AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266283533
400 pages
Éditeur : Pocket Jeunesse (07/02/2019)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 44 notes)
Résumé :
« Quitte à vivre, autant accomplir des choses douloureuses, courageuses et belles.​»

Dill ne nourrit aucun espoir quant à sa vie future : après la fin du lycée, il travaillera – c’est sûr – à temps plein dans le supermarché du coin pour subvenir aux besoins des siens. Lydia, sa meilleure amie, s’envolera pour New York et l’oubliera vite.
Il s’interdit de s’imaginer un avenir meilleur, car le sort semble s’acharner sur sa famille, où deuil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
sylviedoc
  05 septembre 2020
Premier roman de Jeff Zentner, qui après une carrière de guitariste (avec des "grands", comme Iggy Pop ou Debby Harry) et d'auteur-compositeur se lance dans l'écriture pour Jeunes Adultes. Et il a bien raison, le talent est là aussi, tout comme pour la musique !
"Le Roi Serpent" est un roman bouleversant sur la fin de l'adolescence, l'amitié, la mise à l'écart quand on sort un peu des clous, et la confrontation entre la vie dont on rêverait avec la dure réalité. On partage la dernière année de lycée de 3 amis à Forrestville, bourgade du Tennessee proche de Nashville (où vit l'auteur).
Dill, surnommé "Dildo", c'est-à-dire sex-toy par ses condisciples, est fils d'un pasteur qui lors de ses prêches manipule des serpents venimeux et boit de la strychnine pour prouver sa foi en Dieu. Déjà sympa, n'est-ce pas ? Mais en plus, le cher papa est en prison pour détention d'images pédopornographiques sur son ordi, et c'est un peu la faute de Dill, puisqu'il a refusé d'endosser les fautes de son père comme sa chère maman l'aurait souhaité, c'est pas gentil ça, Dill ! Donc, du coup, il va falloir songer à un avenir radieux consistant à bosser à plein temps dans la supérette où il trime déjà sur son temps libre, en plus du lycée. La fac, on oublie, la musique, pour laquelle il semble doué, ce sera pour les loisirs si par hasard il reste du temps pour ça, et de préférence pour chanter les louanges du Seigneur.
Travis est le meilleur (et presque unique) ami de Dill. C'est un gentil géant, pacifique (sauf si on met des baffes à son copain sans raison), et fan de l'univers fantasy, notamment de la saga "Le règne du sang" dont il dévore assidûment chaque tome. Lui aussi a un père particulièrement investi dans l'éducation de son plus jeune fils, surtout depuis que l'aîné a perdu la vie en servant son pays dans les Marines. Ce soutien se traduit essentiellement par des insultes et des coups. Ses mots d'encouragement pour la rentrée : (parlant de l'éventuelle intégration de Travis dans l'équipe de foot) "je lui ai expliqué (à l'entraîneur) que tu ne courais pas très vite, et que tu ne rattrapais pas très bien la balle, mais que s'il cherchait un bon gros tas de viande à placer sur la ligne de défense, tu ferais l'affaire" (p.46) ou encore "enfin, tout ça pour dire que c'est à ça que tu me fais penser, quand je te vois traîner avec le fils du prédicateur pervers (Dill) et ta copine gouine. Une grosse dinde qui se prend pour un canard" (p.47). Heureusement pour lui, Travis a ses lectures pour s'évader, et le forum où il partage sa passion avec Amelia, une fan de la même série que lui. Parce que pour l'avenir, c'est un peu plombé aussi, Travis n'a pas beaucoup d'autres perspectives que de continuer à travailler à la scierie paternelle.
La "copine gouine", c'est Lydia, qui tranche pas mal dans le trio. Des parents aisés et attentifs, un blog d'influenceuse "Dollywould", avec des milliers de "followers" (suiveurs), une voiture qui lui permet d'emmener ses copains en virée à Nashville pour les relooker, et un sens de la répartie grâce auquel elle ne souffre apparemment pas d'être mise au ban de sa classe : "Comment dire...oui je suis la fille la plus cool de mon bahut. Par contre, question popularité... Disons juste qu'être une star sur internet ne me donne pas vraiment la cote auprès de mes petits camarades.
- Enfin si, mais une cote négative, précisa Dill.
- Vrai. Au lycée, être une fille et donner son avis tout haut, ça ne rapporte pas vraiment de points" (p.25)
Au contraire de ses deux amis, Lydia peut envisager de poursuivre ses études, et projette d'aller vivre en colocation à New York. Elle essaie de les pousser à sortir de la médiocrité de leur vie et à se donner eux aussi une chance d'en sortir, en exploitant leurs capacités et leurs talents. En attendant la séparation quasi-inévitable, elle savoure chaque instant en leur compagnie.
J'ai beaucoup apprécié son personnage de moteur positif, qui exploite les avantages liés à son milieu favorisé pour tirer ses amis vers le haut. Mais elle a aussi un côté moins glorieux, si elle assume pleinement ses fréquentations devant les autres habitant de Forrestville, ce n'est pas le cas sur son site, où elle craint de perdre sa crédibilité en y présentant ses amis, qui ne seraient sans doute pas à la hauteur selon les critères de ses suiveurs branchés. Les deux garçons ont également leurs faiblesses, mais c'est ce qui les rend touchants et attachants. D'autres personnages sont sans nuances et présentés sous un jour exclusivement négatifs : les pères de Dill et Travis sont des affreux, point barre. Les mères sont soumises, celle de Dill par conviction, celle de Travis par crainte, quoi qu'elle essaie tant bien que mal de protéger son fils. L'ambiance de la petite ville du Sud profond des Etats-Unis est crédible, même si le trait n'est pas trop forcé, on sent quand même de la part de l'auteur un amour pour cette terre où il vit. Et pour la musique, aussi.
Ce n'est pas loin du coup de coeur pour moi, j'ai vraiment passé un excellent moment avec le trio d'amis, je me serai volontiers invitée un vendredi soir chez Lydia à mater un film ensemble ou écouter chanter Dill s'accompagnant à la guitare, mais il m'a manqué un petit quelque chose pour être totalement emportée. Difficile d'expliquer quoi exactement, peut-être un peu plus d'action au lycée, où ils passent quand même pas mal de temps. Et la fin ne m'a pas totalement convaincue non plus, mais ça c'est selon la sensibilité de chacun, on ne peut rien en dire. Mais je pense sérieusement à lire "Le jour de nos adieux", second roman de l'auteur, et à proposer celui-ci à mes élèves lycéens. Une lecture plus que recommandable !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          259
Booksbookmarks
  03 avril 2021
"– J'ai lu quelque part que parmi les étoiles que nous voyons en ce moment, beaucoup n'existent plus, dit-il. Elles sont déjà mortes, et il a fallu des millions d'années pour que leur lumière atteigne la Terre.
– Ce serait pas mal, comme façon de mourir, remarqua Lydia. Continuer à dégager de la lumière pendant des millions d'années après notre mort. "
Après ma découverte de Comme un poisson dans l'eau suite aux conseils de @muffinsandbooks et son article sur ses livres PKJ les plus tristes, j'ai continué sur une autre lecture triste et entamé le Roi Serpent. Celui-ci me tentait à sa sortie, puis au fur et à mesure des mois, je me suis dit que je n'en ferais plus trop ma priorité (j'ai dû entendre des avis négatifs à l'époque où je l'avais enlevé de ma wishlist) et ainsi je ne comptais pas me le procurer sous peu. J'ai fait confiance à Marie et l'ai acheté aussitôt son article paru.
Eh bien, quelle claque ! J'ai eu un beau coup de coeur pour celui-ci alors que je ne m'y attendais vraiment pas. Je me suis dit que si à la base il ne me tentait plus, c'est qu'il y avait une raison pour laquelle je n'allais pas aimer et au final, pas du tout, je me demande même pourquoi je ne l'ai pas lu dès sa sortie en fait !
Alors, j'avertis de suite ; la religion est présente à part entière dans ce livre et si vous n'aimez pas cela, je vous conseille de fuir, quoique, je n'ai pas trouvé cela dérangeant alors que je ne suis pas « chrétienne ». J'avais comme idée de départ que les américains sont de toute façon très croyants en général et du coup, je m'attendais à en retrouver. Après avoir vu les films « I still believe (J'y crois encore) » et «Carrie», j'étais rodée là-dessus ahah ! En vrai, j'ai même trouvé tout cet aspect intéressant et très bien exploité.
Pour le coup, dans ce roman, j'ai vraiment pleuré. Et à flots. Bon, avoir une playlist qui s'appelle "Life sucks" sur Spotify juste à côté n'a pas aidé mes affaires mais bordel de crotte de cheval, quelle horreur ce qu'il se passe à plus de la moitié du roman… Déjà, je tiens à préciser qu'on fait face à de la maltraitance sur un livre un peu avant le milieu du roman, j'avais déjà le coeur brisé mais ce n'est rien face au déferlement de malheur qu'il se passe vers les 280 pages… A vrai dire, j'avais été spoilée sur ce point en cherchant des avis bien détaillés sur le roman pour être sûre que ça me plaise avant de l'acheter et cela n'a pas empêché de me prendre une baffe en pleine poire… Argh, j'ai tellement envie de vous dire exactement ce qui m'a rendue triste point par point, mais tout est spoilant donc tant pis pour vous mdr. Mais ce n'est vraiment pas facile à lire à partir de là. J'ai fini ma lecture à reculons, le coeur serré, l'esprit en mode « ça ne sera jamais plus pareil » et pffiuu quel enfer. Mais, je l'ai cherché, je voulais une lecture triste et déprimante, voilà que j'ai été servie. D'ailleurs, si vous êtes en dépression, ce n'est pas forcément le livre vers lequel je vous dirigerais ahah.
Malgré tout, ce livre est beau. C'est le mot. L'écriture est profonde, brute à la manière de Stephen King mais si touchante, émouvante et j'en passe. Je n'ai sérieusement trouvé aucun temps mort à l'intrigue, je ne me suis ennuyée à aucun moment car j'adorais suivre la vie intéressante de nos trois amis assez brisés par la vie et aux problématiques profondes. On fait face à des thèmes percutants et bien traités comme la violence domestique, le harcèlement, le deuil, la religion, la manipulation… J'ai souvent eu le coeur retourné et ai voulu crier « injustice » de nombreuses fois.
"Certains tombent de manière glorieuse. Sur des champs de bataille verdoyants, en vieux guerriers, entourés de leurs amis, après s'être battus pour leur patrie, après s'être battus contre la barbarie.
D'autres tombent en rampant dans la boue de Forrestville, Tennessee, dans le noir, terriblement jeunes et seuls, sans aucune bonne raison."
J'ai adoré nos trois personnages ; Dill, qui n'a pas eu une vie facile depuis que son père est parti en prison et dont le foyer est ancré dans la religion chrétienne ; puis on a Lydia, une fille qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, au style particulier et qui évolue beaucoup sur elle-même tout au long du roman, c'était un de mes personnages préférés ; et on a Travis qui a été mon coup de coeur du livre. Sa passion dévorante pour les livres rejoignait la mienne et je me suis identifiée à lui et certains aspects de sa vie.
Un truc que j'ai adoré et c'est plutôt rare dans les récits écrits par un homme de mon côté ; la romance entre Dill et Lydia. Elle est franchement bien amenée, prend son temps, et est tellement belle et pffiu, je ne sais pas. J'ai vibré pour eux, je les ai trouvés si touchants en fait que je n'ai pu que m'attacher à eux davantage. D'habitude, j'ai du mal avec les romances écrites par une plume masculine car, je ne sais pas, celles que j'ai lues ont été amenées de manière maladroite et j'aimais plus l'univers que la romance en elle-même. Et ici, j'ai absolument TOUT aimé. Bon, la romance est clairement pas le sujet principal du bouquin mais elle est là, discrète et très bien exécutée !
En bref, je vais m'arrêter là sinon je vais écrire un roman, je vous laisse avec quelques citations éparpillées dans la chronique et ne peux que vous conseiller ce chef d'oeuvre qui prend aux tripes et qui est à mon sens à ne pas manquer. Une pépite littéraire abordant des sujets forts et importants (bien que certains soient déjà vus, c'était quand même bien d'avoir une piqûre de rappel face à certaines choses qui se passent réellement dans le monde). Et les petits amateurs de romance devraient y trouver leur compte pour peu que vous aimiez le slow burn (une relation qui se met en place tout doucement et qui arrive en fin de roman !)
