Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2846822735
Éditeur : P.O.L. (2008)


Note moyenne : 3.3/5 (sur 23 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les Mains gamines est le troisième roman que nous confie Emmanuelle Pagano. Comme ça, à première vue, ce titre plaisant, presque charmant, semble annoncer une histoire agréable et poétique, pleine d’enfance. Et, de fait, l’enfance est présente dans ce livre et une certa... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par zabeth55, le 13 juillet 2014

    zabeth55
    Ouf ! Que c'est sombre et déprimant. Pourtant, c'est bien écrit, voire poétique par moments.
    Le début, voire un bon tiers de livre m'a semblé pesant.
    Cette histoire d'un traumatisme d'enfance qu'on découvre petit à petit par la bouche de quatre personnages est vraiment lourde et noire.
    La première narratrice est l'épouse d'un exploitant viticole exigeant. Elle est oisive, fascinée par sa femme de ménage, plutôt étrange à vrai dire.
    La seconde est la grand-mère d'une enfant de CM2. elle a bien connu la femme de ménage quand celle-ci était jeune et s'en veut de ne pas être intervenue à l'époque. Mais de quoi ? Mystère !
    La troisième est l'ancienne institutrice de la femme de ménage. Centenaire, sourde, elle vit en maison de retraite.
    La quatrième est la petite fille de la seconde.
    Vous vous y retrouvez ? Moi j'ai eu du mal.
    On ne connait le nom d'aucune.
    Toute cette histoire baigne dans un fond de vignes, de châtaigniers et de vers à soie, mais aussi de problèmes d'oreilles, de règles et de sexes, de cicatrices et de traumatismes.
    Il s'agit de femmes, de non-dits et de remords
    Mieux vaut être bien dans sa tête pour s'atteler à cette lecture.
    Et qu'avait donc l'auteur dans la sienne pour être aussi déprimante ?
    A voir si ses autres romans sont sur le même ton ou non.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par SebastienFritsch, le 17 avril 2012

    SebastienFritsch
    Roman de la douleur et de la féminité, "Les Mains Gamines" est écrit avec la même recherche, la même précision que les "Adolescents troglodytes". Et cette précision dans le choix des mots, cette netteté des images, servent tout autant la poésie que la mise au jour de la souffrance.
    Souffrance évoquée à quatre voix, celles des quatres femmes qui disent "je", dans chacune des quatre parties du livre. Quatre femmes qui disent "je" pour elles-mêmes, parce que personne ne les écoute. Quatre femme qui témoignent de quatre époques de la vie : la première narratrice (par ordre "d'entrée en scène") est âgée de quarante ans ou à peu près ; la seconde en a vingt de plus ; la troisième, quatre-vingt-dix et la dernière, dix. Il existe différents liens entre ces quatre femmes, mais leur lien principal est une cinquième femme, âgée d'environ quarante ans, comme la première narratrice. Cette cinquième femme est le centre réel de ce roman.
    Elle, elle ne dit pas "je". de toute façon, elle n'a pas voix au chapitre. Elle a essayé de dire "non", il y a trente ans, quand elle n'était qu'une gamine et qu'autour d'elle, dans un recoin de la cour de récré, sous un escalier, se pressaient tous les gamins de sa classe (tous, sauf un). Des gamins violeurs, qui lui ont interdit le "non", et, sans doute, par la suite, le "je". Alors, elle ne s'exprime qu'au travers du regard des autres. Et en écrivant, en exprimant sa douleur dans la violence des mots dont elle noircit des petits carnets.
    C'est un roman dur, au style direct, sans périphrase, sans atténuation des vérités, mais également sans voyeurisme, sans excès inutile de violence. Tous les détails sont utiles. Car la violence et la souffrance sont réelles. Emmanuelle Pagano ne fait que les décrire dans toute la cruauté de leur réalité. Et si elle sait choisir ses mots, comme je l'ai dit, il faut aussi reconnaître que parfois, elle n'a pas le choix : un viol, c'est un viol. Pas la peine de chercher d'autre mot.
    Pour conclure, j'apporterai juste une petite réserve. Bien sûr, le roman m'a touché : il est bouleversant dans le fond et admirable dans la forme. Mais le "témoignage" de la plus jeune des quatre narratrices m'a gêné. Sa douleur à elle, c'est celle de ses premières règles (qui, d'après ce que lui annonce sa mère, sont toujours très douloureuses dans la famille ; en gros : "C'est comme ça et puis c'est tout, ma fille !"). En présentant cette douleur "naturelle" à la suite d'autres souffrances qui, elles, ne le sont pas (puisqu'elles ont pour origine la perversité d'autres personnes : des gamins agressifs, une sage-femme sadique, un mari méprisant...), il me semble que le message du roman risque de se trouver altéré. Car on pourrait être tenté d'en tirer la conclusion que, quoiqu'il arrive, quelle que soit l'origine de la douleur : "C'est comme ça et puis c'est tout, ma fille !". Ou pour le dire autrement : "Tu dois souffrir ma fille parce que tu es une fille, et tu dois te taire, pour la même raison." Si c'est là le message qu'a voulu faire passer Emmanuelle Pagano, ça fait froid dans le dos ! J'ose espérer que je me suis trompé.
    Ensuite, il y a dans ce même chapitre où "je" est la plus jeune narratrice, une confusion entre, d'une part, ses rêves, les fables qu'elle s'invente (ou les souvenirs de fables qu'elle a gardés de sa petite enfance) et, d'autre part, la réalite de sa douleur. La encore, cette confusion fait un peu peur : le message semble alors être : "Les filles ont tellement d'imagination ! Ce qu'elles pensent avoir vécu s'est-il réellement passé ?"
    Faut-il alors penser que la gamine qui a souffert il y a trente ans a elle aussi inventé ce que les gamins lui ont fait ? Non, non, bien sûr, ce qu'elle a vécu était bien réel. Il faut revenir en arrière, repenser aux chapitres précédents pour s'en convaincre, pour effacer la confusion : il y a eu des témoins. Alors, c'est sûr, elle n'a pas inventé. Même si ces témoins se sont tus, à l'époque. Et même s'ils continuent de se taire. Et de porter la honte que leur silence nourrit. La honte, comme une autre forme de douleur.
    Et l'autre raison de se dire que rien n'est inventé, c'est peut-être le prénom qui apparaît à la page 117. Un prénom en quatre lettres. Un diminutif, peut-être ?

    Lien : http://sebastienfritsch.canalblog.com/archives/2008/10/21/11031765.h..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lacazavent, le 06 mai 2012

    lacazavent
    Ce roman se divise en quatre partie, chacune avec son narrateur, chacune avec son bourreau. Ils parlent, tous ne sont pas directement coupable mais tous savait, alors peu à peu au fil des pages ressurgit la honte collective. La victime est là aussi, omniprésente, à peine voilé.
    J'ai aimé la manière dont les personnages (coupables et victime) sont traités avec pudeur et retenu, au fil de ce roman le temps se suspend. Jamais Emmanuelle Pagano n'accuse, elle essaie juste de raconter, simplement, avec délicatesse l'innommable. En multipliant les voix c'est la parole des hommes qui est mis en cause, imperceptiblement elle met l'accent sur les mensonges, l'innocence et la trahison. Elle tait ce qui ne doit pas être dit, mais c'est ce silence même qui devient parlant ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par nena, le 29 août 2014

    nena
    es mains gamines d'Emmanuelle Pagano Les enfants qui hantent son roman ont sur les mains les pires souillures. Leurs doigts criminels ont tracé les cicatrices que porte cette enfant devenue femme. L'auteur donne à chacune des femmes de son roman un rôle clé, un regard sur le drame. Les bourreaux et ceux qui ont su, mais qui se sont tus. La souffrance de l'enfant incomprise, Les mots sont forts sur cette province grisâtre qui étouffe les pires infamies. Les Mains gamines, assassines, frôlent de leurs doigts sales les pages de ce roman violent et tortueux. Et le silence, coupable, renvoie la victime à son ultime solitude. Un petit livre (168p) mais qui laisse une marque inoubliable.l Nena
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par brigetoun, le 03 février 2009

    brigetoun
    quatre récits pour cinq femmes, leurs sexes et leurs oreilles, avec au centre la cinquième et ce qui sourt de son enfance, de son intelligence, sa volonté et des viols par les mains enfantines des garçons de la classe.
    Et cela fait construit, thèse, sauf que c'est tout sauf ça, parce que c'est avant tout charnel et comme toujours la chair ne vit, ne se sent, n'existe que parce qu'elle est baignée, frottée, entourée de la terre qui règne sur ces histoires, le beau domaine viticole, les chataigneraies et la magnanerie. Avec toujours ce qui est le plus classiquement beau et ce qui est le plus trivial (catégories qui n"ont pas lieu d'être) intimement liés, comme deux expressions de ce terroir et de la vie.
    Et en prime un joli mot, régional je pense, que j'ignorais : les pègues - et les livres de l'ancienne institutrice, et les contes de la grand-mère, les lectures de la petite fille, et au centre ce carnet dans la poche arrière du jean (omniprésents eux aussi les jeans et leur contact) où la femme de ménage note les noms, la trace de cette blessure d'enfant, l'exprime en poèmes qui parlent de sexe cousu, de fils de vers à soie, de bogues

    Lien : http://brigetoun.blogspot.com/search/label/emmanuelle%20pagano
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigetoun, le 03 février 2009

    Comme si mes pas imprimaient les mots quelque part, mais où, je ne sais pas; pas dans la terre des vignes; mais dans une matière invisible autour de moi....Je marche, le vent d'automne remue les rosiers au bout des rangées, je pose mes pensées, elles ne se rembobinent plus, elles sont écrites, inscrites, je me souviens d'elles..."

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de Emmanuelle Pagano

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Pagano


Emmanuelle Pagano Nouons-nous
Emmanuelle Pagano Nouons-nous Editions P.O.L : Où Emmanuelle Pagano tente de dire pourquoi "Nouons-nous" est fait de fragments, et où il est question notamme...








Sur Amazon
à partir de :
14,23 € (neuf)
1,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Mains Gamines par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 107 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.