Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique



> Edmond Tourriol (Traducteur)
> Makma (Traducteur)

ISBN : 2756009121
Éditeur : Delcourt (2007)


Note moyenne : 4.27/5 (sur 518 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rick est policier et sort du coma pour découvrir avec horreur un monde où les morts ne meurent plus.
Mais ils errent à la recherche des derniers humains pour s'en repaître. Il n'a alors plus qu'une idée en tête: retrouver sa femme et son fils, en espérant qu'ils ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (106)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par boudicca, le 11 décembre 2012

    boudicca
    Inutile désormais de présenter « walking dead » et son créateur tant le succès remporté par la série de Robert Kirkman est immense. Autant prévenir tout de suite, si vous commencez à vous plonger dans les comics, vous ne risquez pas d'en sortir de si tôt, leur plus grande spécificité étant leur caractère hautement addictif. le charme opère dès le premier volume, « Passé décomposé », dans lequel on rencontre le personnage de Rick à la vie duquel est consacré la série. Ou plutôt la survie, puisque lorsque notre protagoniste, policier de son état, se réveille du comas, c'est pour découvrir que le monde tel que nous le connaissions n'est plus qu'un lointain souvenir, anéanti par un mal mystérieux faisant déserter les morts de leurs cimetières pour les faire marcher parmi les vivants dont ils cherchent désormais à se repaître. Rick se lance alors à la recherche de sa femme (Lori) et de son fils (Carl) qui ont rejoint un petit groupe de survivants installés provisoirement à proximité de la ville d'Atlanta et au sein duquel il s'impose rapidement comme leader.
    C'est avec une certaine fascination que l'on fait peu à peu connaissance avec l'univers de Robert Kirkman qui nous plonge dans une ambiance post-apocalyptique dérangeante : il s'agit bien de notre monde, de notre époque, et pourtant rien n'est ni ne sera plus jamais comme avant. Au fil des pages, on finit cependant par, à défaut de l'apprivoiser, au moins commencer à saisir certaines des nouvelles règles de cet environnement hostile où personne n'est désormais à l'abri. le plus grand attrait de la série reste malgré tout ses personnages et leur psychologie très fouillée. Ce sont les relations qui se nouent et se dénouent, les comportements qui se modifient et toutes les réactions possibles et imaginables face à ce déferlement d'horreurs, qui importent avant tout au créateur et c'est là tout l'intérêt de « walking dead ». Il s'avère au final assez difficile de retranscrire la complexité et la qualité de l'œuvre de Kirkman, mais une chose est sûre en ce qui me concerne : il s'agit d'une des meilleure série qu'il m'a été donné de découvrir.
    Pour les fans les plus enthousiastes, sachez que les comics ne sont aujourd'hui plus les seuls à pouvoir assouvir votre appétit de « walking dead » puisque qu'il existe également deux romans centrés sur certains personnages secondaires rencontrés au fil des volumes (« L'ascension du gouverneur » et « La route de Woodbury »), ainsi qu'une série télé, inspirée mais librement adaptée des comics (rien que pour l'introduction du personnage de Daryl Dixon, cela vaut le coup de regarder!). Maintenant que vous y avez goûté, impossible de faire marche arrière.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 42         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Hugo, le 01 juillet 2013

    Hugo
    Bien décidé à me mettre sérieusement aux comics, c’est avec entrain que j’ai trainé une choupette nonchalante dans un magasin spécialisé en COMICS & mangas…
    Alors moi, je suis un grand fan des supers héros, oh que oui : "Batman, Spiderman, Superman, Iron Man, Hulk et captain orgazmo", de l’enfance à l’adolescence et encore aujourd’hui, je rêvasse le jour et la nuit de sauver le monde en défouraillant de mes mains expertes et habiles tous les méchants, et ainsi pourvoir me serrer la « bonasse » de fin : roulages de « paloches » et tripotage romantique »
    Pourtant je n’ai jamais accroché aux bandes dessinées, trop rapide à lire, de plus ça coute une blinde, je me suis toujours contenter des films, des séries et des dessins animés…
    Donc je rentre dans le magasin avec choupette dans les baskets qui me soupire dans le dos toute sa motivation, et là en jetant deux trois coups d’œil furtif, je me dis que ça coute toujours une blinde.
    Mais bon j’ai quand même envie d’essayer, donc me voilà circulant gaiment dans les allés pour trouver un truc chouette, je passe les plus connus pour me retrouver devant la série des « Walkind dead », couverture attrayante, c’est un peu épais, bref je me dis que ça devrait le faire pour un puceau du comic.
    Le scénario, l’ambiance, la psychologie des personnages, les dessins tout est bon, je prends mon pied, vraiment j’accroche comme un gosse les yeux pleins d’étoiles mais…
    14 euros pour 30 min ça fait mal ou vous savez, même avec une grande ouverture d’esprit (vive le mariage pour tous), je reste sur ma faim, ça me plait mais c’est beaucoup trop cher et ça m’enquiquine pour rester poli, et aussi parce que je suis bien éduqué, et surtout parce que j’ai la classe, etc etc …
    J’ai continué avec la série télévisée qui est très bonne aussi.
    A plus les copains
    PS : Vous avez aussi le droit de me faire don de vos comics préférés, juste pour le plaisir de me faire plaisir, avec ma reconnaissance éternelle bien entendu, et je n’ai qu’une parole.
    Ps (2) : Nous sommes tous conscients que cet avis ne sert qu'à me faire grimper dans le classement de babelio parmi les meilleurs auteurs de critiques : plus que 69 886 points et je détrônerais la jolie Malaura,
    j'arriveeeeeeeee... (rire diabolique...)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par garrytopper9, le 16 février 2014

    garrytopper9
    Ce que j'ai particulièrement apprécié dans cette histoire, c'est l'ambiance oppressante qui se dégage de certaines scènes. Un groupe d'humains qui essaye de vivre tant bien que mal tout près de zombies... c'est vrai qu'à chaque page on se demande lequel va se faire attaquer, lequel va dérouiller. Tout cela entretient un suspense morbide assez appréciable même s'il devient à la longue répétitif. Dans ce premier album, je trouve cette ambiance particulièrement réussie même si certains éléments sont un peu poussés à l'extrême, comme la traversée d'Atalanta par Rick et Glenn.
    Dans l'ensemble, on est un petit peu comme le héros : on se demande dans quel monde on est tombé, et pourquoi tout le monde est devenu zombies. Mais pour l'instant, il faut surtout s'organiser pour survivre et on verra après si on a des questions existentielles. J'ai donc été immergé avec efficacité dans cette ambiance.
    En revanche, je reste, à ce stade, sceptique sur le scénario. Peut-être en attendais-je plus, peut-être en attendais-je trop. En effet, moi, j'aurais bien aimé savoir ce qui a déclenché cette zombification de masse. Je trouve que l'on nous livre ici un univers post-apocalyptique, mais sans nous en donner les clés, ce que je trouve frustrant. Par ailleurs, je trouve vraiment trop gros que le gars qui se réveille de son coma retrouve aussi facilement, outre toutes ses capacités physiques, sa femme et son fils. Ca fait un peu toc. Je pense que le personnage de Rick aurait gagné en profondeur et en crédibilité s'il n'avait pas retrouvé les gens qu'il aime.
    Enfin, je ne trouve pas que les relations humaines sont particulièrement développées et les uns et les autres m'ont semblé un peu caricaturaux dans ce premier tome. Pour preuve, ce pauvre Shane qui pète un câble : on nous dira que c'est la tension due à la situation qui le conduit sur cette voie. Je trouve cette explication un peu simpliste pour expliquer cette facilité scénaristique qui permet à surtout à Rick de prendre le leadership sur ce groupe de survivants.
    Ce premier tome reste assez bon par l'atmosphère qui s'en dégage mais pour moi, il manque quand même un peu de cohérence et de fluidité dans le récit pour véritablement l'apprécier. Et surtout, pour l'instant, j'ai du mal à m'attacher aux personnages présentés et du coup je me moque un peu de leur destin, ce qui fait que je ne suis pas touché comme je le devrais lorsque l'un ou l'autre vient à disparaître.
    Nul doute que les tomes suivant vont donner bien plus d'ampleur à la suite du Comics.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 29         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 04 juillet 2014

    lehane-fan
    Rick entre visiblement dans une période de chance propre à rendre jaloux un trèfle à 12 feuilles.
    Alors qu'il était en service, ce flic zélé s'est pris pour un carton de ball trap. Une balle dans le buffet et un coma prolongé plus tard, notre futur héros se réveille enfin - ouaiiiis – pour s'apercevoir que son monde n'existe plus - aaaaargh.
    Les rôdeurs ont pris le pouvoir. le seul challenge viable pour notre shérif-adjoint, échapper à leurs crocs avides de chair fraîche pour ne pas finir comme eux.
    Bonne chance l'ami...
    Le récit basique de zombies vs quelques malheureux survivants désormais appelés à battre régulièrement le record du 100 m de Bolt, tout le monde connaît. Il fût un temps où l'on en bouffait matin midi et soir, c'est le cas de le dire. Une certaine lassitude pouvait légitimement se faire sentir. walking dead dépoussière magistralement la franchise pour s'imposer comme la série ( à bulles, télé ) incontournable.
    Si le pitch fait dans l'ultra balisé, son traitement détonne de par la psychologie des personnages décortiquée à l'extrême.
    Les divers protagonistes, en mode survie, ne doivent désormais leur salut qu'en s'unissant tout en faisant fi de leurs antagonismes. Fait notoire, le zombie qui se trainait lamentablement dans le clip de hi hi Jackson n'est plus. Il trace plutôt rapidement le bougre et mieux vaut avoir les réflexes aiguisés.
    Le trait classique et bicolore de ce premier opus ne s'épanche pas en prologues poussifs. le bain est direct et la plongée violente !
    Bienvenue en ce monde de chaos.
    La Nation Zombie vous salue bien.
    A taaaaaaable!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 32         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Tomisika, le 05 avril 2013

