Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070424499
Éditeur : Gallimard (2002)


Note moyenne : 3.38/5 (sur 85 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans les portraits de famille, d'abord papa : bon père, bon époux, la terreur des femmes de ménage, qui rage, enrage mais finit toujours par accepter ce qu'on lui demande. Il est l'homme sur qui on peut compter. Puis la maman, à laquelle est cons... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par carre, le 11 mai 2012

    carre
    Ce roman de Catherine Cusset dont elle dit elle même s'être inspiré de sa propre famille est un réglement de compte en règle. Et si celle-ci parle encore à l'auteur le don de pardon est immense. Entre un père présenté colérique, maniaque, obsédé et une mère incapable d'aimer, autoritaire, qui ne cache pas ces préférences parmi ces enfants. Tout cela dans un milieu bourgeois.
    Cusset tente de déméler dans ces rapports impossibles les raisons de ces désamours, et les réconciliations qui s'opèrent entre deux orages. L'écriture se veut directe, humoristique, vacharde, son réquisitoire est sans concessions.Malheureusement, elle oublie le plus souvent l'intérêt du lecteur, et de ce côté-là il faut bien avouer qu'on se désintéresse rapidement de ces joutes verbales hallucinantes de cruauté. Déception donc.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par virginmc, le 27 mars 2013

    virginmc
    Dans ce récit familial à une seule voix, l'auteure n'épargne personne et dissèque chaque membre de sa famille, exposant les failles de chacun, les colères du pere, l'égoïsme de la mère, la légèreté de la sœur, l'invisibilité de la grand mère... Et de tous : une famille étriquée par les conventions bourgeoises.
    Il reste un gout un peu amer : le texte est drôle, bien écrit, lucide, mais on regrette l'absence de tout amour, de passages tendres, dans le portrait de cette famille.
    Cependant, tous les portraits, surtout celui de la mère, sont remarquables de voracité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par liliba, le 28 février 2010

    liliba
    Dans la famille "Je les déteste tous", je voudrais le père... puis la mère... puis le frère, la soeur, oh et aussi la grand-mère !
    Cette chronique de la haine ordinaire et quotidienne n'épargne personne au sein de cette famille. le père, tout d'abord, pater familias au caractère colérique et tatillon, mais malgré tout bon père et bon mari et sur lequel on peut compter (quoique, rien ne soit si sur, finalement...). La mère ensuite qui crie haut et fort qu'elle déteste la famille, les fêtes obligatoires, les repas, les contraintes des enfants, qui a son choucou avéré et qui n'aime ses enfants qu'en fonction de leur réussite à l'école puis dans les études... Et puis la fratrie, ces quatre frères et soeurs (dont la narratrice, qui n'est autre que l'auteur) qui grandissent et s'épanouissent tant bien que mal dans cette famille qui ne donne vraiment pas envie...
    J'ai lu à sa parution Le problème avec Jane...
    Suite sur les lectures de Lili


    Lien : http://liliba.canalblog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par binjamine, le 07 avril 2012

    binjamine
    je n'ai pas vraiment saisi le sens de ce livre ; je pense le lire a nouveau ...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par emmadulys, le 28 juin 2011

    emmadulys
    J'ai bcp aimé l'ai offert a mon père qui l'a très mal pris...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LiliGalipette, le 27 avril 2013

    Dans les portraits de famille, d'abord papa : bon père, bon époux, la terreur des femmes de ménage, qui rage, enrage mais finit toujours par accepter ce qu'on lui demande. Il est l'homme sur qui on peut compter. Puis la maman, à laquelle est consacrée le chapitre suivant : une femme (juge) qui hait la famille, ne cesse de le clamer, déteste les fêtes, les repas à préparer, qui préfère son deuxième fils à ses quatre enfants, et que rien ne contente sinon une bonne note à l'école. Enfin, articulés autour de la narratrice (qui n'est autre que l'auteur), les frères, la sœur (tous brillants élèves), toute une famille qui se retrouve en Bretagne, à Ploumor, pour vivre tout simplement sa vie de famille, avec ses hauts et ses bas, ses humeurs, ses petites tragédies, ses bonheurs maritimes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Feliceto, le 20 juin 2013

    Je connais l'effort qu'il faut pour entrer dans un livre: ce n'est pas donné dès les premières lignes, il faut parfois traverser d'ennuyeuses descriptions, franchir vingt, trente, cinquante pages pour qu'une histoire s'empare de vous; ensuite elle ne vous lâche plus; on est récompensé de son effort au centuple.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (10)

Videos de Catherine Cusset

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Catherine Cusset


Catherine Cusset, Dialogues littéraires
http://www.librairiedialogues.fr/livre/2310183-Indigo-catherine-cusset-gallimard Catherine Cusset nous parle de son livre Indigo (éditions Gallimard) dans l'...








Sur Amazon
à partir de :
4,00 € (neuf)
1,46 € (occasion)

   

Faire découvrir La Haine de la famille par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz