AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Postif (Traducteur)
ISBN : 2253025232
Éditeur : Le Livre de Poche (1980)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 257 notes)
Résumé :
Comment lancer un dard empoisonné ? Avec une sarbacane, évidemment, comme le font les Indiens d'Amérique du Sud. Mais, si l'on n'a pas de sarbacane sous la main, n'importe quel tube fera l'affaire. Une flûte, par exemple. Ou un fume-cigarette, s'il est assez long. Et même une pipe kurde en terre cuite... pourquoi pas ? Oui, un quelconque tuyau conviendrait... Voilà qui est bien ennuyeux... Parce que, dans ce cas, tous les passagers sont suspects. N'importe qui dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
LePamplemousse18 novembre 2015
  • Livres 4.00/5
Une femme est assassinée dans un petit avion ne comprenant qu'une poignée de passagers et très peu de membres d'équipage.
L'un d'eux est donc forcément coupable mais lequel et pourquoi ?
L'arme du crime semble être une sarbacane, ce qui limite encore plus le nombre de suspects…
Mais heureusement Hercule Poirot voyageait dans ce même avion et son cerveau toujours aussi vif aura tôt fait de découvrir le pot aux roses.
Encore une fois, il s'agit d'une intrigue qui se joue à huis clos, comme dans « le crime de l'Orient Express », « Mort sur le Nil », ou les « Dix petits nègres » par exemple, ce qu'Agatha Christie doit vraiment beaucoup aimer !
L'intrigue nous emmène en France mais aussi en Angleterre, et nous permet de fouiller la vie de la victime en profondeur, ainsi que celle de tous les suspects.
L'enquête tient bien la route mais elle m'a quand même semblé un petit peu tirée par les cheveux.
Commenter    J’apprécie          282
Hanta
Hanta22 janvier 2016
  • Livres 4.00/5
Chers visiteurs occasionnels ou réguliers de ce blog, j'ai choisi cette histoire car la couverture reflète un nouveau changement dans ma vie: un long vol en avion, des valises disséminés dans l'appartement, une nouvelle destination donc plein d'aventures et de découvertes en perspective. Chut, je n'en dirais pas plus, mais promis, malgré les coupures de courant, les attaques d'insectes en tout genre et les cyclones, j'essaierai d'alimenter de mon mieux ce blog.
Rassurez-vous le vol fut agréable, pas comme notre pauvre Hercule Poirot qui a décidément la poisse ! Même en avion, il faut qu'un meurtre lui tombe dessus. Les faits sont étranges: la victime aurait reçu un dard empoisonné lancé à partir d'un chalumeau (?!?). Parmi les onze personnes qui se trouvaient dans le compartiment arrière, une, voire deux d'entre eux, pourrait être le meurtrier. En plus, chacun a des petits secrets qu'on découvre au fur et à mesure des pages. La question qui m'a le plus perturbé : comment l'assassin a-t-il opéré sans que personne ne s'en aperçoive ? Si je m'amusais à faire la même chose dans l'avion, quelqu'un me verrait à moins d'être très adroite et rapide (et encore on est pas à l'abri d'une brusque zone de turbulence qui ferait dévier la flèche ou encore quelqu'un qui passe par mégarde !).
Ce que je dis risque de ressembler aux autres commentaires précédents sur les ouvrages d'Agatha Christie mais, une fois de plus, j'ai loupé l'assassin ! Je bouillonne de rage ! Et pourtant, j'étais sûre de moi ce coup-ci: j'ai lu attentivement chaque ligne, relu les chapitres du début pour avoir une bonne chronologie des faits et gestes de chaque passager, noté dans ma tête les détails anodins, mais non, ma méthode n'est pas encore efficace.
Hercule Poirot ne change pas : toujours aussi pompeux et fier mais heureusement l'inspecteur Japp n'hésite pas à se moquer gentiment de sa "grande modestie".
Le style d'écriture est simple et agréable, même si une petite phrase raciste m'a fait bondir de mon siège. A un certain moment, une des protagonistes dit "ils ne pouvaient sentir les ongles trop rouges (...) et les nègres". Bon, il faut tenir compte du contexte et de l'époque où était écrit ce livre mais ça m'étonne un peu de la part d'Agatha Christie.
C'est une enquête que j'ai bien aimé et que je recommande aux amateurs d'enquêtes !
Lien : http://leslecturesdehanta.com/la-mort-dans-les-n..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          110
Pirouette0001
Pirouette000126 juin 2015
  • Livres 4.00/5
Il me semble qu'il s'agit d'un ouvrage de la grande dame qui est moins connu. Et pourtant très bien réussi. Tout se passe dans un huis-clos, un avion, en plein vol.
C'est bien vu, il y a des références aux amours de la grande dame, comme lorsqu'elle se moque des archéologues, mais son personnage Hercule Poirot envoie quand même la petite jeune femme séduisante dans les bras de l'un d'eux, en allant même de son écot.
Donc, un opus d'un style assez classique, qui se lit avec plaisir et qui sort des sentiers battus.
Commenter    J’apprécie          140
Audreyy
Audreyy11 septembre 2012
  • Livres 5.00/5
Et, un de plus dans mes livres lus de cette chère Agatha Christie ! Si je ne me trompe pas, ce doit être mon huitième roman de cette auteure et c'est toujours avec plaisir que je ressors de ses histoires.
Ici, nous avons un meurtre dans les airs. Pendant le vol, Hercule Poirot s'endort et, en se réveillant, on découvre qu'une des femmes de l'avion, Madame Giselle, a été assassinée. Ayant aperçu une guêpe durant le vol, plusieurs passages pensent qu'il s'agit d'une piqure de guêpe. La blessure laissent supposer que cela se pourrait.. mais, Hercule Poirot découvre une flèche au pieds de la victime, ensuite c'est une sarbacane que l'on trouve sous le siège d'un des passagers mais pas de n'importe qui… Sous le siège de Hercule Poirot ! Il en a fallu de près pour qu'il se retrouve derrière les barreaux..
Commence alors une chasse à la vérité du détective mais aussi de la police qui s'entraident entre eux dès que possible. Une chose est sure : L'assassin est parmi les passagers de l'avion ! Très passionnant car chacun des suspects apparaissent tour à tour comme coupable.. mais aussi très passionnant car le fait est que Madame Giselle a été tuée de cette flèche empoisonnée.. mais comment ? Si elle a été lancée d'une place, pourquoi les autres passagers n'ont-ils rien vu?
On en apprend à chaque page qui tourne… La question bien généralement posée : A qui profite le crime ? Est-ce vraiment sur ça qu'il faut s'appuyer ? Les personnages sont tous intrigants et on se pose beaucoup de questions…
De plus, ce cher Hercule Poirot a l'habitude de rendre le lecteur complètement dingue quand il annonce “qu'il a eu une petite idée” ou “qu'il sait déjà qui a tué” ou encore quand il voit quelque chose de très intéressant et que nous, nous ne voyons rien… On tourne et on tourne les pages jusqu'à la fin… Une fin toujours bien révélée qui fait l'effet d'un coup de surprise. Alors, oui j'ai suspecté aussi un peu “l'assassin” ou disons que j'ai suspecté plusieurs personnes et que ce personnage en faisait partie mais ça ne reste jamais sur…
Alors c'est encore un très bon Agatha Christie que j'ai adoré. Vraiment parfait sur tous les points.
Lien : http://audreyreadings.wordpress.com/2012/09/11/l..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          70
Jordanher
Jordanher22 octobre 2012
  • Livres 4.00/5
La tragédie de ce livre se déroule dans un avion de Paris en direction de Croydon. Les onze personnages de cet appareil plus les deux Stewards vont vivre une expérience qui leurs arrivera à priori qu'une seule et unique fois dans leur vie. Ils vont tous assister à la mort d'une passagère de l'avion. le problème c'est que (comme d'habitude avec Agatha Christie) tous les passagers de l'avion paraissent être suspects. de plus, personne dans l'avion n'a vu qui aurait ce qui s'est passé ni par quel moyen cette femme a été assassinée. Ils vont tous et toutes être questionnés un par un pour rendre compte de ce qu'ils ont vu et préciser leur motif de voyage, s'il y aurait un mobile ou non. .Parmi tous ces personnages se trouve un détective prénommé Hercule POIROT. Lui et des agents de Scotland Yard vont essayer de découvrir qui se cache derrière ce meurtre. Car n'oublions pas qu'il y a quand même onze personnes et deux Steward qui auraient pu avoir prémédité ce meurtre....
J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. J'ai adoré l'affaire qui se présente dans ce livre car cela se révèle plus difficile qu'on peut le penser. Je trouve que l'idée d'avoir un assassin parmi les passagers d'un avion est vraiment bien réfléchi car on entre dans une espèce de huit-clos où forcément l'assassin est là, parmi eux. Je dois avouer aussi que j'ai mis pas mal de temps à lire ce livre, je ne voulais louper ou oublier aucun détails pour éviter de me mettre le doute arrivé à un moment stratégique du livre. J'aime beaucoup le style de cette auteure et elle a beaucoup d'imagination dans ses romans. Je relirai un de ces livres avec grand plaisir.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AudreyyAudreyy09 septembre 2012
- Vous pensez que c'était un moyen dément de commettre un crime n'est-ce pas?
- Bien sur. De la pure folie.
- Et pourtant... Il a réussi. Nous sommes là, tous les trois, assis à en parler et nous n'avons pas la moindre idée de qui l'a commis. C'est ce que j'appelle une réussite !
Commenter    J’apprécie          80
GrouchoGroucho26 mars 2015
L'homme à la face carrée se tourna vers M. Hercule Poirot, et il considéra d'un air bourru le petit Belge aux longues moustaches.
"Les étrangers disaient les yeux de l'homme à la face carrée, ne m'inspirent aucune confiance, même quand ils travaillent étroitement avec la police."
A voix haute, l'homme prononça :
- N'est-ce point ce "Porrott" qui a ramassé l'épine empoisonnée ?
- Lui-même.
Le jury se retira. Après cinq minutes, les jurés revirent dans la salle du tribunal, et leur chef tendit au coroner une feuille de papier.
- Ah non ! s'écria le coroner furieux. Je ne puis accepter un verdict aussi stupide !
Quelques minutes plus tard, les jurés reparurent avec un jugement rectifié.
"Le jury reconnaît que la victime est morte empoisonnée, mais il ne possède pas suffisamment de preuves pour désigner le coupable."
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
genougenou12 septembre 2013
Poirot toussota. Les deux autres l'interrogèrent du regard.
- J'imagine que c'était... euh... le professionnel qui parlait en lui. Somme toute, la mort aurait pu être naturelle... résulter de la piqûre d'une guêpe. Souvenez-vous qu'un guêpe volait dans le compartiment.
- Décidément, vous ne perdez pas de vue la guêpe. On dirait, ma parole, qu'elle continue de bourdonner à vos oreilles, remarqua Japp.
- C'est tout de même moi qui ai vu et ramassé l'épine fatale sur le parquet ! Ensuite il fallut bien admettre qu'on était en présence d'un crime.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
AudreyyAudreyy09 septembre 2012
- Vous avez raison Monsieur Poirot. Avouez tout de même qu'ils ne paient pas de mine.
- Comme presque tous les grands hommes ! Tenez, moi qui vous parle, On m'a pris un jour pour un coiffeur !
Commenter    J’apprécie          70
NarcissNarciss20 juillet 2013
- Je vous crois. Cependant, vous ne m’avez pas tout dit. Oh, mais oui ! Ecoutez-moi : dans toutes les affaires criminelles, lorsqu’on interroge les témoins, on se heurt au même phénomène. Ils gardent tous quelque chose par devers eux. Parfois- et même souvent- c’est un détail insignifiant à la rigueur sans relation avec le crime. Mais, je le répète, ils n’ont pas tous dit. Et vous non plus. Oh, ne le niez pas ! Je m’appelle Hercule Poirot, et je sais.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
Videos de Agatha Christie (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
And Then There Were. Attention spoilers !
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
924 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre
. .