Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Édouard Guitton (Éditeur scientifique)

ISBN : 2253139408
Éditeur : Le Livre de Poche (1996)


Note moyenne : 3.51/5 (sur 330 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le Huron ou l’Ingénu est certainement l’un des « contes » philosophiques les plus célèbres de François-Marie Arouet (1694-1778). En réalité, il s’agit d’un véritable petit roman, publié en 1767, dont Voltaire, par prudence, n’avoua pas la p... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (24)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Aela, le 07 octobre 2012

    Aela
    L'histoire de "L'Ingénu" se déroule en 1689 et Voltaire rédige le conte presque un siècle plus tard en 1787.
    Voltaire enrichit ici la formule du conte philosophique qu'il a déjà utilisée pour écrire son "Candide".
    A travers les aventures d'un jeune Huron débarqué fraîchement en Basse Bretagne depuis son Canada natal, c'est toute la société de l'Ancien Régime et ses dysfonctionnements qui sont durement fustigés ici par Voltaire.
    Corruption, intolérance religieuse, étroitesse d'esprit, préjugés, tout ressort encore plus durement à travers les observations fines et détachées de ce jeune étranger.
    Le Huron est d'abord accueilli au sein d'une société provinciale particulièrement étroite de vues.
    Ainsi l'abbé local ne conçoit pas qu'un homme né hors de France puisse avoir le sens commun.
    Ce jeune Huron que l'on va baptiser "Hercule", va rapidement bousculer les habitudes et les manières de voir bien ancrées des notables locaux.
    Après avoir vaillamment combattu contre les Anglais et touché le coeur de la charmante Melle de Saint Yves, il va se rendre à Versailles pour toucher le prix de ses services rendus.
    Mais là, de mauvaises surprises l'attendent. Notre sympathique jeune Huron s'est fait en effet de sérieux ennemis dont le bailli local, père du fiancé de Melle de Saint Yves ....
    A travers cette satire ce sont aussi des personnages historiques ayant réellement existé qui sont visés, notamment Louvois, ministre de la guerre, et sa maîtresse Mme Dufresnoi qui apparaît ici sous le nom de Mme du Belloy.
    Est aussi visé, bien qu'appartenant à l'époque de Voltaire, le secrétaire d'Etat de Louis XV Saint-Florentin, désigné ici sous le nom de Saint-Pouange.
    L'Administration apparaît comme un labyrinthe sans fin, alors que les dirigeants ont l'air de gouverner sous l'emprise permanente de leurs maîtresses.
    Encore une fois, le mythe du bon sauvage est utilisé pour mettre l'accent sur les travers de la société contemporaine de Voltaire.
    Toutefois quelques bémols: le Huron est un personnage qui va évoluer au fil du conte, ce qui le rend plus intéressant.
    Il va absorber la culture et les connaissances de la classe dirigeante de l'époque et va ainsi acquérir une sagesse et une humanité qu'il n'avait pas, ou moins, au départ.
    Ce qui ne l'empêchera pas de garder son solide bon sens et son côté rebelle en préférant les lois naturelles aux lois imposées par la société et en réclamant la liberté d'aimer.
    Au final, une oeuvre intéressante de Voltaire qui se termine sur une note plutôt optimiste: même si le monde peut paraître dénué de sens, quelques valeurs sûres comme l'amitié et l'amour, ainsi que la réflexion, permettent à Voltaire d'affirmer sa foi en l'homme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mellah, le 03 février 2013

    mellah
    Ce conte philosophique est émouvant , prenant et instruisant , digne d'un maître.
    Ce qui est très touchant dans ce roman ,c'est le dévouement de Mlle de Saint-Yves pour L'Ingénu et vice versa .Une fille innocente . chaste . d'une bonne éducation , vivant dans l'honneur et pour son honneur , domptant un homme qu'on dit sauvage .mais d'une âme innocente , sans vice , sans calcule , Voltaire a acclamé beaucoup sa nature et a blâmé le vice des êtres dits civilisés .cette pucelle a sacrifié ce quelle a de plus précieux pour sauver son bien aimé a cause de la réalité des procédures du pouvoir (la cour) ,et meurt de chagrin causé par l'opprobre quelle avait senti par la suite .
    Voltaire dénonce l'intolérance de l'église (les jésuites) contre les huguenots(protestants) , l'immixtion de l'église dans la politique ,la concentration et la rigidité du pouvoir , l'arbitraire du bailli , le libertinage de certains prêtres( le révérend père La Chaise confesseur de Louis XIV) qui est du a leur autorité excessive . Voltaire évoque la laïcité et la république.
    bien qu'il soit un érudit , Gordon le janséniste qui a enseigné L'Ingénu la science et la philosophie durant leur incarceration ,voulait le janséniser si vous me permettez ce verbe, renonce a ses préceptes grâce au naturel de L'Ingénu et a l'amour qu'avait ensemencé Mlle de Saint-Yves dans son âme et l'a lui retransmise . ( le naturel l'emporte sur l'artificiel) , Voltaire dénonce l'obscurantisme du jansénisme et donne Gordon pour model de renaissance.
    bien qu'il soit court le conte est rempli d'idées . d'enseignements . de morale . de débats philosophiques très sublimes . de sentiments .il n'y a pas d'incidents gratuits languissant les chapitres, un vrai bijou.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

  • Par sebbys, le 04 octobre 2012

    sebbys
    L'Ingénu?
    L'amoureux des femmes plutôt. Il avait une maitresse, il l'a quittée, larguée comme un vieux sac à patates, pour aller se trouver Mlle de Kerkabon. Cette femme n'est que l'une des femmes de ce roman, qui sont bien nombreuses. L'Ingénu vient tout droit du Canada, et débarque dans cette bretagne dont il ne sait presque rien.
    L'histoire aurait pu se solder sur l'amour de L'Ingénu pour les femmes, mais cela aurait été trop ennuyeux. Il fallait quelque chose pour pimenter ce roman. Une visite à Paris par exemple de L'Ingénu, pour lbérer Mlle Kerkabon de son couvent. Il va d'ailleurs se marier avec elle.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Iboo, le 16 août 2012

    Iboo
    J'ai quitté l'école assez jeune (motif : fumiste inadaptée au système scolaire) et je n'ai donc pas compétence à rédiger des critiques aussi bien argumentées que celles que j'ai le plaisir de lire ici. C'est la raison pour laquelle, je ne vous livre que mon ressenti, de manière un peu primaire, certes, mais néanmoins absolument sincère.
    Je me limiterai donc à ce petit commentaire sans prétention :
    L'écriture et les idées véhiculées par Voltaire restent très actuelles. J'ai vraiment aimé ce conte. Il faut avoir le génie de Voltaire pour instruire sans ennuyer.
    Je présente mes plus humbles excuses à Monsieur François Marie Arouet et à tous ses lecteurs qualifiés pour cette piètre critique. J'aurais tant aimé être apte à en dire plus et mieux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Jackiedream, le 06 juillet 2014

    Jackiedream
    Le récit des péripéties d'un Huron d'Amérique arrivé en France, adopté et converti au christianisme par un prieur et sa soeur en Bretagne. Au coeur du conte philosophique, son amour contrarié pour Mlle de Kerkabon, qu'il ne peut pas épouser puisque qu'elle est sa marraine....
    Evidemment, le Huron commet de nombreux impairs. Il ne connaît pas les usages français, ceux de la cour ou de l'Eglise en particulier. Au début du conte il prend la Bible " au pied de la lettre", mettant les ecclésiastiques face au ridicule de certaines coutumes, et à l'éloignement de leurs pratiques par rapport au livre sacré. Avec toute son ingénuité, il pose des questions auxquelles personne ne peut répondre, car il n'y a pas de raison logique et vraisemblable. Ce conte est l'occasion de satires de la société de l'époque, du clergé à la cour et aux nobles qui profitent largement de leurs pouvoirs. Il y a aussi le conflit entre les protestants et les catholiques, les relations entre jésuites et jansénistes...Les qualités du Huron sont reconnues de tous, c'est un homme intelligent et il va réussir à avoir une vision juste et originale de la société en conservant son innocence et sa candeur face à des choses auxquelles tout le monde est habitué. Cela permet à Voltaire de relever à travers ses yeux les dysfonctionnements et injustices de son temps.Ce piquant, cette critique sociale, associée à l'humour et au comique est jouissive. Certaines idées sont d'ailleurs très actuelles. Voltaire est un auteur que j'aime lire car ses peintures de la société sont toujours distrayantes, jamais lourdes et se lisent bien. Ses oeuvres ne font pas "dépassées". Néanmoins, en dehors de l'aspect parabolique je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, leur histoire ne m'a pas émue. J'aurais aimé être transportée comme je l'ai été dans Zadig.( ce qui était plus facile vu le cadre oriental de Zadig, il est vrai ) Cela reste un ouvrage que je suis très contente d'avoir lu car la réflexion sur la société est encore une fois très intéressante.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (35)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
2,50 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Ingénu par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1051)

> voir plus

Quiz