Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266189972
Éditeur : Pocket (2009)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 158 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L'ennui dans la vie de Dominique était à l'état latent.
"Au fond, qu'avais je à faire? Travailler un peu un examen qui ne me mènerait pas à grand-chose, traîner au soleil, être aimé, sans grande réciprocité de ma part, par Bertrand..."
Elle fit la connais... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par lecassin, le 27 septembre 2012

    lecassin
    Dominique, étudiante en droit à la Sorbonne, entretient une liaison avec Bertrand depuis un quelques temps ; Bertrand lui présente Luc, son oncle, marié à Françoise, qui ne manque pas de troubler la jeune femme.
    « Un certain sourire », comme une suite de « Bonjour tristesse » ? Pas vraiment, si ce n'est dans le « traitement » de ce huis clos amoureux où les personnages semblent assister au déroulement de leur vie avec nonchalance ; « traitement » qui avait à mon avis très largement contribué à l'immense succès de « Bonjour tristesse ». Ajoutons à ça, une petite pointe de cynisme…Au-delà de la bluette sentimentale, un style est né avec « Bonjour tristesse »: le style Sagan …Un style qui s'affirme ici.
    On a coutume de dire qu'après un énorme succès de premier roman, un auteur à souvent du mal à s'en remettre et que le plus difficile est d'écrire le deuxième. Françoise Sagan a contourné l'écueil avec brio : ce deuxième roman aura quasiment autant de succès que le premier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Zazette97, le 14 mars 2011

    Zazette97
    "Un certain sourire" est le deuxième roman de Françoise Sagan, publié en 1956 soit deux ans après "Bonjour tristesse".
    Dominique, étudiante en droit à la Sorbonne, entretient une liaison avec Bertrand depuis un an.
    Entre eux, ce n'est pas la folle passion mais Dominique s'en accommode.
    Un jour, Bertrand lui présente Luc, son oncle voyageur qui est marié à Françoise. le charme opère et les deux couples se fréquentent de plus en plus souvent. Même si Dominique apprécie énormément Françoise, elle ne peut s'empêcher de penser à Luc, cet homme plus âgé, séduisant et sûr de lui et qui a su la troubler en ce qu'il partage avec elle ce même ennui pour l'existence.
    C'est en 3 parties et à travers la voix de Dominique que l'histoire se déploie. Comme dans "Bonjour tristesse", on retrouve ce triangle amoureux en huis-clos avec en son centre ce même personnage de la jeune femme insouciante et lascive, blasée avant l'heure, en proie à la solitude d'une vie qui lui semble vide et ennuyeuse.
    Livrée à elle-même, peu sûre d'elle et de son physique, elle trouve du réconfort auprès d'adultes plus âgés qui la revalorisent, la prennent en charge et la couvrent d'attentions.
    Françoise se comporte avec Dominique comme le ferait une mère, la complimente, lui fait des cadeaux et la jeune femme éprouve d'autant plus de remords à désirer son mari.
    Mais Luc sait se montrer à la fois persuasif et déconcertant. Il joue les indifférents et fixe les règles tout en faisant en sorte que Dominique s'attache à lui.
    Dominique est partagée entre l'envie et le désir coupable. Elle n'a pas été habituée à devoir prendre des décisions.
    Elle aime Luc, se surprend à imaginer la vie qu'ils auraient pu avoir mais n'entreprend rien, se contentant des moments qu'il consent à lui offrir.
    On retrouve dans les propos de la narratrice cette mise à distance par rapport aux événements qui donne cette impression d'indifférence feinte. Sagan possède cette façon singulière de nous raconter une histoire un peu comme si de rien n'était, par le biais de personnages "spectateurs" qui semblent ne jamais réellement prendre part à leur vie, comme si tout leur échappait hormis la solitude et cette souffrance qu'ils retournent bien souvent contre eux-mêmes plutôt que d'en faire le reproche à autrui.
    Les personnages de Sagan sont complexes : ils ont de quoi accéder au bonheur mais n'y parviennent jamais réellement. Si l'ennui qui les guette fait l'ambiance des romans de Sagan, l'auteure parvient à lui donner suffisamment de consistance que pour nous le transmettre sans nous en détourner.
    En un mot, je continuerai à lire Sagan avec bonheur !

    Lien : http://contesdefaits.blogspot.com/2011/03/un-certain-sourire-francoi..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par floyd2408, le 18 décembre 2013

    floyd2408
    "Un certain sourire" est le deuxième roman de Françoise Sagan, publié en 1956 deux ans après "Bonjour Tristesse"...Dans ce roman on découvre la prose Sagan ce style qui caressera tous ses livres ....
    L histoire banale d'un trio amoureux ou se coule le temps des sentiments vers la légèreté tendre et douce des unions fragiles éphémères ...
    Dominique étudiante de 20 ans à la Sorbonne flirte avec Bertrand qui lui présente son oncle Luc -Une attirance entre cet homme mature et ce petit oiseau frêle pétillant se fissure doucement dans la nonchalance de l 'instant ...Ce sarcasme flotte doucement sur cette histoire des amours évaporant.....
    Un roman court aux épices savoureuses ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par blandine5674, le 30 août 2014

    blandine5674
    L'amoureux, d'une jeune fille étudiante à la Sorbonne, lui fait rencontrer son oncle. L'attirance est immédiate. le couple quadragénaire l'invite à des repas chez eux. Les deux femmes sympathisent comme mère et fille. Luc et Dominique passent 2 semaines à Cannes dans un amour passionnel et fusionnel. Luc, très attaché à sa femme, ne promet rien à la jeune fille.
    Histoire d'adultère classique, agréable à lire, au style concis.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par rolandm1, le 06 septembre 2012

    rolandm1
    Très court roman;
    Dominique la vingtaine est étudiante à la Sorbonne. Elle a un copain, Bertrand, qui lui présente un jour son oncle Luc. le courant se fait très vite entre Luc et Dominique et nous voilà partis pour une idylle entre un homme plus âgé et une june jeune étudiante. Cela peut faire rêver, mais pourquoi pas ,
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (21)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par blandine5674, le 30 août 2014

    Elle avait des rides assez sévères au coin des yeux. J'y posai mon index :
    " Moi, je trouve ça merveilleux, dis-je tendrement. Toutes les nuits, tous les pays, tous les visages qu'il a fallu pour avoir ces deux minuscules petites lignes là...Vous y gagnez. Et puis ça donne l'air vivant. Et puis, je ne sais pas, moi, je trouve ça beau, expressif, troublant. J'ai horreur des têtes lisses."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Zazette97, le 14 mars 2011

    Je mentais. J'aurais voulu lui dire que je mentais et qu'à la vérité j'avais besoin de lui, mais tout cela, dès que j'étais à son côté, me semblait irréel. Il n'y avait rien; il n'y avait rien eu que quinze jours agréables, des imaginations, des regrets. Pourquoi être ainsi déchirée? Douloureux mystère de l'amour, pensais-je avec dérision.
    En fait je m'en voulais, car je me savais assez forte, assez libre, assez douée pour avoir un amour heureux. p.111
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Zazette97, le 14 mars 2011

    La confiance, la tendresse, l'estime ne me paraissaient pas dédaignables et je pensais peu à la passion. Cette absence d'émotions véritables me semblait être la manière la plus normale de vivre.
    Vivre, au fond, c'était s'arranger pour être le plus content possible. Et ce n'était pas si facile. p.18

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par rolandm1, le 06 septembre 2012

    La Croisette était sinistre, sans soleil. L'hôtel dormait; Nous nous fîmes monter du thé. Je pris un bain chaud et revint m'allonger pieds nus près de Luc qui lisait sur le lit en secouant de temps en temps la cendre de sa cigarette. J'étais allongée sur le dos, les orteils en éventail, les mains croisées sur l'estomac comme un mort ou un gros homme. Seul le bruit des pages que tournait Luc coupait le loin déferlement des vagues.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Zazette97, le 14 mars 2011

    Elle avait des rides assez sévères au coin des yeux. J'y posai mon index :
    " Moi, je trouve ça merveilleux, dis-je tendrement.
    Toutes les nuits, tous les pays, tous les visages qu'il a fallu pour avoir ces deux minuscules petites lignes là...Vous y gagnez. Et puis ça donne l'air vivant. Et puis, je ne sais pas, moi, je trouve ça beau, expressif, troublant. J'ai horreur des têtes lisses. p.47
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,24 € (neuf)
2,78 € (occasion)

   

Faire découvrir Un certain sourire par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (628)

> voir plus

Quiz