AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Minneapolis, Minnesota , le 22/06/1954
Biographie :

Alice Yaeger Kaplan est une écrivaine, universitaire et historienne américaine.

En 1973, elle a étudié pendant un an à l'Université de Bordeaux III. Elle a obtenu un BA en français à l'Université de Californie à Berkeley en 1975 et un PhD en littérature française à l'Université Yale en 1981.

Alice Kaplan a été professeur d'études romanes, de littérature et d'histoire à l'Université Duke, puis professeur de langue française à l'Université Yale.

Ses travaux portent sur l'autobiographie, les mémoires, la théorie et la pratique de la traduction, la littérature française du XXe siècle, la culture de la France de l'après-guerre.

Auteur de plusieurs essais sur la France de la deuxième guerre mondiale dans lesquels, comme de nombreux auteurs juifs américains, notamment historiens, la fille du procureur Kaplan au procès anti-nazis de Nuremberg en 1945, étudie l'attitude des français n'ayant pas choisi, pendant l'occupation allemande notamment, et contrairement à beaucoup, de défendre certains membres de la communauté juive.

Elle est auteur notamment de "Intelligence avec l'ennemi : Le procès Brasillach" (The Collaborator: The Trial and Execution of Robert Brasillach, 2000), à propos de l'affaire Robert Brasillach, écrivain de trente cinq ans, condamné à mort, par la cour de justice de Paris, composée de professionnels ayant juré fidélité au maréchal Pétain et de jurés résistants.

Fondatrice du Duke Center for French and francophone studies, Alice Kaplan a été finaliste du National Book Award 2000 et a obtenu le Los Angeles Times Book Award 2000 pour "Intelligence avec l'ennemi" et le Prix Henry Adams 2005 pour "L'Interprète" (The Interpreter, 2005).
+ Voir plus
Source : www.denistouret.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Alice Kaplan : «Trois Américaines à Paris» .
L'historienne américaine Alice Kaplan, interrogé pour Mediapart par Antoine Perraud, évoque les séjours parisiens, à l'orée de leurs études, de Jacky Kennedy, Susan Sontag et Angela Davis, à propos de son livre : «Trois Américaines à Paris» (Gallimard).
Podcasts (1)

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Alzie   24 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
S' il apparaît évident à partir de 1940 que le pays va continuer à éditer des livres, le processus promet d'être imprévisible et soumis à des considérations politiques. Faire avec la censure, éviter certains sujets pour s' assurer l'approbation des Allemands, publier en zone libre ou occupée, ne pas publier du tout - éditeurs et écrivains acceptent alors des compromis dont ils devront répondre un jour. Camus est pris dans ce système, tout comme Gaston Gallimard.



Chapitre XVIII, Gallimard en guerre, p. 150
Commenter  J’apprécie          110
Alzie   23 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
D'où vient que savoir rester seul à Paris un an dans une chambre pauvre apprend plus à l'homme que cent salons littéraires et quarante ans d'expérience de la "vie parisienne". C'est une chose dure, affreuse, parfois torturante, et toujours si près de la folie. Mais dans ce voisinage, la qualité d'un homme doit se tremper et s' affirmer - ou périr. Mais si elle périt, c'est qu'elle n'était pas assez forte pour vivre. (A. Camus, Carnets, OC II, p. 909)



Chapitre X, Écriture de la première partie, p. 91
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   15 septembre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
"Je suis un mélange de Fernandel, de Humphrey Bogart et de samouraï", aurait déclaré Camus à des amis pour se moquer de sa réputation de séducteur. Fernandel, c'est l'alter ego de Camus, son versant bouffon, ambitieux, grandiose et naïf. (p. 61)
Commenter  J’apprécie          110
Alzie   27 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
Derrière les mondanités, la vie clandestine de Camus commence. Pascal Pia lui avait obtenu un travail à Alger républicain, puis avait piloté la publication de son premier roman chez Gallimard ; à présent, l'homme de presse aguerri fait entrer Camus au comité de rédaction de Combat, un journal clandestin préparé dans de minuscules studios et chambres de bonne, à Paris, et imprimé dans une presse clandestine à Lyon. Malgré une équipe modeste, Combat jouit d'une importance politique que Camus n'a jamais connue ailleurs. Ce travail va le changer. Camus obtient une fausse carte d'identité au nom d'Albert Mathé et un acte de naissance assorti. Comme tous ses camarades résistants, il adopte un nom d'emprunt : ses camarades l'appellent "Beauchard". Quand Pia se voit confier de nouvelles activités au sein de la Résistance, Camus le remplace au poste de rédacteur en chef d'un journal qui, en 1944, paraît toutes les trois semaines et bénéficie d'une diffusion de 250 000 exemplaires.



