Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266023128
Éditeur : Pocket


Note moyenne : 3.69/5 (sur 140 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quatrième de couverture - Je ne pensais qu'à moi-même et puis, à mesure que j'écrivais, le me suis aperçu que le traçais un portrait de ma Haute-Guinée natale. » Au-delà du récit autobiographique d'un jeune écrivain de 25 ans, L'Enfant noir nous restitue, dans toute sa ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    LiliGalipette
    Ceci est le récit de l'enfance et de la jeunesse de l'auteur. Enfant, il a entendu les légendes sur le petit serpent noir qui protège sa race et qui parle à son père pendant la nuit. Il a vu son père forger les métaux et façonner l'or. « Toujours, je l'ai vu intransigeant dans son respect des rites. » (p. 33) Entre Tindican, à la campagne, et Kouroussa, à la ville, il a grandi, il a appris les traditions et les contes. Camara sait qu'il que la magie existe et il ne cherche pas à l'expliquer. Son père et sa mère en sont pétris et l'utilisent avec puissance et sagesse.
    Camara fait des apprentissages de grande importance. Il y a la circoncision qui le fait homme et le sépare de l'enfance et de sa mère. « Des hommes ! Oui, nous étions enfin des hommes, mais le prix en était élevé ! » (p. 142) Puis il y a l'école française, le collège technique et, bientôt, la France. « Il fallait que le désir d'apprendre fût chevillé au corps, pour résister à semblable traitement. » (p. 85) Peu à peu déraciné de son village, puis de son pays, Camara s'européanise subtilement.
    Je n'ai pas vraiment pris de plaisir à cette lecture. Ce récit autobiographique m'a vaguement ennuyée et les descriptions de l'Afrique noire et de ses rites n'ont pas sauvé ce texte. On découvre un Islam mêlé de grigri et de magie, de superstitions et de sagesse. La langue est française, mais l'esprit du texte est africain et on lit des expressions et des tournures grammaticales désuètes ou inédites. L'oralité prime et la phrase s'adapte au souffle. C'est une lecture que l'on peut faire à voix haute, pour saisir le rythme des mots. Mais dans l'ensemble, je ne retiens pas grand-chose de cette lecture très rapide.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 54         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par juliette2a, le 15 juin 2012

    juliette2a
    J'ai beaucoup aimé ce livre. Camara Laye nous raconte son enfance dans le petit village de Kouroussa, situé en Haute-Guinée ; ses parents sont admirés de tous (son père, forgeron est le chef de sa tribu et sa maman protectrice est douée de nombreux "pouvoirs"). le petit garçon est confronté à toutes les coutumes du village plus au moins joyeuses. Toutefois, vient le temps de l'école où L'Enfant noir se plait, travaille beaucoup avec ses amis. Camara se tourne alors vers d'autres horizons avec, entre autres, la ville de Conakry pour étudier les métiers techniques et ainsi s'épanouir dans la vie au fil des années.
    Cet auteur est véritablement touchant et fascinant ; il nous décrit parfaitement l'atmosphère de son enfance avec une telle intensité que l'on se retrouve subjugué dans le roman à ses côtés...
    Ainsi, ce livre "intemporel" ne cessera jamais de m'émouvoir.
    A lire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 39         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Jcequejelis, le 09 décembre 2011

    Jcequejelis
    Le style de Camara Laye est clair, fait de phrases courtes, de mots simples, mais aussi de petites surprises de style.

    Camara parle de sa mère, de son père, de sa famille élargie jusqu'aux oncles et cousins, de ses voisins, de son pays, de ses traditions, de ses superstitions, de Fanta, de Marie... et de ses copains de Kouroussa.
    A travers sa vie c'est d'eux qu'il parle, qu'il se parle, nous fesant aimer la Haute-Guinée.
    Il semble au cours de ce texte se dire à lui-même : Souviens-toi, Camara, souviens-toi, de l'amour de ta mère, de celle de ton père, de celle de Marie et de Fanta, de celle de tes oncles et de ta grand-mère !
    Lui aussi fait ici la liste de ses dettes. Je suis heureux de cette lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par zembla, le 22 octobre 2010

