Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2756405914
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (2012)


Note moyenne : 4.13/5 (sur 62 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les gardiens des dragons sont bloqués sur la rive du fleuve du Désert des Pluies qui fait face à Kelsingra, la légendaire cité des Anciens. Seule Gringalette, la dragonne de Kanaï, est capable de voler et Alise Finbok l'utilise pour visiter la cité et tâcher d'en révéle... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (18)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par boudicca, le 12 juin 2012

    boudicca
    Encore un très bon tome pour la saga des « Cités des Anciens ». Sans surprise R. Hobb continue de nous régaler avec tout ce qui fait le charme de ses romans : des personnages attachants et aux personnalités fouillées, une intrigue prenante, des éléments de fantasy plus originaux les uns que les autres (comme les pierres ayant la capacité de stocker de nombreux et lointains souvenirs). On assiste également avec ce cinquième tome à une multiplication des points de vue. Si on retrouve bel et bien la fameuse et tant attendue cité de Kelsingra ainsi que les dragons et leurs gardiens, l'auteur nous propose ainsi de petites escapades à Terrilville auprès du mari d'Alise qui ne décolère pas, à Chalcède auprès de son duc mourant et prêt à tout pour retarder l'échéance, dans le Désert des Pluies...
    C'est également avec plaisir que l'on retrouve certains protagonistes de l'une des précédentes sagas de R. Hobb, « Les aventuriers de la mer », et cette fois plus seulement à l'occasion de brefs passages. L'auteur revient ainsi sur le personnage du jeune Selden que l'on découvre dans une position précaire, et surtout de Malta Vestrit et de Reyn soumis à un douloureux problème. Pas de nouvelles thématiques toutefois pour ce tome-ci. La question des modifications constatées chez les habitants du Désert des Pluies et les proches des dragons est ainsi de nouveau abordée de même que celle de la sexualité des gardiens. L'action se fait donc plutôt rare (la faute au découpage français des plus déplorables) ce qui n'empêche pas de se sentir dès les premières pages à nouveau captivé par l'univers de Robin Hobb. Vivement la suite!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par TeaSpoon, le 21 juin 2012

    TeaSpoon
    J'ai commencé le premier tome de cette série il y a environ une semaine, et voilà que j'ai déjà fini le tout dernier sorti ! Quoi, comment ? Mais où diable est la suite, où se trouve le tome suivant, prunelle de mes yeux ? Je ne peux que blâmer pour la centième fois l'édition française qui a encore coupé les tomes n'importe comment. Déjà quand j'ai vu la maigre épaisseur de ce tome 5 je rechignais ( surtout vu le prix que ça coûte, mon pauvre compte en banque ne se remet jamais des séries de R.Hobb que je ne peux pas m'empêcher d'acheter comme si ma vie était en jeu), mais en plus ils OSENT nous laisser en plan ! Non je refuse. Je me sens aussi outrée que Sintara lorsque Thymara oublie de lui apporter son petit-déjeuner. Ces éditeurs n'ont absolument aucune pitié pour les lecteurs que nous sommes !
    Mais trêve de parlotte, revenons au sujet principal : le Tome 5 de cette merveilleuse série, Les Cités des Anciens. Après avoir fini les séries de l'assassin royal et des Aventuriers de la Mer, j'ai mis un peu de temps avant de commencer cette série ici présente. Mais dès que je l'ai commencé, impossible de m'arrêter ! J'étais emportée par l'histoire comme lors d'une crue du fleuve du Désert des Pluies. Les paysages sont hauts en couleurs, c'est avec plaisir qu'on s'immerge dans les contrées du Désert des Pluies (à un tel point qu'on finit par le détester autant que l'aimer, cet endroit mystérieux). On voit clairement que ce tome marque un tournant dans l'histoire : les 4 premiers étant plutôt consacrés au long voyage du Mataf, des gardiens et des dragons. Les personnages gagnent de plus en plus en profondeurs, et je m'attache à certains pour qui je n'avais guère de sympathie au départ (comme Sédric par exemple). Seul Leftrin et son équipage semble inchangés, mais je commence à avoir peur pour eux lorsqu'ils arriveront à Cassaric, avec tous ces espions Chalcédiens qui traînent…
    Mon cœur a fait un véritable bond de joie dans ma poitrine quand j'ai vu que Malta et Selden revenaient au centre de la scène ! Des chapitres consacrés à eux, bonheur de bonheur. C'est avec l'heureux sentiment d'avoir retrouvé des vieux amis que j'ai lu la suite de leurs aventures. Selden se retrouve dans une position extrêmement délicate, et je me demande bien comment il va sortir de ce mauvais pas ! J'aimerais beaucoup revoir Hiémain, un de mes personnages préférés des Aventuriers de la Mer. Qui sait, peut-être dans les tomes suivants…
    J'ai été également complétement fascinée par la découverte de Kelsingra. Un lieu qui pourrait devenir banal et revu dans pleins de bouquins prend ici quelques reliefs inattendus, R.Hobb dans tout son art nous entraîne à la découverte des Anciens et de leur vie dans la cité. J'ai adoré le petit passage de souvenirs volés. Si je trouvais une cité pareille, je tomberais très facilement dans les souvenirs (pour peu que les pierres nous entrainent dans la suite de cette histoire…)
    Bref, encore une fois un grand coup de cœur pour cette nouvelle série signée R.Hobb !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par frankgth, le 08 septembre 2013

