AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358720259
Éditeur : La Fabrique éditions (2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Ce livre, où il est question de poésie, réunit des écrivains qui ont en commun de ne pas trop aimer qu’on les traite de poètes. Elles et ils ne tiennent pas non plus à ce que leur travail d’écriture soit qualifié de poésie. Qui plus est, cet ouvrage sort dans une maison d’édition qui n’a jamais publié de poésie – et l’on pourrait même dire que ce domaine se situe à bonne distance de son catalogue.
Mais ces petites bizarreries sont faciles à expliquer. Les aut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Charybde2
Charybde218 mars 2013
  • Livres 5.00/5
9 textes sur "Poésie et politique" incluant 2 excellents essais historico-critiques, et 3 bombes littéraires.
Cette récente livraison des précieuses éditions La Fabrique rassemble 9 textes, allant chacun d'une dizaine à une trentaine de pages, et ainsi 9 manières d'aborder le lien entre poésie et politique.
"Ce livre, où il est question de poésie, réunit des écrivains qui ont en commun de ne pas trop aimer qu'on les traite de poètes. Elles et ils ne tiennent pas non plus à ce que leur travail d'écriture soit qualifié de poésie. (...) Dans une grande diversité - dont ce livre rend compte -, leur écriture est hantée par la politique, bien que celle-ci soit rarement le thème dominant de leur travail. (...) La poésie telle qu'ils l'envisagent est une opération pratique, concrète, où l'on ne se raconte pas d'histoires et où l'on pense l'art comme un acte - individuel, certes - mais aussi comme un lieu public, une scène ouverte."
Avec "L'action solitaire du poème", Jean-Christophe Bailly propose un remarquable texte théorique, où l'on parcourt Mallarmé, Rimbaud, Goethe, Celan, Pound, ou encore Mahmoud Darwich, bien sûr. "Le poème qui laisse entrer en lui la rumeur de l'Histoire ne peut jamais le faire gratuitement et sans risque".
Avec "Opacité critique", Jean-Marie Gleize nous convie à un tour d'horizon de la manière dont les successeurs des poètes engagés de la génération 1970 travaillent aujourd'hui. "Une certaine négation de la politique par la poésie est politique. Surtout si l'on veut bien admettre par ailleurs cette pratique de l'écriture de poésie comme négation endurante de "la" poésie : aucun message achevé, refus de la revendication, maintien à hauteur d'énigme, réalisme radical."
Avec "Actions politiques / Actions littéraires", Christophe Hanna décortique magistralement les implications de la métaphore d'une "bombe littéraire", tandis qu'avec "De quelques points d'intersection", Yves Pagès décrypte le rôle de la mémoire des mots dans la construction d'une identité politique, que Véronique Pittolo, dans "POPOPA - Poésie, politique & Sarah Palin", convoquant Robespierre et Spinoza, relit le storytelling des acteurs politiques contemporains à l'aune de leur poésie absente, et qu'enfin Manuel Joseph, avec "Corps de grève", lie habilement les pieds écrasés d'un ouvrier accidenté du travail aux morts en prison de prisonniers politiques.
Moins théoriques mais extrêmement percutants, les trois textes les plus enthousiasmants du recueil sont "Astronomiques assertions" de Nathalie Quintane, splendide échafaudage sur une relecture moderne des prophéties de Nostradamus, "Toi aussi, tu as des armes, essaie de t'en souvenir" de Hugues Jallon, fantastique reconstruction du parcours de Michel Frois, gourou militaire contre-insurrectionnel puis patronal, et enfin, "Toi aussi, tu as (encore) des armes ?" de Jacques-Henri Michot, qui tente une passionnante élucidation de la phrase du "Journal" de Kafka qui sert de titre à l'ensemble de ce recueil, grâce notamment à une lecture rusée de Harold Pinter, Leslie Kaplan ou Roland Barthes.
"1.5.8. Écrire ne me semble pas être noter, sous figure plus ou moins nubileuse, un genre de Weltanschauung.
1.5.9. Oui mais à la longue, dit-on, cela fait un genre de nuage, qui fait un genre de Weltanschauung (ou alors comme pour Françoise Sagan : une petite musique).
1.5.9.1. I am not Françoise Sagan."
(Nathalie Quintane)
"la Biennale de l'équipement électrique, porte de Versailles
paralysée par la grève générale
la France se désagrège, dit-il
le pays tourne à l'envers, répète-t-il
enrageant du silence patronal
qui n'arrive pas à se faire entendre
(force muette, dans l'adversité ne préférant pas, vraiment pas, dépêchant ses miliciens équipés de barre de fer à la sortie des usines)"
(Hugues Jallon)
Un recueil précieux sur un thème ô combien passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetoun
brigetoun15 janvier 2012
  • Livres 3.00/5
neuf auteurs, Jean-Christophe Bailly, Jean-Marie Gleize, Christophe Hanna, Hugues Jallon, Manuel Joseph, Jacques-Henri Michot, Yves Pagès, Véronique Pittolo et Nathalie Quintane (et voilà que je réalise que les deux femmes sont renvoyées à la fin, veux croire que c'est un hasard ou un honneur) - neuf parcours différents - neufs façons différentes, très, d'aborder le thème.
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (2)
NonFiction06 juillet 2012
Ce livre réunit neuf auteurs tentant de dégager la poésie de son questionnement ontologique pour la considérer comme une “opération pratique”.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Bibliobs28 février 2012
Le poème donne son titre - «Toi aussi, tu as des armes» - à l'ouvrage collectif consacré à «poésie et politique», aux côtés de Jean-Christophe Bailly, Yves Pagès et Nathalie Quintane.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun15 janvier 2012
Et, d'un froid glacé à l'autre, n'était-il pas en passe, avec son adjectivation malencontreuse (pour lui), de faire clignoter - dans son roman - l'idée que Marx et Engels n'avaient peut-être pas eu tort de décrire la classe bourgeoise comme celle qui, d'une manière, au vrai, fort brutale ("détruit", "impitoyablement déchiré"...), "n'a laissé subsister aucun lien entre les hommes que l'intérêt nu" et "noyé" dans l'"eau glacée - je souligne - du calcul égoïste"... quoi ? nombre de traits qui caractériseraient l'époque antérieure à celle de son accession au pouvoir - l"ignoble" à la bourgeoisie prenant pas exemple, par expropriation, la place des "valeurs" de la noblesse déchue...
(Jacques-Henri Michot)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun15 janvier 2012
Cette condition s'envisage comme un retrait, et même comme un retrait absolu : au moment t du commencement du poème, il n'y a rien, mais ce goulot d'étranglement n'est pas un filtre par où s'écoule un sujet qui se rêve, c'est un bief par lequel le monde entre ; la "solitude" du poème est ce qui se tient dans la conduite et le suivi de ce point et donc dans la ligne - la phrase - qui s'écrit selon ce suivi. Aucune politique du poème ne peut faire fi de ce passage par la condition de son éclosion.
(Jean-Christophe Bailly)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigetounbrigetoun15 janvier 2012
H. Petraeus
qui a été le chef des troupes de l'OTAN en Afghanistan, a préfacé la réédition de son livre en 2006
par quoi
(fluidité et souplesse du système combattant à son plus haut niveau de risque dans tous les compartiments du terrain)
l'objectif pourra être progressivement atteint
conquérir les coeurs et les esprits
(ce dont tu rêverais
avec tes pauvres moyens
que ta langue ait ce pouvoir là)
(Hugues Jallon)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun15 janvier 2012
Dire "oui" ou "non" à un nom propre, un programme, un avenir, c'est exaltant. Entre les deux, il arrive que l'on cherche autre chose, une couleur, un logo, le plat préféré du candidat. Avant de voter, on peut regarder les Guignols. Les Guignols de l'info sont l'oxygène des Français désorientés.
(Véronique Pittolo)
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun15 janvier 2012
Le choix d'un "contre-usage", production d'un mode de symbolisation singulier (par idiolecte) tendant à l'illisibilité (d'où la rupture de communication avec le public ou lectorat virtuel), et le choix du modèle "méta-usage", qui se sert des formes mêmes des langages dominants pour en faire la matière première d'une écriture poétique critique qui, au contraire des positions du "contre-usage", va pouvoir revendiquer, comme lieu d'intervention et d'action, l'espace public - panneaux publicitaires, écrans vidéos, posters, etc.
(Jean-Marie Gleize)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Christophe Bailly (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Bailly
Aperçu de la maquette intérieure du livre "Changements à vue" de Jean-Christophe Bailly et Alexandre Chemetoff. En librairie le 22 octobre 2015.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
479 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre