AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253040355
Éditeur : Le Livre de Poche (31/08/2003)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 209 notes)
Résumé :
- Si tu me montrais le journal, ma chère Dora ..
Miss BUNNER passa la feuille à Miss BLACKLOCK, qui, après avoir promené son regard autour de la table, lut à haute voix :
- Un meurtre est annoncé, qui aura lieu le vendredi 29 octobre à six heures trente de l'après-midi, à Little Paddocks.
Les amis sont priés de tenir compte de cette invitation, qui ne sera pas renouvelée.
- J'imagine qu'il s'agit d'une plaisanterie.
- Alors, s'éc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
badpx
08 mars 2017
★★★★★
★★★★★
Ce qui est amusant avec les romans d'Agatha Christie, c'est que j'oublie les titres, mais dès les premières pages je suis capable de me rendre compte si celui que j'ai dans les mains est nouveau pour moi, ou pas.
Et celui ne l'était pas.
Mais j'avais totalement oublié la clé de l'énigme, ce fut donc un grand plaisir de le relire.
J'avoue tout de même m'être un peu perdue dans les personnages, la faute peut être à mon habitude de lecture pour dormir : ce n'est pas le moment de la journée où je suis le plus réceptive.
La fin est un peu trop capillo-tractée à mon goût, mais l'histoire est plutôt adroitement menée.
C'était ma seconde lecture anti-morosité de suite, je suis maintenant en pleine forme, et je peux donc me relancer dans mon roman un peu sombre.
Commenter  J’apprécie          130
nathalia1307
15 avril 2014
★★★★★
★★★★★
Intrigue soignée, grâce à un début théâtral. Chipping Cleghorn, petit village anglais tranquille en apparence. Tous les habitants se connaissent et peu de secrets entre eux, tout se sait, de bouche à oreille.
Et lorsque la gazette publie le texte de l'annonce,
"Un meurtre sera commis à Little Paddocks le 29 octobre à 18h30 très précises. Strictement réservé aux intimes, cet avis tiendra lieu de faire part."
Laetitia Blacklock, la propriétaire de Little Paddocks, ne peut imaginer qu'un mauvaise plaisanterie de son neveu. Et ce jour là, à 18h30, les intimes et curieux sont présents, le cherry est prêt pour la dégustation.
Sont réunis à 18h30 précises; les hôtes de Letty Blacklock, ses neveux et nièces Patrick et Julia Simmons, son amie Dora Bunner, sa domestique Mitzi, Philippa Haymes, son "hôte payant" et les curieux : Mrs Harmon le colonel Easterbrooke et sa femme, Mrs Swettenham et son fils Edmund, Miss Murgatroyd et Miss Hinchliffe, les vieille filles célibataires. Se joue un meurtre, dont l'issue est évidente, quelqu'un cherche à assassiner Miss Blacklock et la manque de peu.
Tant de présents ce soir là=tant de suspects, l'enquête de l'inspecteur Craddock débute donc, et il s'adjoint la célèbre Miss Marple, de Saint Mary Mead. Miss Marple, s'y connait dans l'art de délier les langues et d'observer les moeurs de ses pairs, aussi accepte-t-elle l'invitation du pasteur Harmon et de sa femme pour dénouer les fils de l'intrigue : les gens cachent toujours des secrets, qui ne demandent qu'à être révélés.
J'avais hâte de lire cette intrigue, tant j'en ai apprécié l'adaptation, avec la comédienne Zoe Wanamaker, qui incarne à merveille Letty Blacklock, une femme de caractère, qui a préféré quitté son emploi de gestionnaire d'affaires auprès d'un homme d'influence, le millionnaire Mr Goedler , pour s'occuper de sa soeur, avant de s'installer à Little Paddocks, suite au décès de cette dernière. Son professionnalisme a fait d'elle une femme d'affaires brillante, et son dévouement et ses compétences reconnus lui ont permis de figurer sur le testament de son fortuné employeur, et elle en devient une cible de choix, l'intrigue repose sur elle de toute part et nul doute qu'elle forme avec Miss Marple, un contraste assez étonnant.
Agatha Christie nous entraine au coeur d'un petit village après guerre, les privations se font encore sentir et la guerre a changé le cours des vies de tous. Agatha Christie a travers ce roman évoque également le problème de l'identité, celui des personnes déplacées durant la guerre de gré et de force, et ces femmes devenues veuves de guerre, obligées de chercher un emploi en campagne.
Le personnage de Mitzi, intéressant, permet à Agatha de dénoncer les représentations sociales sur ces personnes déplacées , Mitzi est bornée, intrusive, et son témoignage est forcément perçu comme erroné par l'inspecteur Craddock car elle est d'origine étrangère, la jeune femme se rebelle et trouve gain de cause auprès de Miss Marple, qui lui confie un rôle décisif pour conclure le dénouement;
Car même si l'argent reste un mobile suffisant pour tuer, il n'est pas le moteur unique, et c'est sans compter sur de multiples rebondissements pour démêler les secrets de cette intrigue, tous les personnages chacun leur tour servent l'intrigue.
Agatha Christie se réfère également à Dashiell Hammet, l'un des auteurs du roman noir, avec beaucoup de subtilité, elle n'hésite pas à reprendre certains des procédés, utilisés dans les intrigues de ce romancier.
Dans ce roman, il est question d'un dessert au chocolat, La Mort exquise, annonciateur d'évènement et qu'Agatha Christie place à bon escient dans le récit.
Un roman pur jus, digne d'Agatha ou l'heure agréable et attendu du tea time et du cherry deviennent une murder party.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissSherlock
25 avril 2014
★★★★★
★★★★★
Lorsque la feuille de chou d'un petit village anglais prévient par le biais d'une petite annonce qu'un meurtre sera commis le soir même chez une habitante respectée, tous les villageois sont en émois. Et lorsque le crime est vraiment commis, c'est Miss Marple qui dénoue les fils d'un meurtre aussi odieux que machiavélique.
Bien qu'ayant une nette tendance à préférer les aventures d'Hercule Poirot, je ne boude pas mon plaisir devant une enquête de Miss Marple qui comprend la nature humaine aussi bien que le petit détective belge.
Si le début de l'histoire est passionnante, l'enquête ronronne beaucoup et le dénouement arrive comme un soulagement. Je suis restée sur ma faim car j'ai rapidement deviné le nom du criminel et son mobile.
Un meurtre sera commis le... n'est pas le meilleur roman de Miss Agatha mais il n'en demeure pas moins un polar charmant et dépaysant.
Commenter  J’apprécie          80
Hanta
12 septembre 2015
★★★★★
★★★★★
Après avoir terminé un roman titanesque sur Liszt, je ressentais le besoin impérieux d'une lecture ludique, courte et agréable. Et pour cela, rien de tel qu'un roman d'Agatha Christie pour nous plonger dans la vie d'une petite commune située en Angleterre où les voisin(e)s sont très curieux, se mêlent souvent de ce qui ne les regardent pas et entrent et sortent dans votre domicile comme si c'était un moulin.
Lorsqu'un meurtre est commis, les soupçons de la police ne s'estompent pas malgré la simplicité de l'affaire. le mobile semble trop flou pour l'inspecteur Craddocks qui souhaite persévérer dans son enquête. L'aide de Miss Marple lui sera précieuse, d'autant plus qu'une histoire d'héritage apparaît au grand jour et bouleverse la donne. Et si les voisins, la famille et les ami(e)s ne sont pas ce qu'ils prétendent être ? Qui se cache derrière chaque masque ?
Les ouvrages d'Agatha Christie ont souvent le même modus operandi, ce qui donne des commentaires semblables : malgré toutes mes hypothèses, je n'ai pas réussi à deviner qui était l'assassin. L'intrigue est fouillée, tordue et tellement ingénieuse qu'on reste stupéfait devant la réponse. A chaque fois, la « reine du crime » trouve un dénouement inattendu !
Le style d'écriture est simple, malgré quelques longueurs au début du livre.
Un conseil : désormais, méfiez-vous des petites annonces dans le journal local ! A lire pour un week-end détente !
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ennapapillon
30 octobre 2016
★★★★★
★★★★★
Dans le petit village « so British » de Chipping Cleghorm, tous les habitants lisent la gazette locale pour connaître la vie des environs. Un matin, une petite annonce étonne tous les lecteurs : « Un meurtre est annoncé, qui aura lieu le vendredi 29 octobre à six heures trente de l'après-midi à Little Paddocks. Les amis sont priés de tenir compte de cette invitation, qui ne sera pas renouvelée ... ». (Et c'est en tapant mon billet que je réalise que le hasard veut que je programme mon billet le 30 octobre… ;-)
Les villageois imaginent tous qu'il s'agit d'une invitation déguisée à une « murder-party » ou une plaisanterie d'un des habitants de la maison mais ils sont tous curieux et décident de se rendre à Little Paddocks sous des prétextes plus ou moins subtils.
Les plus surpris de cette annonce sont les habitants où est censée se tenir cette invitation ! Miss Blacklock, la propriétaire, son amie d'enfance Dora Bunner, ses jeunes cousins qui la traitent plus comme une tante, Patrick Simmons et Julia Simmons, Phillipa Haymes, veuve de guerre hébergée ici tout en étant jardinière pour une voisine et Mitzi, la cuisinière acariâtre, réfugiée des pays de l'Est qui vit très mal son nouveau statut de domestique. Cependant, se doutant bien que l'annonce est sans doute une plaisanterie qui attirera le voisinage, ils se préparent à accueillir leur venue de plus ou moins bonne grâce.
À six heures trente, la lumière s'éteint, un homme ouvre la porte, passe une torche sur les « invités » dans le noir et des coups de feu retentissent. S'en suit une agitation pour allumer la lumière et on retrouve l'intrus mort tué avec son arme tombée à ses pieds et Miss Blacklock avec du sangs qui coule d'une blessure causée par une des balles.
Tout le monde s'accorde à penser que cet homme en voulait à la vie de Miss Blacklock…
Tout serait si simple si on ne réalisait pas que deux personnes deviendraient riches à la mort de la propriétaire de Little Paddocks : des jumeaux appelés Pip et Emma qu'elle ne connait pas directement qui auraient aujourd'hui environs 25 ans… Et puis on peut s'interroger sur les jeunes cousins, Patrick et Julia, deux jeunes adultes que Miss Blacklock ne connaissait pas avant quelques mois qui espèrent peut-être un héritage… Et les autres habitants du village ne cachent-ils pas eux aussi des choses sur leur passé ?
C'est d'autant plus important que l'inspecteur découvre qu'une porte qui était censée être condamnée était en réalité parfaitement huilée et aurait pu permettre à quelqu'un d'autre de tirer les coups de feu…
Par le plus grand des hasards, Miss Marple était présente dans les environs et est amie avec une des personnes présente lors de la fusillade. Elle apportera donc son éclairage précieux aux policiers… Ce qui n'empêchera pas d'autres morts de survenir…
Un très bon Agatha Christie, tout d'abord par son ambiance très « campagne anglaise » et « petit village » et puis Miss Marple est très douée !
Lien : http://ennalit.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
genougenou15 août 2015
Un meurtre est annoncé

Entre sept heures trente et huit heures trente, tous les matins, sauf le dimanche, Johnnie Butt faisait, sur sa bicyclette, le tour du village de Chipping Cleghorn. Sifflant furieusement entre ses dents, il mettait pied à terre devant chaque maison, pour glisser dans la boîte aux lettres les journaux commandés par ceux qui l’occupaient à Mr. Totman, le dépositaire de High Street. C’est ainsi qu’il laissait le Times et le Daily Graphic chez le colonel Easterbrook, le Times et le Daily Worker chez Mrs. Swettenham, chez miss Hinchliffe et miss Murgatroyd, le Daily Telegraph et le News Chronicle, et chez miss Blacklock, le Telegraph, le Times et le Daily Mail.
Dans toutes ces maisons, et en fait, presque dans toutes celles de Chipping Cleghorn, il déposait tous les vendredis un exemplaire de la North Benham and Chipping Cleghorn Gazette, que tout le monde, dans la localité, appelait simplement la Gazette.
De sorte que, le vendredi matin, après avoir jeté un rapide coup d’œil sur les titres des quotidiens, la plupart des habitants de Chipping Cleghorn s’empressaient d’ouvrir la Gazette pour se plonger dans les nouvelles locales. Après avoir parcouru des yeux la Petite Correspondance, neuf sur dix des lecteurs attaquaient la rubrique Avis personnels, qui groupait pêle-mêle des offres d’objets à vendre ou à louer, des demandes sans espoir de gens en quête de domestiques, d’innombrables communiqués concernant des chiens, des annonces relatives à du matériel de jardinage, et toute sorte de choses de nature fort intéressante pour ceux qui formaient la petite communauté de Chipping Cleghorn.
Ce vendredi 29 octobre ne fit pas exception à la règle.
-
Mrs. Swettenham, repoussant les jolies petites boucles grises qui lui tombaient sur le front, ouvrit le Times, jeta un regard désabusé sur la page qu’elle tenait de la main gauche, parcourut de l’oeil la rubrique de l’état civil, puis, son devoir rempli, mit le Times de côté pour se précipiter avidement sur la Chipping Cleghorn Gazette.
Quand son fils, Edmund, entra dans la pièce, un instant plus tard, elle s’absorbait déjà dans la rubrique des Avis personnels.
— Bonjour, mon chéri, dit-elle. Les Smedley vendent leur Daimler... Elle est de 1935...
C’est déjà bien vieux !
Edmund répondit par un grognement, se versa une tasse de café, mit deux filets de harengs dans son assiette, puis s’assit à table et déplia le Daily Worker...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
caryatidecaryatide20 novembre 2013
- Je vous demande pardon, vous voulez bien La Gazette ?
- Non, dit Edmund.
- Non, appuya Philippa.
Mr Totman n'aimait pas les équivoques.
- J'ai bien compris ? Vous ne voulez pas de La Gazette
- Non, nous n'en voulons pas.
- Certainement pas.
- Vous ne voulez pas de la North Benham News and Chipping Cleghorn Gazette ?
- Non
- Vous ne voulez pas que je vous la fasse porter chaque semaine ?
- Non, répliqua Edmund, c'est clair ?
- Oui, monsieur, oui.
Edmund et Philippa partis, Mr Totman passa dans son arrière boutique.
Alors, demanda Mrs Totman, qu'est-ce qu'ils veulent comme journaux ?
Mr Totman récapitula.
- Le Daily Worker, le Daily Télégraph, le Radio Times, le New Statemen, le Spectator et...voyons...le Gardener's Chronicle.
- Et la Gazette, bien entendu /
- Non. Ils n'en veulent pas.
- Hein ?
- Ils refusent la Gazette ! C'est ce qu'ils m'ont dit.
- Tu ne sais pas ce que tu racontes ! déclara Mrs Totman. Avoue que tu deviens sourd ! La Gazette, bien sûr qu'ils la veulent! Tout le monde la prend. Sans elle, comment saurait-on ce qui se passe ici ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
caryatidecaryatide18 novembre 2013
- S'il y a de vieilles toquées dans ce village, mon garçon, ne les traitez pas par le mépris ! S'il s'agit d'une affaire vraiment mystérieuse, ce qui me parait d'ailleurs assez peu probable, souvenez vous qu'une vieille fille, uniquement préoccupée de son tricot et de son jardin, en sait plus long que n'importe quel policier ! Elle peut vous dire non seulement ce qui aurait pu arriver et ce qui aurait dû arriver, mais même ce qui est effectivement arrivé ! Et elle peut aussi vous expliquer pourquoi c'est arrivé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
caryatidecaryatide19 novembre 2013
- Il n'y a eu, poursuivit la jeune fille, qu'une exception : Mrs Harmon. Elle est arrivée avec son chapeau de travers, et ses lacets de souliers mal noués, et, tout de suite, elle a demandé quand l'assassinat allait avoir lieu. Ils se sont tous sentis gênés, parce qu'ils avaient tous prétendu être entrés en passant, par hasard. Tante Letty a répondu d'un ton un peu sec qu'on n'attendrait sans doute pas longtemps. La pendule a sonné, l'électricité s'est éteinte, la porte s'est ouverte et un homme masqué a crié :"Haut les mains !" ou quelque chose comme ça. La dessus, il a tiré deux fois sur tante Letty...et on n'a plus eu envie de rire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KroKro16 octobre 2008
'That's horrible', said Bunch. 'Horrible'.
'But it's very human', said Julian Harmon. 'One forgets how human murderers are.'
' I know', said Miss Marple. ' Human. And often very much to be pitied. But very dangerous too(...). Because once a weak person gets really frightened, they get quite savage with terror and they've no self-control at all.'
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
973 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre
. .