Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Maryvonne Pettorelli (Traducteur)

ISBN : 2226084827
Éditeur : Albin Michel (1996)


Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Prodigieux conteur, artisan d'une langue portugaise subvertie, métissée de parlers populaires, "mozambicanée", Mia Couto l'auteur très remarqué de Terre somnambule (Albin Michel, 1994) plonge ici encore dans les abysses d'une mémoire collective sans cesse réinventée.> voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lali, le 03 février 2011

    Lali
    Il est des univers dans lesquels vous entrez qui vous séduisent d'emblée. Tel est le cas du recueil de nouvelles Les baleines de Quissico de l'écrivain mozambicain Mia Couto qui a donné à la langue portugaise dans laquelle il écrit les couleurs de son Mozambique natal, avec invention de mots, création d'expressions qui sont plus savoureuses et imagées les unes que les autres et qui, à mon humble avis, n'ont rien perdu dans la traduction française, puisque celle-ci nous donne à lire une langue française teintée de néologismes.
    Les baleines de Quissico, qui réunit des nouvelles empruntées à trois recueils publiés entre 1987 et 1991, constitue une excellente porte d'entrée pour faire connaissance avec l'écriture de Mia Couto, un conteur qui ne cesse de nous étonner par des histoires pleines de poésie, où mort, famine, sécheresse sont au cœur du quotidien des différents personnages qui nous sont présentés. Des personnages attachants, qui ont tout de l'improbable parce que l'imaginaire est plus beau que le réel. Des personnages rêveurs, soumis aux forces de la nature mais insoumis dans l'âme, qui regardent tous la vie avec philosophie. Comme le prouve cet extrait : « Sans filet ni réserve, Mazembe s'en remit à l'attente. Mais la faim ne fut pas longue à faire son nid dans son ventre. Il décida de lancer sa ligne, mais sans grand espoir : l'appât manquait à l'hameçon. Personne, que je sache, n'a ouï parler de poissons qui se suicident par plaisir, en mordant un hameçon dégarni. » (p. 136)
    Un formidable recueil. de ceux qui donnent envie de découvrir davantage l'auteur, ce que je ne manquerai pas de faire. À suivre, donc.

    Lien : http://lalitoutsimplement.com/?p=35817
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique







Sur Amazon
à partir de :
17,67 € (neuf)
14,80 € (occasion)

   

Faire découvrir Les baleines de Quissico par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz