Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253067733
Éditeur : Le Livre de Poche (2004)


Note moyenne : 2.85/5 (sur 47 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les secrets de famille finissent toujours par tomber, les uns après les autres. Avec leur poids de douleurs, de regrets, de remords. Voilà ce que semblerait dire Eliette Abécassis à travers ce petit livre consacré à la figure paternelle. ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par marina53, le 01 août 2013

    marina53
    Depuis la mort de son père, Héléna, jeune trentenaire, se remet en question. Et c'est avec l'arrivée d'un courrier d'Italie d'un certain Paul M. qui se dit être le fils de son propre père que sa vie va basculer.
    Parce qu'elle doute de la sincérité de ses propos, ils vont ensemble explorer le passé et les zones d'ombre de ce papa.
    Parce que ce dernier n'a jamais parlé de cet autre enfant qu'il aurait eu avec une autre femme, c'est tout à coup cet homme, pour qui elle s'est sacrifié et a tout donner, qu'elle va devoir partager avec cet inconnu.
    Parce qu'elle croyait connaître tout de lui, c'est avec un certain désarroi qu'elle va prendre conscience de son influence qu'il a eue sur elle...
    La figure du père domine dans ce roman singulier. Grâce à l'apparition de ce demi-frère jusqu'ici inconnu, la narratrice va tenter de percer à jour ce père qu'elle croyait connaître mais certaines révélations et découvertes lui offriront une toute autre image. Ce roman à l'écriture pudique et délicate, parfois répétitive, nous montre un amour filial étouffant et dévastateur. Cette relation père-fille assez troublante et déroutante laissera le lecteur dans ses propres réflexions...
    A Mon Père qui me manque terriblement...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 42         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par carre, le 18 septembre 2012

    carre
    Décidément, que cela soit dans le roman historico-policier ou dans le récit intime, je n'accroche pas au style de la belle Eliette Abécassis.
    Héléna vient de perdre son père pour qui elle a sacrifié ces plus belles années de femme et voilà qu'elle découvre un frère inconnu et les mensonges de cet homme idolatré.
    L'idée pouvait paraitre alléchante (elle l'était pour moi) mais jamais la lecture ne provoque l'émotion, l'empathie pour son héroine. Peu d'attachement aux personnages, avec ce sentiment de rester tout le temps en dehors de cette histoire, la relation père, fille me parait survolée, on perçoit les questionnements et les souffrances d'Héléna mais sans jamais y compatir totalement. Un texte court qui par ces répétitions, son manque de profondeur, m'a laissé de marbre. Dommage. Peut-être une autre fois.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par mariech, le 14 septembre 2012

    mariech
    Un livre que j'ai lu rapidemment , trop rapidemment , impossible de lui trouver des qualités .
    Je trouve l'auteur bien inégale , soit elle semble faire un réel effort d'écriture et j'adore comme dans Sépharade , soit elle bacle son sujet et je n'accroche pas .
    Dommage car le thème de ce roman sur la filiation n'est pas mal mais l'auteur s'éparpille dans trop de chemins différents , elle ne creuse aucun thème , comme les amours de l'héroïne , sa dépendance affective , son lien avec le père , avec pour ne rien dévoiler , l'inconnu qui lui écrit .
    Une trouvaille un peu éculée avec le coupe papier , un détail intéressant dans l'écriture ' J'étais le Père Goriot de Mon Père ....'
    Dommage , pour moi un rendez-vous manqué avec l'auteur .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par philo15, le 04 août 2008

    philo15
    Un livre introspectif sur la relation au père et sa complexité. Une analyse tout en finesse d'un amour sincère, total, mais qui va se révéler totalement destructeur.
    Eliette Abécassis nous livre un texte tout en émotion et en sensibilité susceptible de réveiller en chacune de celles qui ont connu la douleur de la perte du père un grand nombre d'échos familiers.
    Que sommes nous, comment se reconstruire après la perte du pilier central de notre existence ?
    En voir plus : http://www.philo-au-fil-des-mots.over-blog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par myriampele, le 24 novembre 2012

    myriampele
    C'est curieux, j'ai aimé ce livre et je ne l'ai pas aimé...
    j'ai aimé cette recherche à travers les non-dits, cette découverte de soi-même en comprenant son histoire, à la rencontre de ce frère inconnu.
    Je n'ai pas aimé cet amour inconditionnel que la narratrice éprouve pour son père, et qui l'empêche de se construire une existence propre, et qui lui interdit l'accès à l'amour d'un homme.
    C'est encore une fois un roman qui ne peut pas laisser indifférent: tout Aliette Abécassis!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par myriampele, le 24 novembre 2012

    Un matin, je me suis éloignée de mon père.C'était la veille du jour de mes vingt ans, le premier anniversaire que je passais sans lui. Le lendemain, mon père me téléphona tôt dans la journée pour me dire combien il était heureux du jour de ma naissance.
    - Tu es le premier, dis je .
    Et le soir tard, à nouveau, mon père appelait.
    - je suis le premier et le dernier.
    Mon père était l'alpha et l'omega. Il commençait et finissait la journée; pourquoi sa mort n'aurait-elle pas été la fin de ma vie?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par marina53, le 03 août 2013

    Mon père disait: l'extase, c'est l'art qui peut la procurer, et l'amour aussi. Mon père disait: on ne peut pas être heureux, on peut être joyeux.

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par marina53, le 01 août 2013

    Aujourd'hui, mon père est mort, et mon cœur aussi.
    Aujourd'hui, mon père est mort. Il est trop tard pour commencer à vivre.

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par carre, le 20 juin 2012

    Il y a deux types d'hommes : ceux qui cherchent leur père, et ceux qui cherchent à tuer leur père.

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation

  • Par marina53, le 31 juillet 2013

    Les mots sont les seuls à pouvoir faire revivre les morts, et le vrai miracle de ressusciter ceux qui ne sont plus, comme celui de la création, n'est autre que le miracle de la parole, lorsqu'elle ne s'oublie pas.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

> voir toutes (20)

Videos de Eliette Abecassis

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Eliette Abecassis

Eliette Abécassis - Sépharade .
Peut-on échapper à son destin ? À celui qu'on choisit pour vous ? se demande Esther Vital. Juive marocaine née à Strasbourg, écrasée par le poids de la tradition et de la famille, mais aussi déchirée par la nostalgie des paradis abandonnés - l'Espagne de Cordoue à Tolède, le Maroc, de Mogador à Fès -, Esther tente de savoir qui elle est, dans l'illusion de la liberté. Lorsqu'elle choisit l'amour comme évasion, tout ce à quoi elle pensait avoir échappé la rattrape. La veille de son mariage, vêtue de la robe pourpre des promises Sépharades, Esther découvre les maléfices du mauvais oeil, et le terrible secret qui la marque... À travers cette quête des origines, Eliette Abécassis explore avec émotion et érudition l'histoire des juifs marocains, depuis l'Inquisition jusqu'à l'époque contemporaine, leurs rivalités, leur culture et leurs croyances. Voici le grand roman du monde Sépharade.








Sur Amazon
à partir de :
1,00 € (neuf)
0,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Mon père par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz