Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253001317
Éditeur : Le Livre de Poche (2003)


Note moyenne : 3.93/5 (sur 112 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Tendre Jeudi", le plus gai et le plus tendre des romans de Steinbeck. Doc ne sait pas ce qu'il veut, Suzy fait un complexe d'infériorité. Au cours d'une semaine mouvementée, leurs amis essaieront de les réunir.
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Apikrus, le 01 juin 2011

    Apikrus
    Tendre jeudi est la suite de "Rue de la sardine", que j'ai relu récemment. L'esprit de ce roman est le même que celui du précédent : Steinbeck y décrit la vie quotidienne d'un quartier et de ses habitants marginaux ou laissés pour compte, d'une manière humoristique et tendre. L'auteur présente la prostitution comme une activité professionnelle quelconque et son regard sur les femmes qui l'exercent est plein de respect... La redécouverte de ce livre m'a cependant un peu déçu, tant sa trame est proche de celle de Rue de la sardine, les amis de Doc organisant une nouvelle fête pour lui...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par NATB, le 31 décembre 2013

    NATB
    Un de mes auteurs préférés,un petit roman plein de tendresse,à relire.

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Moan, le 09 mai 2012

    Moan
    Avant la guerre, Doc qui tient le Laboratoire Biologique de l'Ouest, a rendu service à ses voisins.
    Maintenant, Doc a des difficultés, alors tous ses voisins décident de lui venir en aide.
    Un livre rempli de personnages attachants.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par laurentgui, le 29 avril 2012

    laurentgui
    La petite tranche de vie d'un quartier, avec des personnages colorés, des situations rocambolesques, tout un univers paisible, poétique et chaleureux. du bonheur !

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (18)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par moluskette, le 06 septembre 2014

    Doc ne s'ennuyait jamais. Ses amis l'adoraient et l'exploitaient. Il en était heureux. Si on lui disait que ses amis profitaient de lui, il répondait : « C'est amusant d'être une poire, quand on en a les moyens. » Doc les avait. Il n'éprouvait pas le besoin d'être un de ces hommes « à qui on ne la fait pas ».
    Il aimait les femmes et elles allaient au-devant de ses désirs. Son rôle dans la vie consistait à être un homme aimable, généreux et ironique. Il ne trouvait ps cela difficile. Il ignorait l'aigreur. Il s'aimait bien, comme il eût aimé quelqu'un d'autre. En paix avec lui-même, il était en paix avec le monde.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par moluskette, le 06 septembre 2014

    Les hommes changent, et le changement arrive comme un vent léger qui gonfle un rideau, comme un parfum subtil de fleurs sauvages. Quelques fois le changement s'annonce par un petit chatouillement, comme si on venait d'attraper un rhume, ou bien on ressent un léger dégoût pour quelque chose qu'on aimait encore hier ou bien on souffre d'une fringale chronique. Ne dit-on pas que trop manger est un des symptômes les plus positifs du mécontentement ? Et le mécontentement n'est-il pas le ferment du changement ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Moan, le 09 mai 2012

    J'étais toujours furieuse contre tout le monde, mais je me suis aperçue que c'est à moi que j'en voulais. Quand je serai amie avec moi, peut-être que je pourrai être amie avec les autres.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par NATB, le 31 décembre 2013

    Il semble que les hommes soient nés avec une dette qu'ils n'arriveront jamais à payer,quoi qu'ils fassent.La dette fuit devant eux.L'homme doit quelque chose à l'homme.S'il veut ignorer sa dette ,sa vie est gachée;s'il essaie de rembourser,la dette ne fait que croitre.C'est la qualité de ses dons qui sert à mesurer l'homme.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par moluskette, le 06 septembre 2014

    De toutes les inventions humaines, le remords est certainement la plus comique et la plus douloureuse. Fut-il inventé par un chef de tribu pour désarmer ceux qui menaçaient son pouvoir ? Est-ce une sécrétion de certaines glandes ? Est-ce le moyen inconscient par lequel l'homme essaie d'attirer l'attention d'un monde préoccupé ? Est-ce le plus sûr moyen pour l'humanité de jouir de la douleur ? Quelle que soit son origine, nous hurlons comme des chats en chaleur, comme des loups à la lune, nous nous fouettons avec les épines exquises du mépris et, en général, nous y prenons un plaisir intense.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (7)

Videos de John Steinbeck

>Ajouter une vidéo
Vidéo de John Steinbeck

Extrait (en VOST) : Les raisins de la colère de John Ford (1947) tiré de l’œuvre de John Steinbeck








Sur Amazon
à partir de :
5,79 € (neuf)
2,80 € (occasion)

   

Faire découvrir Tendre jeudi par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (254)

> voir plus

Quiz