Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290311782
Éditeur : J'ai Lu (2001)


Note moyenne : 3.39/5 (sur 2401 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Il se passe peu de choses dans les nouvelles d'Anna Gavalda, pas d'événement exceptionnel, de rebondissement inattendu, rien que le cours ordinaire de la vie et c'est ce qui en fait le charme. L'absence de sensationnel excelle à rendre le vide de ces existences ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (175)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par litolff, le 16 février 2013

    litolff
    Anna Gavalda avait fait une entrée très remarquée dans le monde littéraire avec ce délicieux recueil de nouvelles. Je ne suis pas particulièrement friande de ce style littéraire mais je me rappelle avoir attendu avec impatience l'opus suivant.
    12 nouvelles, toutes très différentes, touchantes, désopilantes ou cruelles, presque toutes déroutantes qui touchent à l'intime, au familier, aux situations extrêmes déjà vécues, drôles, poignantes ou honteuses avec un petit quelque chose qui étonne, l'acuité du regard de cette jeune auteure. Une écriture fluide et légère qui frappe là où ça fait mal : présentez-lui vos ennemis, et vous les retrouverez peut-être croqués avec perfidie dans quelques nouvelles qui vous feront sourire …
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 33         Page de la critique

  • Par PiertyM, le 25 janvier 2014

    PiertyM
    Un ensemble de 12 nouvelles hors du commun qu'on peut appeler des petites histoire de vie quotidienne. Ce livre est très intime. On voudrait l'avoir comme livre de poche, journal, ou confession...enfin le point commun des nouvelles est soit l'autre est un enfer, soit l'autre est un paradis...on attend beaucoup de l'autre...
    Lire ce premier livre d'Anna Gavalda nous met tout de suite sur la touche de son style. On est pas émerveillé par l'intrigue, une histoire bien ficelée pour vous arracher la chair de poule ou laisser coi votre attention, mais on est émerveillé pas des mots qui vous rapprochent d'abord de l'auteure ensuite des personnages qui parfois paraissent inexistants, car après ma lecture je ne me rappelle plus des noms personnages , ni de leur exploit puisqu'il n'y en a pas, ce sont des personnages qui vivent un point c'est tout, par contre je me rappelle des situations de chaque nouvelle. On est tenté par moment de s'identifier aux personnages et on fait de la situation sienne.
    Des débris d'histoires qui donnent l'impression d'avoir été ramassés comme ça à la volée, mais ça se lit facilement ,d'un trait comme si on passait une interview.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Auboulevardlitteraire, le 27 août 2012

    Auboulevardlitteraire
    Ce sont 12 nouvelles, ou autrement dit 12 vies. Elles n'ont rien d'extraordinaires et pourtant elles ont réussi à me faire lire ce petit roman d'une traite.
    Ces 12 nouvelles n'ont aucun points communs sauf un, peut-être, elles parlent du quotidien, des angoisses, des espoirs, des peurs, des déceptions, des erreurs, des sourires,...
    Le plus souvent dans une histoire on attend de l'action, des rebondissements. A la fois qu'est-ce que la normalité à d'intéressante ? Pas grand chose, on la vit déjà tous au quotidien, on n'a pas besoin de la retrouver dans les bouquins. Et pourtant c'est avec cette normalité qu'Anna Gavalda nous touche, et nous touche droit au coeur. Et c'est cette normalité qui rend ce roman fabuleux !
    Elle a style d'écriture que je qualifie de moderne (c'est mon terme à moi, je n'ai fait aucune recherche pour le trouver, ce n'est surement pas le bon terme mais comme cela que je l'appelle). Je m'explique, comme beaucoup d'autres auteur(e)s (Katherine Pancol), Anna Galvada mets des tas de mots familiers dans ces écrits, c'est vrai que cela rend le texte plus vivant et plus réaliste, mais cela donne aussi l'impression d'un manque cruel de vocabulaire..
    Ces nouvelles se lisent vite et sont très agréables, mais pas toujours très gaies. Cette auteure est une bonne découverte. C'est presque un coup de coeur.

    Lien : http://auboulevardlitteraire.blogspot.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LinaBouquine, le 06 août 2012

    LinaBouquine
    J'avais adoré « Ensemble c'est tout » d'Anna Gavalda, il m'a donc paru naturel de lire d'autres livres de cette auteure.
    Ce livre comprend douze nouvelles. J'avoue que je me suis ennuyée durant deux ou trois d'entre elles, mais je ne regrette absolument pas ma lecture.
    Certes, aucune intrigue, aucun suspens, mais quel bol de fraîcheur ! Les nouvelles sont très courtes, idéal pour lire lorsque nous n'avons pas beaucoup de temps, la plupart des personnages sont attachants. Certaines nouvelles m'ont fait sourire, d'autres m'ont rendu triste, bien qu'elles retracent des histoires de la vie courante auxquelles on ne fait pas forcément attention.
    Au départ, j'avais un avis assez mitigé. Cette lecture n'avait en soit rien d'extraordinaire, et pourtant, l'écriture d'Anna Gavalda a su me charmer à nouveau. Son style bien particulier est frais, fluide et très piquant. Elle va directement à l'essentiel et n'hésite pas à utiliser des expressions crues.
    J'ai eu un véritable coup de cœur pour l'épilogue, osé et vraiment drôle !
    C'est un livre qui se lit très rapidement, idéal pour se détendre et passer un bon moment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Noctenbule, le 13 décembre 2013

    Noctenbule
    En 1999, un phénomène littéraire touche toute la France. C'est le phénomène Anna Gavalda avec son recueil de 12 nouvelles Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part. Alors pourquoi passer à côté?
    De nos jours, elle a rédigé un bon nombre d'autres romans et son fait figure de référence littéraire. Mais voilà, tout commence ici par ces douze nouvelles avec des moments de vie, de doute et de souffrances. La femme est au coeur de ces histoires de quotidien.
    Une femme se fait aborder par un homme dans la rue qui l'invite au restaurant et ne l'a rappelle pas.
    Une femme enceinte apprend que dans son ventre, l'enfant est mort. Ils écoutent Fip. C'est bien, Fip : de la musique classique que l'on se sait gré de pouvoir apprécier, des musiques du monde entier qui donnent le sentiment d'être ouvert et des flashs d'information très brefs qui laissent la misère à peine le temps de s'engouffrer dans l'habitacle.
    Une femme est manque d'amour qui va se réfugier dans sa zone confort famille. Je lui dis que mon coeur est comme un grand sac vide, le sac, il est costaud, y pourrait contenir un souk, pas possible et pourtant, y'a rien dedans.
    Une femme qui séduit un homme avec ces photos, alors qu'elle est passionnée par ces mains. J'ai pris tes mains parce que c'est la seule chose qui ne soit pas déglinguée chez toi et son coeur aussi, peut-être.
    Un homme qui redescend dans sa famille pour son anniversaire et qui va aimer une femme, au moins le temps d'une nuit. Quand j'arrive à la gare de l'Est, j'espère toujours secrètement qu'il y aura quelqu'un pour m'attendre. (…) Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part… C'est quand même pas compliqué. L'homme lui, du Fait du jour, rentre à la maison où sa femme et ces enfants l'attendant mais lui reste plongé dans un grand désarroi. Comment faire lorsqu'on est responsable de la mort de 9 personnes? Comment agir? Se dénoncer pour apaiser sa conscience ou continuer à vivre comment on peut pour préserver sa famille car on ne peut pas faire revivre les morts?
    Une femme vétérinaire en pleine campagne qui se fait violer et qui se fait justice auprès de ces agresseurs. Une nouvelle qui m'a beaucoup touché par la justesse des mots utilisés qui rendent l'histoire véridique et seulement en 6 pages. C'est la nouvelle qui m'a le plus marqué dans le livre.
    Des jeunes garçons veulent aller séduire des filles lors d'une soirée. Un des jeune convainc son ami d'emprunter la voiture de son père mais voilà que la rencontre avec un cochon sauvage va bouleverser l'aventure.
    Un homme qui se souvient de son premier amour qu'il rencontre des années plus tard lorsqu'il a refait sa vie avec femme et enfants. Jamais je me suis demandé si Je l'aimais toujours ou quels étaient mes exacts sentiments à son égard. Ca n'aurait servi à rien. Mais j'aimais la retrouver au détour d'un moment de solitude. Je dois le dire parce que c'est la vérité.
    Un homme amoureux d'une de ces collègues mais n'ose pas l'aborder. Depuis tout ce temps, je ne peux pas penser à elle sans avoir une érection magnifique et comme c'est la première fois que cela m'arrive, je ne sais pas comment appeler ce sentiment.
    En enfin, la dernière nouvelle, l'épilogue qui nous fait forcément penser à l'auteur. Une jeune femme qui écrit un livre et un jour elle reçoit un courrier pour dire que son livre intéresse un éditeur. Folle de joie elle se rend chez l'éditeur mais ce dernier lui annonce qu'elle a encore du boulot à faire avant que cela puisse être publié. Et vlan, crise de tétanie qui va la conduire seule devant la maison d'édition à attendre et voir le temps passé.
    Une lecture simple et agréable avec des nouvelles de qualité plus ou moins égale. Je ne dirais pas que j'ai vécu un grand moment de littérature, ni qu'il faut absolument l'avoir dans sa bibliothèque mais une lecture rapide qui repose, vide la tête et apaise les idées noires. Peut-être que ce livre vous attend quelque part.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (116)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par mickkelly, le 25 juillet 2014

    "Le magasin sera fermer du 1 au 15 Août" Attends ma grande...y'a un problème. On t'a jamais appris à remplacer par un verbe du troisième groupe? Dans ta petite tête décolorée tu te dis : " Le magasin sera mordu ou battu ou pris du 1 au 15 Août". Tu vois, c'est pas compliqué, c'est un participe passé que ça s'appelle! C'est pas formidable ça...?!

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Diquinzioa, le 23 juillet 2014

    Tiens ? ... c'est bizarre... Je crois que je n'ai pas pensé à elle hier... Et au lieu de m'en féliciter, je me demandais comment j'avais réussi à vivre une journée entière sans penser à elle

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Diquinzioa, le 23 juillet 2014

    Je t'appelle parce que j'ai envie de revoir ton visage. C'est tout. C'est comme les gens qui retournent dans le village où ils ont passé leur enfance ou dans la maison de leurs parents... ou vers n'importe quel endroit qui a marqué leur vie.
    [...]
    - A croire que ton visage est un endroit qui a marqué ma vie.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par fafaricaud, le 03 mai 2011

    -Je t'appelle parce que j'ai envie de revoir ton visage. C'est tout. C'est comme les gens qui retournent dans le village où ils ont passé leur enfance ou dans la maison de leurs parents... ou vers n'importe quel endroit qui a marqué leur vie.
    [...]
    - A croire que ton visage est un endroit qui a marqué ma vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 57         Page de la citation

  • Par lisette, le 09 mars 2008

    Tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer...

    Commenter     J’apprécie          0 203         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,73 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (5491)

> voir plus

Quiz