"Rien ne s'arrête après notre mort, affirma Lydia. Les saisons ne s'arrêtent pas. Cette rivière ne s'arrête pas. Les vautours continuent de voler en cercle. La vie de ceux qu'on aime ne s'arrête pas. La bobine du temps continue de se dérouler. Les histoires continuent de s'écrire."
Lien : https://booksbookmarks.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BOOKSANDRAP
  18 mai 2019

J'ai pleuré, j'ai ri, j'ai appris, j'ai compris. La lecture du Roi serpent de Jeff Zentner m'a bouleversé.
La plume de l'auteur est incroyable. Juste, addictive, grinçante, touchante. Les thèmes sont abordés avec beaucoup de sincérité. On est plongés dans le quotidien de ce trio d'adolescents un peu paumés, un peu originaux qui tentent de survivre à leur dernière année de terminale avant le plongeon dans le grand bain de la vie d'adulte. J'ai adoré. Je sens que je vais avoir du mal à vous en parler. J'ai pris mon temps pour trouver les mots juste pour vous donner envie de le découvrir. Car il vaut terriblement le coup. Il est terrible et à la fois lumineux, il est poignant, il touche exactement là ou ça fait mal et c'est ce qui rend cette histoire aussi réelle et aussi belle.

On est confrontés à trois personnages bien différents quoi que tout aussi attachants les uns que les autres. Dill, Lydia, Travis. Ils ont chacun leur histoire, chacun leur particularité. Travis à été mon préféré. Ce geek au coeur si tendre m'a profondément touchée. Lydia quand à elle m'a parfois un peu tapée sur le système bien que j'ai apprécié son caractère de meneuse et son ambition débordante. Elle sait ou elle va et c'est une chance à cette age-là d'avoir des objectifs aussi tranchés. J'ai été bouleversée par ce roman. Il a fait écho en moi de bien des manières et j'ai été vraiment incapable de le lâcher une seule seconde. Je ne trouve pas d'autres mots assez proche de la vérité. C'est une petite bombe dans le genre du young-adult.

C'est un récit de vie incroyable qui m'a mit la chair de poule à de nombreuses reprises. Notre trio tente de résoudre leur problèmes et j'ai adoré les voir grandir et s'épanouir petit à petit, chapitres après chapitres. Je ne souhaite pas vous parler de ce que vous trouverez réellement dans ce bouquin. Car j'ai eu la surprise en l'ouvrant de ne rien savoir de cette histoire et ce fût une incroyable découverte. Pas d'intrigue alambiquée, pas de mission à remplir mais une simple tranche de vie qui m'a tout de suite embarquée. C'est simple, mais c'est terriblement efficace. Ce trio porte l'histoire à eux tout seuls. Je n'avais besoin de rien d'autre et les 400 pages ont défilé bien trop vite à mon gout. Si vous aimez les romans initiatiques foncez, vous serez à coup sur charmé par « le roi serpent ».

Ce bouquin est une belle preuve d'espoir. Quand vous êtes coincés dans le noir, il y a toujours une porte de sortie. Quoi que difficile à trouver elle est bien là. Nos personnages l'apprennent bien assez rapidement. J'ai pleuré durant ma lecture, pour ce qu'ils traversent, ce qu'ils endurent, et pour la force de caractère qu'ils portent en eux pour se relever et trouver du positif là où il en semble plus en avoir.
Cette histoire est une petite merveille que je vous recommande chaudement de découvrir. Il n'est pas parfait, j'ai tiqué par moments, été quelque peu réticente face au pan religieux présent et pourtant je l'ai adoré. C'est un très beau coup de coeur que j'aimerais ne jamais avoir lu pour pouvoir l'apprécier et le découvrir encore et encore. Qu'attendez-vous ?

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
LaFouineuse
  08 mars 2019
Ce roman, je l'ai commencé il y a déjà 2 semaines, mais allez savoir pourquoi, je l'ai mis en pause après avoir lu quelques pages, car j'avais envie de romances.. Finalement c'est lundi soir que je me suis enfin lancée pour de bon dans cette lecture car je m'disais que plus je repoussais moins j'avais envie de me remettre dedans..
Pour tout vous dire, lorsque j'ai eu envie de découvrir ce livre, je m'étais fait une petite idée de ce qui allait probablement se passer.. et comme d'habitude avec cette collection Young Adult, chez PKJ, je me suis complètement plantée dans mes prédictions.. J'ai d'abord été agréablement surprise car nous suivons l'histoire de 3 amis, adolescents, qui ont chacun leur personnalité, et leur croix à porter... enfin, surtout les 2 garçons car Lydia elle, s'en sort très bien. D'ailleurs c'est elle qui porte finalement le roman, ou du moins qui a réussi la première à me faire sourire.. C'est en fait la petite Gimini Cricket, la petite voix positive des 3.. Nous suivons donc aussi Dill et Travis, 2 ados qui ne vont rester très longtemps dans mon esprit.. pour différentes raisons..
L'histoire est pleine de rebondissements, ce qui fait que je ne me suis pas ennuyée une seule page et j'pense que je peux même dire que j'ai frôlé le coup de coeur !
En effet, l'histoire est pas mal, mais j'ai surtout adoré l'évolution de nos personnages, les émotions étaient très présentes, je me suis vraiment attachée à eux et j'vais souvent envie de leur faire des câlins.. j'ai aussi détesté certains adultes.. et j'ai super aimé le père de Lydia...
Par contre, et c'est là le gros défaut, selon moi, de ce roman : j'ai pas du tout accroché à l'histoire des serpents, l'origine, ni aux parents de Dill.. et surtout, SURTOUT, je n'ai pas supporté toutes les références, tous les rappels, toutes les notions et échanges, discussions sur le plan religion..
Je pensais que ça venait de moi, d mon passé, mon vécu.. Mon âge etc.. mais apparemment, en ayant discuté avec des potes sur Twitter, apparemment, je n'étais pas la seule à avoir été gênée par cet aspect là.. Enfin bref, c'est donc le seul gros défaut que je reproche à ce roman..
L'histoire est bien menée, je me suis donc bien attachée aux 3 ado, j'ai failli pleurer à un moment, et même si j'ai pas vraiment compris pourquoi le gros truc arrive comme un cheveux dans la soupe, j'ai compris ensuite que c'était pour qu'il puisse y'avoir un autre déclic.. Ce second déclic m'a d'ailleurs encore plus émue.. je ne m'attendais pas du tout à ce que l'auteur aille jusque là, et pour ce coup là (Dill au bord du gouffre) j'ai adoré cette partie, qui a redonné un nouvel élan au roman et à l'histoire.. cette seconde partie m'a bien plus..
La fin quant à elle m'a un peu laissé perplexe et m'a presque déçue.. C'est d'ailleurs à cause de cette dernière page que j'ai revu ma note à la baisse..
En effet, vers la moitié du roman, j'annonçais sur Twitter que je frôlais le coup de coeur, puis qu'à cause de ces rappels redondants sur la religion, la foi etc, ça allait être un coup de coeur manqué.. Mais avec cette fin, je m'suis sentie un peu arnaquée.. je m'attendais à un dernier retournement de situation, je m'attendais a un ou deux chapitres de plus, et finalement, ce chapitre là, tourné encore une fois sur la religion, c'était peut-être le truc de trop, je ne sais pas.. J'peux pas dire que j'étais déçue car c'est un bien grand mot quand-même, mais voilà, je m'attendais vraiment à mieux quoi..
en résumé, je dirais que j'ai adoré les personnages, détesté le côté religieux du bouquin, été surprise par certains rebondissement, j'ai ressenti de l'empathie, de la tendresse et c'était super addictif.. La plume de l'auteur était très belle et fluide.. En gros j'ai passé de super bon moments de lecture avec ce livre.. plusieurs moments, car entrecoupés par des pause que je m'imposais à cause de certaines discussion sur Dieu etc, qui me donnaient malgré moi, envie de jeter le bouquin par la fenêtre..
