une jeune chinoise dans l'Ouest américain ! Rien que ça !
Sans dévoiler le contenu du roman, cette histoire s'appuie en partie sur des faits réels de la fin dix neuvième aux États Unis.
Suite à la découverte des mines d'or de la Californie vers 1850, l'ouest devient un lieu mythique où de nombreux aventuriers dont les chinois viennent chercher fortune mais rapidement il n'y a plus d'or et les tensions montent entre américains et chinois. Les Chinois sous-payés deviennent une main d'oeuvre pas chère qui prend le travail des blancs..
En 1882 une loi d'exclusion contre les chinois est votée qui interdit toute immigration chinoise et c'est dans ce climat de haine racial que l'autrice imagine cette histoire bouleversante.
J'ai été tantôt ému, tantôt révolté par la lecture de ce roman.
Ému parce que comme je l'ai dit, beaucoup de choses se sont passées, hormis peut être le côté romanesque, mais l'écriture est belle et quasiment lyrique.
Révolté parce que c'est une histoire où la justice est bafouée aux profits des blancs américains. C'est une page des États Unis méconnus qui est dévoilée, ce n'est pas l'Amérique des westerns américains mais bien plutôt un Farwest inique, xénophobe et impitoyable qui lui a vraiment existé !
Et il y aussi le fonctionnement des bordels avec la traite des Chinoises qui est abordée, il est difficile de rester insensible à une telle lecture, ce roman prends aux tripes mais il y a aussi l'art de la calligraphie chinoise en toile de fond qui permet à l'héroïne de survivre.
« Les quatre trésors du ciel » titre du roman provient des quatre fondamentaux de la calligraphie : la main, le pinceau, l'encre et la pierre. Ils seront les racines de cette jeune immigrée malgré elle et vont l'accompagner durant toute sa vie..
Une très belle histoire qui fait découvrir l'Amérique des cowboys sous un autre jour mais qui donne aussi envie de découvrir la culture chinoise..
Un très beau livre à découvrir qui sort des sentiers battus .

Lien : https://collectifpolar.blog/..
Commenter  J’apprécie          130
Je commence avec quelques TW : esclavagisme, violence, viol, racisme… Il y en a tellement que je ne peux pas tous les lister, faites attention avant de vous y plonger.

Histoire qui est inspirée de faits réels : c'est ce qui rend ce texte encore plus compliqué.
J'ai aimé ma lecture car elle amène énormément de thématiques problématiques : j'ai appris beaucoup de choses sur l'Amérique et la Chine fin XIXe. Malheureusement, ces portraits ne sont pas jolis à lire mais c'est un joli travail de mémoire qu'a fait l'autrice.

Mon seul souci a été ce côté surréaliste avec une vision d'un « fantôme » que Daiyu voit régulièrement, qui lui donne de la force mais qui m'a perdue quelques fois.

Je vous conseille chaudement cette histoire, tout en vous mettant en garde sur les sujets difficiles abordés.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Je ne suis pas dans une ruelle sombre, quand on me kidnappe. Il ne fait pas nuit noire. Je ne suis pas seule.
Quand on me kidnappe, j’ai treize ans, je me trouve au milieu du marché aux poissons de Zhifu dans Beach Road et regarde une grosse dame empiler soigneusement des poissons blancs en forme de piques. Accroupie, les genoux contre les aisselles, elle dispose les plus beaux au-dessus du lot. Autour de nous, les autres vendeurs font de même. Leurs piles, à eux, sont disposées sur des filets tendus au-dessus de seaux recueillant les ruisselets qui s’en écoulent. Le sol luit de l’eau qui s’égoutte des créatures encore frétillantes, scintillant telles des étincelles argentées.
Le lieu sent l’iode et la chair crue.
Commenter  J’apprécie          30
En chinois, chaque syllabe est essentielle et doit être appuyée de la même manière que celles qui précèdent ou suivent. Mais, en anglais, il y a des hiérarchies entre chaque mot et à l'intérieur du mot lui-même. Les sons les plus importants doivent être prononcés avec vigueur, tandis que les moins importants doivent être camouflés, atténués. C'est une sorte de partition musicale : chaque phrase a un rythme particulier, chaque mot, son propre tempo. L'anglais, semble-t-il, mêle cadence et chaos.
Chaque mot m'apparaît comme une sorte de culbuto dont on ne sait jamais de quel côté il va basculer. Il y a toujours un côté plus lourd que l'autre. La question est de savoir lequel.
Commenter  J’apprécie          20
Nous disposons des oranges, des poires, des melons et du vin, le long de la devanture du magasin. Des offrandes pour Chang'e, la déesse de la Lune. Son histoire est la suivante: Chang'e était l'épouse de Houyi l'archer. Une année, dix soleils se levèrent dans le ciel et leur chaleur conjuguée dessécha la terre.
Houyi, avec son agilité légendaire, sortit son arc et abattit neuf soleils. Impressionnée par son exploit, la Reine des Cieux lui envoya un élixir d'immortalité. Quiconque le boirait serait transporté vers les cieux et deviendrait un dieu. Ne désirant pas être séparé de sa douce Chang'e, Houyi lui confia l'élixir afin qu'elle le mette en lieu sûr.

Mais, évidemment, le lieu n'était pas aussi sûr qu'elle le pensait. Il en va ainsi dans les légendes. Un apprenti de Houyi, du nom de Pengmeng, avait eu vent de la chose. Un après-midi, tandis que Houyi chassait, Pengmeng s'introduisit chez lui et obligea Chang'e à lui donner l'élixir. Elle préféra l'avaler plutôt que de lui obéir et s'envola aussitôt vers la lune, l'endroit des cieux le plus proche de la terre. Elle voulait rester près de son époux, voyez-vous. Les soirs de pleine lune, Houyi disposait dehors les fruits et les pâtisseries préférés de Chang'e, pour qu'elle se régale et se rende compte du point auquel elle était aimée et regrettée, même d'aussi loin que la lune.
Commenter  J’apprécie          00
Bonjour, mes élèves, les saluait Wang à son arrivée.
Bonjour, Maître, répondaient-ils d’une seule voix.
Qui a regardé le soleil se lever ce matin ?
Pas moi, Maître, disaient-ils à l’unisson.
Je veux que vous le fassiez demain, et le jour d’après, et tous ceux qui suivront, et le moment viendra où vous comprendrez comment donner à vos caractères le pouvoir de contenir tout un monde.
Les élèves étaient silencieux. Pour ma part, j’étais fascinée tant par le son de sa voix, aussi stable qu’un nénuphar flottant sur un étang, que par ses paroles. Je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire, mais je savais que s’il existait une personne capable d’apporter des réponses à mes questionnements sur la vie, ça ne pouvait être que lui.
Dès lors, j’ai fait le vœu de trouver ma place au sein de l’école de Maître Wang. Les jours se ressemblaient en tout point : mes matins étaient consacrés au balayage, puis, dès que le soleil était levé, je me ruais sur mon bol de porridge et la petite soucoupe de légumes qui l’accompagnait.
Commenter  J’apprécie          00
Je regarde le ciel. Les nuages glissent vers la droite. Bientôt, ils auront disparu au loin, flotteront vers un océan, un autre pays, et qui sait où ils s'arrêteront, supposer qu'ils cessent leur périple un jour. Je n'y avais encore jamais pensé, mais chaque nuage que j'ai vu au cours de ma vie se rendait quelque part. Lorsqu'on lève les yeux vers le ciel, on ne les surprend qu'à une étape précise de leur voyage. Et à cet égard, j'étais un nuage.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jenny Tinghui Zhang (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jenny Tinghui Zhang
Diffusée en direct le 26 mai 2022 Jenny Tinghui Zhang is a Chinese-American writer. Her fiction and nonfiction have appeared in New York Magazine, Apogee, Ninth Letter, Passages North, The Rumpus, HuffPost, The Cut, Catapult, and elsewhere. She holds an MFA from the University of Wyoming and has received support from Kundiman, Tin House, and VONA/Voices. She was born in Changchun, China and grew up in Austin, Texas, where she currently lives. Four Treasures of the Sky is her debut.
autres livres classés : littérature sino-americaineVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (60) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3163 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}