Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070137120
Éditeur : Gallimard


Note moyenne : 3.21/5 (sur 19 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

D'abord Victoria, jeune personne en quête d'avenir. Peu pressée de cotiser et convaincue que tout arrive, elle est disposée à étudier n'importe quelle offre du Destin – en dehors du travail. Victoria se tient donc la plupart du temps au balcon, dans un état de v... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par yoshi73, le 16 septembre 2012

    yoshi73
    Victoria vit avec Marc-Ange et doit supporter la présence de ses deux enfants, des jumeaux, le Petit et la Petite, 1 semaine par mois. Marc-ange était son professeur du temps où elle était étudiante en sociologie. Aujourd'hui, on peut dire qu'elle vit à ses crochets. Toujours à la recherche de ce qu'elle appelle sa « voie royale », elle passe ses journées à glander. Quant à Marc-Ange, il sèche pour trouver le thème de son prochain ouvrage et ça le rend très irritable. Surtout quand il doit gérer la présence de ses deux enfants. le Petit est un garçonnet très en avance sur son âge qui met souvent le doigt là où ça fait mal. Quant à La Petite, elle est, au contraire de son frère, un peu limitée intellectuellement. Victoria va mettre en péril cette vie dans un cocon et se retrouver à la rue pendant quelques jours. Elle va alors s'imposer aux Dupont, deux clochards qui vivent temporairement dans un algeco.
    Les situations de ce roman sont souvent loufoques. J'ai lu ce livre avec un sourire aux lèvres. le personnage de Victoria se laisse porter par les événements. C'est une jeune femme statique dans un monde qui bouge. Elle semble ne pas savoir ce qu'elle veut. Quant au personnage du Petit, il est très attachant. Ce petit garçon en avance sur son âge va se révéler le personnage le plus adulte dans cette histoire et c'est lui, qui, d'une certaine façon, va régler la crise « familiale ».
    C'est un roman agréable à lire. Une sympathique découverte.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par claracambry, le 17 juillet 2013

    claracambry
    Marie-Ange presque trentenaire et qui se fait appeler Victoria cherche "la voix Royale". Celle que le Destin lui montera par un signe. Si le Destin s'est déjà trompé ou se fait patienter, Victoria aime regarder depuis le balcon ( un deuxième chez-soi) de son compagnon Marc-Ange. Victoria l'a rencontré alors qu'elle était son étudiante en sociologie. Si elle a abandonnée ses études, Marc-Ange adepte des théories profondes liées à la sociologie cherche l'inspiration pour écrire le livre. Celui qui révolutionnera le monde et clouera le bac à ses confrères. Ce bonheur de couple est troublé par la présence du Petit, le fils de Marc-Ange présent la moitié du temps et qui malgré son surnom a dix ans. Quelquefois sa soeur jumelle vient également et tente de s'incruster. Si le Petit est surdoué, sa soeur est son inverse. Marc-Ange et l'irresponsabilité d'un père font très bon ménage.
    Un trou dans le trottoir voit le jour. Cette gueule béante dans la terre pour la création d'une station de métro alimente les conversations. Les Dupont, père et fils, passent leurs journée à regarder l'avancement du chantier.
    La vie bien peinarde de Victoria est troublée quand Marc-Ange lui dégotte par relation un emploi: une étude sociologique sur l'utilisation des vélenvilles. Après conciliabules avec Marie-Ange, Victoria accepte sans avoir le choix d'ailleurs.
    Voilà un OVNI, un roman complètement hors normes, avec des jeux de mots au premier ou second degré, de l'humour, un style vif et alerte.
    Une écriture inventive, une histoire décalée : un vrai régal !!! Je n'en dirai pas plus sur l'histoire pour ne pas vous gâcher le plaisir ( grand sourire de la première à la dernière page).
    Un pur bonheur jubilatoire mettant en scène des personnages de différents horizons que Maria Pourchet prend plaisir à égratigner !


    Lien : http://fibromaman.blogspot.fr/2013/07/maria-pourchet-avancer.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par simeon, le 17 septembre 2013

    simeon
    Merci Maria Pourchet, grâce à vous j'ai retrouvé goût à la lecture, non pas qu'il m'ait vraiment quitté mais les derniers livres que j'ai lu commençaient à me faire douter.
    Je viens de terminer votre livre et je suis heureux, j'ai passé un merveilleux moment en sa compagnie, il m'a tout d'abord intrigué par son titre, puis surpris par votre narration originale qui m'a désarçonné au début, ainsi que son héroïne aux identités multiples, ensuite il y a eu le sourire puis le rire et je me suis laissé transporter par l'histoire originale et cocasse, drôle et bien menée, surprenante et folle.
    Je mets cinq étoiles sans hésiter, un excellent roman français , dans la lignée de Oster et de Toussaint avec la fraicheur en plus, un seul bémol maintenant, j'ai peur de trouver fade mes prochaines lectures.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par keisha, le 11 mars 2013

    keisha
    Que du bonheur!
    Victoria, née Marie-Laure, vingt-huit ans, est très douée pour ne rien faire. Parfois Victoria et Marie-Laure ne sont pas d'accord (d'où des échanges peu courtois), mais pour glander, si. Victoria, donc, après des études en sociologie, s'est installée dans l'appartement de Marc-Ange, son ex-prof, et observe la vie depuis le balcon. En face, un trou où bossent des ouvriers, et les Dupont, SDF (sauf si on appelle domicile l'Algeco du chantier). Ajoutons Roland, le chat, le Petit, fils de Marc-Ange, dix ans, doté, on l'apprendra, d'une jumelle (des deux c'est le Petit qui a récupéré tout le stock de vivacité de l'intelligence).
    J'ai la paresse de tout raconter, il sera question d'une enquête sociologique sur les Vélenvilles, de tirer les cartes, de pompiers, que sais-je?
    Cette fantaisie primesautière se lit pour le plaisir de découvrir une histoire originale ( impossible de savoir où ça peut bien mener), et surtout une écriture drôle à souhait bourrée d'ironie, de formules, sans oublier les histoires à côté fort bien observées. Bref, j'ai adoré et jubilé.
    Quelques bonbons pour la route (mais il y en a plein!)
    "L'avantage à dormir habillée est de se lever habillée."
    "La scoliose, la sœur du Petit l'a déjà et[qu'] il est donc inutile d'abîmer le jumeau en bon état avant de finir l'autre."
    "L'open space est connu pour être à la productivité ce que le nerf est à la guerre."

    Lien : http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2013/03/avancer.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par wakinasimba, le 17 février 2014

    wakinasimba
    J'ai passé un agréable moment, parfois drôles, en compagnie de Marie-Laure / Victoria qui cherche la Voie royale. Car, suivant les situations, Victoria reprend son prénom de naissance ou s'en invente un autre. Affublé de son chat Roland, elle attend la Voie royale, dont je me demande encore en quoi elle consiste....
    Une tranche de vie rigolote au milieu de personnages intéressants et débrouillards (ou pas du tout).
    Une fable moderne sur une famille recomposée à l'emporte-pièce, très BO-BO.
    Pas sûr qu'il m'en reste quelques souvenirs dans quelques mois, mais je n'ai pas boudé mon plaisir.
    L'image que je retiendrai :
    Celle du cabinet de voyance de Victoria installé devant le Trou.
    Une citation :
    "Constatant qu'il suffit de deux nuits blanches pour devenir haineux, songeant au mérite de insomniaques, elle achève de s'habiller entre le préfabriqué et les toilettes" (p.166)

    Lien : http://motamots.canalblog.com/archives/2014/02/08/28688194.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Culturebox , le 03 septembre 2012
    Rire garanti à chaque page. Maria Pourchet a compris qu'en temps de crise, on attendait davantage comme antidotes un cynisme et un humour salvateurs qu'un roman dépressif de plus. Son écriture, alerte, vive et joyeuse comme une fanfare, est un enchantement. Recommandation totale.
    Lire la critique sur le site : Culturebox

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Aifelle, le 10 juin 2013

    "Le Petit - ouvrons la parenthèse - ainsi nommé parce que ces gosses-là si tu ne leur donnes pas de limites, bonjour, le Petit n'est, grâce au Ciel, pas chez lui dans cet immeuble. Il passe le plus clair de son temps chez sa mère, c'est comme ça, c'est la loi. Le Petit, dix ans ou sans âge tout dépend du point de vue, jouit d'une belle avance sur les enfants de sa taille , sur les autres aussi, il parle comme un livre et s'habille comme un lord, été comme hiver, un noeud papillon. En résumé, pour le Petit, trois choses à retenir : rempli de connaissances inutiles, pas sortable, appartient à un autre foyer fiscal, fermons la parenthèse".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par valetudinaire, le 22 juin 2012

    M. Pierre Bourdieu est un sociologue très célèbre qui a inventé la misère du monde qui ne lui avait rien demandé et qui est mort d'autre chose.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par claracambry, le 17 juillet 2013

    Après le dîner, puisqu'il est encore tôt, j'offre au Petit de poursuivre agréablement la soirée autour d'une verveine et quelque loisir de salon. De type Trivial Pursuit ou autre.
    - Il est prévu pour plusieurs ce jeu, réfléchit-il, mais tu as raison. S'il fallait compter sur le peuple, on ne jouerait jamais. Autant inventer une autre règle.
    Avec des vues pareilles, les antécédents qu'on lui connaît et s'il n'est pas d'ici là dérouté par des amours stériles ou la passion délétère des sports d'équipe, le Petit fera certainement personnage historique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par keisha, le 11 mars 2013

    "L'avantage à dormir habillée est de se lever habillée."
    "La scoliose, la sœur du Petit l'a déjà et[qu'] il est donc inutile d'abîmer le jumeau en bon état avant de finir l'autre."
    "L'open space est connu pour être à la productivité ce que le nerf est à la guerre."

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Maria Pourchet

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Maria Pourchet

Maria Pourchet - Avancer .
Maria Pourchet vous présente son ouvrage « Avancer » aux éditions Gallimard. Rentrée littéraire automne 2012.http://www.mollat.com/livres/maria-pourchet-Avancer-9782070137121.htmlNotes de Musique : Crab_Smasher_-_01_-_Apples_Atmosphere








Sur Amazon
à partir de :
9,00 € (neuf)
3,61 € (occasion)

   

Faire découvrir Avancer par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Autres livres de Maria
Pourchet(1) > voir plus

> voir plus

Quiz