    Tomisika
    Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu des comics. Auparavant j'aimais bien Witchblade, Tomb Raider et d'autres dont j'ai oublié le nom. C'est la lecture du livre qui m'a donné envie de voir ce que cachait la bande-dessinée. Bien m'en a pris puisque c'est un véritable coup de cœur que j'ai eu pour elle.
    Rick se réveille du coma dans un hôpital et découvre la présence d'êtres humains en décomposition régis par un grand appétit pour les autres humains et d'une grande violence. En sortant, il constate que le monde a changé, et qu'il est l'un des seuls survivants…
    J'ai pris le parti de donner un avis global, et non par tome, puisque ce serait diffuser des commentaires de 3 lignes sur l'histoire et certainement vous révéler des élèments essentiels de l'histoire, alors qu'il vaut mieux préserver tout le suspens. Ainsi hormis les principaux éléments je ne reviendrai sur l'histoire et les péripéties pour qu'à votre tour vous découvriez le monde avec les yeux de Rick (attention, ça fait peur!)
    Les visages ont des traits expressifs, les décors sont bien dessinés et le rythme est haletant. Difficile de s'ennuyer une minute, puisqu'en lisant nous vivons ce qu'éprouvent les protagonistes. On peut donc dire qu'on s'immerge facilement dans l'univers, et qu'on ressent beaucoup de sensations.
    En 17 tomes, j'ai pris plaisir à voir évoluer et murir les personnages. le scénariste arrive à montrer plusieurs visages de l'être humain, et un peu comme dans le livre de Camus La Peste, on retrouve les comportements excessifs de ceux qui vivent dans l'épouvante. On voit à quel point l'environnement façonne l'attitude de chacun, ainsi que les peurs et les projections. Cela remet en question la notion de droit et de pouvoir. le plaisir et la curiosité de s'interroger sur la création d'un nouveau monde, et sur la mise en place de nouvelles normes, c'est en partie tout l'intérêt de cette oeuvre.
    Je suppose que c'est pour cela que, comme La route de Mc Carthy, walking dead rencontre un certain succès. Ces récits de fin du monde interrogent sur l'établissement de notre quotidien, sur les piliers de notre humanité. Qu'en serait-il si tout ce qui est immuable et installé à l'heure actuelle était autrement? Avons-nous façonné la meilleure gestion possible de notre humanité? Mais surtout, en cas de destruction et d'effacement de ces lois et règles morales, serons nous capable de créer avec un meilleur apport qualitatif ou retomberons-nous dans une bestialité dont nous sommes en partie issus?
    Ensuite l'autre élément qui explique son succès, c'est évidemment la présence de zombie. J'en avais parlé dans mon billet sur le tome 1. le zombie, c'est un être humain dépourvu de conscience. C'est un être humain qui n'est régit que par l'instinct, sans aucun raisonnement. Mais surtout il se compromet dans ce qui est le plus effroyable après le viol (et donc la possession du corps de quelqu'un): le cannibalisme. Qu'y-a-t-il de plus effrayant qu'une personne, comme vous et moi, qui serait insensible à toute nos argumentations et voudrait juste nous manger séance tenante?
    Dans la « mythologie » fantastique, ce type de comportement est introuvable et incomparable chez toutes les autres espèces. le vampire suce le sang et te transforme en un être similaire, c'est une menace mais possède la raison. Pareillement les cyborg sont soit deshumanisés (puisqu'on leur ajoute des éléments technologiques) soit humanisés (robots avec conscience), mais là encore ce n'est qu'un additionnel à la spécificité humaine. Les fantômes? Méchants ou gentils, ils ont une âme. Quant au Loup-garou leur difficulté est qu'ils se transforment en animal pendant la pleine lune. J'en ai probablement oublié, mais vous avez saisi l'essentiel.
    Outre l'aspect de cet absence de raison (qui différencie l'homme de l'animal), il y a bien sûr le rapport à la mort. Puisqu'ici l'être décédé se réveille dans la même enveloppe corporelle mais est tout autre. Il n'y a donc plus de mort dans le sens propre du terme. L'être est interdit d'autre-monde, de paradis ou d'enfer, selon les croyances. Il défie les lois et pire, en te mordant il t'entraîne avec lui.
    Et enfin, la question de la science. Une avancée scientifique peut-elle produire cela? Sommes-nous à la merci d'une erreur d'un grand laboratoire? Comment se protéger d'une contagion ou d'une attaque? Et comment s'en soigner si tous les milieux pharmaceutiques et médicaux sont détruits?
    Pour finir, les personnages de la bande-dessinée ont chacun une personnalité propre et intéressante. On s'y attache facilement, on est triste quand ils meurent, et quand des nouveaux arrivent on les observe avec méfiance. On partage les mêmes craintes pour Le groupe que les protagonistes qui doivent faire face à un équilibre précaire.
    On voit comment ils s'endurcissent, la perte progressive d'humanité (tuer l'autre pour éviter qu'il ne nous tue ou court à notre perte). Une des scènes frappantes est celle lorsque l'un des personnages ne se rend même plus compte que tuer une personne de son entourage est un crime, tellement il a grandit dans cet environnement. Et puis la cruauté, la faim qui pousse à toujours repousser les limites de ce qui est établi comme inadmissible par la société.
    J'ai lu tous les tomes (de 1 à 17) en deux jours, tellement c'est palpitant et intéressant. Il va m'être difficile d'attendre la sortie du 18 en juin. Très certainement que je les relirai à l'occasion pour calmer mon impatience. Si vous hésitez entre la série télévisée, la bande-dessinée ou les livres, misez sur la bande-dessinée, car elles sont vraiment de qualité.
    Pour ceux qui l'ont lu, mes personnages préférés sont Michonne, Andréa (que je déteste dans la série TV), Carl, et Glen. Et vous?


    Lien : http://lechateaudegaby.wordpress.com/2013/03/03/the-walking-dead-com..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • ComicsMarvel , le 06 avril 2012
    Un très bon roman issu d'une série légendaire.
    Lire la critique sur le site : ComicsMarvel
  • Sceneario , le 06 décembre 2011
    Ce livre est une mine d'or, un beau cadeau, surtout pour les aficionados de Walking Dead qui se révèle d'une grande richesse. Il est accompagné de photographies, de dessins, de croquis fort bien choisis et qui agrémentent idéalement les textes. Le tout est divisé en chapitres et se lit avec un réel plaisir.
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par garrytopper9, le 15 février 2014

    - Ce Shane, c'est un gars bien, il nous aide beaucoup ici...Il a pris soin de votre femme, mais il n'est pas content de vous revoir...Il a des vues sur Lori depuis que je le connais.

    - J'apprécie le conseil, mais Shane est mon ami. Il la protégeait. Je n'ai rien à craindre.

    - Si c'était ma femme, je ne lui ferais pas confiance...

    - Bien, c'est noté...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par garrytopper9, le 16 février 2014

    C'était une jolie fille...Elle aurait dû aller à la fac, vivre sa vie, être heureuse...
    Cela n'aurait jamais dû arriver, elle ne méritait pas ça.
    Personne ne mérite ça...

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par Kenehan, le 24 décembre 2013

    - J'ai hâte de voir comment le linge va sentir avec la nouvelle lessive que Glenn a ramenée de la ville !
    - Le truc qu'avait Dale dans son camping car, c'était pas ça. Les vêtements sentaient meilleur...mais pas tant que ça.
    - Bon Dieu mais écoutez-vous ! Vous êtes tout excitées parce que vous allez essayer une nouvelle lessive ?!
    - Merde Donna, on n'a pas fait la fête, non plus. C'est juste que j'aimerais avoir des vêtements qui sentent bons. Au point où on en est, ça ne nous ferez pas de mal.
    - J'aimerais juste comprendre pourquoi c'est nous qui faisons la lessive pendant qu'eux, ils vont à la chasse. Quand les choses reviendront à la normale, je me demande si on aura encore le droit de vote.
    - Tu es sérieuse ?
    - Toi, je ne sais pas, mais moi, je suis incapable de tirer avec une arme. En fait, je n'ai même jamais essayé. Et je ne fais pas confiance à ces mecs pour laver mes affaires. Rick n'y arrivait déjà pas avec une machine à laver... Là, il serait perdu.
    - Ce n'est pas une question de droits des femmes...c'est juste une question de réalisme et de faire ce qu'il y a à faire.
    - C'est ça !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par steambook, le 08 octobre 2012


    "Ouais... en fait ... penser aux bons moments, ça rend tout ça encore pire."

    "- Je ne l'avais même pas vu !
    - Va falloir que tu gardes les yeux ouverts, mec, tu étais où, ces derniers temps ?
    - Dans le coma."

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Dionysos89, le 02 février 2012

    Blagg ! (Il vomit)
    Glenn à Rick : Excuse-moi. Tu sais, si ta théorie de l'odeur est correcte, je risque beaucoup moins que toi !

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

> voir toutes (13)

Videos de Robert Kirkman

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman

Bande-annonce de la série "The Walking Dead, saison 4" en VF.








Sur Amazon
à partir de :
12,42 € (neuf)
9,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Walking Dead, tome 1 : Passé décomposé par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (5) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (817)

> voir plus

Quiz