Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2505002142
Éditeur : Dargaud (2007)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 58 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Une petite mélodie un peu folle qui raconte notre jeunesse, imperceptible et ténébreuse.
Une petite histoire d'amour, drôle et triste, entre Taneda et Meiko, qui n'en sont qu'à leur deuxième année dans le monde du travail.
Une œuvre qui a suscité émotion e... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Cera1volta, le 25 janvier 2013

    Cera1volta
    おもいたったがきちじつ。
    Inoue Meiko et Taneda Naruo vivent en couple dans un petit appartement. Ils se sont rencontrés il y a 6 ans à la fac, coup de foudre, ne se sont jamais quittés depuis. Ils sont maintenant de jeunes actifs, elle, est office lady (secrétaire) et lui, illustrateur à titre occasionnel pour un magazine et, à ses heures perdues, il retrouve ses amis de fac avec qui il avait monté un groupe de musique amateur. Inoue traverse une crise "existentielle", blasée de tout, en proie aux doutes la jeune femme redoute l'avenir et cette vie d'adulte "métro, boulot, dodo" qui la happe jour après jour et dans laquelle elle se sent prisonnière. Alors, elle plaque son boulot et va inciter son petit ami à s'investir dans son groupe pour le sortir de l'ombre...
    Qui sait quelles conséquences découleront de ces choix...
    Solanin, c'est l'histoire d'une jeunesse paumée, cette jeunesse japonaise qui se cherche, qui s'ennuie, qui vivote de petits boulots en attendant de trouver une vraie opportunité de carrière mais qui en même temps, rêve d'autre chose. Rêve de liberté, rêve de ne pas grandir, de prolonger encore un peu l'insouciance des années facs où chacun croyait encore que son avenir correspondrait à ses rêves. Mais la réalité est autre. La réalité c'est qu'il faut manger, payer un loyer alors on accepte un boulot mal payé, qui ne nous plaît pas, où on est exploité... jusqu'à ce qu'on n'en puisse plus et qu'on plaque tout pour se laisser vivre encore un peu avant de comprendre qu'il faut avancer et accepter de grandir et s'investir dans quelque chose.
    [...] suite de l'avis sur le blog, merci :)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par IDDBD, le 18 décembre 2011

    IDDBD
    En ouvrant, on constate un dessin classique pour du manga. Mais ce dernier dispose d'un trait un peu particulier, me rappelant le dessin de Hisae Iwaoka (La cité saturne, Yumenosoko). L'auteur joue aussi beaucoup sur la lumière. Bref, j'ai apprécié ce que j'ai vu. Et sur ce point, je reste convaincu des qualités de cet auteur.
    En revanche, côté histoire, soyons clair d'entrée (enfin de milieu de chronique plutôt), il me semble avoir vu tous les poncifs du manga certes gentil (si ce n'est gentillet) mais pénible sur la longueur. Mais pourquoi tant de haine ? Non ami mangaka, je ne te hais point… Ton traducteur peut-être car quand je lis des phrases du type « Si jamais tu doutes de ton idéal parce qu'il te paraît irréaliste… il vaut toujours mieux risquer d'avoir des regrets en essayant que regretter de ne pas avoir essayé ». Et encore, là je fais dans la sobriété car il y a des grands moments de réflexions transcendantales destinées à comprendre la théorie générale de l'univers de mon 9m² avec cuisine. C'est simple, on dirait du Pascal (Obispo). Désolé si je suis un peu méchant – oui parce que quand j'évoque Obispo, en général, ce n'est pas un compliment – mais, je m'étonne qu'en 2006, on puisse encore nous servir ce genre d'album dont les principaux codes narratifs reposent encore sur ceux des années 80. Certes le dessin est moderne, certes nous parlons de jeunes des années 2000 mais globalement, en grattant un peu, on retrouve les mêmes préoccupations que dans un Maison Ikkoku (Juliette je t'aime). C'était bien à l'époque, mais depuis le monde de la bande dessinée a un peu changé. La comédie romantique c'est bien, mais pourquoi ne pas réfléchir à une façon nouvelle et élégante de présenter la chose ? On n'évite rien ! Les doutes s'enfilant sur des pages et des pages, le lacrymal en mode gros plan, le groupe d'ami avec le vieil étudiant, la copine dynamique, le rebelle, le faux dur… Bref, toute la famille est là ! Sous d'autres traits, mais toujours bien présent. Et je ne parle même pas des rebondissements (et de cette fin de premier volume surtout !!!!!) dont on se demande presque comment il a osé le faire tellement c'est du vu, revu et rerevu ! Lourd dans le plus mauvais sens du terme.

    Lien : http://www.iddbd.com/2011/12/chronique-solanin-t-1-asano/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Isgrimnur, le 12 octobre 2009

    Isgrimnur
    Formidable manga que voilà! Solanin fait partie de la mouvance "indé" du manga, abordant de manière différente et avec un graphisme aux traits fort réalistes des thèmes souvent abordés dans la BD japonaise.
    Ce diptyque nous conte l'histoire d'un couple qui s'est formé à la fac. Taneda est illustrateur pigiste et vit dans une insécurité professionnelle totale, Meiko est elle secrétaire dans une grande entreprise, boulot stable mais bien peu passionnant.
    Un jour, Meiko décide de plaquer son boulot dans l'espoir de vivre une autre vie poussant Taneda à reprendre la musique, passion qui les avait rapprochés lors de leur rencontre...
    Une histoire passionnante ancrée dans la réalité, débordante de sentiments, jamais ennuyeuse, on sort grandi de la lecture de ce manga! A lire et à relire, à préter et à offrir!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Iluze, le 30 août 2010

    Iluze
    C'est une histoire tendre et touchante. A la différence de nombreux mangas qui grossissent les traits des personnages, Solanin sonne juste. On a vraiment l'impression d'avoir affaire à des personnes et non à des personnages. Je me suis tout de suite identifiée aux personnages, ce jeune couple ainsi qu'à leurs amis. Il est même difficile de ne pas s'identifier tellement les sentiments de ces individus sont universels.

    Le coup de crayon d'Asano est très singulier. Je me demande d'ailleurs s'il faut vraiment appeler ça un manga tellement c'est différent de ces dessins nippons très connus. Les décors sont vraiment très travaillés et les expressions des visages sont très marquantes sans jamais être caricaturées.

    Lien : http://iluze.over-blog.com/article-inio-asano-solanin-2-tomes-535671..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par TwiTwi, le 11 août 2009

    TwiTwi
    Une petite perle que ce manga en deux volumes. L'univers est totalement réaliste ; on nous raconte les états d'âmes et les rêves d'un jeune couple découvrant -difficilement- le monde du travail. L'histoire est simple, raconte la vie tout simplement et n'est pas sans me rappeler la bande dessinée de Manu Larcenet, le Combat Ordinaire. Avec beaucoup d'humour et d'émotion, Inio Asano nous présente là une belle tranche de vie à l'aide d'un trait de crayon ultra précis et des paysages dans lesquels on ne demande qu'à plonger

    Lien : http://ledragongalactique.blogspot.com/2009/08/solanin-inio-asano.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lecturejeune , le 01 juin 2008
    Lecture jeune, n°126 - Meiko est secrétaire dans une grande entreprise et Taneda, son petit ami, un illustrateur occasionnel et surtout un passionné de musique. Ils habitent ensemble depuis un an dans un petit appartement, mais la vie qu’ils mènent ne semble pas vraiment leur convenir. Meiko décide de quitter son travail pour trouver sa voie et élargir son horizon…

    Comme dans Un monde formidable (LJ n° 121) et Le Quartier de la Lumière, Inio Asano poursuit sa fresque de la jeunesse nippone rongée par l’incertitude, l’ennui et le besoin d’évasion en se concentrant ici sur cinq personnages. Ces derniers se révèlent attachants, modernes et authentiques. Le trait léger d’Asano permet d’arrondir la « gravité » du propos : une jeunesse désoeuvrée et partagée entre la raison et les envies. Solanin fonctionne comme un cri exprimant une incompréhension de la jeunesse face au monde du travail et aux incertitudes liées à l’avenir.

    Cette histoire en deux tomes parlera assurément aux Occidentaux et, qui plus est, aux jeunes lecteurs confrontés au passage de l’adolescence à l’âge adulte. Sans être sombre ni pessimiste, Solanin marque aussi la volonté de dédramatiser l’idée même du choix, qui n’est pas nécessairement le corollaire de la « contrainte ». Asano conjugue ici avec habileté émotions et rebondissements faisant de Solanin un récit intimiste et délicat.

    Sonia Seddiki

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par popglace, le 19 juillet 2014

    On est venus de loin, du sud et du nord, pour monter à la capitale... On était désarçonnés par la densité et la complexité de Tokyo... On était un peu comme deux personnes débarquant sur une planète inconnue... Bien sûr, on se sentait seuls et on avait pleins d'incertitudes mais il y avait quelque chose d'excitant. Le ciel, à cette époque, me paraissait immensément grand.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Ieddoreg, le 30 mars 2012

    Un jour, j'ai réalisé que les textes que j'écrivais étaient artificiels. Ils avaient été créés juste pour être chantés ... On est une génération qui vit paisiblement, dans un quotidien médiocre, ennuyeux. Les problèmes existentiels, on se les crée nous-mêmes. Alors nos textes sonnent creux forcément.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Ieddoreg, le 30 mars 2012

    J'aime bien le confort tiède de la vie de freeter. J'ai peur de poursuivre quelque chose sérieusement ... peur de ne pas pouvoir revenir en arrière. Mais plus le temps passe, moins on a de choix possibles.

    Moi aussi, j'ai vieilli.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
9,38 € (neuf)
6,12 € (occasion)

   

Faire découvrir Solanin, tome 1 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (92)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz