AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702140688
Éditeur : Calmann-Lévy (13/01/2010)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 40 notes)
Résumé :
À Quantico, la profileuse star du FBI Diane Silver est saisie d'une nouvelle enquête. Quatre doubles meurtres commis à Boston requièrent toute sa fuse et sa dextérité. Des couples de seniors ont été assassinés, et dans chaque cas la femme a été massacrée avec une rare sauvagerie. Se mêlent à cette première enquête des disparitions de très jeunes enfants, toujours à Boston. Les deux affaires seraient-elles liées ? À la forme d'apaisement que Diane ressent après la mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
MarianneRichard
30 décembre 2016
★★★★★
★★★★★
Dernier tome de trilogie, La mort simplement m'a beaucoup plu, comme les deux premiers. Les intrigues des derniers tomes se lient avec celle initié dans ce tome. Diane, les frères Bard, Nathan/Rupert, la famille Heurtel et même l'ombre de l'inspecteur Guegen y sont tous présent.
Ce roman conclut bien la trilogie, tout est clair sans être simpliste et tous les fils sont attachés l'un à l'autre. le seul point négatif (j'en trouve toujours un) est le dernier chapitre qui sert d'épilogue; d'une inutilité sans borne, en plus d'être peu crédible. Si vous n'êtes pas d'une curiosité maladive, un défaut très fréquent chez les lecteurs, vous pouvez cesser votre lecture à la page 400.
Donc cette trilogie d'Andréa Japp fut assez intéressante et intrigante pour moi pour que je passe à d'autre chose de cette même auteure. Un bon choix si vous aimez les romans policier et de thrillers en plus d'être de véritable page turner.
Commenter  J’apprécie          00
ARY44
03 août 2014
★★★★★
★★★★★
ce livre m'a été prêté par une amie et j'avoue que quand j'ai lu le résumé je n'étais pas du tout sur de le lire. J'ai quand même commencé et ce fut une belle surprise. le style d'écriture est vraiment agréable et bien que les crimes dont parlent l'histoire sont vraiment horrible l'auteur évite les descriptions trop poussées pour plutôt faire la part belle au suspens ce que je préfère dans un roman policier.
Je n'aurais don jamais de moi-même été vers cet auteur mais du coup je pense que je vais essayer d'en lire d'autre pour voir
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLET
27 avril 2012
★★★★★
★★★★★
Diane Silver, la meilleure profileuse du FBI, qui, depuis la disparition de Susan Brooks, la rabatteuse responsable de la mort d'une quinzaine d'enfants dont sa fille Léonor, croyait pouvoir bénéficier d'un répit bien mérité, se retrouve avec plusieurs nouvelles affaires : quatre doubles meurtres de seniors sauvagement assassinés avec un acharnement particulier sur les femmes et deux enlèvements de très jeunes enfants. Ces forfaits auraient-ils un lien entre eux ? Seraient-ils l'oeuvre d'un nouveau serial killer ou de plusieurs ? Pour ne rien arranger, de forts doutes subsistent dans son esprit au sujet du rôle du milliardaire Rupert Teelaney, alias Nathan Hunter. Est-il un dangereux psychopathe ou un simple justicier ? D'autant plus qu'Yves Guégen, le policier parisien qu'elle a formé à ses méthodes vient lui aussi d'être assassiné...
Un thriller classique avec tous les ingrédients du genre : meurtres, enlèvements, suspens, violence pour ne pas dire sadisme et un truc en plus, l'ambiguïté avec ce personnage de psychopathe justicier. Un foisonnement de personnages et de scènes racontées en passant de l'une à l'autre, ce qui exige une attention soutenue du lecteur. Ce livre vient achever un cycle commencé avec « Dans la tête le venin » et « Une ombre plus pâle » où se retrouvaient les mêmes personnages. L'auteur a pris soin de donner un résumé des deux précédents dans son introduction, ce qui permet de lire celui-ci sans être trop perdu. le style fluide d'Andréa H. Japp permet de dévorer très rapidement ce bouquin qui ravira sans doute la plupart des amateurs de ce genre de littérature.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
HenDurHenDur30 novembre 2014
Manger et aimer sont intimement liés chez les animaux. On aime le maître et il donne à manger. Au demeurant, ça devenait aussi de plus en plus le cas dans l'espèce humaine, où des parents filaient des cochonneries à leurs enfants, quitte à les rendre obèses, pour répondre à leur besoin d'attention et d'amour, ces deux derniers impératifs prenant beaucoup plus de temps et d'énergie que distribuer des sucreries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui28 septembre 2013
Ces tordus jouissifs, violeurs,tortureurs, tueurs multirécidivistes ne devaient jamais retrouver la liberté,le plus souvent à cause d’un vice de procédure. Ils recommenceraient aussitôt à semer leurs carnages, le passé l’avait amplement prouvé. L’institution, la loi avait donné la preuve de ses failles à leur égard. À sa décharge, la loi avait été créée pour des humains commettant des crimes d’humains dans un moment de fureur, d’amour, de peur. Or, selon Diane, ces sujets n’étaient plus humains. Ne restait que l’enfermement à vie, pratiquement impossible, ou la mort, simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HenDurHenDur30 novembre 2014
Étrange, cette expression, « question de vie ou de mort « . On n'y croit jamais vraiment. Hormis la maladie et les accidents, qu'est-ce qui nous parait encore une question de vie ou de mort dans nos paisibles existences d’Occidentaux ? Nous avons repoussé la mort hideuse aussi loin de nous que nous le pouvions, au point que, d'inévitable, elle est devenue une désastreuse surprise. Du coup, n'avons-nous pas aussi perdu le sens de la vie, de son extrême importance, de sa terrible fragilité ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HenDurHenDur30 novembre 2014
Au fond, la vie est pleine de délices. Néanmoins, en général on ne les remarque pas. Il serait ahurissant d'en vouloir aux gens de cet aveuglement. Il sont bombardés de sollicitations, de stimulations en tous genre. Alors forcément, ils ne voient plus le reste, les petits délices qui ne font pas bruit. Ils sont si discrets qu'on finit par les croire banals, puis par les ignorer complètement. C'est dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui28 septembre 2013
Les prisons étaient engorgées au-delà de l’acceptable. On y entassait de pauvres types qui n’avaient pas commis grand tort avec des psychopathes terriblement violents. On fermait les hôpitaux psychiatriques, remettant en liberté de vraies bombes à retardement, dont la seule excuse était d’être irresponsables, ce qui n’enlevait rien à l’horreur de leurs actes.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : silverVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
963 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre