Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2846261539
Éditeur : Au Diable Vauvert (2008)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 14 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Ce roman est une comédie apocalyptique. Il raconte l'histoire de William Andy, loser ordinaire devenu prophète médiatique en proposant des solutions pour aborder la fin du monde sans se faire mal. Parviendra-t-il à contenir la catastrophe ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Luniver, le 17 décembre 2013

    Luniver
    William Andy est promis à une brillante carrière : après avoir passé plusieurs années comme serveur dans un fast-food et télévendeur, le voici promu vendeur de journaux à la criée. Hélas, l'environnement lui est peu profitable : à force d'entendre le prosélytisme religieux autour de lui, l'idée lui vient de commenter les nouvelles du jour en faisant miroiter une fin du monde imminente. La sanction est immédiate : grand succès auprès du public, renvoyé de son poste, pour être aussitôt embauché à la télévision.
    Après quelques tribulations et un héritage tombé à point nommé, Andy fonde sa propre école destinée à préparer la population à vivre sereinement la fin du monde imminente. Son show télévisé offrant la parole à qui veut la prendre, et son idée de religion participative attire à lui tout ce que la planète compte de cinglés.
    N'allez cependant pas croire que ce livre possède une structure claire : on passe de théories délirantes à des personnages qui ne le sont pas moins, le tout noyé dans un humour absurde et jubilatoire. Quitte à vivre l'apocalypse, autant que ça soit dans un fou rire général.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Suny, le 15 juin 2011

    Suny
    C'est un gros délire ce livre, mais au final pas tant que ça... la fin est très belle. Et puis tout ce qu'il y avant la fin est juste poilant. Il y a certes pas mal de déjà vu (un savant mélange de plein de trucs déjà vus en fait), mais c'est tellement bien écrit qu'on a l'impression que c'est nouveau et que c'est à peine exagéré (parce que quand même, des fois, il exagère ^^).
    J'adore sa façon d'écrire, ça se lit tout seul sans être simpliste et ça fait paf dans les neurones, et puis il y a toujours un petit détail qui tue. le passage sur les morses, par exemple, m'a fait pleurer de rire...
    En conclusion : trop trop bon !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par chriskorchi, le 26 avril 2013

    chriskorchi
    Rapide, délirant, politiquement incorrect et humoristique comme du Chuck Palahniuk qui se prendrait pour Douglas Coupland. Complètement délirant !!!

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mireille.lefustec, le 04 septembre 2011

    mireille.lefustec
    Un temps d'adaptation pour entrer dans ce langage,à mille lieues du classique,puis on se laisse prendre dans le délire

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cheminvert7, le 31 décembre 2011

    cheminvert7
    Moins prenant que le dernier roman de Julien Blanc-Gras (Touriste) mais déjà cette écriture fluide et un nombre incalculable de petites phrases qui font mouche.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Luniver, le 17 décembre 2013

    Le morse évolue dans un milieu tantôt nourricier, tantôt hostile. Ses comportements sont parfois illisibles. Je me souviens d’un documentaire vertigineux sur l’attitude de la bête lors de sa migration annuelle. La colonie se réunit sur un petit îlot rocheux pour prendre un peu de repos, car la route est longue. Tout est bien, le calme règne. Pas d’ours à l’horizon. Un morse hardi entreprend d’escalader de sa démarche grotesque le petit monticule chapeautant l’îlot. Poussés par l’instinct grégaire ou le besoin de faire les intéressants devant les filles, les autres le suivent. Arrivé au sommet (au bout d’une heure pour quelques dizaines de mètres de randonnée), le premier morse descend la pente de l’autre versant en faisant rouler sa grosse carcasse à la manière de Laura Ingalls dans le générique de La Petite Maison dans la prairie. C’est drôle, mais seulement pendant dix secondes. Car au bout de la pente se trouve une falaise. Pas très haute, environ sept ou huit mètres. Suffisant pour se faire très mal. Notre ami le morse s’écrase en bas comme un vieux flan, suivi par tous ses camarades qui n’ont rien de mieux à foutre que de rouler vers un précipice. Après quelques heures, on se retrouve donc avec un bon tas de morses mortellement blessés, poussant des cris terrifiants, et incapables de remuer leurs quintaux de patapoufs. C’est désespérant. Car le morse, par son allure débonnaire, a su attirer notre sympathie.

    Mais enfin pourquoi ? Les scientifiques ne se l’expliquent pas. Le morse est-il mu par un instinct de sacrifice utile à la globalité de l’espèce (comme le lemming) ou bien est-il particulièrement con (comme la poule) ? Mystère.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Luniver, le 16 décembre 2013

    Je me suis enfoncé dans le canapé pour prendre du recul par rapport à l’écran. On pouvait modéliser l’état du discours télévisé dans cette équation calamiteuse :
    Premièrement, on vous explique que l’Autre est très dangereux.
    Deuxièmement, on vous explique qu’il est interdit de critiquer l’Autre.
    Coincé entre les discours sécuritaires et le politiquement correct (ce petit puritanisme sémantique insidieux qui fait du mal à la pensée et du bien à personne), le pauvre téléspectateur se recroqueville dans son inhibition. Vainqueurs : la peur et la culpabilité, deux attitudes paralysantes comme mode de lecture de la réalité. Et l’inertie, dans un monde qui va très vite, c’est la chute.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Yzou, le 04 décembre 2012

    Au bout de la pente se trouve une falaise. Notre ami le morse s'écrase en bas comme un vieux flan, suivi par tous ses camarades qui n'ont rien de mieux à foutre que de rouler vers un précipice. Après quelques heures, on se retrouve donc avec un bon tas de morses mortellement blessés, poussant des cris terrifiants, et incapables de remuer leurs quintaux de patapoufs. C'est désespérant. Car le morse, par son allure débonnaire, a réussi à attirer notre sympathie. Mais enfin pourquoi ? Les scientifiques ne se l'expliquent pas. Le morse est-il mu par un instinct de sacrifice utile à la globalité de l'espèce (comme le lemming) ou bien est-il particulièrement con (comme la poule) ? Mystère.
    Tout ça pour dire qu'on est des sacrés morses.
    Nous savons que nous courons vers le précipice et nous courons quand même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Luniver, le 17 décembre 2013

    Le président de l’OMC (costard cravate et tête de nœud) :
    — Oui, il faut faire quelque chose. Si, comme vous l’envisagez, c’est effectivement la fin du monde, les résultats du commerce mondial en seraient sévèrement affectés. Ce qui produirait inévitablement, et j’insiste sur ce point-là, une chute significative des indices boursiers avec pour corollaire un ralentissement préoccupant de la croissance. Vous êtes prévenus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Luniver, le 18 décembre 2013

    Et puis vous commencez à nous faire chier avec vos mannequins de trente-cinq kilos. Oh, je comprends bien vos intérêts. Quand les femmes sont maigres, on réduit la taille des vêtements, ça fait moins de tissu pour le même prix. Économie d’échelle pour les créateurs. Ok, c’est votre business. Mais bon, on est d’accord que les femmes elles sont quand même plus belles quand elles sont grosses, non ?

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Julien Blanc-Gras

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Julien Blanc-Gras

"Ceci est la bande-annonce de la fin du monde." Vidéo réalisée par Julien Blanc-Gras à l'occasion de la sortie de son livre "Comment devenir un dieu vivant".








Sur Amazon
à partir de :
15,67 € (neuf)
9,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Comment devenir un dieu vivant par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    La comédie sous toutes ses formes

    Genre dramatique, musical et chorégraphique inventé qui mêle la musique et la danse dans une action unique.

    •   La comédie grecque antique
    •   La comédie de mœurs
    •   La comédie de caractère
    •   La comédie héroïque
    •   La farce
    •   La commedia dell'arte
    •   La comédie-ballet
    •   La comédie de boulevard
    •   Le vaudeville
    •   La comédie musicale

    10 questions - 25 lecteurs ont répondu
    Thème : humour , comédie

    Créer un quiz sur ce livre.