Chapitre XXI, De l'absurde à la révolte, p. 189
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Alzie   22 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
En cet hiver de 1940, l'avenir de Camus est incertain, mais ce premier chapitre est comme une promesse qu'il se fait à lui-même : pour continuer il le sait à présent. Il ne lui reste plus qu'à trouver du temps et un lieu où écrire. Il découvre en Meursault un agent qui lui permettra de muer ses premières perceptions du monde et de répondre au défi qu'il s' est adressé : "Pour écrire, être toujours un peu en deça dans l'expression". En découvrant ainsi qu'il peut être écrivain sans verser dans la fioriture, dire "je" sans tomber dans la confession, Camus se donne les moyens de poursuivre et d'achever son roman.



Chapitre VIII, Un premier chapitre, p. 82
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24   14 septembre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
Le silence de sa mère lui a peut-être inspiré sa première leçon d'écrivain- l'idée, chère aux modernistes, qu'il y a plus de force dans le montrer que dans le dire, plus d'émotion dans le silence que dans la parole. (p. 27)
Commenter  J’apprécie          100
Alzie   23 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
Je t'écris dans la nuit. Je viens de terminer mon roman et je suis trop énervé pour songer à dormir. Sans doute, mon travail n'est pas fini. J'ai des choses à reprendre, d'autres à ajouter, d'autres à réécrire. Mais le fait est que j'ai fini et que j'ai tracé la dernière phrase. [...] J'ai ce manuscrit devant moi et je pense à ce qu'il m'a coûté d'effort et de volonté - combien il a fallu lui être présent, sacrifier d'autres pensées, d'autres désirs pour rester dans son climat. Je ne sais pas ce qu'il vaut. A certains moments, ces temps-ci, certaines de ses phrases, son ton, ses vérités me traversaient comme des éclairs. Et j'en étais terriblement orgueilleux. Mais à d'autres moments, je n'y vois que des cendres et des maladresses. Je suis trop imbibé de cette histoire. Je vais mettre ces papiers dans mon tiroir et commencer à travailler mon essai. Dans quinze jours, je ressortirai tout cela, je retravaillerai ce roman. Je le ferai lire ensuite. Je ne veux pas trop m'attarder dessus parce qu'en réalité je le porte depuis deux ans et j'ai bien vu à la façon dont je l'écrivais qu'il était tout tracé en moi. (A. Camus à Francine Faure, 30 avril 1940, lettre citée in B. Pingaud, L'Etranger d'Albert Camus).



Chapitre XII, Tout tracé en moi, p. 106
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Alzie   22 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
Je n'ai pas tellement de choses pures dans ma vie. Écrire est une de celles-là. Mais en même temps, j'ai assez d'expérience pour comprendre qu'il vaut mieux être un bon bourgeois qu'un mauvais intellectuel ou un médiocre écrivain.*



Chapitre IIl, Une première tentative, p. 36



* A. Camus à J. Grenier, 18 juin 1938, Correspondance



Commenter  J’apprécie          80
dido600   13 octobre 2018
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
«Pour qui aime la littérature, les livres sont des êtres vivants: les livres ont une vie propre. Ils s'éveillent à la vie à mesure qu'on les lit, et restent vivants longtemps après qu'on en a refermé la dernière page
Commenter  J’apprécie          80
oran   12 octobre 2016
En quête de L'Étranger de Alice Kaplan
A sa mort, il travaillait à un roman intitulé Le Premier Homme ; cette ode à l’enfance à Belcourt est aussi tendre et sentimentale que L’Etranger était impassible et froid. Le manuscrit, récupéré dans l’épave de la Facel-Véga, sera publié trente-autre ans après sa mort et connaîtra un grand succès. Camus n’aura donc jamais écrit de mauvais livre, jamais déçu ses lecteurs. Et il n’aura jamais eu l’occasion de dire « Aujourd’hui maman est morte. » : sa mère est morte, à Alger, neuf mois après avoir perdu son fils. P 223



Commenter  J’apprécie          72
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-47927

Quelle était la profession d'André-Charles Boulle (1642-1732) à la cour du roi Louis XIV?

jardinier
ébéniste
médecin

7 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms propres , guerre mondiale , littérature française , sport , artisanatCréer un quiz sur cet auteur