Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 226612269X
Éditeur : Pocket (2003)


Note moyenne : 3.32/5 (sur 1784 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Adolescents, Susan et Philip représentaient tout l'un pour l'autre. Avec l'optimisme de la jeunesse, ils s'étaient promis de s'aimer pour toujours.
Mais la vie va les écarter l'un de l'autre comme deux étoiles soumises aux lois de la gravitation. Suzan affrontera... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (112)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par darkmoon, le 22 octobre 2013

    darkmoon
    Un livre horriblement touchant ! Une histoire incroyablement belle. Et comme toujours, les larmes sont au rendez-vous.
    Susan et Philip ont vécu toute leur enfance ensemble et l'amitié qui s’est tissée au fil de ces années s’est transformée peu à peu en un amour passionnel. Trop passionnel aux yeux de Susan qui, effrayée, préfère fuir et partir au Honduras où elle s'est engagée dans une action humanitaire pour porter secours aux victimes des catastrophes naturelles, en particulier des ouragans phénomènes fréquents dans ces régions. Resté seul à New-York pour poursuivre ses études universitaires, Philip attendra le retour de son amie d'enfance durant de longues et douloureuses années au cours desquelles ils entretiendront des correspondances qui s'effilocheront au fil du temps.
    Le début est assez long, on se demande où l'auteur veut en venir, et au fur et à mesure qu’on rentre dans l'histoire, le rythme s'accélère et enfin l'histoire surprend et bouleverse. Le style est d'une spontanéité qui n'a pas d'égal, Levy sait faire vivre ses personnages qui sont tellement attachants, surtout celui de Mary qui est d'une bonté extrême ! Comme quoi l'amour peut se créer avec les temps, la patience, la confiance, mais il y a toujours des liens qui ne se briseront jamais... Ce roman nous montre bien la complicité des relations humaines où les choix à faire de nos vies est d'une importance capitale.
    "Aimer c'est avant tout prendre un risque" cette phrase est la clé du livre, c'est la phrase directionnelle de l'auteur qui a construit son histoire autour de cela. Une histoire touchante, pleine de tendresse, de déchirures, de coups de gueule… L'histoire d’un amour simple mais impossible merveilleusement conté par M.Levy qui nous donne là une leçon sur les méandres de l’amour et sur l'importance du temps dans notre courte existence marquée à vie par les traces indélébiles qu'il y laisse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 19 mai 2011

    cicou45
    Susan et Philip étaient devenus inséparables. Avec optimisme, ou peut-être avec la naïveté qui est propre à la jeunesse, ils s'étaient promis de s'aimer pour toujours. Cependant, ils vont bien vite apprendre que l'amour ne suffit pas toujours : "Aimer ne signifie pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction". Or, ce n'était pas leur cas, lui poursuivait des études de graphisme afin de pouvoir monter des projets de construction tandis qu'elle ne rêve que de s'évader, de fuir sa propre vie afin de se consacrer à celle des autres. Aussi, s'engage-t-elle dans l'humanitaire et Philip la voit un beau jour s'envoler pour Honduras pour ce qui devait être une mission de 2 ans. Puis, ce contrat se renouvelle et elle accepte à chaque fois de nouvelles missions et de nouveaux défis. Ils se voient tout au plus une fois par an, à la cafétéria de l'aéroport entre deux vols. Ils ont beau s'écrire très régulièrement, leurs chemins vont finir par se séparer et leurs courriers se faire de plus en plus rares. Puis l'inévitable se produit. Alors que Susan continue à tenter d'améliorer la vie d'une poignée de gens dans le monde, Philip continue sa vie à Manhattan et finit par rencontrer quelqu'un, une jeune femme prénommée Mary qu'il va finalement épouser. Même si une partie de son cœur reste à jamais attachée à Susan, Philip, lui, est bien décidé à s'établir avec sa nouvelle épouse, à fonder un foyer et à s'épanouir dans sa vie professionnelle. L'arrivée de Thomas, leur premier enfant laissera présager de nombreuses années de bonheur jusqu'à ce qu'un événement vienne bouleverser leur vie à tous les trois et cet événement se prénomme Sara. Cette dernière est la fille de Susan qui a été déclarée morte et, étant née de père inconnu, Sara se voit confier, sur les recommandations de sa mère, aux bons soins de Philip et de sa femme. L'acclimatation de la petite hondurienne dans ce pays qui lui paraît si étrange et si loin de tout ce qu'elle a connu jusque là s'avère longue et parsemée d'embûches. Hantée par le fantôme de sa mère et par les ouragans, phénomènes naturels qui sont malheureusement plus forts que l'Homme et qui lui ont enlevé cette dernière, comment Sara arrivera-t-elle à surmonter toutes ces épreuves.
    Magnifique roman de Marc Lévy, rempli de tendresse et d'émotion. L'écriture est toujours aussi légère et c'est ce que j'aime particulièrement chez lui. Triste par moments mais aussi envoûtant, le lecteur s'attache très rapidement aux personnages. Un régal !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mickaela, le 25 octobre 2012

    mickaela
    Au début j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Je trouvais cela un peu ennuyant ce couple qui se retrouvait pour mieux se perdre ensuite et puis vient la deuxième partie de ce livre, presque une autre histoire où plutôt l'histoire dans l'histoire qui donne une toute autre dimension au livre !
    J'ai, finalement, passé un très bon moment à le lire et je ne regrette pas du tout d'avoir persister !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

  • Par PiertyM, le 09 octobre 2013

    PiertyM
    Avoir une même histoire, vivre un amour à distance, chacun poursuit son rêve, survivre aux tentations, satisfaire sans s'en rendre compte ses fantômes, telle se résume la vie de Susan et Phillip. Ce sont deux jeunes gens qui s'aiment et qui restent en même temps attachés à leur passé.
    Affronter les catastrophes naturelles, par moment, apaisent la culpabilité de Susan de n'avoir rien ait pour éviter l'accident à ses parents. Une bonne partie du livre est tenue par les correspondances qui nous plonge dans une autre dimension d'amitié qui dépasse parfois l'ardeur de leur amour...
    L'introduction des catastrophes naturelles comme troisième personnage principal intervient en quelque sorte comme une thérapie.
    Une écriture légère, raffinée à la jeunesse, un moment paisible.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Davalian, le 22 août 2013

    Davalian
    Et si c'était vrai... s'achève sur la promesse d'une tempête. Les ouragans vont être au cœur du second roman de Marc Lévy : Où es-tu ?. Comme le précédent, il s'agit d'un roman d'amour. Logiquement les majuscules sont de rigueur car il est surtout ici question de sentiments décrits, décryptés, analysés, racontés. le sentimentalisme ambiant plait ou ne plait pas, il demeure l'alpha et l'oméga de ce livre.
    L'écrivain déploie un talent certain. Si le thème est délicat, le style est toujours beau et jamais ennuyeux. Quelle plume ! Certaines surprises habilement insérées ne peuvent que faire sourire. Sans prétention, ces quelques passages sont agréables. Parler du Honduras, des années 1970, utiliser ainsi les services de police... tout ceci est bien vu mais bien loin de rattraper l'essentiel.
    Le récit reste centré sur une histoire d'amour. Telle que décrite elle en devient unique, une sorte d'histoire version Paul et Virginie contemporaine. Hélas, tout ceci peut se lire avec un autre regard qui peut être illustré par un commentaire "Quel gâchis !". L'abnégation amoureuse trouve ici une nouvelle expression : autant de vies détruites (les personnages secondaires sont pour le moins consentants, il faut le reconnaitre) par amour. Et à force cela en devient lassant, seul le lecteur semble se poser cette question : "Bon, il est temps de faire une pause là, non ?"
    Un livre bien écrit mais à réserver à un lectorat averti, patient et consentant !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

> voir toutes (128)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par iarsenea, le 26 avril 2010

