Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Charles Osborne (Adaptateur)

ISBN : 2253147079
Éditeur : Le Livre de Poche (1999)


Note moyenne : 3.18/5 (sur 33 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
En cette belle matinée de 1934, Hercule Poirot, retiré des affaires, savoure son petit déjeuner dans son appartement de Mayfair... Mais, lorsque sir Claude Amory appelle au secours le détective, le chocolat crémeux et la brioche dorée ne sont plus qu'un lointain souveni... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Sharon, le 28 mai 2012

    Sharon
    Nous avons ici une enquête d'Hercule Poirot classique, mais alors vraiment très classique. Il ne manque aucun ingrédient, je dirai même qu'Agatha Christie a pris plaisir à rassembler des éléments disséminés dans d'autres enquêtes. Nous avons, par ordre d'entrée en scène :
    - sir Claud. Il est un inventeur de génie. Sa passion ? Les explosifs. Peu importe ce qu'ils feront explosés, du moment qu'ils explosent bien. Il est aussi un tyran pour sa propre famille, qu'il mène à la baguette. Même sa propre soeur ne le regrette pas - il faut dire qu'elle le supporte depuis plus longtemps que tout le monde.
    - Caroline Armory. Soeur du précédent. Charmante vieille fille victorienne. Essaie encore de faire croire que les bébés naissent dans les choux. Bavarde impénitente.
    - Richard Armory. Fils unique de la victime. Bridé par son père qui lui a interdit de faire carrière dans l'armée. A des dettes de jeu.
    - Lucia Armory. Femme du précédent. Très belle italienne. Orpheline. A eu le coup de foudre pour Richard et réciproquement. Etouffe à Market Cleve.
    - Barbara Armory. Nièce de la victime. Jeune femme moderne, très moderne. Sa spécialité : kidnapper Hastings et l'emmener au fond du jardin. A une soeur aînée, Edna, qui vit en Inde avec son mari et ses jumeaux. Demande ingénument à sa tante Caroline comment elle a pu les avoir puisqu'il n'y a pas de choux en Inde.
    - Tredwell. Fidèle majordome.
    - Raynor. Fidèle secrétaire.
    - Dr Carelli. Italien. Affirme être l'ami de Lucia Armory.
    Prenez tous ses personnages, enfermez-les dans une bibliothèque, ajoutez Hercule Poirot, Hastings, un peu terne et l'inspecteur Japp qui passait justement par là, et vous obtiendrez une intrigue pas désagréable mais sans vraiment de surprise. Hercule Poirot reconnaît lui-même que le dénouement n'est pas sans lui rappeler celui d'une précédente intrigue.
    Black coffee est une oeuvre à lire pour les inconditionnels d'Agatha Christie, les autres passeront leur chemin.

    Lien : http://le.blog.de.sharon.over-blog.com/article-black-coffee-d-agatha..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Darkcook, le 25 mars 2013

    Darkcook
    Ce Poirot est d'une grande particularité, puisqu'il s'agit en réalité, à la base, d'une pièce de théâtre!! Et oui, Agatha Christie se livrait à cet exercice, fait bien moins connu du public... le texte original traduit n'a pas été réédité, nous avons ici affaire à une novélisation par un tiers, Charles Osborne. On imagine toutefois aisément le déroulement sur scène, 90% de l'action ayant lieu dans la même pièce, avec diverses allées et venues, entrées et sorties.
    Mais je trouve justement que c'est cela qui pèche, tout est trop statique et répétitif, pour les commodités de la mise en scène, alors que j'aurais voulu plus de folie. Les romans d'Agatha Christie ont, de manière générale, un tel potentiel théâtral! Il y en a d'innombrables exemples, et mentionnons que le chef d'oeuvre Dix petits nègres a été transposé sur scène plusieurs fois...
    Le mystère de Black coffee n'est pas non plus des plus passionnants. Il y a des trouvailles, comme la scène de l'extinction des lumières, mais on est bien loin des plus grandes énigmes d'Agatha et des personnages les plus marquants.
    Pour les amateurs de Poirot et de théâtre, c'est à lire, mais cela restera une oeuvre anecdotique, une tentative qui fonctionne, mais qui pouvait promettre bien plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par AliceFee, le 18 mars 2014

    AliceFee
    Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Black coffee?
    "Je continue ma redécouverte complète des aventures du célèbre petit détective belge..."
    Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
    "Un célèbre savant demande à Hercule Poirot de venir le rejoindre pour le weekend, il doit lui confier une information de la plus haute importance. Mais le détective aura beau hâter son départ, il arrivera trop tard et trouvera Sir Amory mort dans une pièce où il était enfermé uniquement en compagnie de sa plus proche famille..."
    Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
    "J'ai hésité à lire cet ouvrage parce qu'il n'a pas été écrit par Agatha Christie elle-même. Il s'agit en fait d'une pièce de théâtre que l'on a demandé à Charles Osborne, un auteur australien (sacrilège) d'adapter. Je n'étais déjà pas convaincue par le procédé avant de lire ce livre et je le suis encore moins après. J'aurais finalement bien plus aimé lire le texte original. le texte ne présente pas de défaut majeur bien sûr mais il manque le petit plus d'Agatha Christie et sans elle Poirot n'est plus tout à fait Poirot."
    Et comment cela s'est-il fini?
    "Même le dénouement, qui est bien d'Agatha pour le coup, n'est pas à la hauteur de ses autres livres et on ne peut s'empêcher de penser que cette histoire n'était destinée qu'au théâtre et à lui seul."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par marie50, le 06 janvier 2012

    marie50
    Sir Claude Amory, un célèbre savant atomiste appelle Hercule Poirot, alors à la retraite, à la rescousse, sentant ses célèbres recherches scientifiques en danger. Ce polar méconnu de la grande reine du crime se déguste avec plaisir. Sous forme de pièce de théâtre, Black coffee nous plonge dans un huit clos sympathique et grinçant, dans une Angleterre aristocratique et traditionnelle qui commence à se fissurer. Hercule Poirot et son sens extrême du détail, n'a quant à lui, pas vieilli....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par caryatide, le 25 avril 2014

    caryatide
    Une pièce de théâtre qui n'avait pas eu beaucoup de succès (ce n'est pas l'inusable Souricière ) et qui a été novelisée.
    L'intérêt est quasi historique : les savants, leurs recherches et l'espionnage international au début des années 1930 ou ce qui reste de l'époque victorienne chez les dames de bonne famille.
    Pour le reste, à lire si on veut absolument avoir tout lu d'Agatha Christie..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par caryatide, le 16 avril 2014

    Edward Raynor, qui rejoignit les deux femmes, aida Barbara à la soutenir et lui chuchota :
    - J'espère que ce type est bel et bien médecin ?
    - Oui, mais après tout ce n'est qu'un italien, murmura-t-elle en réponse tandis qu'à eux deux ils installaient miss Amory dans un fauteuil.
    Entendant de loin la remarque de Barbara, Poirot secoua la tête avec détermination, lissa sa luxuriante moustache avec un soin raffiné et se fendit de son sourire le plus éclatant.
    - Tel que vous me voyez, commente-t-il suavement, je suis détective; mais, pour votre plus grand dam, je ne suis après tout qu'un Belge. Il n'en demeure pas moins, très chère mademoiselle, que nous autres étrangers parvenons parfois à trouver la bonne réponse aux questions que vous condescendez à nous poser.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Sharon, le 28 mai 2012

    Oh ! et si par hasard vous rencontriez miss Barbara dans le jardin, vous pourriez lui dire de me restituer le capitaine Hastings ? Nous devons bientôt repartir pour Londres.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Sharon, le 28 mai 2012

    - Vous voyez où nous en sommes à présent ?
    - Non, reconnut Hastings dans un élan de vertueuse franchise. Vous savez très bien que je ne vois jamais ces choses-là. Tout ce que je suis à même de voir, c'est que nous nous trouvons vous et moi dans la bibliothèque de la maison de Sir Claud, c'est là mon maximum.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,89 € (neuf)
0,67 € (occasion)

   

Faire découvrir Black coffee par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (94)

> voir plus

Quiz