Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070381722
Éditeur : Gallimard (1989)


Note moyenne : 3.62/5 (sur 24 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Les rapports du comique avec l'anxiété sont connus depuis Bergson, Freud et Chaplin ; après Buster Keaton, W.C. Fields, les Marx Brothers et bien d'autres, Woody Allen nous en donne aujourd'hui une exemplaire illustration. Le burlesque devient ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par metraux73, le 18 juillet 2014

    metraux73
    Une oeuvre où ironie et cynisme riment avec lyrisme. Une histoire d'amour, un mythe hollywoodien, la guerre, la paix, tout cela soumis au cynisme de Romain Gary. On retrouve ici le style piquant mais juste de l'auteur avec cette volonté prégnante de dévoiler toujours plus les sentiments qui font l'être humain. le sucre de l'histoire d'amour de l'héroïne balance avec l'acidité du monde qui l'entoure. Si ce roman de Gary n'est pas mon préféré il reste toutefois agréable à lire, mais il est vrai qu'avec un tel auteur le risque de se tromper semble faible.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par MarianneDesroziers, le 29 mai 2012

    MarianneDesroziers
    Dans ce roman, Romain Gary nous raconte l'histoire de Willie Bauché et Ann Garantier, le génie du cinéma et la belle actrice, un couple mythique d'Hollywood... mais fabriqué de toute pièce par Hollywood. Elle, à trente ans, rêve encore du prince charmant, attend désespérément que l'Homme de sa vie apparaisse devant ses yeux, que l'amour se matérialise. Lui, cynique et mal dans sa peau, atteint de multiples maladies plus ou moins psychosomatiques, redoute plus que tout que sa femme ne tombe amoureuse d'un européen, comme Ingrid Bergman avec Rosselini et comme elle soit bannie d'Hollywood pour des années.
    Il se méfie particulièrement la France et l'Italie, pays bien connus pour leurs séducteurs et engage un homme pour surveiller sa femme et empêcher les hommes de l'approcher. Lors de leur voyage en France, ce qui devait arrivait arriva : Ann rencontre Rainier, un homme étrange qui a perdu un bras à la guerre et a prévu de repartir en Corée. Leur histoire d'amour magnifiquement évoquée par Gary se déroule dans la douceur du Sud et le parfum des mimosas, dans une petite maison, à l'abri de l'agitation du carnaval de Nice où il se sont rencontrés.
    La suite sur le blog : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.fr/2012/05/les-clowns-lyriques-de-romain-gary.html

    Lien : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.fr/2012/05/les-clowns-lyriqu..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MarianneDesroziers, le 29 mai 2012

    Il ferma les yeux pour mieux sentir ses lèvres sur les siennes et pour qu'il n'y eût plus d'ailleurs, rien que la douceur de la vie au goût de femme.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par MarianneDesroziers, le 29 mai 2012

    On disait d'elle que c'était une femme froide -cette froideur qu'on accorde si généreusement aux femmes que seul le soleil intéresse. Depuis des années, elle avait toujours su qu'elle était là, quelque part, à l'attendre, à l'appeler, elle ne savait où, à San Francisco, à Rio, dans un bistrot de Paris ou sur une plage du Pérou, et tout le monde croyait qu'elle avait seulement le goût des voyages, des fugues soudaines à travers les continents.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par arcole, le 24 juillet 2012

    On a pas le droit de juger une idée sur ce qu'elle devient quand elle se concrétise. Elle n'est pas faite pour ça. Une idée se casse toujours la gueule quand elle touche terre.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par arcole, le 24 juillet 2012

    - le fasciste aussi peut rêver d'amour.
    -Je te parle d'amour pas de cul, dit Rainier.
    -Non mais dites donc ! protesta la pute.
    -On parle pas de vous, la rassura La Marne. Chez vous c'est pas idéologique.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (15)

Videos de Romain Gary

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Romain Gary


MP 2014-07-04-011-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Romain Gary - le sens de ma vie.








Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
2,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Les clowns lyriques par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (43)

> voir plus

Quiz