Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070365611
Éditeur : Gallimard (1974)


Note moyenne : 3.87/5 (sur 647 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Peu de livres ont connu un succès aussi constant que Le livre de ma mère. Ce livre bouleversant est l'évocation d'une femme à la fois "quotidienne" et sublime, une mère, aujourd'hui morte, qui n'a vécu que pour son fils et par son fils. Ce livre d'un fils est aussi le l... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (75)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lorraine47, le 20 janvier 2013

    Lorraine47
    Le Livre de ma mère a quelque peu écorné dans mon esprit le mythe de la mère juive. Nous avons tous en tête Marthe Villalonga dans "Un éléphant ça trompe énormément" et sa relation avec Guy Bedos empreinte d'un amour phagocytant.
    Par retour d'ascenseur, le fils adulé se révèle plus qu'ingrat face à cette mère quasi abusive.
    Et bien là, le fils adoré nous écrit une ode à la mère disparue et regrettée. Ce livre est un poème en prose dédié à la Mère. Ce dernier pleure les jours perdus qui ne reviendront plus et exprime son ingratitude et son exubérante insouciante non sans refouler d'amers regrets. Ô temps suspends ton vol! Mais inexorablement il fait son deuil conservant en son cœur le sentiment d'un paradis perdu. Une plume admirable au service d'un amour sans bornes!
    Tu t'souviens des jours anciens et tu pleures...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 87         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par carre, le 20 mars 2013

    carre
    « Le Livre de ma mère » est considéré pour beaucoup comme un magnifique et poignant hommage à la génitrice adorée. Et bien, je m'incline devant plus fort et érudit que moi, car si le livre d'A. Cohen à de nombreuses qualités, certains passages m'ont pesé pour ne pas dire plus. On est parfois ému devant ce portrait porté par une adulation sans borne du fils pour sa maman, mais désolé certains passages me semble puérils, naïfs proche du ridicule. Et ces moments m'ont empêché d'être en complète empathie avec l'auteur. En tout cas, je l'ai ressenti comme cela. Et puis, pour affirmer encore plus ma mauvaise foi, je me souviens d'une émission de F.O. Giesbert demandant à N. Sarkozy son livre de chevet, devinez sa réponse. Au dessus de mes forces. J'assume.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 56         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par latina, le 06 décembre 2014

    latina
    Un chant d'amour infini doublé d'un immense sentiment de culpabilité, voilà ce que « Le Livre de ma mère », œuvre célèbre d'Albert Cohen m'a inspiré.
    Ce livre était dans ma bibliothèque depuis des années, et jamais je n'osais m'y aventurer, de peur de m'écrouler sous l'émotion.
    Et puis, quand je l'ai ouvert, j'ai été happée par la houle du style, j'ai été submergée par ces phrases tumultueuses, j'ai été entrainée dans les flammes de la douleur et dans les explosions d'amour...
    « Réprime les sanglots secs et, puisque tu veux oser le faire, parle de ta mère morte avec un faux cœur de bronze, parle calmement, feins d'être calme, qui sait, ce n'est peut-être qu'une habitude à prendre ? Raconte ta mère à leur calme manière, sifflote un peu pour croire que tout ne va pas si mal que ça, et surtout souris, n'oublie pas de sourire. Souris pour escroquer ton désespoir, souris pour continuer de vivre, souris dans ta glace et devant les gens, et même devant cette page. Souris avec ton deuil plus haletant qu'une peur. Souris pour croire que rien n'importe, souris pour te forcer à feindre de vivre, souris sous l'épée suspendue de la mort de ta mère, souris toute ta vie à en crever et jusqu'à ce que tu en crèves de ce permanent sourire. »
    Tout au long des pages, il raconte sa mère. Il raconte comment elle le choyait, comment elle ne vivait que pour lui (et son père ??? Il n'en parle quasi pas. ) Il nous narre quelques épisodes de son enfance, lorsqu'ils sont arrivés de Corfou à Marseille, famille juive très isolée. Et ses études à Genève, lorsque sa maman le rejoignait pour un séjour de quelques semaines. Et il nous décrit surtout la puissance de l'amour. Il conseille à tous les fils d'aimer leur mère avant qu'elle ne meure pour ne pas regretter ensuite de l'avoir trop peu aimée.
    Et puis...j'ai été indignée par ce sentiment continuel de culpabilité de l'auteur envers sa mère et par ce sentiment qu'il veut nous insuffler !
    Oui, l'auteur regrette de n'avoir pas consacré plus de temps à sa mère, elle qui lui était entièrement dévouée. Il regrette d'avoir fréquenté des jeunes personnes au lieu de s'occuper de sa mère. Et ces jeunes personnes, il les dénigre. C'est sa mère qui est la seule digne d'être aimée, une « Sainte » puisqu'elle ne vivait que pour son fils.
    Et cela, franchement, je ne peux pas accepter ! Qu'est-ce donc que cette conception culpabilisante qui empêche d'avancer ?
    L'auteur élargit son propos, vers la fin, en une considération plus philosophique mais tout aussi désespérante : qu'est-ce que la vie, qu'est-ce que l'amour, puisque tout meurt ? A quoi sert de vivre ? « Quelle est cette farce d'ambitions, d'espoirs, d'amours, de joies destinées à disparaître pour toujours, cette face que Tu nous fais jouer ? Dis, Toi, là-haut, pourquoi ce traquenard ? »
    En conclusion, je quitte ce livre que je n'osais ouvrir assez divisée : scandalisée par le message de culpabilité, mal à l'aise devant ce désespoir de vivre, mais admirative devant ce style somptueux qui fait passer si bien le sublime.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par patachinha, le 11 avril 2010

    patachinha
    Jamais un livre ne m' a transpercée autant que celui-ci. Il y a ces livres que l' on a adoré découvrir, que l' on a dévoré avec avidité, que l' on a vénéné, parce que l' histoire est belle, les personnages sont drôles et nous paraissent attachants; ajouté à cela la belle plume de l' auteur... tout se conjugue à merveille et nous ensorcelle.
    Le Livre de ma mère est d' un calibre différent, indescriptible, indomptable et somptueux, regorgeant d' un doux humanisme sincère et désintéressé.
    Dans mon souvenir c' est la première fois que j' ai pleuré, les yeux rivés sur quelques lignes, quelques phrases d' un autre, cet inconnu qui a su me toucher au plus profond de moi.
    Albert Cohen y évoque le souvenir douloureux, lancinant, qui l' accompagne jour et nuit dans ses rêves et cauchemars, dans ses songes éveillés : sa douce mère qu' il a perdu trop tôt - hélas toujours trop tôt - car il reste toujours le plus important à dire une fois qu' un être cher est parti. le plus important peut- être, ce dont on accorde parfois peu d' importance l' instant d' avant, ce qui ne se démontre pas facilement par les actions du quotidien, ce qui ne se matérialise pas concrètement, c' est certainement l' amour. L' Amour d' un fils pour une mère. Si pur et pourtant si difficile à évoquer...
    Quel attendrissement de lire sa détresse, ce qu' il n' a pu dire à temps à cette mère qu' il aimait tant. L' auteur invoque son enfance auprès de sa mère aimante, toujours présente pour le choyer dans les limites de ses possibilités matérielles, pour le réconforter, le dorloter indéfiniment sans rien attendre en retour que sa présence. Un enfant, reste toujours un petit enfant aux yeux de sa mère, même lorsqu' elle l' observe impuissante à arrêter le cours du temps, et doit se résigner bien malgré elle à voir son fils partir, grandir, faire de nouvelles rencontres, devenir père à son tour...
    On sent l' émotion jaillir de sa plume sublime, lorsqu' il narre avec quelques regrets le temps où sa mère d' origines orientales, très humble, très simple tente de lui transmettre ses valeurs qu' elle a elle même apprises de ses ancêtres, un héritage culturel et religieux peut- être ridicule et désuet dans la cour des grands de ce monde, mais si riche à ses yeux.
    L' ingénuité, la simplicité, la bonté naturelle de ce personnage la rendent sacrée car elle vivait pour son fils, et par son fils. Rien ne l' importait, ni les médisances, ni son infériorité intellectuelle, ni ses faibles possibilités matérielles. Elle attachait cependant une haute attention à ne pas décevoir son fils, et se sentir digne à ses yeux autant que possible. Ce fils qui tant de fois lui donnait ce plaisir simple et fondamental, secrètement menteur pour le bonheur de sa mère : la reconnaissance d' un bon plat préparé par les soins maternels, d' une belle tenue à vrai dire de qualité douteuse, de sa bonne mine alors qu' elle cheminait inexorablement vers sa fin, de sa belle maison bien entretenue avec des rideaux et des fauteuils pourtant si inesthétiques etc... tellement humaine cette mère, splendide dans sa gaucherie...
    Quoi de plus beau et plus noble? L' abnégation d' une mère pour le bien-être de son enfant chéri.
    Un fils qui se trouvait au croisement d' autres cultures, d' apprentissages savants et incompréhensibles pour une femme d' un autre monde, d' une autre époque et qui ne désire au fond que le meilleur pour son fils : la meilleure vie matérielle et affective possible.
    J' ai trouvé trop de résonnances avec mon histoire, cela m' a choquée quelque part, m' a frappé de plein fouet comme une douloureuse évidence; à la différence que j' ai la chance d' avoir encore ma mère auprès de moi. A la réflexion peut- être que le regard de l' auteur sur la mort m' a fait prendre conscience de beaucoup de choses, quelque part il m' a effrayée, mais mise en garde également, car la mort ne m' a encore jamais touchée véritablement de près pour le moment. Et je mesure aujourd' hui toute ma chance.
    Sa puissance invocatrice est immense, c' est un cri d' amour et de désespoir qui alimente sa solitude, son gouffre.
    Je le comprends quand il dit douter de l' existence de Dieu, ce Dieu que sa mère adorait tant, et qui ne répond pas à ses implorations. C' est triste, un enfant qui pleure sa mère, et ne sait pas avec cette rigueur scientifique qui caractérise son temps, s' il la reverra jamais.
    Toute son oeuvre, laisse comme une traînée de culpabilité, de remord, pour des choses qu' il a si imbécilement dit ou fait subir à sa mère, pas par méchanceté, peut- être parce qu' il ne se rendait pas compte, comme d' autres, que sa mère n' est qu' une simple mortelle. En attendant cet enfant a vieilli, lève pèsement le voile sur son passé, attend sa fin et réalise avec sérénité à quel point la vie est si singulière en même temps qu' identique entre tous :
    " Des années se sont écoulées depuis que j' ai écrit ce chant de mort. J' ai continué à vivre, à aimer. J' ai vécu, j' ai aimé, j' ai eu des heures de bonheur tandis qu' elle gisait, abandonnée en son terrible lieu. J' ai commis le péché de vie, moi aussi, comme les autres. J' ai ri et je rirai encore. Dieu merci, les pécheurs vivants deviennent vite des morts offensés."