    Tournant son visage vers la fenêtre, elle se sentit cernée par la tristesse du ciel dans cet après-midi morne et silencieux. Lisa leva la tête et surprit le chagrin qui coulait sur les joues de Mary. Elle la scruta ainsi quelques instants et la colère qui l'envahit vint déformer son visage de petite-fille. Elle sauta aussitôt de la chaise où elle était perchée et se dirigea d'un pas déterminé vers le réfrigérateur qu'elle ouvrit brusquement. Elle prit des oeufs, une bouteille de lait et claqua le battant. Elle s'empara d'un bol dans lequel elle commença à fouetter son mélange avec une vigueur qui étonna Mary. Elle ajouta de la même façon et sans aucune hésitation, sucre, farine, et autres ingrédients qu'elle saisissait un à un sur les étagères.
    -Qu'est-ce-que tu fais ?
    L'enfant fixa Mary droit dans les yeux, sa lèvre inférieure tremblait.
    -Dans mon pays il pleut, mais pas des pluies comme ici, des vraies, qui tombent pendant tellement de jours qu'on ne peut plus les compter. Et la pluie chez nous, elle est si forte qu'elle finit toujours par trouver son chemin pour entrer sous ton toit, et elle coule à l'intérieur de ta maison. Elle est intelligente la pluie, c'est maman qui me l'a dit, toi tu ne le sais pas, mais il lui en faut plus, toujours plus.
    La colère de l'enfant grandissait à chaque mot. Elle alluma le gaz et y fit chauffer une poêle. Elle continua, interrompue seulement d'un soubresaut.
    -Alors, elle cherche comment aller plus loin, et si tu ne fais pas très attention, elle se glisse dans ta tête pour te noyer, et quand elle a réussi, elle s'enfuit par tes yeux pour aller noyer quelqu'und'autre. Ne mens pas, je l'ai vue la pluie dans tes yeux, tu as eu beau essayer de la retenir en toi, c'était trop tard, tu l'as laissée entrer, tu as perdu !
    Et tout en poursuivant son monologue, de rage, elle déposa sa pâte et la regarda dorer sur le feu.
    -Elle est dangereuse cette pluie-là, parce que dans ta tête, elle enlève des bouts du cerveau, tu finis par renoncer et c'est comme ça que tu meurs. Je le sais bien que c'est vrai, je les ai vus les gens qui chez moi sont morts parce qu'ils ont abandonné, c'est Enrique qui les transporte ensuite dans sa charette. Maman, pour nous protéger de la pluie, pour nous empêcher de nous faire du mal, elle a un secret...
    Et de toutes ses forces réunies en un geste soudain elle fit virvolter la crêpe en l'air. Dorée, elle tournoya sur elle-même, s'élevant lentement jusqu'à venir se coller au plafond, juste au-dessus de Lisa qui la montra du doigt. Le bras aussi tendu que la corde d'un arc prête à rompre,elle hurla à Mary:
    -C'est le secret de maman, elle faisait des soleils sous le toit. Regarde, dit-elle en pointant de toutes ses forces la crêpe collée au plafond, mais regarde ! Tu vois le soleil ?
    Et sans attendre de réponse elle en fit revenir une nouvelle qu'elle envoya aussitôt rejoindre la première. Mary ne savait pas comment réagir. À chaque crêpe qui prenait son envol, la petite fille dressait fièrement son index en l'air et criait:
    -Tu les vois les soleils, alors tu ne dois plus pleurer maintenant !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 53         Page de la citation

  • Par LoveMusso, le 02 décembre 2011

    -Aimer c'est avant tout prendre un risque.
    C'est dangereux de s'abandonner a l'autre, d'ouvrir cette petite porte sur notre coeur. Ca peut provoquer la douleur indescriptible que tu ressens. Ca peut même prendre la forme d'une obsession.
    Et il n'y a aucun médicament pour ce mal de coeur . C'est comme cela que j'ai compris que l'on s'était foudroyé sur la relativité du temps.
    Une journée peut être bien plus longue qu'une année entière quand l'autre vous manque, mais c'est aussi un délice de la chose. Il faut apprendre à apprivoiser ce sentiment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 54         Page de la citation

  • Par Chant3relle, le 16 avril 2011

    On rêve d’un idéal, on le prie, on l’appelle, on le guette, et puis le jour où il se dessine, on découvre la peur de le vivre, celle de ne pas être à la hauteur de ses propres rêves, celle encore de les marier à une réalité dont on devient responsable...

    Commenter     J’apprécie          0 76         Page de la citation

  • Par Ludivine, le 29 décembre 2007

    Aimer ce n’est pas renoncer à sa liberté, c’est lui donner un sens.

    Commenter     J’apprécie          0 252         Page de la citation

  • Par Chapitre-Livresque, le 29 mai 2013

    Tournant son visage vers la fenêtre, elle se sentit cernée par la tristesse du ciel dans cet après-midi morne et silencieux. Lisa leva la tête et surprit le chagrin qui coulait sur les joues de Mary. Elle la scruta ainsi quelques instants et la colère qui l'envahit vint déformer son visage de petite-fille. Elle sauta aussitôt de la chaise où elle était perchée et se dirigea d'un pas déterminé vers le réfrigérateur qu'elle ouvrit brusquement. Elle prit des oeufs, une bouteille de lait et claqua le battant. Elle s'empara d'un bol dans lequel elle commença à fouetter son mélange avec une vigueur qui étonna Mary. Elle ajouta de la même façon et sans aucune hésitation, sucre, farine, et autres ingrédients qu'elle saisissait un à un sur les étagères.
    - Qu'est-ce-que tu fais ?
    L'enfant fixa Mary droit dans les yeux, sa lèvre inférieure tremblait.
    - Dans mon pays il pleut, mais pas des pluies comme ici, des vraies, qui tombent pendant tellement de jours qu'on ne peut plus les compter. Et la pluie chez nous, elle est si forte qu'elle finit toujours par trouver son chemin pour entrer sous ton toit, et elle coule à l'intérieur de ta maison. Elle est intelligente la pluie, c'est maman qui me l'a dit, toi tu ne le sais pas, mais il lui en faut plus, toujours plus.
    La colère de l'enfant grandissait à chaque mot. Elle alluma le gaz et y fit chauffer une poêle. Elle continua, interrompue seulement d'un soubresaut.
    - Alors, elle cherche comment aller plus loin, et si tu ne fais pas très attention, elle se glisse dans ta tête pour te noyer, et quand elle a réussi, elle s'enfuit par tes yeux pour aller noyer quelqu'un d'autre. Ne mens pas, je l'ai vue la pluie dans tes yeux, tu as eu beau essayer de la retenir en toi, c'était trop tard, tu l'as laissée entrer, tu as perdu !
    Et tout en poursuivant son monologue, de rage, elle déposa sa pâte et la regarda dorer sur le feu.
    - Elle est dangereuse cette pluie-là, parce que dans ta tête, elle enlève des bouts du cerveau, tu finis par renoncer et c'est comme ça que tu meurs. Je le sais bien que c'est vrai, je les ai vus les gens qui chez moi sont morts parce qu'ils ont abandonné, c'est Enrique qui les transporte ensuite dans sa charette. Maman, pour nous protéger de la pluie, pour nous empêcher de nous faire du mal, elle a un secret...
    Et de toutes ses forces réunies en un geste soudain elle fit virvolter la crêpe en l'air. Dorée, elle tournoya sur elle-même, s'élevant lentement jusqu'à venir se coller au plafond, juste au-dessus de Lisa qui la montra du doigt. Le bras aussi tendu que la corde d'un arc prête à rompre,elle hurla à Mary:
    - C'est le secret de maman, elle faisait des soleils sous le toit. Regarde, dit-elle en pointant de toutes ses forces la crêpe collée au plafond, mais regarde ! Tu vois le soleil ?
    Et sans attendre de réponse elle en fit revenir une nouvelle qu'elle envoya aussitôt rejoindre la première. Mary ne savait pas comment réagir. À chaque crêpe qui prenait son envol, la petite fille dressait fièrement son index en l'air et criait:
    - Tu les vois les soleils, alors tu ne dois plus pleurer maintenant !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (66)

Videos de Marc Levy

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Marc Levy

Une autre idée du bonheur de Marc Levy .
Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/une-autre-idee-du-bonheur-de-marc-levy-665.html Printemps 2010, Philadelphie. Une femme s'échappe de prison et prend en otage une automobiliste. S'ensuit un périple à travers les Etats-Unis à la recherche d'une vérité. « Une autre idée du bonheur ». Plus de 30 millions de livres vendus, traduit en 39 langues, Marc Levy est un incontournable depuis son 1er roman « Et si c'était vrai » en 2000. Retrouvez le dans « Une autre idée du bonheur » aux éditions Robert Laffont/Versilio. Marc Levy est sur WTC.








Sur Amazon
à partir de :
4,58 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Où es-tu ? par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (5117)

> voir plus

Quiz

    Marc Levy

    Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

    •   Et si c'était vrai ...
    •   L'étrange voyage de Monsieur Daldry
    •   La Première Nuit
    •   Mes amis mes amours

    9 questions - 377 lecteurs ont répondu
    Thème : Marc Levy

    Créer un quiz sur ce livre.