Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Nathalie Peronny (Traducteur)

ISBN : 2070629724
Éditeur : Gallimard (2010)


Note moyenne : 4.21/5 (sur 195 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quand l’amour vient troubler l’acceptation d’un deuil : vibrant, lumineux, poignant et drôle à la fois.

Lennie Walker, dix-sept ans, est fan de littérature et de musique. Elevée par sa grand-mère, Manou, douce excentrique, elle vit dans l’ombre de Bailey,... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (58)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par LinaBouquine, le 24 juillet 2012

    LinaBouquine
    Ce livre me faisait envie depuis quelques temps, j'avais croisé des avis assez mitigés sur la blogosphère et je souhaitais me faire ma propre opinion dessus.
    Lennie est une adolescente comme les autres en apparence, en réalité c'est une jeune fille qui a grandit trop vite, en partie à cause du départ de sa mère lorsqu'elle avait 1 ans.
    L'intrigue tourne autour de la mort de Bailey, la grande sœur de Lennie, décédée il y a quelques mois. Lennie, qui vit avec sa grand-mère et son oncle, ne parvient pas à passer à autre chose, à faire le deuil de la mort de sa grande sœur qui était son modèle.
    Nous suivons Lennie au quotidien, dans sa quête du bonheur, jusqu'au jour où Joe Fontaine, un beau français arrive au lycée. Elle ne s'y intéresse pas vraiment, contrairement à lui qui est très intrigué par Lennie qui cache sa souffrance dans ses passions : la lecture, l'écriture et la musique.
    J'ai adoré l'ambiance littéraire de ce livre, les références faites aux classiques tels que « Les hauts de Hurlevent », ainsi que les textes que Lennie écrit à Bailey et qu'elle disperse un peu partout dans son environnement. J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à entrer complètement dans l'histoire, surtout à cause de certaines expressions des personnages que j'ai trouvé très décalées et trop personnelles. Je suppose que l'auteure a dû mettre du vécu dans ses expressions là, mais parfois j'ai trouvé que c'était à la limite de la débilité.
    Au début, je n'accrochais pas aux personnages.
    Je pense que j'aurai adoré Lennie si elle n'avait pas eu de relation avec le petit ami de sa sœur, car elle est très attachante, mais l'auteure met en place cette barrière qui fait que je l'ai parfois détesté car elle manque cruellement de respect à Bailey.
    Toby, le petit ami de Bailey est assez complexe, tellement qu'il en perd toute sa crédibilité. Je n'ai pas adhéré au fait qu'il se jette sur la petite sœur de sa copine, soit-disant parce-qu'ils souffent tout les deux. Je n'ai vraiment pas apprécié ce personnage, ni à la relation qu'il a avec Lennie, surtout que j'ai l'impression qu'il jouait un jeu avec elle : il l'embrassait, et la minute qui suit il lui balançait que Bailey lui manquait, etc.
    J'ai beaucoup aimé Joe. C'est un français qui arrive dans la ville et qui est immédiatement séduit et intrigué par Lennie. On sent que ses sentiments sont sincères et qu'il est réellement amoureux. J'ai aimé le fait que ça soit juste un garçon mignon, et pas le super beau mec sexy et baraqué. Pour moi c'est le personnage le plus profond, suivi de près par Lennie. Il s'accroche à ses valeurs et renferme beaucoup de sensibilité, même si je n'ai pas réellement accroché au début, à son histoire avec Lennie. C'était vraiment trop « on s'est embrassé une fois alors on va se marier ».
    L'histoire tourne principalement autour de ce triangle amoureux, mais il y a aussi quelques personnages secondaires dont il est impossible de ne pas parler.
    Manou, la grand-mère de Lennie. Cette dame est très attachante, très courageuse. le passage où elle parle avec Lennie du « gène de la bougeotte » est vraiment touchant. J'ai aimé le fait que ça ne soit pas seulement la mamie gâteau, car elle a aussi son caractère.
    Big, l'oncle de Lennie. Il apparaît très peu, mais il est quand même assez drôle et j'ai était touché par sa personnalité.
    Sarah, la meilleure amie de Lennie. Assez spéciale comme fille, je dois dire. J'ai trouvé qu'elle n'aidait pas vraiment Lennie, limite qu'elle s'en fichait que Bailey soit morte et elle l'entraînait dans des plans complètement foireux.
    Rachel, l'ennemie de Lennie. Je l'ai détesté, bien entendu, mais je tiens à souligner le fait que ce n'est pas « la peste blonde, la bimbo du lycée qui a tous les mecs à ses pieds et qui se prend pour une star ». C'est juste la rivale de Lennie, surtout au niveau musical car elles jouent toutes les deux de la clarinette. C'est une fille comme les autres, sauf qu'elle est vue d'un angle négatif.
    Voilà, ce sont des points positifs mais aussi négatifs que j'ai relevé, mais je dois dire que c'est bien le personnage de Joe qui rehausse le tout. J'ai vraiment aimé le fait qu'il n'y ai pas de cliché ni de stéréotype.
    Le style de Jandy Nelson est incroyable, j'ai adoré le ton juste et sensible qu'elle donnait au roman. La narration se fait du point de vue de Lennie, et j'ai trouvé qu'elle était vraiment bien rentré dans ce personnage, bien que parfois j'ai eu l'impression qu'elle exagérait toujours dans ses propos.
    En tout cas, j'ai passé un bon moment en lisant ce livre, et je vous le recommande si vous aimez les histoires d'amour originales.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Yumiko, le 15 novembre 2011

    Yumiko
    Ce livre est le genre de roman qu'on aimerait lire et relire tellement il est beau et touchant. L'objet livre est déjà superbe et donne envie d'être lu et manipulé. Quant au résumé, il ne fait que nous conforter dans cette idée. J'avais hâte de le découvrir et je suis ravie d'avoir pu l'emprunter car c'est tout simplement un magnifique coup de coeur!
    Lennie vient de perdre sa soeur, son amie, presque sa moitié. Comment continuer de vivre après cela? Quel comportement adopter? Comment ne pas culpabiliser alors qu'on est toujours là et qu'on continue de mener son existence en l'absence de l'autre? Tant de questions auxquelles Lennie et son entourage essaient de répondre. Mais les réponses ne sont pas toujours facile à trouver et peuvent passer par des chemins très différents.
    Lennie trouvera tout de même une personne avec qui partager sa peine: Toby le petit ami de sa soeur. Lui aussi est secoué et n'arrive pas à faire face à cette perte. Lennie qui croyait tout connaître sur Bailey, sa soeur, va découvrir en côtoyant Toby qu'elle était « exclue » de bien des pans de sa vie. Trouvant à travers l'autre une personne compréhensive et partageant la même peine, ils vont se lancer dans une relation sans fondement qui les engloutit toujours plus. Une façon de ne pas sombrer, mais une méthode par forcément la plus saine et la plus bénéfique pour eux. Mais comment faire face à un tel besoin, un tel désire, quand on ne comprend ce qui se passe dans notre vie?
    Un électron libre va venir s'immiscer entre ces deux âmes en peine qui essaient de s'en sortir du mieux qu'ils peuvent: Joe. Nouvel élève dans le lycée de Lennie, il craquera très vite pour elle et fera tout pour entrer dans sa vie. Joyeux, plein de vie et bonne enfant, Joe est le genre de garçon qu'on aimerait avoir dans son entourage. Amenant de la gaieté dans tous les endroits où il va, il tente de permettre à cette famille en deuil d'évoluer et de poursuivre son chemin vers la guérison. Mais sont-ils prêts à accepter la perte et à s'ouvrir aux autres?
    Les relations entre Lennie et les deux garçons sont prenantes et réveillent les petits papillons dans le ventre. Entre un désir incontrôlable pour Toby et la naissance d'un amour tout doux, fort et romantique pour Joe, il y a tous les ingrédients pour faire fondre les petits coeurs des lectrices! J'ai eu de la peine à ne pas hurler à certains moments. Entre larmes et rires, j'ai dévoré ce livre et j'en redemandais encore une fois arrrivée au bout. J'ai été emportée par la vie de Lennie qui est une fille vraiment attachante à suivre.
    Le style de l'auteur est sublime et arrive à transcrire les émotions de manière juste sans chiqué et sans exagérations. Les chapitres sont entrecoupés de poèmes ou de lettres que Lennie disperse dans la nature, comme une sorte de thérapie. Ces messages sont touchants et amènent un plus indéniable à l'histoire, car ils nous permettent d'en apprendre davantage sur le passé des deux soeurs et sur le ressenti de Lennie.
    Est-il nécessaire de vous conseiller de le lire? Je ne crois pas, il me semble avoir été très claire sur mes sentiments sur cette lecture. Alors courrez l'emprunter ou l'acheter et découvrez rapidement la vie si touchante de Lennie, Toby et Joe.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par c.brijs, le 27 janvier 2012

    c.brijs
    L'histoire:

    Le monde s'écroule pour Lennie, 17 ans. Sa soeur Bailey, âgée de 19 ans, est terrassée par une arythmie fatale en pleine répitition de Roméo et Juliette. Ce drame laisse la famille Walker anéantie: Lennie; sa grand-mère, Manou, qui les élève sa soeur et elle depuis le départ de leur mère, seize ans auparavant; l'oncle Big et Toby, le fiancé de Bailey, tous tentent de survivre, chacun enfermé dans sa douleur.

    Pour tenter d'exorciser sa peine, Lennie écrit des poèmes et les éparpille aux quatre vents avec l'espoir qu'un jour, quelqu'un les trouve, comprenne qui elle est, qui était sa soeur et ce qui leur est arrivé.

    "J'aimerais
    que
    mon
    ombre
    se
    lève
    et
    marche
    à
    mes
    côtés.
    (Trouvé au dos d'un contrôle de français dans un bac à plantes, lycée de Clover)"

    A son retour au lycée, elle rencontre le nouveau, Joe Fontaine, musicien comme elle, et elle ne peut s'empêcher d'être subjuguée... Mais la réalité revient la heurter de plein fouet et elle s'en veut d'avoir, pour un instant, oublié que, dans son coeur, sa soeur "ne cesse de mourir"...
    A-t-elle le droit de rire, d'être heureuse, amoureuse... de REVIVRE?

    Mon avis:

    Cette lecture est un vrai coup de coeur. Tout d'abord pour la couverture. du plus loin que je m'en souvienne, j'ai toujours adoré regarder défiler les nuages et ce ciel bleu lumineux m'a ramenée illico presto dans mon enfance. Ensuite, pour le thème général, sujet rarement traité en littérature "jeunesse". L'auteur nous raconte avec beaucoup de sensibilité mais également humour tout le processus du deuil: choc, déni, colère, marchandage, dépression et, finalement, acceptation. On assiste également à l'éveil à la sexualité de l'héroïne. Là aussi, Jandy Nelson en parle sans concession mais avec beaucoup de pudeur. Enfin, ce livre contient de véritables petits bijoux, tous les écrits que Lennie sème derrière elle. L'auteur nous les reproduit tels quels: un emballage de bonbon, un gobelet en carton, une partition, etc. Bref, ils ponctuent le texte et sont autant de moments qui nous permettent de suivre le cheminement de l'héroïne et de lui tenir, en quelque sorte, un peu la main...

    "Quand je suis avec lui,
    il y a quelqu'un avec moi
    dans ma maison de deuil,
    quelqu'un qui connaît
    son architecture
    aussi bien que moi,
    capable d'y errer avec moi,
    d'une pièce triste à l'autre
    si bien que la structure oscillante
    du vent et du vide
    n'est plus aussi effrayante et solitaire
    qu'avant.
    (Trouvé sur une branche d'arbre devant le lycée de Clover)"

    En conclusion, un livre magnifique sur un sujet tabou -le deuil, à mettre entre les mains de tous les musiciens, les poètes, les adolescentes, les personnes endeuillées...

    "Le deuil, c'est pour la vie. Ca ne s'en va jamais; ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle. Je ne cesserai jamais de faire le deuil de Bailey pour la bonne raison que je ne cesserai jamais de l'aimer. C'est comme ça. le deuil et l'amour sont liés, l'un ne va pas sans l'autre. Tout ce que je peux faire, c'est l'aimer, aimer le monde, et célèbrer sa vie en vivant la mienne avec audace, joie et courage."

    Lien : http://lacoupeetleslevres.blogspot.com/2012/01/le-ciel-est-partout-b..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Eden1487, le 08 décembre 2010

    Eden1487
    - Voici un bon moment que je souhaitais lire ce livre et je suis vraiment ravie que ce soit chose faite ! Gros coup de cœur pour ce roman qui m'a transportée d'un bout à l'autre, c'était magnifique !
    J'avoue qu'au départ, j'avais l'appréhension que l'ambiance du livre soit un peu dans le genre du film "mauvaises fréquentations" avec l'héroïne qui tournerait mal à cause de mauvaises fréquentations, qu'il soit question de drogue ou quelque chose dans le genre. J'ai rapidement pu balayer mes craintes et me plonger dans le livre car il n'en était rien.
    Ici nous suivons Lennie dans le douloureux processus du deuil de sa sœur morte trop jeune. Mais elle ne va pas faire que le deuil de sa sœur, elle va également faire le deuil de la fille qu'elle était, une fille qui vivait dans l'ombre de sa sœur pour apprendre à vivre par elle-même. Elle va devoir gérer sa culpabilité d'avoir des moments de bonheur et gérer également sa tristesse de ne plus pouvoir partager lesdits moments de bonheur avec Bailey.
    L'histoire aborde aussi le sujet de ces deux soeurs qui ont été abandonnées par leur mère étant bébés et recueillies par leur grand-mère. Les deux sœurs vont passer leurs jeunes années à se demander où peut bien être cette mère, ce qu'elle devient, que fait-elle.
    Il s'agit ici également sans surprise d'une histoire d'amour ! Et quelle histoire d'amour ! On pourrait croire que c'est une histoire niaise d'adolescents qui découvrent les sentiments ainsi que les affres du passage à l'âge adulte et du réveil du corps. Non, rien de ça, c'est vraiment une belle histoire d'amour comme on voudrait tous en vivre une.
    - J'ai été un peu agaçée par Lennie au début. Heureusement on échappe à la fille timide introvertie qui a peur de croiser un regard blablabla. Cependant, Lennie a une vision erronée des choses, dû au fait qu'elle vivait dans l'ombre de sa sœur, place qu'elle occupait par choix, convaincue qu'elle ne valait rien comparé à Bailey. c'est donc ce point qui m'a quelque peu ennuyée au début, mais comme les choses et les personnages évoluent, on oublie vite ce point là. Je n'ai pas aimé Toby pendant plus de la moitié du livre et ensuite j'ai appris à le découvrir différemment et je termine donc sur une note positive à son sujet. Coup de cœur pour Joe !! J'adore ce personnage, j'aime son caractère, sa façon de voir la vie et sa façon d'être !
    - Un livre que j'ai lu en une journée, je ne pouvais pas m'en détacher, c'est fluide, c'est beau, c'est léger, je me suis exclamée plusieurs fois à coup de "nooooooooooooon c'est pas vrai", "waouuu excellent !!!!", "Haaaaaaaaaan !", etc...
    Bref, je ne peux que le recommander chaudement et plus encore !

    Lien : http://aucoindeden.blogspot.com/2010/12/le-ciel-est-partout-jandy-ne..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par petronilleaimelire, le 05 mars 2011

    petronilleaimelire
    Cela peut paraître excessif mais ce livre m'a transporté. J'aimerais le garder en moi, et je croie que je garderais ce personnage de Lennie quelque part dans mon coeur. Tout comme elle je suis tombé amoureuse de Joe. Règne une douleur intense qui nous rappelle comme le deuil est dur. Mais en même temps à travers les mots de Lennie la vie continue et on ne sait que s'y laisser glisser doucement. Merci Jandy Nelson pour ce moment intense.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (82)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Mlle_Lily, le 16 juillet 2010

    Je ne comprends pas pourquoi tu es toujours fourré chez nous.
    Je sens mon visage s'enflammer à mesure que la honte me gagne - la vraie question serait pourquoi est-ce que je m'obstine à me comporter comme une folle.
    - Ah non ? dit-il en me dévisageant. Les coins de sa bouche commencent à se redresser. " Je t'apprécie beaucoup, Lennie. " Il me fixe d'un air incrédule. " Tu es quelqu'un de génial... " Comment peut-il penser une chose pareille ? Bailey est quelqu'un de génial. Big et Manou aussi. Sans parler de ma mère, bien sûr. Mais pas moi. Je suis le seul être humain bidimensionnel dans cette famille en 3D.
    Il me sourit de toutes ses dents. " En plus, je te trouve très jolie et je suis un garçon ultra-superficiel. "
    Une pensée horrible me vient à l'esprit : Il me trouve seulement jolie et géniale parce qu'il n'a jamais connu Bailey, suivie d'une autre, encore plus affreuse : et c'est tant mieux. Je secoue la tête pour effacer le contenu de mon cerveau comme une ardoise magique.
    " Quoi ? " Il tend la main vers mon visage et glisse délicatement son pouce en travers de ma joue. Son geste est si tendre qu'il me fait tressaillir ; personne ne m'a jamais touchée de cette manière, personne ne m'a jamais regardée comme il le fait à cet instant précis, un regard profond. J'ai envie de le fuir et de l'embrasser en même temps.
    Alors : Cils. Cils. Cils.
    Je suis fichue.
    Je crois qu'il a fini de jouer les grands frères avec moi.
    - Je peux ? dit-il en approchant sa main de l'élastique qui retient ma queue de cheval.
    J'acquiesce. Avec une infinie lenteur, il fait glisser l'élastique, sans me lâcher du regard. Je suis hypnotisée. C'est comme s'il déboutonnait mon chemisier. Quand il a fini, je bouge un peu la tête et mes cheveux retrouvent leur sauvage liberté.
    - Wow ! dit-il tout bas. J'avais très envie de faire ça...
    Je nous entends respirer. Je crois bien qu'on nous entend jusqu'à New York.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par skaylie, le 26 octobre 2010

    Je suis trop mortifiée pour trouver le sommeil.
    Qu'est-ce qui m'a pris ? Je m'imagine Joe lisant mon poème ridicule à ses frères, ou pire, à Rachel, tous pliés de rire et se moquant de cette pauvre Lennie qui n'a rien compris aux histoire d'amour sauf ce qu'elle en a lu dans les livres d'Emily Brontë. Je lui ai dit : Je lui appartiens. Je lui ai dit : Mon cœur lui appartient. Je lui ai dit : J'entends son âme dans sa musique. Je vais me jeter du haut d'un immeuble. Qui fait des déclarations pareilles au vingt et unième siècle ? Personne ! Comment une idée peut-elle vous sembler brillante un jour et débilissime le lendemain ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Mlle_Lily, le 16 juillet 2010

    C’est donc ça ce truc dont tout le monde parle, ce truc qui habite chacune des pages des Hauts de Hurlevent – cette sensation qui m’électrise de l’intérieur tandis que nos lèvres refusent de se séparer. Qui aurait pu deviner que je n’attendais qu’un baiser pour me transformer en Cathy et en Juliette et en Elizabeth Bennet et en Lady Chatterley réunies ?

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation

  • Par c.brijs, le 03 novembre 2011

    Le deuil est comme une maison où les chaises
    auraient oublié comment nous porter
    les miroirs comment nous réfléchir
    les murs comment nous soutenir

    Le deuil est comme une maison qui disparaît
    chaque fois qu'on frappe à la porte
    ou qu'on presse la sonnette
    une maison qui se volatilise
    dès le premier souffle de vent
    et s'enfuit en profondeur sous la terre
    pendant que tout le monde dort

    Le deuil est comme une maison où nul ne peut
    vous protéger
    où la plus jeune des deux soeurs
    deviendra plus vieille que son aînée
    où les portes
    ne vous laissent plus ni entrer
    ni sortir
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la citation

  • Par Mlle_Lily, le 16 juillet 2010

    Il y a des années de cela, j’étais allongée sur le dos dans le jardin de Manou quand Big m’a demandé ce que je fabriquais. Je lui ai répondu que j’observais le ciel. Il m’a rétorqué : « C’est une vision de l’esprit, Lennie, le ciel est partout, il commence à tes pieds.

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Jandy Nelson

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jandy Nelson

Payot - Marque Page - Jandy Nelson - Le ciel est partout








Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
4,59 € (occasion)

   

Faire découvrir Le ciel est partout par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Jandy
Nelson(1) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (420)

> voir plus

Quiz