Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2742774106
Éditeur : Actes Sud (2008)


Note moyenne : 3.61/5 (sur 66 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
1933-1934... Après le désastre de la Grande Guerre, un crépus-cule tragique s'annonce, dont peu anticipent les menaces... Vingt ans ont passé depuis Dans la main du diable et Camille Galay, la petite Millie d'alors, débarquée de New York, erre dans Paris, la ville de so... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 03 juillet 2009

    LiliGalipette
    Roman en deux tomes d'Anne-Marie Garat.

    Dans la main du diable. 1913. Gabrielle Demachy attend depuis des années le retour de son fiancé, Endre Kertész, parti en Birmanie. Avec Agota, sa tante hongroise exilée à Paris, la mère d'Endre, elle va d'administration en ministère pour découvrir ce qui est arrivé au jeune homme. Une convocation au ministère de la guerre apprend aux deux femmes qu'Endre est mort, et qu'il ne reste de lui qu'une malle contenant quelques effets personnels. Pour Gabrielle, ce n'est pas assez. Elle décide de découvrir les circonstances de la mort de son premier amour. Aidée par un employé du ministère de la guerre, le très affable Michel Terrier, elle entre au service de la famille Bertin-Galay, pour mieux approcher Pierre qui a connu Endre et l'a accompagné en Birmanie. Sous couverture d'être l'institutrice de Millie, la fille de Pierre, Gabrielle s'immisce dans la vie de cette grande famille bourgeoise. Elle apprend à connaître Madame Mathilde, qui règne en reine mère sur son monde. Elle se lie d'amitié avec Sophie, la cadette de la famille. Et peu à peu, elle se rapproche de Pierre. Entre cours de piano et leçons de choses, elle apprivoise la sauvage petite Millie et se fait respecter de la maisonnée. Ce qui impressionne le plus Pierre, c'est la parfaite maîtrise du hongrois de Gabrielle. Elle le sait, Pierre peut lui donner des réponses sur la mort d'Endre. Mais les réponses sont dangereuses, explosives, et pas seulement pour Gabrielle. Il en va de la sécurité des peuples, dans une Europe que les soulèvements ouvriers portent à la révolte et à la grève. De Paris au Mesnil, de la Birmanie à l'Italie, personne n'est vraiment ce qu'il semble être, personne ne tient vraiment sa place. Pierre n'est pas le monstre que Michel Terrier avait décrit. Michel Terrier n'est pas l'aimable ami des débuts. Gabrielle elle-même se perd dans sa dissimulation, prête à tout pour régler les comptes du passé et se libérer de son emprise.
    Ce premier tome est un délice. L'auteure maîtrise l'art de la description et sait rendre sensible les paysages et les sentiments. La narration est habile, mêlant les faits et les idées, incluant avec légéreté des analepses et des prolepses. Les personnages sont bien bâtis, assez énigmatiques au début pour donner envie d'en savoir davantage. J'ai eu des difficultés à lire les premiers chapitres. Mais très vite, j'ai été prise par l'histoire et par l'Histoire. Ce livre est une leçon de politique et d'histoire bien moins barbante que mes cours de prépa... Ce roman-fleuve, roman-feuilleton aussi, demande une certaine endurance: il y a beaucoup de personnages et de fils qui se nouent. Et pour moi qui suis gourmande de grandes fresques familiales et sentimentales, je suis servie!
    L'Enfant des ténèbres. 1933-1934. Camille a bien grandi depuis son enfance au Mesnil. Entre son Pierre et Gabrielle, ses parents d'adoption, elle a connu une enfance et une adolescence trépidantes à New-York. Jeune femme indépendante qui cherche de nouvelles expériences, elle part sur les routes avec son ami Jos pour vivre une aventure qui la marque humainement. A la mort de son ami, elle met tout en oeuvre pour tenir la promesse qu'elle lui a faite. De retour sur le vieux continent, elle décide de se frotter à la vie d'ouvrière et se fait embaucher anonymement dans les usines de biscuit de sa grand-mère. Son audace et sa fraîcheur séduisent Simon Lewenthal, le directeur des usines Bertin et Galay. Entre eux se nouent une relation tendre mais difficile. Camille tient plus que tout à accomplir sa promesse. Avec son amie hongroise Magda, rencontrée à Venise des années auparavant, elle sillonne les routes d'Europe, de Budapest à Vienne jusqu'à Berlin où se nouent les fils d'une opération très spéciale. Gabrielle assiste à l'émancipation de sa fille, et le coeur serré, la laisse se forger ses propres expériences. Et l'on retrouve Sassette, l'ancienne petite bonne du Mesnil, que la découverte des livres a métamorphosé en petite femme active qui oeuvre sans le savoir au sein d'une organisation plus ou moins reconnue. La menace fasciste gronde et chacun peut sentir que la paix fragile issue de la SDN a vécu. Les alliances se font et se défont, les transfuges ne sont pas ce que l'on croit et de vieux ennemis, sous de nouveaux visages, tentent d'assouvir des vengeances passées.
    Le deuxième tome est bien plus difficile à lire que le premier. La puissance des débuts s'essouffle et les longueur s'accumulent. Camille devient l'héroïne, succédant à une Gabrielle que j'avais beaucoup appréciée. Tout est trop complexe, enchevêtré. Les personnages gagnent en opacité, mais cela se ressent sur la narration qui devient confuse. Les épisodes se succèdent sans apparente logique et il est très difficile de tout raccrocher. L'objectif poursuivi par les personnages est impalpable. Je n'aime pas ce genre de narration qui mène le lecteur sur des pistes floues, l'abandonne dans des voies sans issue. Cest réellement dommage car le premier tome m'avait enchantée. Et je ne suis pas persuadée que la lecture du second tome soit nécessaire. Dans la main du diable peut se lire sans suite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par litolff, le 23 juin 2010

    litolff
    Toujours difficile, après un premier opus passionnant, de donner une suite à un roman... mais l'auteure a eu la bonne idée de laisser de coté Gabrielle et Pierre pour s'intéresser à Camille, des années plus tard et il s'agit donc d'un autre roman qui traverse l'Europe enflammée de l'entre -deux guerres, toujours servi par la plume admirable d'Anne-Marie Garat.
    On assiste donc, horrifié, à la monté du nazisme et à l'avènement de la 2ème guerre mondiale qui marquera à jamais une famille et des personnages bouleversants et complexes.
    J'ai maintenant hâte de lire le 3ème tome !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par motspourmots, le 15 juillet 2014

    motspourmots
    Après la belle figure de Gabrielle (Dans la main du diable), c'est Camille, la petite Millie qui prend le relais dans le second volet de cette sublime trilogie. Nous avions laissé la famille Galay dans les prémisses de la Grande Guerre, Pierre engagé, Gabrielle partant pour l'Amérique avec Millie; les voici donc vingt ans après, alors qu'en Europe, d'autres horreurs se préparent...
    Camille est une jeune femme sensible, meurtrie par un drame personnelle, qui se raccroche à une mission qu'elle s'est juré d'accomplir : rapporter à Budapest, ville dont était originaire son ami disparu, une mystérieuse sacoche en cuir rouge. Dans une Europe en pleine ébullition, on se doute que ce ne sera pas chose facile, et l'occasion pour Camille d'un douloureux apprentissage.
    Anne Marie Garat nous balade avec une magistrale dextérité dans cette Europe en crise où le mal est tapi dans chaque recoin. On s'attache aux pas de Camille, on revient avec curiosité sur les secrets de la famille Galay et on poursuit cette traversée du siècle passionnante, grâce notamment à des personnages riches, jusque dans les plus petits d'entre eux.
    Pour moi, cette trilogie reste l'un de mes plus grands bonheurs de lecture de ces vingt dernières années.

    Lien : http://motspourmots.over-blog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mguy, le 29 janvier 2011

    mguy
    J'ai bien aimé le livre. Cependant, je le trouve nettement moins bien que le premier. Tout d'abord, Garat rajoute des passages tragiques qui n'ont pas lieu d'être (arrestation de Camille et Magda, mort de Magda). Son premier volume n'était déjà pas très gai. Mais là, elle en rajoute. Cela enlève de la crédibilité à l'histoire, ce qui est dommage.
    Ensuite, les actions, quand il y en a, sont prévisibles. Sauf pour le retour de Michel Terrier. Celui-là, on ne savait même pas ni d'où ni comment il est revenu d'entre les morts.
    Enfin, écrire pendant la période du nazisme n'apporte rien, puisque cette période est déjà suffisamment connue. Il aurait fallu un regard plus extérieur sur cette période, plus neutre.
    Cela dit, les analyses des situations et des personnages sont toujours aussi fines. On a toujours la même envie de retrouver les personnages.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par latina, le 12 août 2011

    latina
    Arrivée à la moitié du livre, je suis toujours à la recherche de la trame de l'histoire...et je me dis que je m'ennuie, mais que je m'ennuie !!! Ces petits faits et gestes, ces rappels du passé, ces descriptions ne mènent à rien...Donc, j'arrête. Tant pis ! le premier tome, lui, était captivant !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par litolff, le 23 juin 2010

    En voilà, des personnes distinguées, qui d'une dent croquent trois petits fours dans la soirée sans une miette sur le rouge à lèvres. Quand on est de la haute, on ne se jette pas sur le buffet, glouton, à ruminer comme vache, écluser comme Polonais, savoir-vivre, un art qui se travaille au mental : quand on n'en est pas, poussée dans une cuisine, le tout est de bien reluquer pour faucher les manières. Singe, une seconde nature.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par line70, le 21 mars 2011

    Elle était tombée dans les livres, emportée en de si lointains voyages qu'elle en revenait hagarde, ivre et rompue, et triste, triste de la langueur d'abandon où chaque roman la laissait, d'y trouver et perdre sans cesse la raison de vivre qu'elle n'avait pas.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
19,99 € (neuf)
7,99 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Enfant des ténèbres par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (136)

> voir plus

Quiz