Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266136046
Éditeur : Pocket (2004)


Note moyenne : 3.35/5 (sur 1801 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Marc Levy, roi du best-seller depuis Et si c'était vrai..., est de retour avec Sept jours pour une éternité! San Francisco aujourd'hui. Lucas est le genre beau brun ténébreux un peu vénéneux sur les bords; Zofia est une belle plante ingénue à qui on donnerait le Bon Die... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (159)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par Lolokili, le 12 novembre 2011

    Lolokili
    C'est grâce à ce... livre que je me suis (enfin) juré de ne plus jamais donner sa chance à Marc Lévy. Au moins aura-t-il servi à ça.

    Commenter     J’apprécie          0 53         Page de la critique

  • Par lilicrapota, le 19 octobre 2011

    lilicrapota
    mon dieu que c'est gnangnan... figurez vous que dieu et diable (désolée pour les majuscules) se disent "eh dis donc, si on se lançait un ultime défi pour savoir qui gouvernera le monde" et qu'ils envoient chacun un émissaire, un ange, un démon (qui n'a pas grand chose d'un démon hormis peut être le fait qu'il aime bien voler des voitures...) et savez vous ce qu'il arriva (on le sait à peu près dès la 2ème page) ils tombent amoureux, ça alors, incroyable,les voilà qui fricotent ensemble et comme il faut que ça soit cucul la praline jusqu'au bout, ils nous font un ptit, et dieu et diable tout émus d'être grands pères font la paix... si vous pouvez vous passer de cette lecture, je vous en prie, n'hésitez pas!!!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 40         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Orphea, le 15 mai 2009

    Orphea
    Je ne suis pas une grande fan de Marc Lévy mais j'ai bien aimé ce roman.
    L'idée de départ est tout à fait intéressante : Dieu et Lucifer, lassés de lutter pour le règne sur Terre, se lancent un ultime défi pour déterminer qui sera maître du monde pour le millénaire à venir. le pari va durer sept jours pendant lesquels le meilleur agent des deux camps devra faire pencher la balance du coté du Bien ou du Mal. Bonne idée, non?
    Cependant Dieu et Satan n'avaient pas prévu la rencontre de l'ange Zofia et du démon Lucas. Une histoire d'amour impossible bien sûr.
    L'histoire en elle-même est vraiment bien, mais l'écriture est un peu...naïve ! le roman comportent quelques longueurs, compensées toutefois par des dialogues très réussis.
    Ce que je reprocherais à l'auteur, c'est de noyer son livre dans les bons sentiments. Mais comme tout le monde, j'aime aussi quand les histoires finissent bien, que l'amour triomphe des obstacles. Aie ! Je suis devenue fleur bleue !
    Dans l'ensemble c'est un bon livre, reposant et agréable à lire.
    Mais comme je le fais toujours, je préfère dire que le plus enrichissant est de lire le livre et ENSUITE de se forger sa propre opinion. Il serait dommage de passer à coté de quelque chose qui pourrait vous donner du plaisir, simplement parce que des gens se targuent de savoir ce qu'est un bon livre.
    Pour paraphraser Will Hunting, un putain de bon livre c'est celui qui vous décoiffe !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Nameless-street, le 27 décembre 2009

    Nameless-street
    Une daube. Une insulte à la littérature; ce livre est tout juste bon à être qualifié de "roman de gare".
    Pas d'action : les personnages sont censés faire pencher la balance du côté du bien ou du mal en une semaine, mais cela ne les empêche pas de continuer leur petite vie routinière; happy end complètement cucu - la - praloche : lire le résumé en quatrième de couverture suffit amplement à connaître l'histoire et son déroulement; quant à l'écriture ... c'est plat, niais, il n'y a rien.
    Quand on sait que Marc Lévy est l'auteur français contemporain le plus lu dans le monde, ça fait mal aux fesses.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 24 septembre 2012

    brigittelascombe
    "Elle a la force des anges...Il a la charme du diable".
    Zofia, agent au "délicieux visage", se dévouant corps et âme dans le port de San Francisco, est convoquée à la Centrale de l' intelligence des Anges" par Dieu en personne, un Dieu en costume cravate et longue barbe blanche dans un building irisé aux bulles mauves et roses (bonjour l'humour et le sens de la déco des dessinateurs Corbeyran et Espé dans cette BD éponyme Sept jours pour l'éternité adaptée du célèbre best-seller de Marc Lévy) qui a lancé un "pari absurde" contre Lucifer. Leurs meilleurs éléments Zofia la dévouée (femme à poigne!!) et Lucas le malveillant devront faire triompher l'un des deux camps en une seule petite semaine.
    Et si le hasard s'en mêlait? Et si leurs destins se croisaient? Et s'ils rencontraient leur "bachert", leur âme soeur, la personne que Dieu leur a destinée?
    Alors qu'il "déambule à fond de caisse comme un matamore", ce séducteur à présent sur San Francisco pour faire voler en éclat les "entreprises de haute technologie" et "infliger un infarctus au coeur du pays", percute de plein fouet la voiture de Zofia. Coup de foudre!
    "Wham!" Explosion. Espacés, pas coup sur coup tout de même, le coup de foudre et le coup de bombe. Zofia se doit de rester en vie et de sauver la foule en délire.Autrement, si le bien partait en fumée, le scénario (adapté du célèbre roman de Marc Lévy, auteur de best-sellers glamour) ne tiendrait pas la route!
    Il est "grave" se dit Zofia. "Farceur,frimeur,provocateur", ce goujat a tout pour ne pas plaire, mais il lui plait....Alors stop les grèves, bye, bye, fusillades et bains de sang... "l'amour...c'est l'éternité".
    Félicitations pour l'adaptation réussie de Corbeyran (adaptation scénarique) et Espé (dessins) qui rend bien compte des ambiances angélique ou démoniaque, dont les personnages sont expressifs et l'action fort bien rendue.
    Après, il faut aimer....................l'histoire un peu tirée par les cheveux!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (111)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Valentine__95, le 23 août 2012

    Zofia,
    Je te regarde dormir et Dieu que tu es belle. Tu te retournes dans cette dernière nuit ou tu frissonnes , je te sere contre moi, je pose mon manteau sur toi , j'aurais voulu pouvoir en mettre un sur tous tes hivers. Tes trais sont tranquilles , je caresse ta joue, et, pour la première fois de mon existence je suis triste et heureux à la fois.
    C'est la fin de notre moment, le début d'un souvenir qui durera pour moi l'éternité. Il y avait en chacun de nous tant d'accomplie , tant d'inachevé quand nous étions réunis.
    Je partirai au lever du jour, je m'éloignerai pas à pas, pour profiter encore de chaque seconde de toi, jusqu'à l'ultime instant. Je disparaitrai derrière cet arbre pour me rendre à la raison du pire. En les laissant m'abattre, nous sonnerons la victoire des tiens et ils te pardonneront, quelles que soient les offenses. Rentre mon amour, retourne dans cette maison qui est la tienne et qui te va si bien. J'aurai voulu toucher les murs de ta demeure à l'odeur de sel, voir de tes fenêtres les matins qui se lèvent sur des horizons que je ne connais pas, mais dont je sais qu'ils sont les tiens. Tu as réussi l'impossible, tu as changé une part de moi. Je voudrais désormais que ton corps me recouvre et ne plus jamais voire la lumière du monde autrement que par le prisme de tes yeux.
    Là ou tu n'existes pas, je n'existe plus. Nos mains ensemble en inventaient une à dix doigts ; la tienne en se posant sur la moi devenait mienne, si justement, que lorsque tes yeux se fermaient, je m'endormais.
    Ne sois pas triste personne ne pourra voler nos souvenirs. Il me suffit désormais de fermer mes yeux pour te voir, cesser de respirer pour sentir ton odeur, me mettre face au vent pour deviner ton souffle. Alors écoute : ou que je sois, je devinerai tes éclats de rire, je verrai les sourires dans tes yeux, j'entendrai les eclats de ta voix. Savoir simplement que tu es là quelque part sur cette terre sera, dans mon enfer, un petit coin de paradis.
    Tu es mon Bachert.
    Je t'aime
    Lucas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par Shana, le 03 mars 2010

    « Vous avez peur ! dit-il. C'est ça, vous être pétrifiée de trouille. Contre vos ordres établis, c'est vous qui refusez de voir, vous qui parliez d'aveuglement et de sincérité. Vous prêchez la bonne parole à longueur de journée, mais dénués d'acte les serments ne sont rien. Ne me jugez pas, c'est vrai, je suis votre opposé, votre contraire, votre dissemblance, mais je suis aussi votre ressemblance, votre autre moitié. Je ne saurais pas vous décrire ce que je ressens parce que je ne connais pas les mots pour qualifier ce qui me hante depuis deux jours, au point de me laisser croire que tout pourrait changer, mom monde, comme vous disiez, le vôtre, le leur. Je me fous des combats que j'ai menés, je me moque de mes nuits noires et de mes dimanches, je suis un immortel qui pour la première fois a envie de vivre. Nous pourrions nous apprendre l'un l'autre, nous découvrir et finir par nous ressembler... avec le temps. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la citation

  • Par ChloexDream, le 01 janvier 2012

    -« Non, c’est toi qui vas bientôt t’égarer. Chaque jour, chaque heure, tu te rassureras de tes résistances, de tes manières, de tes esquives, mais l’envie de sa présence sera bien plus forte qu’une drogue. Alors ne sois pas dupe de toi-même, c’est tout ce que je te demande. Il envahira ta tête, et rien ne pourra plus te délivrer du manque. Ni ta raison, ni même le temps qui sera devenu ton pire ennemi. Seule l’idée de le retrouver, tel que tu l’imagines, te fera vaincre la plus terrible des peurs : l’abandon… de lui, de toi-même. C’est le plus délicat des choix que la vie nous impose. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la citation

  • Par sharpayloves, le 27 mars 2013

    Zofia,
    Je te regarde dormir et Dieu que tu es belle. Tu te retournes dans cette dernière nuit où tu frisonnes, je te serre contre moi, je pose mon manteau sur toi, j'aurais voulu pouvoir en mettre un sur tous tes hivers. Tes traits sont tranquilles, je caresse ta joue, et, pour la première fois de mon existence, je suis triste et heureux à la fois.
    C'est la fin de notre moment, le début d'un souvenir qui durera pour moi l'éternité. Il y avait en chacun de nous tant d'accompli et tant d'inachevé quand nous étions réunis.
    Je partirai au lever du jour, je m'éloignerai pas à pas, pour profiter encore de chaque seconde de toi, jusqu'à l'ultime instant. Je disparaîtrai derrière cet arbre pour me rendre à la raison du pire. En les laissant m'abattre, nous sonnerons la victoire des tiens et ils te pardonneront, quelles que soient les offenses. Rentre, mon amour, retourne dans cette maison qui est la tienne et qui te va si bien. J'aurais voulu toucher les murs de ta demeure à l'odeur de sel, voir de tes fenêtres les matins qui se lèvent sur des horizons que je ne connais pas, mais dont je sait qu'ils sont les tiens. Tu as réussi l'impossible, tu as changé une part de moi. Je voudrais désormais que ton corps me recouvre et ne plus jamais voir la lumière du monde autrement que par le prisme de tes yeux.
    Là où tu n'existes pas, je n'existe plus. Nos mains ensemble en inventaient une à dix doigts ; la tienne se posant sur moi devenait mienne, si justement que, lorsque tes yeux se fermaient, je m'endormais.
    Ne sois pas triste, personne ne pourra voler nos souvenirs. Il me suffit désormais de fermer mes paupières pour te voir, cesser de respirer pour sentir ton odeur, me mettre face au vent pour deviner ton souffle. Alors écoute : où que je sois, je devinerai tes éclats de rire, je verrai les sourires das tes yeux, j'entendrai les éclats de ta voix. Savoir simplement que tu es là quelque part sur cette terre sera, dans mon enfer, mon petit coin de paradis.
    Tu es mon Bachert,
    Je t'aime.
    Lucas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Eternidad, le 20 juin 2010

    La création humaine est peut-être imparfaite, mais rien n'est plus parfait dans l'univers que deux êtres qui s'aiment.

    Commenter     J’apprécie          0 114         Page de la citation

> voir toutes (66)

Videos de Marc Levy

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Marc Levy

Une autre idée du bonheur de Marc Levy .
Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/une-autre-idee-du-bonheur-de-marc-levy-665.html Printemps 2010, Philadelphie. Une femme s'échappe de prison et prend en otage une automobiliste. S'ensuit un périple à travers les Etats-Unis à la recherche d'une vérité. « Une autre idée du bonheur ». Plus de 30 millions de livres vendus, traduit en 39 langues, Marc Levy est un incontournable depuis son 1er roman « Et si c'était vrai » en 2000. Retrouvez le dans « Une autre idée du bonheur » aux éditions Robert Laffont/Versilio. Marc Levy est sur WTC.








Sur Amazon
à partir de :
3,90 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Sept jours pour une éternité... par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (4360)

> voir plus

Quiz

    Marc Levy

    Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

    •   Et si c'était vrai ...
    •   L'étrange voyage de Monsieur Daldry
    •   La Première Nuit
    •   Mes amis mes amours

    9 questions - 377 lecteurs ont répondu
    Thème : Marc Levy

    Créer un quiz sur ce livre.