Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Louis Postif (Traducteur)

ISBN : 2253025232
Éditeur : Le Livre de Poche (1980)


Note moyenne : 3.57/5 (sur 174 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Comment lancer un dard empoisonné ? Avec une sarbacane, évidemment, comme le font les Indiens d'Amérique du Sud. Mais, si l'on n'a pas de sarbacane sous la main, n'importe quel tube fera l'affaire. Une flûte, par exemple. Ou un fume-cigarette, s'il est assez long. Et mê... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Aline1102, le 02 janvier 2013

    Aline1102
    Jane Grey, une jeune coiffeuse, s'embarque à bord du Prométhée, l'avion qui doit la ramener à Londres. Elle vient de passer quelques jours au Pinet, où elle a découvert l'excitation du casino et de ses jeux de hasard.
    D'autres passagers font route vers Londres ; parmi eux, une vieille usurière très laide, Madame Giselle, et un petit homme au crâne ovoïde et aux impressionnantes moustaches, le célèbre Hercule Poirot.
    Ce dernier souffre de problèmes d'estomac et s'isole dans son coin en espérant oublier son malaise. Mais, alors que l'avion approche de Londres, l'un des garçons de bord vient souffler quelques mots aux voisin de Poirot, le Docteur Bryant. Il semblemrait que Madame Giselle ait fait un malaise...
    Il n'en faut pas plus pour ranimer Poirot, qui suit discrètement le garçon et le médecin jusqu'au siège de l'usurière. Les trois hommes constatent le décès de la malheureuse et remarquent une trace de piqûre dans le cou de la victime. Sans doute une guêpe, comme l'affirme un voyageur proche du siège de Madame Giselle ; pour appuyer ses dires, il montre le corps d'une guêpe à Poirot et affirme qu'il l'a tuée peu de temps auparavant, avant qu'elle ne le pique.
    Mais voilà que notre célèbre détective remarque quelque chose dans la jupe de Madame Giselle, un objet duveteux, jaune et noir... Une seconde guêpe ? Non, une épine. Probablement empoisonnée. Madame Giselle a donc été assassinée...
    Pour une fois, une seule fois dans ma vie, je pensais réellement " tenir " le meurtrier ! J'avais tout fait pour y parvenir. J'ai pris mon temps pour savourer cet opus des enquêtes d'Hercule Poirot, procédant page par page, revenant en arrière afin de me remémorer les indices qui nous sont fournis en même temps qu'à Poirot. Tout me semblait alors mener à une personne en particulier. Eh bien, c'était raté, une fois de plus !
    Je pense que la seule façon de connaître l'identité d'un meurtrier chez Agatha Christie, c'est de relire plusieurs fois l'un de ses romans. Je connais " Mort sur le nil " ou " Le crime de l'Orient-Express " presque par coeur, tant je les ai lus et relus, et ce sont les seuls romans de Mrs Christie où le dénouement de l'enquête ne me surprend plus ! Mais quand il s'agit d'une première lecture, comme ce fût le cas avec " La mort dans les nuages ", impossible de deviner où elle veut en venir.
    Le grand talent d'Agatha Christie réside dans sa façon de traiter la personnalité de ses personnages. Elle parvient ainsi à nous les rendre tour à tour sympathiques, puis suspects, puis à nouveau blancs comme des agneaux. Chacun de ses personnages cache quelque chose , ce qui les rend tous potentiellement coupables dès le début de ses romans. Et puis, le récit avance et l'on se rend compte que certains secrets n'étaient pas si graves et que, sans être innocent de tout, les personnes qui cachaient ceraines choses n'ont pourtant pas commis de meurtre.
    J'ai particulièrement apprécié, dans ce roman, l'humour qui pointe plusieurs fois le bout de son nez. Ainsi, à l'issue de l'enquête destinée à désigner le(s) coupable(s) qui seront jugés, le jury désigne-t-il presque Hercule Poirot lui-même ! Heureusement, le coroner veille au grain et les contraint à modifier leur décision... Ce léger incident de procédure fait le bonheur de l'inspecteur Japp qui, lorsqu'il dresse sa propre liste de suspects, estime Poirot comme étant le plus qualifié pour produire le " moment psychologique " ayant mené au meurtre.
    Vous l'aurez compris, j'ai été charmée par ce polar de Mrs Christie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Audreyy, le 11 septembre 2012

