Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070612406
Éditeur : Gallimard (2007)


Note moyenne : 4.29/5 (sur 4600 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les quatre premiers tomes des aventures du jeune sorcier à lunettes se sont envolés aussi rapidement que le vif d'or dans une partie de quidditch! Harry Potter et l'Ordre du Phénix ne fera pas exception. La magie en revient encore à la plume vive de Joanne K. Rowling, m... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (163)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Dionysos89, le 23 octobre 2012

    Dionysos89
    Est-il dur de reprendre une série en plein milieu sans même en avoir lu les premiers tomes ? Aucunement avec Harry Potter ! Moi qui n'avait lu que le quatrième il y a belle lurette, puis vu et revu tous les films, retrouver le style de J. K. Rowling dans un univers désormais archi-connu m'a tout bonnement comblé !
    Au niveau du contexte de la franchise et du scénario en général, l'auteur tape dès le début là où ça fait mal : la crédibilité d'Harry Potter et d'Albus Dumbledore suite aux événements du quatrième tome et la relative mauvaise entente entre les deux. L'année à Poudlard est marquée du sceau d'un nouveau professeur qui va particulièrement donner du fil à retordre à nos héros et donner lieu du même coup à une réponse de la part des étudiants tout à fait singulière (que je tente de ne pas spoiler, au cas où quelqu'un, ô sacrilège, n'aurait eu connaissance ni du livre, ni du film) parfaitement dans l'idée que l'auteur se fait du magicien héroïque et rebelle quand il s'agit de faire triompher le Bien par tous les moyens.
    Les affinités envers les personnages sont pour moi toujours les mêmes, quel que soit le tome ou le média envisagés : Harry Potter est nourri de multiples contradictions qui deviennent attachantes au fil du temps, plusieurs personnages ne sont que des faire-valoir dont l'intérêt tente de mûrir sur la longueur, certains horripilent par leur personnalité (et là Ron est pour moi trop souvent usant nerveusement : comment supporter quelqu'un qui n'arrête pas de se plaindre ? heureusement qu'il compense par quelques moments de franche loyauté, mais c'est trop rare pour tout rattraper) tandis que ressort, selon moi, un trio féminin très bien accordé et solidaire composé d'Hermione, Ginny et Luna. Ce sont peut-être elles qui, par leurs rapports dissonants avec Harry Potter (amitié, amour et relations à l'étrange), font le plus progresser la psychologie de l'ensemble des personnages. Dans un tout autre genre, tout en oppositions et contrastes flagrants, le professeur Rogue, malgré l'omniprésence de la nouvelle professeure de Défense contre les forces du Mal, est plutôt bien présent et cela annonce pour les deux derniers tomes un rôle particulièrement conséquent.
    Pour finir, même si ce tome-ci est le plus gros de cette heptalogie (avec le septième tout de même), il faut reconnaître que l'auteur maîtrise pleinement son format, et entraîne toujours plus loin ses lecteurs dans un suspense très bien orchestré et des péripéties toujours plus sombres pour ce pauvre Harry Potter. Irrémédiablement, plus il découvre de secrets sur lui, la magie et son monde, plus il a la tentation de perdre pied. Après une première trilogie de l'enfance, puis un tome charnière, ce tome-ci et les suivants sont véritablement synonymes d'une fuite en avant mortelle pour bon nombre de personnages de la saga.

    Un cinquième tome particulièrement riche donc, où nous pouvons sentir vraiment la tension monter d'un cran significatif. J. K. Rowling nous dévoile de nouveaux leviers pour aborder la deuxième partie de la saga Harry Potter, plus mature, plus sombre et qui nous emmène irrémédiablement vers l'affrontement tant attendu entre les forces du Bien menées par Harry Potter et celles du Mal menées par lord Voldemort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 44         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par juliemc19, le 14 juillet 2012

    juliemc19
    Harry Potter et l'Ordre du Phénix a un titre qui m'a tout de suite plu. C'est que j'adore le phénix de Dumbledore, Fumseck ! Et pour ainsi dire, je crois que le titre est l'une des seules choses que j'ai aimé dans ce tome. Outre l'apparition de Luna Lovegood, l'un de mes personnages favoris ! Harry Potter et l'Ordre du Phénix est le tome que j'aime le moins. Lorsqu'en cours de journalisme, critique littéraire, le prof nous a demandé de faire une critique d'un Harry Potter. J'ai choisi celui-ci. Celui que j'aime le moins. Voici mon analyse.
    Harry Potter et l'Ordre du Phenix, DES HEURES SOMBRES POUR UN ROMAN PLUS NOIR
    Harry Potter est le héros d'une génération. Sept volets qui ont redonné le goût de la lecture à des milliers d'enfants à travers le monde. Plus qu'un phénomène littéraire, Harry Potter est devenu un fait de société. Appartenant au genre de la fantasy, la saga peut être aussi associée au roman d'apprentissage. Elle suit le héros de l'enfance à l'âge adulte. Chaque tome décrit une année de la vie de Harry au château magique de Poudlard. Il y côtoie d'étranges et attachants personnages : Hagrid, le demi-géant sensible qui aime les créatures dangereuses, Dobby, l'elfe de maison qui cherche à le protéger au risque de le tuer ou, le fantôme de Mimi Geignarde, pleurnicheur et agaçant. Entre les cours de potions et les matchs de Quidditch, Harry, avec ses amis Hermione et Ron, tente d'élucider le mystère qui entoure sa propre histoire et d'échapper au dessein que lui réserve Voldemort. D'hippogriffes en vélanes, J.K. Rowling offre un univers magique aux multiples facettes. Univers qui devient pourtant de plus en plus noir au fil des pages. le cinquième volet, ouvrage de transition, est sans doute le plus obscur de tous. Les évènements narrés à la fin du quatrième opus, Harry Potter et la coupe de feu, laissaient promettre une suite certes plus sombre, aux enjeux plus dramatiques, mais prometteuse. le retour tant redouté mais inévitable du mage noir Voldemort avait été habilement mis en valeur. Mais, Harry Potter et l'Ordre du Phénix, très attendu, aura déçu de nombreux moldus adeptes du monde magique.
    Une atmosphère sombre, presque trop, loin de la magie enfantine, attend le lecteur. le jeune sorcier entre dans l'adolescence, se pose des questions existentielles, se cherche. Petit à petit, les peurs irrationnelles de l'enfance laissent place aux angoisses intérieures de l'adolescence. Confronté au deuil d'un camarade, Harry se sent incompris, seul contre tous. Il râle, s'énerve pour des raisons connues de lui seul et s'éloigne de ses amis. Il veut se battre envers et contre les anciens qui lui font des cachotteries et, surtout, contre Cornelius Fudge, le ministre de la Magie, prêt à la pire désinformation pour garder son poste. En transformant son héros en quelqu'un d'antipathique, l'auteure a pris un grand risque.
    Donnant suite à la renaissance de Voldemort, cet épisode ouvre une ère peu joyeuse. Ere qui n'est pas sans rappeler les heures noires de l'Histoire : un régime totalitaire censurant, désinformant, espionnant, sélectionnant ses membres et les incitant à la délation. L'auteur semble s'être inspirée du roman 1984 de George Orwell pour décrire à la perfection l'esprit despotique qui règne au Ministère de la magie et à Poudlard. Dolorès Ombrage, la « Grande Inquisitrice », l'illustre à merveille. Cette dernière, en plus d'être chargée de surveiller Harry Potter, doit maintenir l'ordre établi. Usant de torture physique et morale s'il le faut. Face à ce régime autoritaire se met en place une résistance. Entouré de ses amis, Ron et Hermione, Harry met sur pied un groupe secret, "L'Armée de Dumbledore", pour lui enseigner la défense contre les forces du Mal. J.K. Rowling décrit un univers où le Bien et le Mal se distinguent, où des valeurs comme l'amitié, la loyauté, le courage et la persévérance sont portées en étendard.
    Seules quelques notes de légèreté dans ce sombre épisode : les premiers émois amoureux des jeunes sorciers, l'amourette entre Harry et Cho ainsi que l'entrée en scène d'un personnage, Luna Lovegood, petite sorcière un peu folle, dont le père est directeur du Chicaneur, une feuille de chou qui fait son miel du sensationnel et de fables délirantes.
    Livre dense, ce roman est le plus long de la série et le moins réussi. Sombre et triste, ce tome a dérouté et déçu plus d'un des lecteurs assidus de la saga. La fin en est une parfaite illustration. L'un des personnages les plus emblématiques, proche du héros, meurt d'une façon ridicule. Une mort rapide, peu décrite, qui semble bâclée et qui laisse un goût d'inachevé …
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1, le 06 décembre 2013

    missmolko1
    Depuis deux semaines, j'ai souffert d'un mal que beaucoup d'entre vous ont deja connue : la panne de lecture. Pas de motivation, pas envie de lire la moindre ligne, bref il fallait remédier a ça au plus vite. J'ai donc sortie le tome 5 d'Harry Potter. Précédemment j'avais relu les quatre premiers tomes dans le but de découvrir le 5, 6 et 7eme. Harry potter est une lecture facile puisqu'il s'agit d'un livre jeunesse avec du suspense que j'espérais accrocheur pour me sortir de mon état et me redonner le gout de la lecture.
    Eh bien mission réussie. Ce tome cinq en plus et de loin mon préféré!
    Ici, l'ambiance est plus noire, on quitte un peu l'univers jeunesse, nos trois héros ont maintenant 15 ans. J K Rowlink ménage donc un peu moins ses lecteurs et nous livre ici un suspense jusqu'à la dernière page. Conspiration, Ordre secret, manipulations tout est très bien réussi.
    Un personnage m'intrigue toujours autant : Rogue que j'adore. Oui bon je sais pas mal le déteste mais je le trouve juste parfait. C'est un personnage complexe, ambiguë, difficile a cerner, prêchant le faux pour savoir le vrai. de plus l'auteure nous en apprend que très peu a chaque fois, chaque livre nous livrant quelque détails mais pas suffisamment pour se faire une idée.
    Harry m'a aussi beaucoup plu. J'ai lu pas mal de critiques qui disaient qu'il était énervant dans ce tome. Au contraire, il commence enfin a s'affirmer, a prendre lui même des décisions, a ne plus se faire marcher sur le pied. Alors oui il râle beaucoup, oui il est parfois injuste avec ses amis mais ça le rend un peu plus humain.
    J'ai aimé aussi avoir plus de détails sur Neville, il ne faisait que de rares apparitions ou il était question de ses maladresses hors ici, il prend une vraie place et lui aussi s'affirme et c'est tant mieux.
    J'ai trouvé chouette aussi de visiter au travers des lignes du livres, le ministère de la magie ou encore l'hôpital Ste Mangouste.
    Bref je suis conquise par cette lecture qui m'a enchanté et soigné en même temps et il me tarde de découvrir les deux derniers tomes.

    Lien : http://missmolko1.blogspot.ie/2013/12/harry-potter-tome-5-harry-pott..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwen21, le 01 février 2014

    Gwen21
    Quel paradoxe, ce tome 5 est à la fois celui qui m'a le plus plu depuis le début de la saga et celui qui m'en a fait arrêter la lecture !
    J'ai trouvé ce tome plus intéressant parce que moins redondant, plus noir, d'une écriture moins juvénile, plus affirmée, et cependant, même si je l'ai lu d'une traite, je l'ai refermé en n’éprouvant aucune envie de poursuivre la quête contre Voldemort auprès d'Harry et ses amis. Pour moi, la saga s'est arrêtée là, je ne peux pas vraiment l'expliquer, j'ai même cessé de voir les adaptations cinématographiques au fur et à mesure des publications.
    Peut-être ressentais-je seulement le besoin de passer à autre chose ? Nonobstant mes états d'âme de lectrice, le récit est toujours aussi captivant, j'ai particulièrement été marquée par l'atmosphère sombre du Q.G. de l'Ordre du Phénix. En fait, je crois que ce que j'ai surtout aimé dans ce cinquième volet, c'est que les protagonistes passent plus de temps en dehors de Poudlard, l'Ecole des Sorciers ayant toujours eu pour moi un petit côté lassant et répétitif.
    Enfin, des personnages tels que Bellatrix Lestrange et Dolores Ombrage permettent d'ancrer le récit à la source même du manichéisme qui le caractérise ; ça y est, on a tous grandi, les tours de magie c'était sympa, mais maintenant qu'il y a eu un mort à la fin du tome précédent, le spectacle va vraiment commencer...
    Alors pourquoi me suis-je arrêtée en si bon chemin ? Peut-être ai-je été victime d'un baiser de Détraqueur sans même m'en apercevoir ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 27         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par facteur84, le 27 avril 2010

    facteur84
    Harry Potter et l'Ordre du Phénix. Un livre que j'attendais particulièrement. Car il est le plus gros en terme de pages de toute la série. 1030 pages en édition folio junior !
    Avec la fin du livre de la coupe de feu, on restait sur notre envie brûlante de savoir ce qui allait se passer l'année suivante. Malgré le retour en chair et en os de Voldemort, le ministre de la magie se borne à refuser de regarder la réalité en face, se retranche dans la peur et la divergence d'opinion qui l'oppose à Dumbleddore. Il fait passer le jeune Potter pour un déséquilibré affabulateur jouant les m'as-tu-vu.
    L'histoire de cette cinquième année à Poudlard commence sur cette ambiance.
    Tout le livre concerne en bonne partie les premières difficultés d'un adolescent en pleine croissance notamment au niveau du caractère de Harry qui a du mal à se contrôler. Mais est ce seulement à cause de l'adolescence ?
    Harry et nos autres héros ont du fils à retordre entre les nominations de préfet à partir de la cinquième année, les premiers émois amoureux, les caractères qui se cherchent,l'année d'examen des B.U.S.E. Harry doit faire face aussi à certaines choses qu'il prend un peu comme des injustices. Tout d'abord les semaines d'été ou il a été laissé dans l'ignorance du monde magique avec la menace du retour de Voldemor qui plane ; son audition au tribunal du Magenmagot pour l'utilisation de la magie en cas de légitime défense dans le monde Moldu. Il se pose aussi des questions sur les buts réels de l'ordre du phénix. Et par dessus tout, cette année, la ministère arrive à s'immiscer dans les affaires de Poudlard et installe une nouvelle professeur, qui donnera du fil à retordre à Harry et à tout les autres élèves. Elle mettra particulièrement les nerfs et le sang de Harry à vif, au sens propre comme au figuré.
    Dolores Ombrage s'installe donc à Poudlard. Cette femme démoniaque va tout faire pour rendre les élèves chèvres ou à l'image de ses petits chatons encadrés dans des assiettes sur les murs de son bureau. Un vrai démon ! Elle m'a fait pensé à la rédactrice du journal Vogue dans le film « le diable s'habille en Prada ». C'est le genre de femme très observatrice sur les détails et obstinée qui est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Chaque petits détails dans sa façon de se conduire ou d'être vous répugne très vite. Les petits sourires doucereux qui cachent une rage folle, ou les petits « mh mh » pour manifester sa présence ou les objections quelle veut présenter, vont vite vous donner la nausée ou une aversion totale pour cette femme. Bref un personnage très bien réussit.
    Cet ouvrage aurait pu avoir comme sous titre « l'art de la longeur ». Depuis le début l'auteur nous a habituée à ne pas négliger les détails. La encore elle ne déroge pas à la règle. Mais sur certains passages, je trouve que l'histoire est trop délayée. Par exemple, les moments de visions de Harry deviennent au bout d'un moment trop long et trop répété, donc barbant. Avoir assisté à presque toute les inspections, par l'inquisitrice Ombrage, de tout les professeurs était pour moi inutile. En montrer un ou deux, les plus marquants ou drôles, comme avec le professeur Mac Gonaggal ou alors avec Hagrid. Mais pas plus.
    Deus ou trois passages long peuvent néanmoins servir même si l'on s'ennuis. Par exemple dans le début on assiste à de long passages dans la maison de Black, le quartier général de l'ordre. Les réunions dont le but nous est caché, la désinfection de la maison, l'apparition de Kréatur, l'elfe de maison, qui semble à moitié fou. Mais tout ces petits moments sont là pour nous faire comprendre l'importance qu'à Mme Weasley dans l'ordre et dans l'histoire générale. Un bel petit hommage à la condition de sorcière.
    Un roman ou le ryhtme n'est pas du tout le même qu'avec les autres opus, et surtout avec la coupe de feu. On était tombé petit à petit dans des sortes d'enquête policière, beaucoup plus flagrant dans le coupe de feu. C'est peut être ce changement de rythme qui fait que l'on s'ennuis à certains moments ainsi que la quantité importante d'évènements dans l'ordre du phénix. Dans ce roman on connaît déjà les méchants et les gentils. On se raccroche à la découverte de cette fameuse arme que cherche Voldemort. Mais 1000 pages pour ça. Je trouve cela un peu trop.
    Un autre point que j'ai apprécié se trouve à la fin. On nous révèle enfin une bonne partie du mystère qui entoure Harry. Un point positif qui très abrégé dans le film et dans lequel on ne comprends pas tout clairement. Merci Dumbleddore pour vos longs monologues !
    Un dernier point négatif cependant. Malgré l'incontestable suprématie des livres sur les films, j'ai été un peu déçu à l'épisode de l'affrontement entre Dulbeddore et Voldemort. Je met le point positif au film qui nous a donné un combat beaucoup plus spectaculaire que dans le livre.
    Mon avis reste donc mitigé entre les longueurs du roman qui m'ont pas mal gêné, et le nombre important d'événements qui se passe dans ce tome.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

> voir toutes (116)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Bronev, le 19 août 2014

    Harry vit Sirius se baisser pour éviter un jet de lumière rouge jailli de la baguette de Bellatrix. Il éclata de rire en se moquant d'elle :

    - Allons, tu peux faire mieux que ça ! s'écria-t-il, sa voix résonnant en écho dans la vaste salle.

    Le deuxième jet de lumière le frappa en pleine poitrine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Bronev, le 19 août 2014

    Rogue s'inclina en un salut ironique et s'apprêta à repartir. Harry savait que sa seule chance de faire savoir à l'Ordre ce qui se passait était sur le point de disparaître par cette porte.

    - Il a pris Patmol ! s'écria-t-il. Il a emmené Patmol là où la chose est cachée !

    Rogue s'était immobilisé, la main sur la poignée de la porte.

    - Patmol ? s'exclama le professeur Ombrage en regardant successivement Harry et Rogue d'un œil avide. Qui est Patmol ? Où est cette chose cachée ? Que veut-il dire, Rogue ?

    Rogue se tourna vers Harry, le visage insondable. Harry ignorait s'il avait compris ou pas mais il n'osait pas s'exprimait plus clairement devant Ombrage.

    -Je n'en ai aucune idée, répondit Rogue d'un ton glacial. Potter, quand j'aurai envie de vous entendre crier des paroles sans queue ni tête, je vous donnerai une potion de Babillage. Et vous, Crabbe, desserrez un peu votre prise. Si Londubat meurt étouffé, il faudra remplir tout un tas de paperasse et en plus, j'ai bien peur d'avoir à le mentionner dans vos références quand vous chercherez un emploi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Bronev, le 19 août 2014

    - Vous m'y forcez, Potter... Ce n'est pas moi qui le veut, dit-elle, en dansant toujours sur place. Mais parfois, les circonstances justifient qu'on y ait recours... Je suis certaine que le ministère comprendra que je n'avais pas le choix...

    Malefoy l'observait avec un regard gourmand.

    - Le sortilège Doloris devrait vous délier la langue, dit Ombrage à mi-voix.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Dionysos89, le 18 octobre 2012

    Aux temps anciens lorsque j’étais tout neuf
    Et que Poudlard sortait à pein’ de l’œuf
    Les fondateurs de notre noble école
    De l’unité avaient fait leur symbole
    Rassemblés par la même passion
    Ils avaient tous les quatre l’ambition
    De répandre leur savoir à la ronde
    Dans l’école la plus belle du monde
    « Ensemble bâtissons et instruisons ! »
    Décidèrent les quatre compagnons
    Sans jamais se douter qu’un jour viendrait
    Où la destinée les séparerait.

    Toujours amis à la vie à la mort
    Tels étaient Serpentard et Gryffondor
    Toujours amies jusqu’à leur dernier souffle
    Tell’s étaient aussi Serdaigle et Poufsouffle.
    Comment alors peut-on s’imaginer
    Que pareille amitié vienne à sombrer ?
    J’en fus témoin et je peux de mémoire
    Vous raconter la très pénible histoire.
    Serpentard disait : « Il faut enseigner
    Aux descendants des plus nobles lignées »,
    Serdaigle disait : « Donnons la culture
    À ceux qui ont l’intelligence sûre »,
    Gryffondor disait : « Tout apprentissage
    Ira d’abord aux enfants du courage »,
    Poufssoufle disait : « Je veux l’équité
    Tous mes élèv’s sont à égalité. »

    Lorsqu’apparur’nt ces quelques divergences
    Elles n’eur’nt d’abord aucune conséquence
    Car chacun ayant sa propre maison
    Pouvait enseigner selon sa façon
    Et choisir des disciples à sa mesure.
    Ainsi Serpentard voulait un sang pur
    Chez les sorciers de son académie
    Et qu’ils aient comme lui ruse et rouerie.
    Seuls les esprits parmi les plus sagaces
    Pouvaient de Serdaigle entrer dans la classe
    Tandis que les plus brav’s des tromp’-la-mort
    Allaient tous chez le hardi Gryffondor.
    La bonn’ Poufsouffl’ prenait ceux qui restaient
    Pour leur enseigner tout ce qu’ell’ savait.
    Ainsi les maisons et leurs fondateurs
    Connurent de l’amitié la valeur.
    Poudlard vécut alors en harmonie
    De longues années libres de soucis.

    Mais parmi nous la discorde grandit
    Nourrie de nos peurs et de nos folies.
    Les maisons qui comme quatre piliers
    Soutenaient notre école et ses alliés
    S’opposèrent bientôt à grand fracas
    Chacune voulant imposer sa loi.
    Il fut un temps où l’école parut
    Tout près de sa fin, à jamais perdue.
    Ce n’étaient partout que duels et conflits
    Les amis dressés contre les amis
    Si bien qu’un matin le vieux Serpentard
    Estima venue l’heur’ de son départ.
    Et bien que l’on vît cesser les combats
    Il laissait nos cœurs en grand désarroi.
    Et depuis que les quatre fondateurs
    Furent réduits à trois pour leur malheur
    Jamais plus les maisons ne fur’nt unies
    Comme ell’s l’étaient au début de leur vie.

    Maintenant le Choixpeau magique est là
    Et vous connaissez tous le résultat :
    Je vous répartis dans les quatr’ maisons
    Puisque l’on ma confié cette mission.
    Mais cette année je vais en dir’ plus long
    Ouvrez bien vos oreilles à ma chanson :
    Bien que condamné à vous séparer
    Je ne peux pas m’empêcher de douter
    Il me faut accomplir ma destinée
    Qui est de vous répartir chaque année
    Mais je crains que ce devoir aujourd'hui
    N’entraîne cette fin qui m’horrifie
    Voyez les dangers, lisez les présages
    Que nous montrent l’histoire et ses ravages
    Car notre Poudlard est en grand péril
    Devant des forces puissantes et hostiles
    Et nous devons tous nous unir en elle
    Pour échapper à la chute mortelle
    Soyez avertis et prenez conscience
    La répartition maintenant commence.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par Bronev, le 19 août 2014

    Bellatrix brandit sa baguette magique.

    - Endoloris !

    Neville poussa un cri et releva les genoux contre sa poitrine.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (29)

Videos de J.K. Rowling

>Ajouter une vidéo
Vidéo de J.K. Rowling

Discours d'Adieux de David Yates, Daniel, Emma, Rupert et JK Rowling à l'avant première du dernier film (en VOSTFR)








Sur Amazon
à partir de :
23,00 € (neuf)
3,96 € (occasion)

   

Faire découvrir Harry Potter, Tome 5 : Harry Potter et l'Ordre du Phénix par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (11356)

> voir plus

Quiz