AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226612269X
Éditeur : Pocket (2003)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 2495 notes)
Résumé :
Adolescents, Susan et Philip représentaient tout l'un pour l'autre. Avec l'optimisme de la jeunesse, ils s'étaient promis de s'aimer pour toujours.
Mais la vie va les écarter l'un de l'autre comme deux étoiles soumises aux lois de la gravitation. Suzan affrontera la violence des ouragans en Amérique centrale, tandis que Philip réussira à Manhattan. À l'exception de quelques rencontres furtives à l'aéroport de Newark, ils ne sauront de leurs vies respectives q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (164) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
22 octobre 2013
  • 5/ 5
Un livre horriblement touchant ! Une histoire incroyablement belle. Et comme toujours, les larmes sont au rendez-vous.
Susan et Philip ont vécu toute leur enfance ensemble et l'amitié qui s'est tissée au fil de ces années s'est transformée peu à peu en un amour passionnel. Trop passionnel aux yeux de Susan qui, effrayée, préfère fuir et partir au Honduras où elle s'est engagée dans une action humanitaire pour porter secours aux victimes des catastrophes naturelles, en particulier des ouragans phénomènes fréquents dans ces régions. Resté seul à New-York pour poursuivre ses études universitaires, Philip attendra le retour de son amie d'enfance durant de longues et douloureuses années au cours desquelles ils entretiendront des correspondances qui s'effilocheront au fil du temps.
Le début est assez long, on se demande où l'auteur veut en venir, et au fur et à mesure qu'on rentre dans l'histoire, le rythme s'accélère et enfin l'histoire surprend et bouleverse. le style est d'une spontanéité qui n'a pas d'égal, Levy sait faire vivre ses personnages qui sont tellement attachants, surtout celui de Mary qui est d'une bonté extrême ! Comme quoi l'amour peut se créer avec les temps, la patience, la confiance, mais il y a toujours des liens qui ne se briseront jamais... Ce roman nous montre bien la complicité des relations humaines où les choix à faire de nos vies est d'une importance capitale.
"Aimer c'est avant tout prendre un risque" cette phrase est la clé du livre, c'est la phrase directionnelle de l'auteur qui a construit son histoire autour de cela. Une histoire touchante, pleine de tendresse, de déchirures, de coups de gueule… L'histoire d'un amour simple mais impossible merveilleusement conté par M.Levy qui nous donne là une leçon sur les méandres de l'amour et sur l'importance du temps dans notre courte existence marquée à vie par les traces indélébiles qu'il y laisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Hugo
21 juin 2016
  • 3/ 5
Minou, minou, minou….
Minou Minou Minou ?
Ou cé ti que tu es ?
Crise existentielle aux sons des bites qui vous chassent le routine d'un coup de baise, vous laissant planer dans une solitude qui vous cogne les certitudes à coups de mensonges, muré dans un silence de gêne et de désillusions, d'une vie banale sans éclats passionnels, perdus au fil du bonheur qui s'efface pour laisser place à l'ennui …
Du coup la seule chatte que je caresse, c'est un tigré de Sibérie, elle me colle aux mains ronronnant de ses pattes acérées, tricotant sur mes mains douloureuses… Elle est douce ma chatte, elle prend son shoot quotidien de grattouilles et une fois barrée, son frère prend la relève, un putain de pot de colle, chasseur de mouches à ses heures perdus, chasseur de chaises en simili cuir qui ne sont plus que lambeaux, de canapé, bref deux petits enculés qui préfèrent pioncer le jour, miaulant à la nuit mon sommeil agité de ces derniers temps de famine…
Je suis crevé, bordel j'ai envie de dormir, faire la grasse après midi, me laisser bercer par le silence abyssale, me reposer un peu la vie de tous les jours, reprendre un peu de désir avec sérénité et lubricité, imaginant la nudité féminine à sa juste luxure, oubliant la bienséance d'un romantisme déchu à l'animalité lubrique qui ma bite, dans le respect de cette grâce délicieuse qui attise nos sens dans un consentement mutuel de nos corps mélangés, ruisselants d'appétits enivrants aux coups de plaisirs qui se multiplient, avec fantasme, sans tabou, dans l'euphorie du présent, oubliant femme et enfant , avant l'orgasme enivrant d'une bonne partie de baise…
Oui mais quéquette et disette ont fait connaissance et se sont trouvés quelques affinités on ne peut plus sérieuses pour mettre fin à mes délires d'obsédé en manque de seins, du coup je pars en boucle, laissant vagabonder mes doigts sur la clavier vous racontant tant obscénités dont vous n'avez rien à branler, mais dont je vous soule jusqu'à l'orgasme poétique d'un coït imaginaire sortie tout droit d'une frustration passagère qui se guérit d'une main habile et d'une imagination fertile, d'un bout de sopalin bon marché qui finira comme il se doigte au fond de la poubelle en dessous de l'évier…
Puis je reprendrai une vielle habitude qui a repris son droit de cancer, la clope au bec, je crache mon plaisir à la gueule au vent qui me caresse la calvitie, la lune brille dans le ciel étoilé de nuages gris, m'enveloppant déjà d'une lassitude qui se sommeille dans la nuit, la pluie commence à goutter, la douceur hivernale m'excite la ma chaire qui se poule, frissonnant, je ferme la fenêtre, me dirige tout droit vers la bouteille de cristalline pour me servir un verre d'eau, puis dans un dernier élan de générosité, je laisse ma bite pleurer cette nouvelle journée qui s'achève dans la douleur, la tristesse, les regrets, les fantasmes, puis je secoue et laisse couler jusqu'à plus de larmes, secouant les trois dernières gouttes qui se laissent désirer…Je me redirige vers l'évier me frotte les mains d'un savon doux aux extraits de parfums florales, je m'essuie sur le torchon, pour enfin rejoindre mes songes profonds le calbute à l'air dans la douceur d'une couette chaleureuse et d'un oreiller bien calé…
Et alors là, je me sens lasse, mais serein, je pense à tout et à rien, je me filme une vie de grandeur, pour enfin m'endormir de jolies rêves rose et bleue jusqu'au petit matin chagrin d'une nuit bien méritée…
Tu me manques minou…
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
cicou45
19 mai 2011
  • 4/ 5
Susan et Philip étaient devenus inséparables. Avec optimisme, ou peut-être avec la naïveté qui est propre à la jeunesse, ils s'étaient promis de s'aimer pour toujours. Cependant, ils vont bien vite apprendre que l'amour ne suffit pas toujours : "Aimer ne signifie pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction". Or, ce n'était pas leur cas, lui poursuivait des études de graphisme afin de pouvoir monter des projets de construction tandis qu'elle ne rêve que de s'évader, de fuir sa propre vie afin de se consacrer à celle des autres. Aussi, s'engage-t-elle dans l'humanitaire et Philip la voit un beau jour s'envoler pour Honduras pour ce qui devait être une mission de 2 ans. Puis, ce contrat se renouvelle et elle accepte à chaque fois de nouvelles missions et de nouveaux défis. Ils se voient tout au plus une fois par an, à la cafétéria de l'aéroport entre deux vols. Ils ont beau s'écrire très régulièrement, leurs chemins vont finir par se séparer et leurs courriers se faire de plus en plus rares. Puis l'inévitable se produit. Alors que Susan continue à tenter d'améliorer la vie d'une poignée de gens dans le monde, Philip continue sa vie à Manhattan et finit par rencontrer quelqu'un, une jeune femme prénommée Mary qu'il va finalement épouser. Même si une partie de son coeur reste à jamais attachée à Susan, Philip, lui, est bien décidé à s'établir avec sa nouvelle épouse, à fonder un foyer et à s'épanouir dans sa vie professionnelle. L'arrivée de Thomas, leur premier enfant laissera présager de nombreuses années de bonheur jusqu'à ce qu'un événement vienne bouleverser leur vie à tous les trois et cet événement se prénomme Sara. Cette dernière est la fille de Susan qui a été déclarée morte et, étant née de père inconnu, Sara se voit confier, sur les recommandations de sa mère, aux bons soins de Philip et de sa femme. L'acclimatation de la petite hondurienne dans ce pays qui lui paraît si étrange et si loin de tout ce qu'elle a connu jusque là s'avère longue et parsemée d'embûches. Hantée par le fantôme de sa mère et par les ouragans, phénomènes naturels qui sont malheureusement plus forts que l'Homme et qui lui ont enlevé cette dernière, comment Sara arrivera-t-elle à surmonter toutes ces épreuves.
Magnifique roman de Marc Lévy, rempli de tendresse et d'émotion. L'écriture est toujours aussi légère et c'est ce que j'aime particulièrement chez lui. Triste par moments mais aussi envoûtant, le lecteur s'attache très rapidement aux personnages. Un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
missmolko1
07 juillet 2015
  • 1/ 5
Chaque fois que je lis Marc Levy, je suis forcement déçue... En même temps, je pense qu'on aime ses romans ou au contraire on les déteste. Malheureusement, je suis dans la deuxième catégories et encore une fois, je me suis profondément ennuyée avec Ou es-tu ?
Les deux personnages principaux ne sont pas attachant du tout. D'un coté, il y a cette jeune femme qui part faire de l'humanitaire, de l'autre son ami de toujours qui lui fait sa vie a New-York. le rythme de l'intrigue est très lent, pourtant l'auteur multiplie les genres : tantôt de la narration classique, tantôt des lettres que les protagonistes s'échangent mais rien a faire, ça ne prend pas avec moi.
L'écriture de Levy est pour moi très fade, sans saveur.
Commenter  J’apprécie          313
mickaela
25 octobre 2012
  • 3/ 5
Au début j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Je trouvais cela un peu ennuyant ce couple qui se retrouvait pour mieux se perdre ensuite et puis vient la deuxième partie de ce livre, presque une autre histoire où plutôt l'histoire dans l'histoire qui donne une toute autre dimension au livre !
J'ai, finalement, passé un très bon moment à le lire et je ne regrette pas du tout d'avoir persister !
Commenter  J’apprécie          300
Citations & extraits (163) Voir plus Ajouter une citation
iarseneaiarsenea26 avril 2010
Tournant son visage vers la fenêtre, elle se sentit cernée par la tristesse du ciel dans cet après-midi morne et silencieux. Lisa leva la tête et surprit le chagrin qui coulait sur les joues de Mary. Elle la scruta ainsi quelques instants et la colère qui l'envahit vint déformer son visage de petite-fille. Elle sauta aussitôt de la chaise où elle était perchée et se dirigea d'un pas déterminé vers le réfrigérateur qu'elle ouvrit brusquement. Elle prit des oeufs, une bouteille de lait et claqua le battant. Elle s'empara d'un bol dans lequel elle commença à fouetter son mélange avec une vigueur qui étonna Mary. Elle ajouta de la même façon et sans aucune hésitation, sucre, farine, et autres ingrédients qu'elle saisissait un à un sur les étagères.
-Qu'est-ce-que tu fais ?
L'enfant fixa Mary droit dans les yeux, sa lèvre inférieure tremblait.
-Dans mon pays il pleut, mais pas des pluies comme ici, des vraies, qui tombent pendant tellement de jours qu'on ne peut plus les compter. Et la pluie chez nous, elle est si forte qu'elle finit toujours par trouver son chemin pour entrer sous ton toit, et elle coule à l'intérieur de ta maison. Elle est intelligente la pluie, c'est maman qui me l'a dit, toi tu ne le sais pas, mais il lui en faut plus, toujours plus.
La colère de l'enfant grandissait à chaque mot. Elle alluma le gaz et y fit chauffer une poêle. Elle continua, interrompue seulement d'un soubresaut.
-Alors, elle cherche comment aller plus loin, et si tu ne fais pas très attention, elle se glisse dans ta tête pour te noyer, et quand elle a réussi, elle s'enfuit par tes yeux pour aller noyer quelqu'und'autre. Ne mens pas, je l'ai vue la pluie dans tes yeux, tu as eu beau essayer de la retenir en toi, c'était trop tard, tu l'as laissée entrer, tu as perdu !
Et tout en poursuivant son monologue, de rage, elle déposa sa pâte et la regarda dorer sur le feu.
-Elle est dangereuse cette pluie-là, parce que dans ta tête, elle enlève des bouts du cerveau, tu finis par renoncer et c'est comme ça que tu meurs. Je le sais bien que c'est vrai, je les ai vus les gens qui chez moi sont morts parce qu'ils ont abandonné, c'est Enrique qui les transporte ensuite dans sa charette. Maman, pour nous protéger de la pluie, pour nous empêcher de nous faire du mal, elle a un secret...
Et de toutes ses forces réunies en un geste soudain elle fit virvolter la crêpe en l'air. Dorée, elle tournoya sur elle-même, s'élevant lentement jusqu'à venir se coller au plafond, juste au-dessus de Lisa qui la montra du doigt. Le bras aussi tendu que la corde d'un arc prête à rompre,elle hurla à Mary:
-C'est le secret de maman, elle faisait des soleils sous le toit. Regarde, dit-elle en pointant de toutes ses forces la crêpe collée au plafond, mais regarde ! Tu vois le soleil ?
Et sans attendre de réponse elle en fit revenir une nouvelle qu'elle envoya aussitôt rejoindre la première. Mary ne savait pas comment réagir. À chaque crêpe qui prenait son envol, la petite fille dressait fièrement son index en l'air et criait:
-Tu les vois les soleils, alors tu ne dois plus pleurer maintenant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          673
LoveMussoLoveMusso02 décembre 2011
-Aimer c'est avant tout prendre un risque.
C'est dangereux de s'abandonner a l'autre, d'ouvrir cette petite porte sur notre coeur. Ca peut provoquer la douleur indescriptible que tu ressens. Ca peut même prendre la forme d'une obsession.
Et il n'y a aucun médicament pour ce mal de coeur . C'est comme cela que j'ai compris que l'on s'était foudroyé sur la relativité du temps.
Une journée peut être bien plus longue qu'une année entière quand l'autre vous manque, mais c'est aussi un délice de la chose. Il faut apprendre à apprivoiser ce sentiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          811
Chant3relleChant3relle16 avril 2011
On rêve d’un idéal, on le prie, on l’appelle, on le guette, et puis le jour où il se dessine, on découvre la peur de le vivre, celle de ne pas être à la hauteur de ses propres rêves, celle encore de les marier à une réalité dont on devient responsable...
Commenter  J’apprécie          1070
Chapitre-LivresqueChapitre-Livresque29 mai 2013
Tournant son visage vers la fenêtre, elle se sentit cernée par la tristesse du ciel dans cet après-midi morne et silencieux. Lisa leva la tête et surprit le chagrin qui coulait sur les joues de Mary. Elle la scruta ainsi quelques instants et la colère qui l'envahit vint déformer son visage de petite-fille. Elle sauta aussitôt de la chaise où elle était perchée et se dirigea d'un pas déterminé vers le réfrigérateur qu'elle ouvrit brusquement. Elle prit des oeufs, une bouteille de lait et claqua le battant. Elle s'empara d'un bol dans lequel elle commença à fouetter son mélange avec une vigueur qui étonna Mary. Elle ajouta de la même façon et sans aucune hésitation, sucre, farine, et autres ingrédients qu'elle saisissait un à un sur les étagères.
- Qu'est-ce-que tu fais ?
L'enfant fixa Mary droit dans les yeux, sa lèvre inférieure tremblait.
- Dans mon pays il pleut, mais pas des pluies comme ici, des vraies, qui tombent pendant tellement de jours qu'on ne peut plus les compter. Et la pluie chez nous, elle est si forte qu'elle finit toujours par trouver son chemin pour entrer sous ton toit, et elle coule à l'intérieur de ta maison. Elle est intelligente la pluie, c'est maman qui me l'a dit, toi tu ne le sais pas, mais il lui en faut plus, toujours plus.
La colère de l'enfant grandissait à chaque mot. Elle alluma le gaz et y fit chauffer une poêle. Elle continua, interrompue seulement d'un soubresaut.
- Alors, elle cherche comment aller plus loin, et si tu ne fais pas très attention, elle se glisse dans ta tête pour te noyer, et quand elle a réussi, elle s'enfuit par tes yeux pour aller noyer quelqu'un d'autre. Ne mens pas, je l'ai vue la pluie dans tes yeux, tu as eu beau essayer de la retenir en toi, c'était trop tard, tu l'as laissée entrer, tu as perdu !
Et tout en poursuivant son monologue, de rage, elle déposa sa pâte et la regarda dorer sur le feu.
- Elle est dangereuse cette pluie-là, parce que dans ta tête, elle enlève des bouts du cerveau, tu finis par renoncer et c'est comme ça que tu meurs. Je le sais bien que c'est vrai, je les ai vus les gens qui chez moi sont morts parce qu'ils ont abandonné, c'est Enrique qui les transporte ensuite dans sa charette. Maman, pour nous protéger de la pluie, pour nous empêcher de nous faire du mal, elle a un secret...
Et de toutes ses forces réunies en un geste soudain elle fit virvolter la crêpe en l'air. Dorée, elle tournoya sur elle-même, s'élevant lentement jusqu'à venir se coller au plafond, juste au-dessus de Lisa qui la montra du doigt. Le bras aussi tendu que la corde d'un arc prête à rompre,elle hurla à Mary:
- C'est le secret de maman, elle faisait des soleils sous le toit. Regarde, dit-elle en pointant de toutes ses forces la crêpe collée au plafond, mais regarde ! Tu vois le soleil ?
Et sans attendre de réponse elle en fit revenir une nouvelle qu'elle envoya aussitôt rejoindre la première. Mary ne savait pas comment réagir. À chaque crêpe qui prenait son envol, la petite fille dressait fièrement son index en l'air et criait:
- Tu les vois les soleils, alors tu ne dois plus pleurer maintenant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LudivineLudivine29 décembre 2007
Aimer ce n’est pas renoncer à sa liberté, c’est lui donner un sens.
Commenter  J’apprécie          3341
Videos de Marc Levy (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Levy
Envie de voir ma pile à lire démentielle pour cet été? Plus de vidéos : http://goo.gl/hCnYmr . Déroulez pour plus d'infos :)
? Livres cités - Yse et le palimpseste de Florent Marotta - Edition Taurnada - The Air he breathes, de Brittany Cherry - Hugo New Romance - The Deal, d'Elle Kennedy - Hugo New Romance - Letherae Carnet 1 T2, Morgan Malet - Peuple de Mü - Les pluies, de Vincent Villeminot - Edition Fleurus - Bad, de Jay Crownover - Edition Harlequin - La maison des hautes falaises, de Karen Viggers - Editions Escale - Brasier, de Brandon sanderson - J'ai lu - Leaving Amarillo, de Casey Quinn, - Editions Harlequin - L'impasse temps, de Dominique Douay - Helios - Une autre idée du bonheur, de Marc Levy - Pocket - le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulvuda- Editions Points - Comment bien rater ses vacances, Anne Percin - le jour du lion de Nicolas Cluzeau - Un Mari récalcitrant, de Cassandra O'Donnell - J'ai lu - Les mouettes, de Sandor Maray - Livre de poche - Touch de Danielle Guisano - L'héritière de Jeanne A Debats- Actu SF - Witcher, (Sorceleur T0 & 1) Milady
? Chaînes / blogs cités Everbook : https://www.youtube.com/channel/UClqsuubw20oxT2qdidF6PjQ _ ? Me contacter
SITE : http://www.leblogdeptitelfe.fr/ FACEBOOK : http://goo.gl/huya0v TWITTER: https://twitter.com/Ptitelfe1982 - @ptitelfe1982 INSTAGRAM: https://instagram.com/leblogdeptitelfe MAIL: contact@leblogdeptitelfe.fr
Je tourne avec un Canon 70D La musique d'intro est Legacy Studer - crédité par Universal UPPM
Merci d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir ! A bientôt! Hélène
+ Lire la suite
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Où es-tu ? Marc Lévy, test !

Par quel moyen Susan et Philip restent-ils en contact durant des années alors même qu'ils ne vivent pas dans le même pays ?

Par le téléphone
Par emails
Par textos
Par lettres

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Où es-tu ? de Marc LevyCréer un quiz sur ce livre
. .