    zembla
    Ce livre raconte l'enfance d'un petit africain dans les années 1930 dans un village de Haute-Guinée. Son père est le forgeron du village et L'Enfant noir étant le fils aîné c'est a lui que doit revenir la tache de lui succéder . Mais son goût d'apprendre et son désir de voir d'autres horizons vont bousculer cet ordre établi.
    Ce livre est une relecture ou plutot une redécouverte car ce livre je l'ai lu il y de cela plusieurs(dizaines d') années. En effet c'est un livre que j'ai lu en classe de CM1 ou CM2 et le souvenir qui m'en restait était pour le moins flou. Il me restait en fait le souvenir de L'Enfant noir faisant une ballade a vélo avec son amoureuse sur le porte bagage et le plaisir que j'avais eu a sa lecture. Pas grand chose. Jusqu'à ce qu'une émission littéraire (la grande librairie sur France 5 pour ne pas la nommer) vienne rappeler ce livre a mon souvenir.
    Parlons plutôt du livre. D'abord c'est un témoignage sur cette Afrique où se côtoyait la réalité et le merveilleux. Cette Afrique des griots (conteurs), des sortilèges, des incantations, des rites initiatiques, des traditions et des coutumes ancestrales. Mais c'est aussi un livre sur l'enfance avec ses joies, ses amours, ses déchirements et ses injustices. C'est aussi un livre sur le passage de l'enfance a l'âge adulte avec les choix a faire et le déracinement.
    Mais c'est surtout un livre d'Amour :pour ses parents, sa famille, ses ami(e)s.
    Il y a des livres que l'on relit et qui a cette seconde lecture nous déçoivent. "L'Enfant noir" ne fait pas partie de cette catégorie, au contraire car il y a des choses que je n'avais pas du comprendre a ma première lecture.
    Comme il est marqué sur la 4ième de couverture :"Un livre intemporel qui s'est imposé comme un classique de notre temps" et pour une fois ils ne mentent pas.
    Dans ce même registre je conseille le très bon livre "Hamkoullel l'enfant peul" de Amadou Hampaté Bâ qui lui parle de son enfance au Mali.

    Lien : http://desgoutsetdeslivres.over-blog.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Missbouquin, le 05 mai 2012

    Missbouquin
    Au départ enthousiaste car j'aime énormèment les récits de la vie africaine au début du XXe siècle, j'ai vite déchanté à la lecture de ce roman autobiographique. Certes j'ai retrouvé l'ambiance des écrits d'Amadou Hampaté Bâ mais, clairement, le style est moins bon, plus épuré, on est moins emporté dans la vie de l'enfant africain. Cela s'explique peut-être par la différence de formation entre ces deux écrivains, l'une plus littéraire pour Amadou, plus technique pour Camara Laye. Mais j'ai vraiment eu l'impression de lire une version simplifiée de Amkoullel, l'enfant Peul, un pur chef d'œuvre, d'autant qu'on est loin du talent de conteur d'Amadou Hampaté Bâ.
    Dans tous les cas, j'ai trouvé ce récit un peu simpliste, comme s'il ne faisait qu'effleurer la vie à cette époque, qu'il ne nous y emmenait que d'une manière superficielle. Les épisodes racontés sont connus et archi-connus. Les chapitres se succèdent sans vraiment de liens apparents, comme des photographies prises au hasard, avec une chronologie assez lâche.
    En réalité, j'y verrai plutôt un bon récit pour introduire l'ancienne culture africaine (qui n'existe plus ou de manière très sporadique) à des enfants, puisque celle-ci est vue par des yeux d'enfants.
    Je conseille plutôt cet autre livre : Amkoullel l'enfant peul, d'Amadou Hampaté Bâ. A consommer sans modération !

    Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com/2012/05/05/lenfant-noir-1953-cam..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

> voir toutes (15)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par latrace, le 19 août 2010

    A la nuit tombante, mon oncle Lansana rentrait des champs. Il m’accueillait à sa manière, qui était timide. Il parlait peu. A travailler dans les champs à la longueur de la journée, on devient facilement silencieux; on remue toutes sortes de pensées, on en fait le tour et interminablement on recommence, car les pensées ne se laissent jamais tout à fait pénétrer; ce mutisme des choses, des raisons profondes des choses, conduit au silence; mais il suffit que ces choses aient été évoquées et leur impénétrabilité reconnue, il en demeure un reflet dans les yeux: le regard de mon oncle Lansana était singulièrement perçant, lorsqu’il se posait; de fait, il se posait peu: il demeurait tout fixé sur ce rêve intérieur poursuivi sans fin sans les champs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 57         Page de la citation

  • Par latrace, le 19 août 2010

    En décembre, tout est en fleur et tout sent bon; tout est jeune; le printemps semble s'unir à l'été, et la campagne, longtemps gorgée d'eau, longtemps accablée de nuées maussades, partout prend sa revanche, éclate; jamais le ciel n'est plus clair, plus resplendissant; les oiseaux chantent, ils sont ivres; la joie est partout, partout elle explose et dans chaque coeur retentit.

    Commenter     J’apprécie          0 81         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 09 décembre 2011

    C'est cette année-là, cette première année-là puisque la précédente ne comptait plus, que je nouai amitié avec Marie.
    Quand il m'arrive de penser à cette amitié, et j'y pense souvent, j'y rêve souvent - j'y rêve toujours ! -, il me semble qu'il n'y eu rien, dans le cours de ces années, qui la surpassât, rien, dans ces année d'exil, qui me tint le coeur plus au chaud. Et ce n'était pas, je l'ai dit, que je manquais d'affection ; mes tantes, mes oncles me portèrent alors une antière affection ; mais j'étais dans cet âge où le coeur n'est satisfait qu'il n'ait trouvé un objet à chérir et ou il ne tolère de l'inventer qu'en l'absence de toute contrainte, hormis la sienne, plus puissante, plus impérieuse que toutes. Mais n'est-on pas toujours un peu dans cet âge, n'est-on pas toujours un peu dévoré par cette fringale? Oui, a-t-on jamais le coeur vraiment paisible.

    [Press Pocket n° 1249 - p.182]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 23 mars 2013

    Ma mère était née immédiatemment après mes oncles jumeaux de Tindican. Or on dit des jumeaux qu'ils naissent plus subtils que les autres enfants et quasiment sorciers; et quant à l'enfant qui les suit et qui reçoit le nom de « sayon », c'est-à-dire de « puinè des jumeaux », il est, lui aussi, doué du don de sorcellerie; et même on le tient pour plus redoutable encore, pour plus mystérieux encore que les jumeaux, auprès desquels il joue un rôle fort important : ainsi s'il arrive aux jumeaux de ne pas s'accorder, c'est a son autorité qu'on recourra pour les départager; au vrai, on lui attribue une sagesse suppérieure à celle des jumeaux, un rang supérieur; et il en va de soi que ses interventions sont toujours, sont forcément délicates.
    C'est notre coutume que les jumeaux doivent s'accorder sur tout et qu'ils ont droit à une égalité plus stricte que les autres enfants : on ne donne rien à l'un qu'il ne faille obligatoirement et aussitôt donner à l'autre. C'est une obligation qu'il est préférable de ne pas prendre à la lègère : y contrevient-on, les jumeaux ressentent également l'injure, réglent la chose entre eux et, le cas échéant, jettent un sort sur qui leur a manqué. S'élève-t-il entre eux quelque contestation - l'un, par exemple, a-t-il formé projet que l'autre juge insencé - ils en appellent à leur puiné et se range docilement à sa décision.

    [p. 75]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Missbouquin, le 27 avril 2012

    " la coutume ressortit à une foncière indépendance, à une fierté innée ; on ne brime que celui qui veut bien se laisser brimer, et les femmes se laissent très peu brimer"

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Camara Laye

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Camara Laye

Adaptation filmique de L’Enfant noir de Camara Laye en 1954 réalisée par Laurent Chevallier.








Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Enfant noir par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (324)

> voir plus

Quiz