Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2702140688
Éditeur : Calmann-Lévy (2010)


Note moyenne : 3.65/5 (sur 20 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
À Quantico, la profileuse star du FBI Diane Silver est saisie d'une nouvelle enquête. Quatre doubles meurtres commis à Boston requièrent toute sa fuse et sa dextérité. Des couples de seniors ont été assassinés, et dans chaque cas la femme a été massacrée avec une rare s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

  • Par ARY44, le 03 août 2014

    ARY44
    ce livre m'a été prêté par une amie et j'avoue que quand j'ai lu le résumé je n'étais pas du tout sur de le lire. J'ai quand même commencé et ce fut une belle surprise. le style d'écriture est vraiment agréable et bien que les crimes dont parlent l'histoire sont vraiment horrible l'auteur évite les descriptions trop poussées pour plutôt faire la part belle au suspens ce que je préfère dans un roman policier.
    Je n'aurais don jamais de moi-même été vers cet auteur mais du coup je pense que je vais essayer d'en lire d'autre pour voir
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lillafrite, le 04 avril 2010

    Lillafrite
    La finale – si le deuxième (Une ombre plus pâle)peut être lu sans avoir lu le premier (Dans la tête, le venin), il est cependant hautement préférable d'avoir lu Une ombre plus pâle avant de lire celui-ci. Bon, pour être franche, on devine la fin, mais cela ne m'a pas dérangée dans le sens que c'est parce que nous sommes parvenus à tellement bien connaître Diane que nous savons comment elle va agir. On la connaît presque comme si on l'avait faite nous-mêmes, et cela en soi est une réussite totale pour moi. Cela prouve à quel point l'auteur a su développer son personnage. L'instant de lecture des trois livres, j'ai ‘vécu' Diane Silver, je suis rentrée sans sa tête et j'ai compati à ses souffrances. J'ai un sentiment de perte à présent que l'histoire est finie et Diane Silver me manque déjà !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par BVIALLET, le 27 avril 2012

    BVIALLET
    Diane Silver, la meilleure profileuse du FBI, qui, depuis la disparition de Susan Brooks, la rabatteuse responsable de la mort d'une quinzaine d'enfants dont sa fille Léonor, croyait pouvoir bénéficier d'un répit bien mérité, se retrouve avec plusieurs nouvelles affaires : quatre doubles meurtres de seniors sauvagement assassinés avec un acharnement particulier sur les femmes et deux enlèvements de très jeunes enfants. Ces forfaits auraient-ils un lien entre eux ? Seraient-ils l'oeuvre d'un nouveau serial killer ou de plusieurs ? Pour ne rien arranger, de forts doutes subsistent dans son esprit au sujet du rôle du milliardaire Rupert Teelaney, alias Nathan Hunter. Est-il un dangereux psychopathe ou un simple justicier ? D'autant plus qu'Yves Guégen, le policier parisien qu'elle a formé à ses méthodes vient lui aussi d'être assassiné...
    Un thriller classique avec tous les ingrédients du genre : meurtres, enlèvements, suspens, violence pour ne pas dire sadisme et un truc en plus, l'ambiguïté avec ce personnage de psychopathe justicier. Un foisonnement de personnages et de scènes racontées en passant de l'une à l'autre, ce qui exige une attention soutenue du lecteur. Ce livre vient achever un cycle commencé avec « Dans la tête le venin » et « Une ombre plus pâle » où se retrouvaient les mêmes personnages. L'auteur a pris soin de donner un résumé des deux précédents dans son introduction, ce qui permet de lire celui-ci sans être trop perdu. le style fluide d'Andréa H. Japp permet de dévorer très rapidement ce bouquin qui ravira sans doute la plupart des amateurs de ce genre de littérature.

    Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par accrobiblio, le 02 juin 2011

    accrobiblio
    Suite de «Dans la tête, le venin» et de «Une ombre plus pâle».
    Dans ce nouvel opus, Diane doit découvrir le tueur de couples retraités fortunés et le ravisseur d'enfants.
    Encore un très très bon livre de la part d'Andréa H.Japp, que je quitte à regret.
    J'espère qu'il y aura un autre épisode.

    Lien : http://accrobiblio.canalblog.com/archives/2011/06/02/21298430.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (15)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rkhettaoui, le 28 septembre 2013

    Ces tordus jouissifs, violeurs,tortureurs, tueurs multirécidivistes ne devaient jamais retrouver la liberté,le plus souvent à cause d’un vice de procédure. Ils recommenceraient aussitôt à semer leurs carnages, le passé l’avait amplement prouvé. L’institution, la loi avait donné la preuve de ses failles à leur égard. À sa décharge, la loi avait été créée pour des humains commettant des crimes d’humains dans un moment de fureur, d’amour, de peur. Or, selon Diane, ces sujets n’étaient plus humains. Ne restait que l’enfermement à vie, pratiquement impossible, ou la mort, simplement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 28 septembre 2013

    Les prisons étaient engorgées au-delà de l’acceptable. On y entassait de pauvres types qui n’avaient pas commis grand tort avec des psychopathes terriblement violents. On fermait les hôpitaux psychiatriques, remettant en liberté de vraies bombes à retardement, dont la seule excuse était d’être irresponsables, ce qui n’enlevait rien à l’horreur de leurs actes.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 28 septembre 2013

    On rendait les femmes et les mères responsables de tant de choses ! À croire que les pères n’existaient pas ou qu’ils étaient tous angéliques ou dominés, incapables de protéger leurs enfants, notamment leurs fils. Les mères anthropophages, phagocyteuses, destructrices.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 28 septembre 2013

    Nous sommes programmés pour vouloir vivre. Une multitude de messagers chimiques nous incitent à la survie. Il faut toute la puissance d’un cerveau humain pour y renoncer, pour lutter contre ce fol appétit d’existence.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 28 septembre 2013

    Elle était confrontée à un choix étrange, presque absurde : vivre ou ne plus vivre, la différence dans son cas étant devenue si ténue qu’une possibilité équivalait à l’autre.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
19,19 € (neuf)
7,47 € (occasion)

   

Faire découvrir La mort, simplement par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (56)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz