AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 387 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 20/07/1950
Biographie :

Antoine Compagnon est un professeur et un historien de la littérature française né le 20 juillet 1950 à Bruxelles en Belgique.

Fils du général Jean Compagnon (c.r) et de Jacqueline Terlinden, ancien élève de l'École polytechnique, ingénieur des Ponts et Chaussées, docteur d'État ès lettres, Antoine Compagnon est un critique littéraire à la fois héritier et critique du structuralisme, dont le chef de file fut Roland Barthes.

Professeur de littérature française à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) et à l’Université Columbia (New York), il fait partie depuis mars 2006 du Haut Conseil de l'éducation et a été nommé en avril 2006 professeur au Collège de France.

Pendant l'été 2012, il propose une chronique quotidienne sur France Inter sous le titre "Un été avec Montaigne" accompagnée des lectures du comédien Daniel Mesguich. Cette chronique donnera lieu à la publication d'un ouvrage qui constituera un grand succès de librairie de l'été suivant. Il revient sur cette station dans le cadre de la grille d'été en 2013 ("Un été avec Proust") et en 2014 ("Un été avec Baudelaire").


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le 21 avril à 16h30, le Professeur Antoine Compagnon, titulaire de la chaire «Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie», devait donner sa dernière leçon. Au jour et à l'heure dits, il suggère comment il aurait terminé son cours sur les «Fins de la littérature». Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.college-de-france.fr
Podcasts (95) Voir tous

Citations et extraits (176) Voir plus Ajouter une citation
Antoine Compagnon
mcd30   29 juillet 2018
Antoine Compagnon
Il compare la lecture, toute instruction, à la digestion. Les leçons , comme les aliments, ne doivent pas être goûtées du bout des lèvres seulement , et gobées toutes crues, mais mâchées lentement, ruminées dans l'estomac afin de nourrir de leur substance l'esprit et le corps.



P. 95



NDL : sur Babelio nous nous posons souvent ce genre de questions à propos de nos lecture, trop tôt, trop vite, pas compris ? Ou tout simplement mauvaise digestion.



Commenter  J’apprécie          305
Antoine Compagnon
mcd30   17 juillet 2018
Antoine Compagnon
Quand les Gots ravagèrent la Grèce, ce qui sauva toutes les librairies d'être passées au feu, ce fut un d'entre eux, qui sema cette opinion, qu'il fallait laisser ce meuble entier aux ennemis : propre à les détourner de l'exercice militaire, et amuser à des occupations sédentaires et oisives.



P. 74
Commenter  J’apprécie          291
LoretteIpsum   27 juin 2012
La littérature, pour quoi faire ? de Antoine Compagnon
Nous lisons parce que, même si lire n’est pas indispensable pour vivre, la vie est plus aisée, plus claire, plus ample pour ceux qui lisent que pour ceux qui ne lisent pas.
Commenter  J’apprécie          270
Ziliz   06 janvier 2014
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
Comme Cicéron, Montaigne pense que l'homme n'est pas vraiment lui-même dans la vie publique, le monde et le métier, mais dans la solitude, la méditation et la lecture. Plaçant la vie contemplative au-dessus de la vie active, il n'est pas encore un de ces modernes qui jugeront que l'homme se réalise dans ses activités, dans le 'negotium', le négoce, soit la négation de 'l'otium', du loisir. Cette éthique moderne du travail a été liée à la montée du protestantisme, et 'l'otium', l'oisiveté, a perdu sa valeur suprême pour devenir un synonyme de la paresse.

(p. 46)
Commenter  J’apprécie          251
Fortuna   16 avril 2016
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
La fréquentation de l'autre permet d'aller à la rencontre de soi, et la connaissance de soi permet de revenir à l'autre.
Commenter  J’apprécie          220
mcd30   18 août 2018
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
Au nom de la nature, Montaigne efface la frontière de la maladie et de la santé. Les maladies font partie de la nature; elles ont leur durée, leur cycle de vie, auquel il est plus sage de se soumettre que de prétendre le contrarier.

Le refus de la médecine fait partie de la soumission à la nature. Montaigne modifie donc le moins possible ses habitudes quand il est malade.

Vient alors la flèche du Parthe : les médecins ne vivent pas mieux ni plus longtemps que nous ; ils souffrent les mêmes maux et n'en guérissent pas davantage. (p. 124 )
Commenter  J’apprécie          190
zazimuth   19 novembre 2014
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
"La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui l'écoute" (III, 13, 1694) (p.82)
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   05 janvier 2014
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
Le contact du Vieux Monde accélérera l'évolution du Nouveau vers sa décrépitude, sans nous rajeunir, car l'Histoire va à sens unique et l'âge d'or est derrière nous. Ce n'est pas notre supériorité morale qui a conquis le Nouveau Monde, mais c'est notre force brute qui l'a soumis.

Montaigne vient de lire les premiers récits de la cruauté des colons espagnols au Mexique et de leur destruction sauvage d'une civilisation admirable. Il est l'un des premiers censeurs du colonialisme.

(p. 43-44)
Commenter  J’apprécie          180
yva63   18 octobre 2013
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
Même sur l'attitude devant la mort, Montaigne n'a pas vraiment évolué au cours des Essais.Comment vit-on le mieux? En ayant toujours la mort à l'esprit, comme Cicéron et les stoïciens, ou bien en y pensant le moins possible, comme Socrate et les paysans? Partagé entre la mélancolie et la joie de vivre, Montaigne a tergiversé - comme nous tous -, et sa leçon finale a été énoncée dès le début: "Je veux ... que la mort me trouve plantant mes choux".
Commenter  J’apprécie          170
mcd30   01 août 2018
Un été avec Montaigne de Antoine Compagnon
Montaigne nous dit que c'est en s'écrivant, en se décrivant, qu'il a compris non seulement qui il était, mais de quel régiment, de quel groupe ou quelle école, il se sentait le plus proche. Bref, Montaigne n'a pas choisi de devenir stoïcien, sceptique ou épicurien - les trois philosophies auxquelles on l'associe souvent -, mais il a reconnu, une fois sa vie passée, que ses comportements avaient été naturellement conformes aux doctrines des uns ou des autres. Par hasard et de façon improvisée, sans projet ni délibération.



P. 98-99
Commenter  J’apprécie          150
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur