Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Marie-Claude Auger (Traducteur)

ISBN : 2070622045
Éditeur : Gallimard Jeunesse (2009)


Note moyenne : 3.9/5 (sur 183 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Meggie et ses parents savourent leurs retrouvailles lorsque Farid apporte une nouvelle bouleversante: prêt à tout pour revoir les fées et sa famille, Doigt de Poussière a regagné le Monde d'encre, ignorant qu'un grand danger l'attend.

Farid et Meggie déc... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par petitepom, le 29 janvier 2011

    petitepom
    J'ai pris beaucoup de plaisir à revoir Doigt de poussière et Farid, je fus encore plus séduite quand je me suis trouvée à leurs coté dans le pays créé par Fenoglio, Cœur d'Encre.
    Ce pays est féerique de couleur, de gigantisme et d'odeur, on ressent tout cela grâce à la belle écriture fleurie de l'auteur. Les elfes, fées et hommes de Cristal sont là pour enchanté ce roman, mais aussi Ombra, la forêt sans chemin, le château de la nuit…
    Nous en apprenons beaucoup plus sur ce monde avec plein de détails qui viennent alimenter l'histoire, détails dont Fénoglio ne se rappelle même plus.
    Les personnages sont attachants, Meggie, toujours aussi charmante, Doigt de Poussière que l'on retrouve auprès de sa famille, Farid, un peu plus intrépide, Fénoglio, gonflé d'orgeuil et tout les autres, Cosimo, La laide, Brianna, Tète de vipère, le fifre, le prince noir et son ours, Ortie…. Alors que Meggie va retrouver ses parents, pris dans les griffes de tête de Vipère, on découvre chacun d'eux.
    L'histoire va évoluer, les personnages se prennent en charge, pour le plus grand regret de Fénoglio qui ne gère plus rien, au terme de cette histoire, un évènement vient ternir notre humeur mais un rayon d'espoir pointe, nous faisant espérer pour le suite du récit.
    Je vais sans tarder aller me procurer car je ne peux pas rester sans savoir…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Olly, le 13 mars 2013

    Olly
    J'ai beaucoup aimé replonger dans l'histoire. Les personnages me sont familiers et pourtant, une fois le livre fini je me rends compte que j'en ai plus appris sur eux, que se soit Fenoglio ou un Mo bien changé, et même si l'histoire est plus concentrée sur Meggie, Farid et Doigt de Poussière. Même beaucoup plus sur ce dernier puisqu'on apprend beaucoup sur sa vie qui était dans le premier tome, peu étendue.
    Si l'histoire ne tarde pas à vite prendre des rebondissements, on passe d'abord d'un monde à l'autre à cause de la narration, c'est une bonne immersion progressive. En tout cas, au départ je préférais la maison d'Elinor et rapidement je m'y fais et je fini par adorer le monde d'encre. C'est vraiment un monde animé, coloré, et c'est une explosion de personnages, il y a une telle diversité des personnages qui ont tous un caractère unique et propre, même ceux dont on parle le moins, j'ai vraiment été impressionné par ce point et ça n'a rendue l'histoire que meilleure. Comment ne pas aimer la singularité du Prince noir et son Ours? Ou l'homme de verre Cristal de Rose? Ou au contraire on n'appréciera surement beaucoup moins Renard Ardent et le Fifre, les hommes de Tête de Vipère, le méchant roi animé par une peur profonde de la mort.
    Aussi on découvre tout un univers de légende et de mythe qui anime sans cesse le monde d'encre, et lui donne un coté plus animé mais aussi plus envoutant. On peut croire un instant à une histoire toute gentille avec les fées, les nixes et toutes ces créatures sympathiques mais ne vous leurrez pas, ce tome est plus sombre, l'histoire de Fenoglio est vraiment devenue incontrôlable et elle ne se gène pas pour être plus méchante, voire cruelle avec ses personnages.
    Pour conclure, c'est un deuxième tome plus nouveau et plus captivant. Si le premier se savourait tout doucement par une plume presque poétique voire enfantine, le second est plus du genre à mordre et la fin nous force à vouloir connaitre la suite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par MyDiogeneClub, le 27 janvier 2014

    MyDiogeneClub
    J'ai mis du temps a entamer ce tome 2 de la trilogie du monde d'encre car je n'avais pas aimé le premier. Cependant, ayant un peu de temps devant moi, je me lance. J'ai de suite accroché contrairement au premier. On s'interesse de plus pres au personnage de Doigt de Poussiere (un des seuls qui trouvait grace a mes yeux dans le premier volume) et plus precisement a la relation qui le lie au personnage de Farid. Je trouve enfin ce qu'il manquait au premier, la magie, la fantasy et une belle exploitation du pouvoir de "Langue Magique". Mais voila, au bout de quelques chapitres, je trouve que ca s'etire en longueur et comme je ne suis, par contre, toujours pas tres fan de la plume de l'auteure, j'ai trouvé que ces longueurs etaient VRAIMENT TROP longues... Ma vitesse de lecture diminue au fil des pages et j'ai eu bien du mal a finir ce livre. En plus, je trouve que C.Funke a bien du mal a "torturer" ses personnages et on s'attend toujours a une amelioration "comme par miracle" et finalement sans surprise des situations les plus catastrophiques... "Livre jeunesse" ne veut pas dire "livre sans audace"!! Je suis assez mitigé quant a ce volume meme si je l'ai tout de meme prefere au premier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par nekomusume, le 22 avril 2012

    nekomusume
    Alors qu'ils se trouvaient enfin réunis et même si Résa n'avait pas retrouvé sa voix, nos amis croyaient qu'ils allaient enfin pouvoir vivre heureux et Doigt de Poussière a enfin réussi à rentrer chez lui. Hélas, c'était sans compter sur Basta resté lui aussi dans ce monde. Basta qui trouve le moyen de rentrer dans le monde d'encre mais qui compte bien y envoyer Mo afin de se venger de lui. Et Farid qui veut absolument sauver Doigt de Poussière de la mort prévue pour lui. Voilà donc Mo, Résa et Meggie dans le monde d'encre mais séparés. Et dans ce monde d'encre, les mots ont un pouvoir encore plus grand que dans le notre, surtout quand en plus ils sont prononcés par une langue magique.
    J'ai beaucoup aimé cette suite qui se déroule dans le monde créé par Fenoglio, il y a toujours une intensité dramatique très prenante qui empêche de poser le livre avant son dénouement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sev59283, le 27 septembre 2012

    Sev59283
    Les personnages principaux ont évolué dans le bon sens, d'autres, secondaires, mais néanmoins fouillés, ont fait leur apparition, le récit se durcit, gagne en intensité. Je suis pas déçue ! J'ai même eu la sensation que l'histoire avait mûri... Les choses changent, une année s'est écoulée depuis la fin des aventures de Mo et Meggie dans Coeur d'encre. Dans ce deuxième tome, il fallait donc apporter un peu de sang neuf pour éviter que le lecteur ne se lasse... Cornelia Funke l'a parfaitement compris ! Dans Sang d'encre, la part du fantastique est plus présente, l'univers plus noir et plus sombre; quant au rythme, il est toujours aussi délicieusement enlevé et l'écriture d'une fluidité toujours aussi déconcertante ! L'imagination de l'auteur est également intacte. L'aventure et les rebondissements sont toujours au rendez-vous ! Mais on y trouve aussi un suspense plus soutenu, du sang et quelques scènes de combat tout à fait bienvenues ! Cornelia Funke a su se renouveler. C'était la principale difficulté de cette suite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (102)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Muugen, le 22 septembre 2010

    "Tu as remarqué que les livres deviennent plus gros quand on les lit plusieurs fois ? lui avait demandé Mo lors de son dernier anniversaire, comme ils regardaient ensemble ses vieux volumes. On dirait que chaque fois quelque chose reste collé entre les pages. Des sentiments, des pensées, des bruits, des odeurs... Et quand tu feuillettes le livre des années plus tard, tu te retrouves dedans, un peu plus jeune, une peu différent, comme s'il t'avait conservé, à la manière d'une fleur séchée, à la fois familière et étrangère."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Liphe, le 06 mai 2014

    Ce n'étaient pas les mots justes. Même si c'était la stricte vérité, cela sonnait faux. Ne l'avait-il pas toujours su ? Les mots ne valent rien. Certes, parfois ils avaient de merveilleuses sonorités, mais ils vous laissaient tomber quand on avait vraiment besoin d'eux. On ne trouvait jamais les mots justes, jamais. Mais où fallait-il aller les chercher ? Le coeur est muet comme une carpe quand bien lême la langue s'efforce de lui donner une voix.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Acr0, le 22 décembre 2012

    Meggie regarda les lettres, les belles lettres noires. Elle chercha le goût des premières syllabes sur sa langue, essaya de se représenter l’univers dont les mots parlaient à mi-voix, les arbres, les oiseaux, le ciel inconnu… Alors, le cœur battant, elle se mit à lire. Son cœur battait presque aussi fort que la fameuse nuit où, avec sa voix, elle avait dû donner la mort. Et pourtant, ce qu’elle devait faire cette fois-ci n’était rien en comparaison. Simplement pousser une porte, une petite porte entre les lettres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par liliaza, le 05 mars 2013

    Les histoires ne finissent jamais. Même si les livres veulent nous le faire croire. Les histoires continuent toujours, elles ne s'arrêtent pas plus avec la dernière page qu'elles ne commencent avec la première

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par kuroineko, le 28 décembre 2013

    Durant toutes ces années, ses souvenirs l'avaient rongé en même temps qu'ils l'avaient nourri. Puis ils avaient commencé à pâlir, à s'estomper peu à peu, à n'être plus qu'une douleur que l'on cherche à expulser de soi parce qu'elle déchire le coeur. En effet, à quoi servait de se souvenir de ce qui était perdu?

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
9,00 € (neuf)
9,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Sang d'encre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (422)

> voir plus

Quiz