J'aurais préféré que l'auteur privilégie le côté influenceuse, blogueuse de Lydia, l'histoire de Travis et son père.. et ajoute un épilogue pour retrouver nos ado quelques années plus tard.. Mais bon.. Après, j'pense que l'auteur avait ses raison pour se focaliser sur d'autres trucs..

Lien : https://lafouinotheque.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RebelleReader
  17 novembre 2020
Puisque ce roman a évoqué pour moi bien des sentiments opposés, j'ai décidé de me lancer et d'écrire mon avis "à chaud". Et bien qu'il m'est encore difficile de trouver les mots pour partager avec vous ce que fut cette lecture, j'espère que je trouverai un moyen d'être claire et fidèle à mon ressenti.
L'ambiance dans laquelle ils vivent leur dernière année de lycée est très anxiogène, comme elle l'est pour beaucoup d'adolescents qui traversent cette période de questionnement et de lourdes responsabilités. Avec l'amertume et la dépression que cela peut incomber, ce récit de l'adolescence m'a parfois mise dans une position pénible de malaise, sur la première partie notamment lors de la découverte des situations familiales et personnelles de chacun.
Dillard vit avec sa très pieuse mère, pour qui Jésus est le seul à mériter de consacrer son temps et son bonheur. Loin d'aborder avec son fils ses rêves et ses envies, elle lui fait endosser toute la culpabilité du monde depuis que son mari, le père de Dillard, fut emprisonné. Lydia est le seul rayon de soleil dans la vie du jeune homme, mais elle qui tient un blog de mode et qui s'est vue offrir dans la vie tout ce qui est nécessaire au bonheur de toute adolescente, ne rêve que d'une chose : partir étudier à la fac de New York. Travis quant à lui est un membre très discret du groupe, son activité principale est la lecture de roman de fantasy, rien ne l'inspire plus que la saga du Règne du sang dont il est fan, mais qui ne fait qu'une raison de plus pour son père pour lui faire subir humiliation et brimade.
De ces trois personnages, il est certain que j'aurai un agréable souvenir. Leur personnalité est approfondie, surprenante, riche.
Je dois néanmoins avertir qu'un étrange sentiment de malaise et d'oppression peut vous faire hésiter, c'est ce que j'ai pu ressentir en tout cas. Bien qu'habituée aux romans qui traitent de l'adolescence, le Roi Serpent a pour spécificité qu'il aborde des thèmes profonds, mais aussi très rarement aussi bien injectés dans le récit. On y traite des difficiles questionnements sur l'avenir, de l'espoir que laisse un contexte familial difficile et si vous cherchez à vous expliquer l'expression "nous ne sommes pas tous nés sous la même étoile" ce roman est pour vous. Leurs adolescences dans ce petit village qu'est Forrestville laisse à penser que rien dans leur vie n'a vraiment été sympa, surtout que les deux garçons ont des histoires bien difficiles, un passé lourd à porter et aucune de leur famille respective n'est l'exemple idéal du bonheur et de l'amour.
Outre ces sujets déjà plutôt laborieux, l'auteur investit aussi les épreuves de la dépression, de la mort, du suicide, des difficultés financières qui amènent à une perte totale d'espoir et de goût pour la vie. S'il m'a été difficile de m'attacher à la noirceur que dégageaient Dillard dans un premier temps, au fur et à mesure ce roman s'est révélé troublant et sans m'en rendre compte il m'avait happé.
La seconde moitié fut tellement riche en émotions, en rebondissements. Une fois que le contexte de vie des personnages avait été installé, il ne m'en a pas fallu plus pour m'investir pleinement dans le chemin vers le bonheur de ses trois amis. Je pense à regret qu'il y avait des longueurs qui auraient pu être éviter. Des parties de ce roman avaient le don de me faire hésiter à le lâcher, tandis que d'autres pouvaient m'accaparer et me donner envie d'explorer plus encore leur odyssée pubertaire.
Pour conclure
Le Roi Serpent est un roman autant sinistre et sérieux que réconfortant pour moi, il montre que l'adolescence a autant de perspectives qu'il est possible de s'en imaginer, mais qu'elles vont des plus ténébreuses aux plus optimistes. Il en est même la meilleure représentation en littérature jeunesse que j'ai pu découvrir.
Pour autant, ce roman m'a mise dans un état à la fois nostalgique et à la fois pleine d'espoir. C'était les montagnes russes avec Dill, Lydia et Travis.
Cela vous a-t-il donné envie de lire cette terrible et fantastique histoire de Jeff Zentner ?
Lien : http://aufillesdessaisons.ek..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11


critiques presse (1)
Ricochet   09 mai 2019
Un roman qu'on peine à lâcher tant l'intensité des sentiments et la noirceur des faits touchent en plein cœur. Une pépite.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
IdeesALireIdeesALire   02 mars 2019
Certains tombent de manière glorieuse. Sur des champs de bataille verdoyants, en vieux guerriers, entourés de leurs amis, après s'être battus pour leur patrie, après s'être battus contre la barbarie.
D'autres tombent en rampant dans la boue de Forrestville, Tennessee, dans le noir, terriblement jeunes et seuls, sans aucune bonne raison.
Commenter  J’apprécie          50
IdeesALireIdeesALire   02 mars 2019
Ils écoutèrent la rivière s'enfoncer encore plus profondément dans la terre, comme le font les gens lorsqu'ils s'enfoncent dans le coeur des autres en y creusant des sillons.
Commenter  J’apprécie          30
ladevoreusedebouquinsladevoreusedebouquins   29 février 2020
J'ai fait des livres ma vie car ils me permettent de m'évader de ce monde cruel et sauvage.
Commenter  J’apprécie          50
PluiesdemotsPluiesdemots   08 janvier 2020
-Viens, on fait vite un selfie tant que ça se voit encore qu’on a pleuré.
Commenter  J’apprécie          40
IdeesALireIdeesALire   02 mars 2019
Et quitte à vivre, autant accomplir des choses douloureuses, courageuses et belles.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jeff Zentner (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeff Zentner
AVANT. Elles sont quatre, Bex, Jenni, Ellory, et Ret. Quatre filles populaires, survoltées, volontaires, à l?avenir étincelant ; le système solaire dans lequel Ellory a enfin trouvé sa place, juste derrière Ret, leur soleil.
MAINTENANT. Ellory est seule. le groupe d?amies autrefois soudé a explosé, déchiré par les secrets, les trahisons, la déception, et l?événement qui a bouleversé leurs vies.
AVANT. Des jours d?été ensoleillés. Des fêtes. Une en particulier, où Ellory rencontre Matthias. le début d?une histoire d?amour incroyable et lumineuse.
MAINTENANT. Ellory, de retour au lycée après deux mois d?exclusion doit survivre à la terminale. Plus de petit ami, plus d?amies. Pas de retour en arrière possible. Tourmentée par certains, recherchée par d?autres, elle est troublée par de mystérieux mots, déposés dans son casier par quelqu?un qui ne la laissera pas oublier. Consumée par la culpabilité, Ellory comprend que, même dans le présent, le passé est partout.
Après un drame, le chemin à suivre pour se reconstruire n?est pas sans embûches... et pour aller de l?avant, Ellory devra découvrir sa vérité, derrière les mensonges qu?elle se raconte.
« Complexe, haletante, et magnifiquement écrite, une histoire captivante des frontières troubles entre amitié, amour, et découverte de soi. Un livre exigeant, qu?on ne peut plus lâcher, une fois ouvert. » Karen M. McManus, "Qui ment ?"
« Subtile et déchirant, avec une écriture qui jaillit des pages qui défilent, "Toxic Girls" s?empare à la perfection des répliques cataclysmiques du premier amour, des premières trahisons, et du premier deuil. » Kara Thomas, "Little Monsters"
« Kit Frick allie avec brio la verve d?une conteuse expérimentée au c?ur d?une poétesse confirmée, pour créer une percutante histoire d?amour, de mensonges, et d?amitié complexe. » Jeff Zentner, "Le Roi Serpent"
------------------------------------------ Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ycduugv7
+ Lire la suite
autres livres classés : avenirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Jeff Zentner (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
525 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..