AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070424499
Éditeur : Gallimard (2002)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 136 notes)
Résumé :
Dans les portraits de famille, d'abord papa : bon père, bon époux, la terreur des femmes de ménage, qui rage, enrage mais finit toujours par accepter ce qu'on lui demande. Il est l'homme sur qui on peut compter. Puis la maman, à laquelle est consacrée le chapitre suivant : une femme (juge) qui hait la famille, ne cesse de le clamer, déteste les fêtes, les repas à préparer, qui préfère son deuxième f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
carre
carre11 mai 2012
  • Livres 2.00/5
Ce roman de Catherine Cusset dont elle dit elle même s'être inspiré de sa propre famille est un réglement de compte en règle. Et si celle-ci parle encore à l'auteur le don de pardon est immense. Entre un père présenté colérique, maniaque, obsédé et une mère incapable d'aimer, autoritaire, qui ne cache pas ces préférences parmi ces enfants. Tout cela dans un milieu bourgeois.
Cusset tente de déméler dans ces rapports impossibles les raisons de ces désamours, et les réconciliations qui s'opèrent entre deux orages. L'écriture se veut directe, humoristique, vacharde, son réquisitoire est sans concessions.Malheureusement, elle oublie le plus souvent l'intérêt du lecteur, et de ce côté-là il faut bien avouer qu'on se désintéresse rapidement de ces joutes verbales hallucinantes de cruauté. Déception donc.
Commenter    J’apprécie          190
zabeth55
zabeth5510 juin 2014
  • Livres 3.00/5
Commencé en pensant lire un roman, je me suis vite demandé s'il ne s'agissait pas d'une autobiographie.
Un père énarque, râleur, qui crie en permanence
Une mère juge qui clame avoir raté sa vie
Une soeur et deux frères
Une grand-mère juive fantasque et exigeante
Une narratrice écrivain qui vit aux Etats-Unis
Chacun est passé au peigne fin avec ses travers et ses qualités. Marie, comme les autres, oscille entre haine et amour.
Chaque portrait est en roman indépendant mais tous sont reliés entre eux, là aussi entre haine et amour.
Une famille, en somme, avec toutes ses difficultés relationnelles, ses conflits de personnalités, ses incohérences, avec le poids de la haine contrebalancé par la force de l'amour
Si ce livre avait été écrit comme une simple autobiographie, je ne l'aurais pas aimé. Sa force est de se présenter comme un roman intelligent et fluide.
Je ne peux quand même m'empêcher de me demander ce qu'en ont pensé les membres de cette famille peu ordinaire, mais chaque famille n'a-t-elle pas son originalité et ses incohérences ?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          170
virginmc
virginmc27 mars 2013
  • Livres 3.00/5
Dans ce récit familial à une seule voix, l'auteure n'épargne personne et dissèque chaque membre de sa famille, exposant les failles de chacun, les colères du pere, l'égoïsme de la mère, la légèreté de la soeur, l'invisibilité de la grand mère... Et de tous : une famille étriquée par les conventions bourgeoises.
Il reste un gout un peu amer : le texte est drôle, bien écrit, lucide, mais on regrette l'absence de tout amour, de passages tendres, dans le portrait de cette famille.
Cependant, tous les portraits, surtout celui de la mère, sont remarquables de voracité.
Commenter    J’apprécie          11
blog
blog07 mai 2014
  • Livres 2.00/5
Ce roman se présente comme un portrait de famille. Celui du père, d'abord, obsédé d'ordre et de rangement, râleur mais attentionné. Puis vient la mère carriériste, ambitieuse, jamais franchement heureuse. A ces personnages se greffent ceux des frères et soeurs, des anectotes devenues légendes familiales, des souvenirs, des bribes de conversations échangées...Et puis le récit des vacances à Ploumor en Bretagne, entre la joie des retrouvailles et les petites tragédies quotidiennes.
Les premières lignes de cette histoire m'ont laissées franchement sceptique. Et si je n'avais pas apprécié l'auteur pour son "Brillant avenir", j'aurais peut-être mis de côté cette autofiction qui tourne parfois au réglement de compte... Pourtant, je suis contente de ne pas avoir abandonné. Si certains passages m'ont laissé une gêne parceque trop intimes, d'autres ont su me toucher par leur universalité. On retrouve la subtilité de l'auteur pour décrire les relations humaines et les enjeux qui les traversent. Les dernières pages où elle parle de sa grand-mère, de son énergie, de sa coquetterie puis de son infantilisation dans une maison de retraite m'ont particulièrement émue par leur profonde humanité.
Malgré tout le récit manque de structure et l'auteur de recul sur son sujet pour devenir vraiment marquant.
Céline
Lien : http://enlivrezvous.typepad.fr/enlivrezvous/2010..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
liliba
liliba28 février 2010
  • Livres 1.00/5
Dans la famille "Je les déteste tous", je voudrais le père... puis la mère... puis le frère, la soeur, oh et aussi la grand-mère !
Cette chronique de la haine ordinaire et quotidienne n'épargne personne au sein de cette famille. le père, tout d'abord, pater familias au caractère colérique et tatillon, mais malgré tout bon père et bon mari et sur lequel on peut compter (quoique, rien ne soit si sur, finalement...). La mère ensuite qui crie haut et fort qu'elle déteste la famille, les fêtes obligatoires, les repas, les contraintes des enfants, qui a son choucou avéré et qui n'aime ses enfants qu'en fonction de leur réussite à l'école puis dans les études... Et puis la fratrie, ces quatre frères et soeurs (dont la narratrice, qui n'est autre que l'auteur) qui grandissent et s'épanouissent tant bien que mal dans cette famille qui ne donne vraiment pas envie...
J'ai lu à sa parution le problème avec Jane...
Suite sur les lectures de Lili

Lien : http://liliba.canalblog.com
Commenter    J’apprécie          10
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette27 avril 2013
Dans les portraits de famille, d'abord papa : bon père, bon époux, la terreur des femmes de ménage, qui rage, enrage mais finit toujours par accepter ce qu'on lui demande. Il est l'homme sur qui on peut compter. Puis la maman, à laquelle est consacrée le chapitre suivant : une femme (juge) qui hait la famille, ne cesse de le clamer, déteste les fêtes, les repas à préparer, qui préfère son deuxième fils à ses quatre enfants, et que rien ne contente sinon une bonne note à l'école. Enfin, articulés autour de la narratrice (qui n'est autre que l'auteur), les frères, la sœur (tous brillants élèves), toute une famille qui se retrouve en Bretagne, à Ploumor, pour vivre tout simplement sa vie de famille, avec ses hauts et ses bas, ses humeurs, ses petites tragédies, ses bonheurs maritimes.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          190
fanfan50fanfan5019 novembre 2014
Il y a d'autres cercles sociaux que celui de Françoise. Son ami Jacques l'invite avec des écrivains : à sa grande déception elle découvre que ce n'est guère mieux. Les écrivains ne s'intéressent qu'à eux-mêmes et trouvent tout naturel qu'en vue de ce dîner on ait acheté leur dernier livre et qu'on l'ait lu. Il n'est pas question de dire ce qu'elle en a vraiment pensé ; elle sent, face à elle, un amour-propre frémissant, aux aguets, dissimulant sa peur sous une carapace plus vernie et plus craquelée que l'hypocrisie de la bourgeoisie bien-pensante ; et les écrivains sont finalement moins polis que les grands bourgeois. Quant aux juristes, ils ne parlent que droit, mais c'est encore eux qu'elle préfère ; ils sont moins snobs et parmi eux elle n'a pas de complexe d'infériorité. Il y a les universitaires, dont le niveau intellectuel est sans doute plus élevé, mais ils sont tellement spécialisés : on dirait qu'ils n'ont jamais le temps d'aller au cinéma ou de lire un livre d'intérêt général. Il semble qu'il n'y ait plus de conversation digne de ce nom en ce monde. Les seuls grands moments sont finalement ceux où elle parle de nous après l'un de nos succès. Normale sup lettres. Les intellectuels tirent leur chapeau, les grands bourgeois aussi. On s'étonne, on s'exclame, on admire ; elle règne, modeste et superbe, en mère de trois génies.
Trois enfants normaliens. Ce n'est pas banal, certes. Mais nous y sommes arrivés : Normale sup n'est plus La Mecque. Ensuite, l'agrégation, la thèse font partie du cours normal des choses.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
fanfan50fanfan5028 novembre 2014
Elle nous fait lire Isaac Bashevis Singer, Chaïm Potok, Exodus, et, un peu plus tard, Réflexions sur la question juive de Sartre, Si c'est un homme de Primo Levi, Le sang de l'espoir de Samuel Pisar. Nous avons le droit de voir à la télévision les films sur la guerre et surtout sur les camps : Lacombe Lucien, Le chagrin et la pitié, et, chaque semaine, Holocauste, la première et la seule série américains télévisée qu'elle nous autorise à regarder. Maman n'aime pas les Allemands. C'est plus fort qu'elle. Si Anne et moi faisons allemand première langue, c'est pour que nous soyons dans la meilleure classe : elle sacrifie à notre intérêt scolaire son sentiment le plus intime.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
fanfan50fanfan5027 novembre 2014
La nuit est tombée. Il neige. Depuis hier, Philippe a beaucoup bu, peu dormi. Il se concentre sur la route, cherche les panneaux de signalisation, allume la petite lumière pour regarder la carte. Il est au coeur de la forêt de Rambouillet, complètement perdu. La neige tourbillonne autour d'eux et s'agglutine sur le pare-brise, ôtant toute visibilité. Elvire s'exclame qu'elle adore la neige : si l'on s'arrêtait pour faire quelques pas ? Philippe répond que ce n'est pas le moment. Il est beaucoup plus inquiet qu'il n'ose l'avouer à sa jeune épouse, qui, tout excitée par l'aventure, évoque en riant la possibilité de passer dans la voiture la nuit de noces - une hypothèse trop réelle pour que Philippe en sourie.
A un carrefour, il prend, découragé, une petite route au hasard. Elle conduit à une grille. Enfin une habitation. Ils vont pouvoir demander leur route. Miracle : c'est là. Le château aux fenêtres lumineuses se dresse devant eux comme dans un conte de fées. Le valet en uniforme sort de la demeure pour les saluer et montrer à Philippe où garer la voiture. Depuis deux heures, il ne cesse de balayer la neige qui tombe sur l'allée reliant au château les parties communes transformées en garage, car il attendait Elvire en robe de mariée, avec sa traîne. Elle rit : si elle avait su, elle ne se serait pas changée ! L'entrée dans la salle les rend muets de surprise. Un immense feu de bois craquelle dans la vaste cheminée de pierre avec, de chaque côté, des tigres empaillés et des défenses d'éléphant. Le valet leur sert un verre de champagne rosé, puis leur montre la chambre avant de se retirer.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
FelicetoFeliceto20 juin 2013
Je connais l'effort qu'il faut pour entrer dans un livre: ce n'est pas donné dès les premières lignes, il faut parfois traverser d'ennuyeuses descriptions, franchir vingt, trente, cinquante pages pour qu'une histoire s'empare de vous; ensuite elle ne vous lâche plus; on est récompensé de son effort au centuple.
Commenter    J’apprécie          00
Videos de Catherine Cusset (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Cusset
Catherine Cusset - Une éducation catholique .Catherine Cusset vous présente son ouvrage "Une éducation catholique" aux éditions Gallimard. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/cusset-catherine-une-education-catholique-9782070146420.html Notes de Musique : Various Artists (KEXP)/KEXP Live, December 2010/23 Fireflies (Live @ KEXP). Free Music Archive.
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Confession d'une Radine de Catherine Cusset

Qui y a-t-il sous la pile d'habits de la chambre de la grand-mère ?

des bonbons
des livres
du chocolat
des cigarettes

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Confessions d'une radine de Catherine CussetCréer un quiz sur ce livre