    Un témoignage percutant sur l' amour filial, à lire pour la beauté des mots, pour la sincérité du propos...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 17         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par charlottelit, le 27 août 2012

    charlottelit
    Ode à la mère disparue que l'auteur n'a pas assez protégée ou aimée de son vivant.
    Sorte de pied de nez de la vie qui fustige bon nombre d'entre nous :
    nous ne faisons aucun cas des vivants et dès qu'ils sont morts, ils prennent tout à coup une importance hors du commun.
    Morale de la fable :
    s'occuper des parents, amis, lorsqu'ils sont vivants.
    Leur ériger un piédestal lorsqu'ils sont partis est inepte et peut-être malhonnête.
    Demeure dans ce texte une certaine sincérité : Cohen se fustige et s'enfonce douilletement dans son malheur égoïste.
    Beaux passages d'amour filial quand même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique

> voir toutes (116)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Charybde2, le 22 avril 2015

    À dix-huit ans, je quittai Marseille et j’allai à Genève où je m’inscrivis à l’Université et où des nymphes me furent bienveillantes. Alors, la solitude de ma mère devint totale. Elle était déracinée à Marseille. Elle y avait bien de vagues parents mais ils étaient trop riches et ne la recevaient que pour lui faire ingurgiter leur luxe, lui parler de leurs hautes relations et l’interroger avec bienveillance sur le modeste commerce de son mari. Elle s’était abstenue au bout de quelques visites. Ne pouvant plus, depuis sa première crise cardiaque, aider mon père dans son travail, elle restait le plus souvent seule dans son appartement. Elle ne fréquentait personne car elle était peu débrouillarde. D’ailleurs, les épouses des confrères de mon père n’étaient pas son genre et elle ne leur plaisait sans doute pas. Elle ne savait pas rire avec ces dames de commerce, s’intéresser à ce qui les intéressait, parler comme elles. Ne fréquentant personne, elle fréquentait son appartement. L’après-midi, après avoir terminé ses tâches ménagères, elle se rendait visite à elle-même. Bien habillée, elle se promenait dans son cher appartement, inspectait chaque chambre, tapotait une couverture, arrangeait un coussin, aimait la tapisserie neuve, savourait sa salle à manger, regardait si tout était bien en ordre, chérissait cet ordre et l’odeur d’encaustique et le nouveau canapé en affreux velours frappé. Elle s’asseyait sur le canapé, se recevait chez elle. Cette boule à café qu’elle venait d’acheter était une relation nouvelle. Elle lui souriait, l’éloignait un peu pour mieux la voir. Ou encore elle considérait le beau sac à main que je lui avais offert, qu’elle conservait enveloppé dans du papier de soie et dont elle ne servait jamais car il aurait été dommage de l’abîmer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Charybde2, le 22 avril 2015

    Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte. Ce n’est pas une raison pour ne pas se consoler, ce soir, avec des mots. Oh, le pauvre perdu qui, devant sa table, se console avec des mots, devant sa table et le téléphone décroché, car il a peur du dehors, et le soir, si le téléphone est décroché, il se sent tout roi et défendu contre les méchants du dehors, si vite méchants, méchants pour rien.
    Quel étrange petit bonheur, triste et boitillant mais doux comme un péché ou une boisson clandestine, quel bonheur tout de même d’écrire en ce moment, seul dans mon royaume et loin des salauds. Qui sont les salauds ? Ce n’est pas moi qui vous le dirai. Je ne veux pas d’histoires avec les gens du dehors. Je ne veux pas qu’on vienne troubler ma fausse paix et m’empêcher d’écrire quelques pages par dizaines ou centaines selon que ce cœur de moi qui est mon destin décidera. j’ai résolu notamment de dire à tous les peintres qu’ils ont du génie, sans ça ils vous mordent. Et, d’une manière générale, je dis à chacun que chacun est charmant. Telles sont mes mœurs diurnes. Mais dans mes nuits et mes aubes je n’en pense pas moins.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Charybde2, le 22 avril 2015

    Des années se sont écoulées depuis que j’ai écrit ce chant de mort. J’ai continué à vivre, à aimer. J’ai vécu, j’ai aimé, j’ai eu des heures de bonheur tandis qu’elle gisait, abandonnée, en son terrible lieu. J’ai commis le péché de vie, moi aussi, comme les autres. J’ai ri et je rirai encore. Dieu merci, les pêcheurs vivants deviennent vite des morts offensés.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Desmaze, le 25 août 2010

    Amour de ma mère. Jamais plus je n'aurai auprès de moi un être parfaitement bon. Mais pourquoi les hommes sont-ils méchants ? Que je suis étonné sur cette terre. Pourquoi sont-ils si vite haineux, hargneux ? Pourquoi adorent-ils se venger, dire vite du mal de vous, eux qui vont bientôt mourir les pauvres ? Que cette horrible aventure des humains qui arrivent sur cette terre, rient, bougent, puis soudain ne bougent plus, ne les rende pas bons, c'est incroyable. Et pourquoi vous répondent-ils si vite mal, d'une voix de cacatoès, si vous êtes doux avec eux, ce qui leur donne à penser que vous êtes sans importance c'est à dire sans danger ? Ce qui fait que des tendres doivent faire semblant d'être méchants pour qu'on leur fiche la paix, ou même, ce qui est tragique, pour qu'on les aime. Et si on allait se coucher et affreusement dormir ? Chien endormi n'a pas de puces. Oui, allons dormir, le sommeil a les avantages de la mort sans son petit inconvénient. Allons nous installer dans l'agréable cercueil. Comme j'aimerais pouvoir ôter, tel l'édenté son dentier qu'il met dans un verre d'eau près du lit, ôter mon cerveau de sa boîte, ôter mon coeur trop battant, ce pauvre bougre qui fait trop bien son devoir, ôter mon cerveau et mon coeur et les baigner, ces deux pauvres milliardaires, dans des solutions rafraîchissantes, tandis que je dormirais comme un petit enfant que je ne serai jamais plus. Qu'il y a peu d'humains et que soudain le monde est désert
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par Lorraine47, le 20 janvier 2013

    Je la connais la douleur et je sais qu'elle n'est ni noble ni enrichissante mais qu'elle te ratatine et réduit comme tête bouillie et rapetissée de guerrier péruvien, et je sais que les poètes qui souffrent tout en cherchant des rimes et qui chantent l'honneur de souffrir, distingués nabots sur leurs échasses, n'ont jamais connu la douleur qui fait de toi un homme qui fut.

    Commenter     J’apprécie          0 61         Page de la citation

> voir toutes (16)

Videos de Albert Cohen

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Albert Cohen


Philippe Marchandise présente Albert Cohen, "Belle du Seigneur"
Avec cet ample roman, dont le titre aurait pu être le livre de l'Amour, c'est une fresque de l'éternelle aventure de l'homme et de la femme que nous offre l'auteur de Solal, de MANGECLOUS...








Sur Amazon
à partir de :
3,19 € (neuf)
0,93 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Livre de ma mère par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (1691)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 163 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.