    frankgth
    Dans ce cinquième tome, le récit qui s'était uniquement concentré sur les aventuriers lors des deux précédents nous remet en perspective avec ce qui ce passe ailleurs, depuis Chalcède avec son Duc impitoyable jusqu'à Cassaric où il se passe des choses étranges. du coté de Kelsingra, si par la bonne volonté de Gringalette les humains peuvent découvrir à petites doses ses bienfaits et mesurer l'étendu de ce qu'ils ont perdu, du coté des dragons la frustration de ne pouvoir traverser le fleuve augmente et provoque des frictions de plus en plus violentes.
    Donc après une période d'aventure et d'exploration, on arrive dans une phase de l'histoire où la politique et les jeux de pouvoir reprennent de l'importance. Si la trame principale n'avance pas beaucoup, l'écriture est toujours aussi agréable et Robin Hobb continue d'explorer ses personnages et de nous exposer toutes les facettes de leurs relations.
    Comme toujours le découpage Français purement mercantile provoque une certaine frustration et un léger goût d'inachevé, et il est conseillé d'avoir le tome 6 sous la main pour enchaîner immédiatement comme avec la version originale.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par selena_974, le 03 avril 2014

    selena_974
    Cette critique concerne les tomes 5 et 6
    Je poursuis doucement mais sûrement, et avec toujours autant de passion, mon périple dans l'univers de Robin Hobb. Après avoir dévoré les tomes 3 et 4 des Cités des Anciens il y a quelques mois, me voici donc avec les deux tomes suivants, toujours avide de parcourir cette histoire aux côtés de ces créatures puissantes, majestueuses et arrogantes que sont les dragons.
    D'ailleurs j'en profite pour passer un petit "coup de gueule" contre l'éditeur, qui s'évertue à nous couper les tomes originaux en 2 tomes à chaque fois... histoire de nous faire payer deux fois plus cher ! C'est vraiment abusé. Je pourrais acheter les poches me diriez-vous, mais ne peut-on pas à la fois aimer les belles choses et ne pas se ruiner à chaque achat ? J'aurais plus volontiers acheté un seul tome comme dans la version originale, avec 500 pages à 22 €, plutôt que 2 tomes de 250 pages à 19 €... Enfin bref, revenons à nos moutons... ou plutôt à nos dragons, car avec de tels prédateurs dans les cieux, les moutons n'ont pas la vie longue (et les hommes non plus).
    Dans Les Gardiens des souvenirs et Les Pillards, l'intrigue initiée précédemment avance à grands pas. Il y a certes toujours quelques longueurs, mais qui ne me dérangent pas le moins du monde, tant j'aime cet univers, ses personnages et ses dragons... Ces créatures sont toujours aussi fascinantes et j'ai suivi leur évolution avec grand intérêt, ainsi que celle de leurs gardiens. Je n'en dirai pas plus, car il est toujours difficile, lorsqu'on est autant avancé dans une série, d'en parler sans spoiler ceux qui n'en sont qu'au début. Une chose est sûre, c'est que, même si la suite m'attend sagement sur mes étagères et que je meurs d'envie de la découvrir, je vais me forcer à attendre encore un peu, car les prochains tomes seront les derniers et annonceront la fin de cette merveilleuse saga de Robin Hobb. Une fin que je ne suis pas pressée de voir arriver !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par ImagIn, le 17 juillet 2012

    ImagIn
    Ah, si je n'étais pas aussi accro à cet univers, je boycoterais purement et simplement cette saga des Cités des Anciens en incitant toutes mes connaissances à faire de même ! L'attitude de l'éditeur, Pygmalion pour ne pas le citer, depuis la parution du premier opus de cette nouvelle série de Robin Hobb est tout bonnement inqualifiable. le but n'est pas de revenir encore une fois sur l'aspect purement mercantile du fait de découper les volumes originaux en deux, mais quand comprendront-ils qu'un roman est un tout ? Quand arrêteront-ils de mutiler des histoires équilibrées au risque d'en faire des livres bancales comme l'est celui-ci ? Quand cesseront-ils de manquer ainsi de respect envers l'auteur qu'ils publient et les lecteurs qui achètent leurs livres ?
    Car très sincèrement, il ne se passe pas grand chose dans Les gardiens des souvenirs, pour ne pas dire rien, et si vous n'êtes pas purement fan de l'univers de Robin Hobb, vous risquez fort de vous ennuyer... Installés à proximité de Kelsingra qui leur demeure inaccessible si ce n'est à dos de dragon, les Gardiens n'évoluent pas d'un pouce. Pas plus que leurs dragons qui, comme le tome précédent nous le laissait deviner, s'évertuent sans grand succès à apprendre à voler. Alise elle-même s'enlise dans son exploration de la cité des Anciens, et Sédric peine toujours à s'acclimater à sa nouvelle vie d'aventures et de privations. Un volume qui n'apporte quasiment rien donc, si ce n'est l'ébauche de nouvelles intrigues concernant Hest Finbock ou Selden Vestrit.
    Et pourtant je l'ai dévoré ! Et à quelle allure, étant donné son faible nombre de pages. Bon, je ne suis sans doute pas une référence tant j'adore cet univers du Désert des Pluies autant que celui des Six Duchés, mais Robin Hobb est une conteuse hors-pair qui sait nous faire entrer dans l'intellect des dragons, nous faire partager les doutes de Thymara ou encore ceux de Sédric, et presque nous faire compatir aux mésaventures de Hest. Presque, parce que... faut quand même pas pousser ! Un court roman à réserver aux amateurs donc, ou alors, pour davantage de saveur, attendez que la série soit entièrement parue, et lisez tout d'un coup !

    Lien : http://etemporel.blogspot.fr/2012/07/les-gardiens-des-souvenirs.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par boudicca, le 12 juin 2012

    Au contact de sa peau, la rayure argentée s'éveilla aussitôt. Tous les poils de son corps se dressèrent quand une musique spectrale se mit à jouer, lointaine et difficilement audible. Puis les statues commencèrent à bouger : les têtes s'agitèrent au rythme de la musique, le plumeau devint la baguette d'un chef d'orchestre, les jumelles se déplacèrent à l'unisson... Soudain la mélodie hésita, les gestes des statues devinrent sporadiques, puis, comme les notes s'espaçaient et se brisaient, elles se figèrent peu à peu. La musique se tut et l'éclat argenté de la jizdine s'éteignit lentement; quelques instants plus tard, seule demeura dans la grande salle la lumière qui tombait du dôme de verre et les statues reprirent leur immobilité.
    Alise resta assise par terre et se balança doucement. Elle savait qu'elle serait la dernière personne au monde a avoir observé la magie des Anciens
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par boudicca, le 14 juin 2012

    « Se noyer dans les souvenirs » était l'euphémisme employé dans le désert des Pluies ; c'était un accident plus rare qu'à l'époque de la découverte des premières cités des Anciens mais il se produisaient encore. La tentation de rester en contact avec certains murs de pierre ou certaines statues était grande. Certains avaient peine à résister et, laissés à eux-mêmes, ils se noyaient littéralement dans les souvenirs en oubliant leur propre vie et leurs besoins physiques pour s'abandonner aux plaisir d'une cité et d'une civilisation qui n'existaient plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par tudute, le 21 mars 2013

    -Tatou, la vie n'était pas aussi rose que tu le crois chez moi; ma mère me détestait parce que je lui faisais honte.
    -A mon avis...Enfin, je ne suis pas sûr qu'elle te détestait; peut-être qu'elle avait honte devant les voisins de vouloir t'aimer. Mais, même si je me trompe, elle ne t'a jamais délaissée ni mise à la porte.
    -Sauf la fois où elle m'a confiée à la sage-femme pour qu'elle m'abandonne dans la forêt, répondit la jeune fille d'un ton amer. C'est mon père qui m'a ramenée à la maison et qui a dit qu'il voulait me donner une chance; c'est lui qui a forcé ma mère à m'accepter.
    -Et c'est de là que venait sa honte, je pense : non pas de ce que tu étais, mais de sa faiblesse devant la sage femme à qui elle n'avait pas osé dire qu'elle voulait te garder, avec tes griffes et tout.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par TeaSpoon, le 21 juin 2012

    Ce que Sintara était aujourd'hui ne représentait pas ce qu'elle aurait dû devenir. Les dragons sortaient de leur gangue capables de voler et de tuer la première proie qui leur donnait de l'énergie,mais aucun d'entre eux n'en avait eu la possibilité. Elle était comme un éclat de verre brillant, tombé d'un magnifique vitrail dépeignant des Anciens, des cités surmontées de flèches et des dragons en vol, et gisant dans la poussière, détachée de tout ce qui faisait son identité; sans ce monde, elle n'avait aucun sens.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Imo, le 13 octobre 2013

    [...] Saleté de dragonne ! fit-il tout bas. ça faisait un paquet de viande !
    - On ne peut rien lui reprocher, dit Thymara. Elle fait son métier de dragon.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (20)

Videos de Robin Hobb

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb

Robin Hobb pour le tome 3 de la saga "Les cités des anciens : la Fureur du fleuve"








Sur Amazon
à partir de :
17,94 € (neuf)

   

Faire découvrir Les Cités des Anciens, Tome 5 : Les gardiens des souvenirs par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (155)

> voir plus

Quiz