    Audreyy
    Et, un de plus dans mes livres lus de cette chère Agatha Christie ! Si je ne me trompe pas, ce doit être mon huitième roman de cette auteure et c'est toujours avec plaisir que je ressors de ses histoires.
    Ici, nous avons un meurtre dans les airs. Pendant le vol, Hercule Poirot s'endort et, en se réveillant, on découvre qu'une des femmes de l'avion, Madame Giselle, a été assassinée. Ayant aperçu une guêpe durant le vol, plusieurs passages pensent qu'il s'agit d'une piqure de guêpe. La blessure laissent supposer que cela se pourrait.. mais, Hercule Poirot découvre une flèche au pieds de la victime, ensuite c'est une sarbacane que l'on trouve sous le siège d'un des passagers mais pas de n'importe qui… Sous le siège de Hercule Poirot ! Il en a fallu de près pour qu'il se retrouve derrière les barreaux..
    Commence alors une chasse à la vérité du détective mais aussi de la police qui s'entraident entre eux dès que possible. Une chose est sure : L'assassin est parmi les passagers de l'avion ! Très passionnant car chacun des suspects apparaissent tour à tour comme coupable.. mais aussi très passionnant car le fait est que Madame Giselle a été tuée de cette flèche empoisonnée.. mais comment ? Si elle a été lancée d'une place, pourquoi les autres passagers n'ont-ils rien vu?
    On en apprend à chaque page qui tourne… La question bien généralement posée : A qui profite le crime ? Est-ce vraiment sur ça qu'il faut s'appuyer ? Les personnages sont tous intrigants et on se pose beaucoup de questions…
    De plus, ce cher Hercule Poirot a l'habitude de rendre le lecteur complètement dingue quand il annonce “qu'il a eu une petite idée” ou “qu'il sait déjà qui a tué” ou encore quand il voit quelque chose de très intéressant et que nous, nous ne voyons rien… On tourne et on tourne les pages jusqu'à la fin… Une fin toujours bien révélée qui fait l'effet d'un coup de surprise. Alors, oui j'ai suspecté aussi un peu “l'assassin” ou disons que j'ai suspecté plusieurs personnes et que ce personnage en faisait partie mais ça ne reste jamais sur…
    Alors c'est encore un très bon Agatha Christie que j'ai adoré. Vraiment parfait sur tous les points.

    Lien : http://audreyreadings.wordpress.com/2012/09/11/la-mort-dans-les-nuag..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Jordanher, le 22 octobre 2012

    Jordanher
    La tragédie de ce livre se déroule dans un avion de Paris en direction de Croydon. Les onze personnages de cet appareil plus les deux Stewards vont vivre une expérience qui leurs arrivera à priori qu'une seule et unique fois dans leur vie. Ils vont tous assister à la mort d'une passagère de l'avion. le problème c'est que (comme d'habitude avec Agatha Christie) tous les passagers de l'avion paraissent être suspects. de plus, personne dans l'avion n'a vu qui aurait ce qui s'est passé ni par quel moyen cette femme a été assassinée. Ils vont tous et toutes être questionnés un par un pour rendre compte de ce qu'ils ont vu et préciser leur motif de voyage, s'il y aurait un mobile ou non. .Parmi tous ces personnages se trouve un détective prénommé Hercule POIROT. Lui et des agents de Scotland Yard vont essayer de découvrir qui se cache derrière ce meurtre. Car n'oublions pas qu'il y a quand même onze personnes et deux Steward qui auraient pu avoir prémédité ce meurtre....
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. J'ai adoré l'affaire qui se présente dans ce livre car cela se révèle plus difficile qu'on peut le penser. Je trouve que l'idée d'avoir un assassin parmi les passagers d'un avion est vraiment bien réfléchi car on entre dans une espèce de huit-clos où forcément l'assassin est là, parmi eux. Je dois avouer aussi que j'ai mis pas mal de temps à lire ce livre, je ne voulais louper ou oublier aucun détails pour éviter de me mettre le doute arrivé à un moment stratégique du livre. J'aime beaucoup le style de cette auteure et elle a beaucoup d'imagination dans ses romans. Je relirai un de ces livres avec grand plaisir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par LaBiblidOnee, le 03 mai 2014

    LaBiblidOnee
    Hercule Poirot voyage à bord d'un avion qui le ramène de France en Angleterre. Mais avant l'atterrissage, un steward découvre que l'une des passagères de ce vol est morte. Si un médecin voyageant à bord croit d'abord à une crise cardiaque, un passager suggère une réaction à une piqûre de la guêpe qui l'a importuné pendant le trajet. Mais Hercule Poirot trouve par terre une petite fléchette qui suggère plutôt un meurtre par empoisonnement... Pourtant, dans un espace aussi confiné, personne n'a surpris l'assassin ! Qui connaissait la passagère et avait intérêt à la tuer ? Qui, durant ce vol, a eu à la fois l'opportunité et le mobile ? Si vous vous sentez l'âme d'un fin limier, suivez les indices, et voyons si vous faites mieux que le célèbre héros d'Agatha Christie … !
    *****
    J'ai lu peu de romans d'Agatha Christie et c'était dans ma jeunesse. Pourtant, mes retrouvailles avec Hercule Poirot n'ont pas été à la hauteur de mes espérances. Malgré tout, j'ai cherché le coupable et je pensais même l'avoir trouvé mais je me suis faite avoir, ce qui est, a priori, bon signe pour le suspense : Au final, j'ai été meilleure que le policier (maigre consolation vu comme il est dépeint) mais moins bonne qu'Hercule, comme prévu. L'avantage de ce genre de policier est qu'il reste très pédagogique (à la limite de l'agaçant parfois), nous incitant à chercher par nous-mêmes tout en nous révélant au compte-gouttes les pistes du professionnel et en nous expliquant en détail à la fin.

    Cela dit, la lecture de ce roman n'a fait appel à aucune émotion, ce qui a rendu ma lecture froide et donc presque ennuyeuse. le récit ne m'a pas fait entrer non plus dans une ambiance particulière qui aurait pu me séduire – je pense donc tenter sous peu un Miss Marple pour voir si l'ambiance me plaît mieux : Avez-vous des suggestions ? Les personnages ne m'ont pas touchée, pour tout dire, les dialogues m'ont même un peu ennuyée même si j'avoue que les interventions de Poirot ont l'avantage de nous mettre sur la voie tout en nous laissant chercher. Quant au scenario final de l'énigme, je l'ai trouvé un peu gros même s'il reste plausible …

    Une lecture pour qui veut faire travailler ses méninges en somme, mais guère plus !

    Lien : http://onee-chan-a-lu.publicoton.fr/la-mort-dans-les-nuages-agatha-c..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Dionysos89, le 21 février 2012

    Dionysos89
    Un des premiers romans d'Agatha Christie, LA MORT DANS LES NUAGES vient après Le crime du golf ou Le meurtre de roger ackroyd où on retrouve aussi Hercule Poirot, mais avant Dix petits nègres. Nous nous situons là donc dans la décennie des années 1930, très prolifiques pour l'auteur. Or, LA MORT DANS LES NUAGES est, une fois de plus, l'occasion pour Agatha Christie de se livrer à un de ses thèmes favoris : le meurtre en espace clos.
    En effet, le petit avion dans lequel nous retrouvons notre détective belge préféré se trouve être le lieu d'un crime perpétré aux yeux de tous et c'est là tout la finesse de ce meurtre. Un mystère qu'Hercule Poirot se fait un devoir d'élucider ! Situation, emberlificotages et dénouement public : le style d'Agatha Christie est déjà bien établi et LA MORT DANS LES NUAGES est un classique du roman policier, moins connu certes, mais qui a un intérêt certain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Audreyy, le 09 septembre 2012

    - Vous pensez que c'était un moyen dément de commettre un crime n'est-ce pas?
    - Bien sur. De la pure folie.
    - Et pourtant... Il a réussi. Nous sommes là, tous les trois, assis à en parler et nous n'avons pas la moindre idée de qui l'a commis. C'est ce que j'appelle une réussite !

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Audreyy, le 09 septembre 2012

    - Vous avez raison Monsieur Poirot. Avouez tout de même qu'ils ne paient pas de mine.
    - Comme presque tous les grands hommes ! Tenez, moi qui vous parle, On m'a pris un jour pour un coiffeur !

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par genou, le 12 septembre 2013

    Poirot toussota. Les deux autres l'interrogèrent du regard.
    - J'imagine que c'était... euh... le professionnel qui parlait en lui. Somme toute, la mort aurait pu être naturelle... résulter de la piqûre d'une guêpe. Souvenez-vous qu'un guêpe volait dans le compartiment.
    - Décidément, vous ne perdez pas de vue la guêpe. On dirait, ma parole, qu'elle continue de bourdonner à vos oreilles, remarqua Japp.
    - C'est tout de même moi qui ai vu et ramassé l'épine fatale sur le parquet ! Ensuite il fallut bien admettre qu'on était en présence d'un crime.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Narciss, le 20 juillet 2013

    - Je vous crois. Cependant, vous ne m’avez pas tout dit. Oh, mais oui ! Ecoutez-moi : dans toutes les affaires criminelles, lorsqu’on interroge les témoins, on se heurt au même phénomène. Ils gardent tous quelque chose par devers eux. Parfois- et même souvent- c’est un détail insignifiant à la rigueur sans relation avec le crime. Mais, je le répète, ils n’ont pas tous dit. Et vous non plus. Oh, ne le niez pas ! Je m’appelle Hercule Poirot, et je sais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par brunacecile, le 29 octobre 2012

    _La vie est vraiment terrible parfois, répéta-t-il. Il faut beaucoup de courage.
    _Pour se tuer? Oui, j'image qu'il en faut.
    _ Et pour vivre aussi, il faut beaucoup de courage.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,04 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir La Mort dans les nuages par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz